"Un jouet et un peu de magie pour le noël des enfants du Pérou"

par Fa Sol Latino

Cette collecte est terminée.

"Un jouet et un peu de magie pour le noël des enfants du Pérou"

par Fa Sol Latino

Cette collecte est terminée.

L´objectif: offrir un cadeau de Noël aux enfants des Communautés Native d´Aviación, Chiriklyacu et Alto Shambuyaku au Nord du Pérou.

Présentation

 

Notre projet est le fruit d´un partenariat avec la Coopérative Péruvienne Norandino, qui vient en aide aux familles paysannes démunies des régions isolées du nord du Pérou en soutenant leur activité agricole (café, cacao, canne à sucre,..), depuis plus de 9 ans. L´objectif de Norandino est d´améliorer les conditions de vie des petits paysans ainsi que de leurs familles, souvent frappées par la pauvreté qui affecte en particulier les communautés indigènes.

 

 

Dans les communautés natives d´Aviación, Chiriclyacku et Alto Shambuyaku, les familles s´efforcent d´élever au mieux leurs enfants, mais n´ont bien souvent pas la possibilité de leur offrir les loisirs de l´enfance que connaissent leurs pairs de par le monde.

Le projet « Un jouet et un peu de magie pour le noël des enfants du Pérou » vise à collecter 3000 euros pour pouvoir offrir un jouet à 320 enfants de familles démunies de ces 3 communautés, pour le prochain noël. Car la magie de ces fêtes se doit d´être partagée par tous les enfants, quelles que soit leur origine !

 


 

Description du projet:

Les communautés indigènes de la région amazonienne présentent les taux de pauvreté parmi les plus élevés du pays, situations dont souffrent en premier lieu les enfants. Ceux-ci se trouvent bien souvent aux côtés de leurs parents pour le travail de la terre et réservent peu de temps à l´amusement. Ils ne connaissent pas toujours les joies récréatives de l´enfance auxquelles ont droit leurs semblables de par le monde. C´est en rencontrant les enfants de ces communautés que nous avons eu l´idée de cette campagne, simple, modeste, mais dont nous avons la certitude qu´elle aura un impact : le sourire de 320 enfants. Pour que la magie de Noël atteigne aussi les Communautés de Chiriklyacu, Alto Shambuyaku et Aviación!

 

À la rencontre des Communautés Natives d´Aviación, Chiriklyaku et Alto Shambuyaku...

·          Géographie : Le territoire occupé par les communautés fait partie de la Réserve Régionale « Cordillera Escalera », dans la région de San Martín, dans la « Selva Alta » du Pérou, à savoir aux portes de la forêt Amazonienne. Il se situe à près de 1500 mètres d´altitude.

·          Langue: Les trois communautés appartiennent au groupe ethnolinguistique Kechwua-Lamista, descendant des Chancas et Pokras du Pérou précolombien.Le Kechwa demeure officiellement la langue principale, et les enfants bénéficient d´un enseignement bilingue Espagnol/Kechwa à l´école. Le maintien de cette langue représente un réel enjeu pour ces communautés, pour la préservation de leur identité

·           Économie: Les ressources de ces 3 communautés proviennent essentiellement de l´activité sylvicole et agricole, notamment des cultures de café, haricots (pour l'exportation et le marché local), ainsi que de fruits et légumes pour sa propre consommation. La pêche et la chasse sont également essentielles pour l´alimentation des familles. Ces communautés connaissent une situation de grande pauvreté et se voient relativement délaissées par l´Etat, recevant très peu d´aide des programmes sociaux.

·         Organisation: L´autorité suprême de chaque communauté est “l´Apu”, désigné par ses membres chaque année en décembre, et qui compte sur le soutien de 5 conseillers directifs. C´est par lui que passent toutes les décisions relatives à chacun des aspects de la vie de la communauté. Toute personne qui souhaiterait pénétrer sur le territoire de la Communauté ou entrer en contact avec un de ces membres doit impérativement passer par cette autorité en premier lieu.

·          Le « Choba Choba » : Réciprocité et solidarité communautaire : « Choba Choba » est une expression Kechwa qui signifie « cheveux cheveux », évoquant l´image des mèches de cheveux qui s´entrelacent pour former une tresse, comme la métaphore des membres de la communauté qui s´allient pour ne former qu´un. Cette expression fait référence à l´union de tous les membres de la communauté qui fonctionne sur la base du travail commun, que ce soit pour le travail de la terre, la construction des maisons, les activités de maintien du village (infrastructures, entretien). Toute la communauté participe à chaque activité selon le principe central du Choba Choba. De la même manière et selon l´esprit de solidarité communautaire, en cas de maladie ou de décès d´un membre, chaque famille contribue en offrant à la famille du malade/défunt animaux, argent, offrandes. Le Choba Choba a été transmis dans le temps par les ancêtres comme principe fondamental et profondément enraciné au sein des Communautés Natives de l´Amazonie Péruvienne.

·         Religion : la Communauté est de religion chrétienne protestante et très pratiquante ; c´est pourquoi les fêtes de Noël y sont très importantes.

·         Médecine: les difficultés d´accès aux services de santé conduisent les familles à faire usage de plantes médicinales pour se soigner, expliquant la grande connaissance de la flore au sein de ces Communautés. Elles comptent également plusieurs guérisseurs qui soignent les malades victimes d´un ensorcellement ou d´un mauvais sort. L’Ayahuasca est également utilisé pour se purger et accéder à un état second où il est possible de voir qui nous a jeté un sort. Il s´agit d´´un breuvage hallucinogène à base de lianes consommé traditionnellement par les chamans des tribus indiennes d'Amazonie. Ceci-étant, de nombreux membres souffrent de maladies chroniques (asthme, bronchites, diarrhées) mais aussi de graves maladies et demeurent sans soin. Les maladies affectent notamment femmes enceintes et nourrissons avec des cas de décès fréquents.

·          Mythes et légendes : Parmi les légendes communes aux communautés natives de la forêt Amazonienne Péruvienne, on retrouve notamment :

-       Le Chullachaqui : c´est une sorte d´elfe de couleur sombre qui possède une énorme tête, un corps humain, et le pied gauche d´un cerf. Plusieurs habitants des villages de la forêt Amazonienne racontent qu´il se présente sous l´apparence d´un parent ou d´un proche et par un jeu de dupes invite ses victimes à le suivre dans la forêt. Au fil du chemin la forêt se fait de plus en plus sombre et menaçante. Le Chullachaqui disparaît alors laissant ses victimes seules et perdues. Les personnes qui auraient réussi à lui échapper présentent des troubles mentaux.

-       La Chicua : Considéré comme un oiseau diablolique, semblable à l´épervier, il est envoyé par les sorciers pour se venger. On l´entend chanter la nuit « Chicua, chicua, chicua », donnant des frissons. Si la Chicua chante près d´une maison, c´est qu´il est à la recherche de sa victime ; pour faire barrière à son chant, il est nécessaire de parler très fort. Par ailleurs, les chasseurs racontent que si l´oiseau siffle de front ou à gauche de la personne, c´est que la chasse sera mauvaise. S´il siffle par derrière ou à droite, la chasse sera fructueuse.

-       Le Yacuruna : il est l´esprit magique aquatique le plus important de l´Amazonie. Plusieurs villageois racontent qu´il se déplace dans les rivières et les vallées à dos de l´alligator noir, paré de colliers et ceintures de boas noirs et usant carapaces de tortues à ses pieds. Plusieurs chamans et sorciers invoquent le Yacuruna dans les rituels de Ayahuasca, voyageant à travers les eaux pour faire le bien ou le mal.

-       Le Tunchi Maligno: c´est l´esprit d´une personne ayant subi une mort violente. Il erre la nuit comme une âme en peine à travers le village. Il se manifeste sous la forme d´une silhouette noire massive, entonnant un sifflement pénétrant. Lorsqu´il siffle avec insistance, le son pénètre les oreilles des villageois provoquant vomissements, diarrhées et fièvres extrêmement aigues. S´ils ne sont pas soignés à temps, ils meurent. Ceux qui ont vu de face le Maligno ne sont plus là pour le raconter.

 

Le statut de Communauté Native

Selon la loi des Communautés Natives de 1974, une Communauté Native se définit par le partage entre ses membres d´une « langue ou dialecte, caractères culturels et sociaux, occupation et exploitation commune et permanente d´un même territoire ». Les communautés natives jouissent d´une certaine autonomie organisationnelle et voient leur intégrité territoriale et identitaire garantie par l´Etat.

 

Donner 10 euros

Le sourire d´un enfant et notre reconnaissance!

Donner 20 euros

La photo d´un enfant (envoyée à la boîte mail du donateur)

Donner 50 euros

La photo d´un enfant + un dessin d´enfant (envoyés à la boîte mail du donateur)

Donner 100 euros

La photo d´un enfant + un dessin d´enfant (envoyés à la boîte mail du donateur)+ son nom donné à un arbre d´Aviación

Donner 200 euros

La photo d´un enfant + un dessin d´enfant + son nom donné à un arbre + un objet d´artisanat local (envoyés par voie postale au donateur).

Fa Sol Latino

Notre association, composée en majorité d´étudiants, a pour but de promouvoir les échanges culturels, artistiques, sociopolitiques et le débat d´idées entre l´Amérique Latine et les Caraïbes et la France, au travers d´évènements culturels, festivals de cinéma, conférences géopolitiques, ...

Solange Coste
28/11/2015
Annie Delarbre
19/11/2015
Bravo pour votre implication, bonne continuation et réussite j'espère pour votre projet
Anonyme
25/10/2015