atelierannedangar

par Fondation Albert Gleizes

Cette collecte est terminée.

atelierannedangar

par Fondation Albert Gleizes

Cette collecte est terminée.

Restauration de l’atelier d’Anne Dangar à Moly-Sabata

 

 

En 1927, le peintre Albert Gleizes (1881-1953) loue à Sablons (Isère) sur les bords du Rhône une grande maison appelée Moly-Sabata pour y installer une petite colonie d'artistes et d'artisans désireux de se soustraire à l'influence de la production industrielle.

 

Anne Dangar (1885-1951) d’origine australienne - elle avait fait des études de peinture puis enseigné à l’Ecole d’Art de Sydney - découvre la peinture d’Albert Gleizes et son approche théorique de l’art lors d’un séjour à Paris en 1928. Convaincue par l’authenticité de la démarche proposée par ce dernier, elle fait le choix de rejoindre Moly-Sabata en mars 1930, où résident déjà le peintre Robert Pouyaud et son épouse.

 

En accord avec les idées de Gleizes sur l'artisanat, elle délaisse alors la peinture pour le travail de la terre, inscrivant ses recherches dans la tradition ancestrale de la poterie vernissée de la Vallée du Rhône qu’elle découvre chez les artisans des villages alentour. C’est en effet auprès des potiers de la région que Dangar apprend à tourner des objets utilitaires aux formes rustiques qu’elle décore de motifs géométriques réalisés en couleurs naturelles, tels les spirales ou les entrelacs.

 

Sur certains grands plats ou sur des pièces importantes, figurent des décors plus complexes, variations sur des œuvres de Gleizes (Vierge à l’Enfant, La Chute d’Icare, etc…). Ces pièces, qui permettaient de faire connaître l’œuvre de Gleizes, étaient destinées à une diffusion dans des galeries, en particulier à la galerie Folklore de Marcel Michaud, active à Lyon entre 1939 et la fin des années cinquante. Anne Dangar, qui fut véritablement l'âme de Moly-Sabata jusqu'à sa mort, organisait des ateliers de dessin et de peinture destinés aux enfants de Sablons et des communes voisines, où sont souvenir est toujours vivace. Depuis sa disparition en 1951, deux ans avant celle d’Albert Gleizes, son atelier de poterie a vu se succéder plusieurs potiers dont Geneviève Dalban et Jean-Claude Libert.

 

Aujourd’hui, les céramiques d’Anne Dangar, présentes déjà dans de nombreux musées français et étrangers, connaissent un regain d’intérêt de la part des historiens et du marché de l’art. Une importante exposition sur son œuvre est en préparation qui devrait être présentée dans plusieurs musées de France.

 

 

La restauration

 

L’atelier d’Anne Dangar se situe dans l’enceinte de Moly-Sabata, propriété appartenant toujours à la Fondation Albert Gleizes. Placé à proximité de l’entrée du domaine, ce petit bâtiment comprend encore un panneau céramique de la main d’Anne Dangar, le mobilier dont elle se servait et le four où elle cuisait ses céramiques Hors d’usage depuis une dizaine d’années, ce lieu important pour l’histoire de la céramique dans la vallée du Rhône et pour l’histoire de l’art français, nécessite d’importantes restaurations :

- Toiture. La toiture, environ 120 m2, couverte de tuiles romaine anciennes, doit être refaite, la charpente est en bon état.

- Plancher. Le plancher de l’étage n’ayant pas été touché lors de la restauration de 1985 doit être entièrement refait.

 

 

Aménagement et mises aux normes.

 

L’atelier restauré et remis aux normes, retrouvant la simplicité d’aménagement chère à Anne Dangar sera transformé en un lieu de mémoire pouvant présenter une partie de la collection de céramiques de la Fondation Albert Gleizes. Il pourra ainsi être ouvert à la visite une partie de l’année. Le montant des travaux est estimé à 6500 euros.

 

 

Donner 20 euros

Donner 50 euros

Donner 100 euros

Donner 150 euros

Association Fondation Albert Gleizes

Fondation Albert Gleizes