Aide à l'autonomie alimentaire d'une école rurale des Llanos : au Venezuela

par FEEDA

Cette collecte est terminée.

Aide à l'autonomie alimentaire d'une école rurale des Llanos : au Venezuela

par FEEDA

Cette collecte est terminée.

Création d'un jardin nourricier pour les 84 enfants d'une école rurale des Llanos. Formation des instituteurs en agroécologie

Présentation du projet


MIL GRACIAS À NOS 56 DONATEURS ; DEBUT DE LA MISSION : JANVIER 2017


Notre association lance le projet « Aide à l'autonomie alimentaire de l'école rurale des Llanos » qui regroupe 84 enfants de la communauté “Mata de Madera”, située entre Bruzual et Mantecal, au Venezuela. Les "Llanos" sont les vastes plaines herbeuses situées au sud-ouest du pays, très grandes étendues (voir la vidéo ci-dessus) inondées au moins 3 mois dans l'année.

Peut-être avez vous entendu parler des difficultés d'accès à toute nourriture de base : la situation alimentaire est de plus en plus critique, surtout dans des régions isolées comme celle-ci.

Ce projet veut contribuer à la sécurité alimentaire des enfants de l’école. Il consiste à relancer le potager scolaire pour améliorer l'alimentation de tous les élèves de l'école et permettre que les pratiques agroécologiques de ce potager nourricier se diffusent au sein des familles d'éleveurs très dispersées sur le territoire.

Comment ?

  • avec la mise en place d’un potager agroécologique scolaire destiné à la cantine de l’école

  • en formant les élèves, les instituteurs et les familles volontaires aux techniques de maraîchage en permaculture

  • en travaillant avec les personnes ressources locales pour diffuser ces pratiques appropriées car peu coûteuses, productives et durables.


Nous sommes en phase de préparation active et deux volontaires expérimentés et spécialisés en permaculture partiront sur site de début janvier à fin mars 2017.

C’est une mission enthousiasmante au cœur des valeurs de notre association, les liens déjà établis avec la communauté depuis plus de 10 ans sont un gage de réussite.

En bref, voici...

  • la page web consacrée à ce projet : cliquer ici

  • une description rapide du projet sur le site de FEEDA : cliquer ici

  • une description détaillée du projet : cliquer ici

  • le cadre logique ou matrice de planification du projet : cliquer ici

  • les méthodes, les techniques et les activités pédagogiques décrite sur facebook :
    cliquer ici

  • et le budget prévisionnel : cliquer ici


Infos sur les dons : cliquer sur un don pour faire apparaître le choix d'un autre montant et le choix d'un don avec ou sans adhésion à FEEDA


Origine du projet


La communauté est située dans la zone des grandes plaines inondables du sud-est du Venezuela, à quatre heures de route de Barinas et 16 à 20 heures de route de Caracas.

a) Contexte historique du projet

Ce projet s'intègre dans un programme plus vaste d'aide au développement de l'école déjà mis en place par Isabelle Jimenez avec le soutien du Colegio Francia de Caracas et de l'ambassade de France au Venezuela.

L'école en 2002 se réduisait à un abri en tôle pour 12 enfants rassemblés dans une classe unique. Treize ans après, en 2015, l'école réunissait 84 élèves qui se répartissent en une classe unique de maternelle, deux de primaires regroupant chacune trois niveaux et en 2016, trois niveaux de secondaire.

Les enfants reçoivent le déjeuner grâce au « Plan de Alimentación Escolar » financé par l’Etat fédéral d’Apure, préparé grâce à une cuisine récemment construite.

L’enseignement artistique est basé sur les traditions locales (musique et danse des Llanos) mais aussi sur le sauvetage d’un patrimoine artisanal séculaire, le tissage des hamacs.

Enfin, deux salles de classe supplémentaires ont été construites en 2015 et une salle de musique devrait suivre en 2017.


b) Le contexte social, sanitaire et/ou culturel

Dans le passé, les familles n'étaient pas motivées pour apprendre des techniques agricoles car ce sont avant tout des éleveurs ; ils n'ont aucune compétence en agriculture et mesurent leur richesse au nombre de vaches possédées.

Leurs revenus et leurs épargnes dépendent essentiellement de l'élevage bovin. Les familles, si elles ont quelques poules et cochons, ne pratiquent aucune culture vivrière.

Dans l'école, un premier potager a été mis en place en 2016, il était considéré uniquement comme un projet pédagogique. Cependant du fait des pénuries alimentaires les données ont changé. L'autonomie alimentaire, même relative, est devenue une nécessité.

On ne peut plus compter sur l'aide de l'ingénieur agronome qui avait initié le potager - il a quitté le pays - ni sur celle de l'ouvrier agricole qui a démissionné.

Enfin, les conditions climatiques sont difficiles avec une grande période sèche et une autre très pluvieuse. L'école a donc besoin de professionnels, agronome ou maraîcher, qui utiliseront les techniques de permaculture pour tenir compte du contexte difficile : le sol est sableux, pauvre en humus, inondé d'eau de juillet à septembre.

Le projet s’appuie sur des personnes ressources déjà en contact avec la communauté, et sur deux volontaires de FEEDA, professionnels, formés en permaculture, mais aussi sur une équipe basée en France et au Venezuela qui assure la logistique du projet.

Cette mission est prévue pour 3 mois, de janvier à mars 2017. Selon les réussites et les demandes de la communauté, le projet pourra éventuellement se poursuivre avec une deuxième mission un an plus tard.


c) Le contexte économique

Le principal secteur d'activité local est l'élevage bovin.

Les ressources économiques sont donc liées à la vente de viande (en majorité) et de lait/fromage (très peu). Les employés sont payés au salaire minimum (60 euros mensuel, fin octobre 2016), nettement insuffisant pour vivre.

Seuls s'en sortent les propriétaires des fermes (« finca » ou « hato »).

La situation générale du pays est très dégradée comme on peut le lire quotidiennement dans la presse.


A quoi servira l'argent collecté ?


La collecte est destinée à financer une première mission sur place avec nos deux volontaires de janvier à mars 2017.

Nos deux volontaires sont bénévoles, l’association finance l’opération avec l'aide de ses membres et des particuliers.

Un budget détaillé a été établi (disponible dans la version longue), il comprend les billets d'avions, la pension complète des volontaires et l'achat de semences et d'outils. Les besoins sont de 6400 euros mais l'ambassade de France participe à hauteur de 2000 euros et le projet peut compter sur 1500 euros de promesses de don ce 30 octobre 2016.


Nous lançons un appel de fonds auquel tu peux participer et que tu peux relayer auprès de tes amis et de toute personne que tu sais attentive à ce type de projet.


Si les dons dépassent le montant de 6400 euros ?

  • nous pourrons améliorer les matériaux et outils consacrés à cette mission : grillage pour entourer le grand potager, extension du potager, matériel pour le drainage...

  • nous pourrons aussi préparer sereinement le suivi de ce projet : il n'est pas encore budgétisé

  • nous pourrons envisager la production d'une vidéo documentaire, avec l'aide de l'Ecole Nationale de Cinéma de Caracas


Notre équipe


Nos deux volontaires qui partent en janvier 2017 :

  • Charlotte Berthet-Rivière, ingénieur en agronomie tropicale (missions au Brésil, au Guatemala, en Afghanistan, au Soudan, en R.D.C…)

  • Julien Hery, éducateur spécialisé, animateur en agroécologie (volontaire en Argentine et en Espagne)


Les relais au Venezuela :

  • Isabelle Jimenez, professeur au Colegio Francia et à l'initiative du projet de développement de la communauté depuis 2001

  • Viviano, éleveur et gérant d'un campement touristique, a donné son terrain à l'école rurale appelée « la escuelita »

  • José Lavado, instituteur/directeur de l'école

Les responsables et le groupe de projet de FEEDA :

  • Nos deux volontaires déjà cités : Charlotte et Julien

  • Laurent Frobert (président de FEEDA), permanent à Caracas

  • Reine Frobert (secrétaire de FEEDA pour le Venezuela), permanente à Caracas

  • François Bernigaud (secrétaire de FEEDA pour la France)

  • Isabelle Chollet-Guerre ( Vice-Présidente de FEEDA)

  • Olivier Gros (Groupe de projet FEEDA, agronome)

  • Alain Hilaire (Groupe de projet FEEDA et trésorier adjoint)

  • Laurent Garin (Trésorier de FEEDA)

Donner 20 euros

Un compte rendu de la mission sera envoyé par courriel

Donner 25 euros

Un compte rendu de la mission sera envoyé par courriel

Donner 100 euros

Un compte rendu de la mission sera envoyé par courriel personnalisé

Donner 10 euros

Un compte rendu de la mission sera envoyé par courriel

Donner 5 euros

Donner 150 euros

Un compte rendu de la mission sera envoyé avec, au choix, un album photo illustrant le projet

Donner 300 euros

Un compte rendu de la mission sera envoyé avec en plus un album photo illustrant le projet

Donner 1000 euros

Un compte rendu de la mission sera envoyé avec en plus un album photo illustrant le projet

Donner 50 euros

Un compte rendu de la mission sera envoyé par courriel

Association FEEDA

FEEDA

Formation et Education à l'Environnement et au Développement Approprié : mise en place de projets de développement appropriés, sans assistanat, incluant une démarche anthropologique

Paul QUEMERE
29/11/2016
virginie sanchez
28/11/2016
Nathanaël Schaller
28/11/2016
Bon vent au Venezuela :)