Cette campagne est terminée, rendez-vous sur la page de Explorateurs de Mémoires (EDM) pour découvrir les projets en cours.

Voir la page

Festival pluridisciplinaire : Mémoires Métisses d'Indochine

par Explorateurs de Mémoires (EDM)

Festival pluridisciplinaire : Mémoires Métisses d'Indochine - Explorateurs de Mémoires (EDM)

Festival pluridisciplinaire autour des mémoires métisses d'Indochine dans le 13e arrondissement de Paris

Au printemps 2019, le centre d’animation René Goscinny et la bibliothèque universitaire des Grands-Moulins ouvrent leurs portes à la première édition du festival « Mémoires Métisses d’Indochine ». Derrière ce projet pluridisciplinaire : l’association Explorateurs de Mémoires, créée pour l’occasion par trois étudiants de l’Université Paris 7 Diderot désireux de s’impliquer activement dans la vie culturelle du 13e arrondissement.  

→ Contexte général du festival et sens donné à notre démarche

Nous serions immergés, depuis une trentaine d’années, dans un contexte de fort investissement mémoriel. Curieusement, en dépit de l’annonce maintes fois réitérée d’ « un retour du refoulé colonial », l’affrontement franco-indochinois n’ a suscité jusqu’à présent qu’un intérêt extrêmement marginal. Mieux encore : dans un contraste saisissant avec la situation qui prévalut au temps de « l’épopée coloniale », l’ancien fleuron de l’économie impériale semble aujourd’hui constituer un véritable « lieu d’oubli » du récit national. Et pourtant, au sein même du territoire métropolitain, la présence de plusieurs milliers de familles métisses porte encore le témoignage de ce temps révolu. Les unions dont sont issus les ressortissants concernés sont, dans la grande majorité des cas, postérieures à 1940. Le phénomène concerne non seulement la métropole et les départements antillais, mais encore toutes les composantes de l’ancien empire colonial, en raison de la forte présence de soldats dit « coloniaux » au sein de l’armée française pendant la guerre d’Indochine (ils représentaient alors 47 % des effectifs totaux).

Nous glissant dans une brèche ouverte par différentes catégories d’acteurs associatifs, culturels et universitaires, nous avons émis le souhait de nous saisir à bras-le-corps de cet héritage silencieux. Il s’agira donc d’organiser, au cœur du 13e arrondissement, un festival pluridisciplinaire dédié à l’exploration des mémoires métisses d’Indochine. Les mémoires qu’il s’agit d’explorer sont des mémoires éclatées, clivées, conflictuelles : nous parlons en effet d’expériences historiques ancrées dans un contexte de guerre froide et de décolonisation. Prenant acte de la permanence des fractures politiques et idéologiques, nous souhaitons placer ce festival sous le signe du dialogue et de la rencontre. C’est dans le souci de nous inscrire pleinement dans une démarche d’éducation populaire que nous avons fait le choix de partager nos activités entre le campus universitaire et le centre d’animation René Goscinny (MJC). Par notre action, nous voudrions contribuer à créer du lien entre le milieu étudiant et la population établie dans le quartier, population dont une partie non négligeable est issue de la diaspora vietnamienne. La proximité des filières asiatiques de Paris 7 et de l’INALCO, ainsi que l’implantation d’une importance population venue d’Asie du Sud-Est, nous semblent particulièrement à même de favoriser le brassage social et culturel que nous appelons de nos vœux.

→ Notre festival se partagera en deux étapes

  • Du 12 au 13 avril 2019 : le centre d’animation René Goscinny se met aux couleurs du métissage

-  Vendredi 12 Avril 2019

19h - 21h30 :Projection du film documentaire « Công Binh, la longue nuit indochinoise », suivie d’une discussion avec le réalisateur Lam Lê 

Ce film s’ouvre sur la quête des origines d’une petite-fille de travailleur indochinois. Ce faisant, il revient avec intelligence et sensibilité sur une page d'histoire oubliée : l'expérience des 20 000 ouvriers vietnamiens de la Main d’Œuvre Indigène réquisitionnés par l’État français au seuil de la seconde guerre mondiale. Venus pour la plupart contre leur gré, ils ont connu sous l'Occupation des conditions de travail inhumaines. Les survivants que Lam Lê a retrouvés pour le film racontent le colonialisme vécu au quotidien : le racisme et l’exploitation, bien sûr, mais aussi les unions et les solidarités inattendues. Ils reviennent, enfin, sur leur engagement massif en faveur de l’Indépendance.

- Samedi 13 Avril 2019

10h30 - 11h45 : L'Atelier BD

Cet atelier destiné aux adolescents du centre sera ouvert à un groupe de 10 inscrits. Ces derniers réaliseront, sous la conduite d’un dessinateur de BD, des planches en relation avec les thématiques phares du festival (la famille, le métissage, la migration, le déracinement).  D'autres ateliers se succéderont par la suite.

14h - 15h : Spectacle  textuel, sonore, graphique "La Tonkinoise de l'ILe de Groix". Avec la participation de Dominique Rolland, écrivain et anthropologue, ainsi que Rémy Gastambide, artiste et musicien.

L'atelier BD sera suivi d'une représentation de la « Tonkinoise de l'île de Groix » : un spectacle associant texte, musique et dessin qui ravira petits et grands. Nous partirons sur les traces d’Hélène Barisy, la première métisse eurasienne connue, née au XIXe siècle de l’union d’un aventurier breton et d’une femme vietnamienne. Entrelaçant sa propre biographie familiale à l’histoire d’Hélène, l’auteur nous fera vivre le drame intime de ces êtres doubles, écartelés entre deux mondes : celui des maîtres et celui des "indigènes". Un récit empreint d'humour et de sensibilité qui constitue, à n’en pas douter, une réflexion poignante sur les identités métisses issues de la colonisation.   


17h - 17h20 : Projection du court-métrage de fiction "Allée des Jasmins" de Stéphane Ly Cuong

Au début des années 60, Loan, une jeune vietnamienne et Pierre, son mari, un Eurasien de nationalité française, arrivent en France pour la première fois et sont accueillis dans un petit village d'Auvergne, dans le cadre d'un programme de rapatriement des Français d'Indochine. Loan est convaincue que leur situation est provisoire et qu'elle repartira rapidement au Vietnam.

  • De Mai à Juillet 2019 : la bibliothèque des Grands-Moulins accueille l’exposition « Amérasiens» du photographe Rémy Gastambide 


Les œuvres qui seront présentées au cours de l'exposition explorent la condition douloureuse de milliers de jeunes métisses, traités par la société vietnamienne comme de véritables parias. Le vernissage de l'exposition sera accompagné d’une table-ronde présidée par Mme Dominique Rolland, anthropologue et écrivain. Elle réunira des intervenants issus des mondes littéraire, universitaire et associatif, autour de la thématique du métissage en situation coloniale et post-coloniale.

Deux autres films seront proposés à cette période au sein du campus universitaires (dates de projection encore à définir).

→ Les partenaires du projet


→ Notre Association 


→ Notre équipe

Marion Bourzeau (Présidente)

C’est avec un grand enthousiasme que je me suis engagée dans cette folle aventure que constitue à nos âges l’organisation d’un festival. La thématique du métissage en situation coloniale et post-coloniale me tient particulièrement à cœur, en raison du lien intime et familial qui m’attache à cette histoire. Certes, le mot « Indochine » n’évoque pas grand-chose aux jeunes générations. Restent pourtant, j’en suis persuadée, des questionnements qui conservent encore une féroce actualité. J’adresse tous mes remerciements à l’ensemble des personnes qui, par leur soutien, rendent possible la concrétisation de notre projet.

Laurène Colin (Vice-présidente)

J'ai eu la chance de pouvoir organiser un festival de cette envergure. Depuis toute jeune, l'Asie me fascine, entre tradition et modernisme. Mais c'est au cours des mes études supérieures que j'ai pu apprendre une langue asiatique, le coréen, et j'ai pu aussi prendre de nombreuses matières au sein de LCAO (Langues et Civilisations de l'Asie Orientale), notamment sur l'Art vietnamien ou l'histoire contemporaine japonaise, ce qui m'a permis de développer mon appétence et mes connaissances sur l'Asie. C'est pour cela que la création et la gestion de ce festival a été pour moi une aventure captivante. J'espère donc que notre projet vous plaira et qu'il vous donnera envie de participer aussi à votre tour en nous apportant une aide ou tout simplement en y venant nombreux (voire les deux). 

Louis Plat (Trésorier)

Si la mémoire de l’Indochine était une thématique qui m’était encore peu familière il y a quelques mois, c’est avec plaisir que je l’ai découverte en participant à l’organisation de ce festival. Ainsi, je pense que ce projet peut attirer des gens qui, comme moi, veulent découvrir une histoire dont les implications politiques perdurent encore aujourd’hui, à travers des projets artistiques originaux. Par ailleurs, l’organisation de ce festival m’a également donné des responsabilités dans la réalisation d’un objet dont nous avons pu nous rendre compte de la matérialisation peu à peu. Ce fut donc une expérience très gratifiante dont je me souviendrai. Je remercie donc Laurène et Marion de m’avoir permis de contribuer à ce projet qui, je l’espère, vous plaira aussi.

Donner 5 euros

Donner 10 euros

Donner 15 euros

Donner 20 euros

Donner 30 euros

Donner 40 euros

Donner 50 euros

Donner 100 euros

Donner 150 euros

Plateforme de paiement 100% sécurisée

Toutes les informations bancaires pour traiter ce paiement sont totalement sécurisées. Grâce au cryptage SSL de vos données bancaires, vous êtes assurés de la fiabilité de vos transactions sur HelloAsso.

Carte bleue VISA Mastercard SEPA PCI-DSS
L
Lucas MESUREUR
12/04/2019
N
LILIANE BIENVENU
11/04/2019
N
LILIANE BIENVENU
11/04/2019
Signaler la page