La Chapelle, du squat au rachat collectif !

par Fonds de dotation LA CHAPELLE

La Chapelle, du squat au rachat collectif !

par Fonds de dotation LA CHAPELLE

Ensemble rachetons collectivement "La Chapelle", lieu d'expérimentation sociale, politique et culturelle, autogérée bénévolement depuis 1993

Notre projet

La Chapelle existe et persiste depuis 1993 grâce à l’énergie de ses seuls bénévoles et des collectifs qui la soutiennent.

Cette dynamique unique en son genre a permis que la Chapelle devienne un outil de rencontre, de partage et d’échange au service des projets alternatifs d’une ville à vivre et non à consommer.

Festivals, assemblées populaires, résidences artistiques, conférences, théâtre, éducation populaire, relais des luttes … La Chapelle abrite tout ceci aujourd’hui malgré la précarité de sa situation.

Bonne nouvelle, cette précarité n’est pas une fatalité puisque l’association Atelier Idéal, qui gère et anime les activités de La Chapelle, est en passe de conclure positivement des négociations entamées avec la Mairie de Toulouse (La Mairie avait racheté La Chapelle à l’Archevêché en 2009). Conformément à nos souhaits de pérennisation sur le long terme, nous nous apprêtons à signer conjointement un bail emphytéotique et une promesse unilatérale de vente. Le bail emphytéotique nous permettra de bénéficier des droits et des devoirs d’un propriétaire pendant 40 ans contre une redevance annuelle de 500€. Si notre récolte de dons fonctionne bien, la promesse de vente nous permettra à moyen terme de racheter collectivement La Chapelle contre une somme de 100 000 euros.

L’association, conforme à ses principes d’indépendance vis à vis des structures institutionnelles, refuse toute subvention et vit uniquement des ressources produites par ses activités. Depuis sa création, La Chapelle propose des prix et des participations aux frais accessibles à toutes et à tous.

Cependant, pour racheter le lieu et pour que les travaux de mise aux normes du lieu, indispensables pour accueillir du public dans de meilleures conditions, puissent être réalisés, nous avons besoin de votre soutien.

C’est pourquoi nous avons créé le « Fonds de dotation La Chapelle », structure dédiée au recueil des fonds nécessaires à la poursuite du projet et à une acquisition collective du lieu. Ces dons sont ainsi défiscalisables à 66% pour les personnes soumises à l'impôt sur le revenu (la déduction pouvant être demandée pendant 5 ans après le don).

Tous les détails sur notre fonds de dotation se trouvent ici : www.lachapelletoulouse.fr



Origine du projet

Le 4 juillet 1993, l’association Planète en Danger investit la chapelle sainte Jeanne d’Arc, au 36 rue Danielle Casanova, à Toulouse, à l’issue d’une action de rue pour dénoncer la mainmise de la promotion immobilière sur l’aménagement de la ville.

L’association diocésaine, propriétaire du lieu, ne l’entretient plus. Peu à peu, le lieu, en déshérence depuis plusieurs années, se dégrade.

L’équipe de Planète en Danger passe l’été 1993 à refaire le toit, nettoyer le jardin, déblayer les détritus, évacuer les gravas… et retrouve au milieu de tout cela des cahiers, beaucoup de cahiers : les poèmes de Jiri Volf, poète tchèque, réfugié à Toulouse depuis le début des années 70, qui a notamment enseigné à l’université de Toulouse-le-Mirail, mais qui avait sombré au fil des ans dans une désespérance solitaire et qui était mort dans cette Chapelle.

Jiri Volf avait écrit que la chapelle était « l’atelier idéal ». L’expression restera. Des adhérent·es de Planète en Danger et d’autres créent une nouvelle association dont l’unique but sera de s’occuper de la chapelle. Dans la logique de l’attention, du soin et du respect de la mémoire de cet espace, ils l’appellent L’Atelier Idéal. Avec les seules ressources de son imaginaire et l’énergie de ses membres utopistes, l’association anime, gère, entretient, embellit et sécurise l’endroit. L’association ne reçoit aucune subvention. Son activité et les cotisations de ses membres sont ses seules ressources.

Le but de l’Atelier Idéal est de faire de cet îlot un refuge de création et de confrontation pour celles et ceux qui refusent le monde tel qu’il ne va pas, opposant la poésie à la marchandise à la recherche d’une ville à vivre et non à consommer.

Le domaine d’intervention privilégié de l’Atelier Idéal est l’expression de la critique de tous les mécanismes d’aliénation collective et individuelle, de tous les mécanismes qui tendent à confondre accès à la citoyenneté et accès à la consommation. Au service d’un enrichissement de l’imaginaire collectif, l’association concentre son activité sur la gestion et l’animation d’un lieu vécu comme un outil de l’expérimentation sociale. En vingt-quatre ans, l’expression de cette critique y a pris bien des formes. Pour mémoire, il faut citer quelques événements qui ont marqué ou accompagné, à leur échelle, l’histoire de la ville : accueil du collectif de photographes Lucette Omnibus, hommage à Pier Paolo Pasolini, initiation et participation au collectif La Ville habitée (plus de 30 associations, un millier de personnes, investissent l’hôtel Saint Jean à la Dalbade, future DRAC, en 1995), fête de soutien au lancement du journal Satiricon, au comité Chiapas, journées contre l’enfermement, contre le nucléaire, sur la marginalité (création du collectif SDF créateur d'habitat), sur les Balkans, organisation de la nuit des survivant-e-s au lendemain de l’explosion d’AZF, accueil du collectif "Plus Jamais Ça Ni Ici Ni Ailleurs", projection du film La Commune de Peter Watkins, les rencontres sur et avec les Rroms (« Tous les chemins mènent aux Rroms » 1 et 2), lecture intégrale (48h non-stop !) de Don Quichotte en 2005, soirée hommage à Allain Leprest en 2012, ou encore le soutien à la Campagne d’Entraide de Réquisition et d’Autogestion (CREA) très importante à Toulouse depuis quelques années…

Depuis bientôt 25 ans, la Chapelle s’est ouverte à nombre de passants, rêveurs, curieux, acteurs, musiciens, danseurs, groupes, compagnies, collectifs, associations. Une vie riche et variée s’est organisée avec des expositions, des conférences, des spectacles, des concerts, des assemblées générales, des répétitions, des projections, des bals... Charlie Bauer, Enric Duran, Maurice Rajsfus, les Indigné·es, le Réseau Sortir du Nucléaire, Louis Sala-Molins, Patrick Mignard, Odile Barral du Syndicat National de la Magistrature, Eric Bogaert du collectif Mais c'est un homme ! sont venus nous faire partager leur vision du monde tel qu'il ne va pas... sans oublier Richard Desjardins, Serge Pey, Eric Lareine, Michel Vivoux, Mara Diabaté, Les Faux Bijoux, Didier Labbé Quartet, les Femmouzes T, André Minvielle, Bacchus, Claude Sicre, JeHaN, Nilda Fernandez, Imbert Imbert, ... la liste est longue de ceux qui sont venus partager des moments d’une grande convivialité, autour de petites tables éclairées de bougies, en accord avec la magie du lieu. L’hospitalité, le souci de l’accueil constitue une des caractéristiques de l’association pour favoriser les mélanges, les échanges et la rencontre. Il s’agit bien de créer une alternative et non un ghetto alternatif.

Pour pérenniser le lieu et maintenir l’autonomie de son projet, en 2017, l’association lance une récolte de dons via son tout nouveau « Fonds de dotation LA CHAPELLE » : www.lachapelletoulouse.fr

Une récolte de dons pour pérenniser vingt-quatre années de luttes, d'engagement bénévole et militant, vingt-quatre ans d'histoire.



A quoi servira l'argent collecté ?

Le rachat collectif

Cette campagne de dons doit servir à financer le rachat collectif de La Chapelle. Après le rachat du lieu par la Mairie de Toulouse en 2009, suite à plusieurs années de discussions et de négociations avec les municipalités successives, nous avons en effet convenu de signer une promesse unilatérale de vente pour un prix de 100 000 euros. Cette promesse ne nous engage pas. Elle nous permet de disposer de quelques années pour récolter la somme nécessaire au rachat et d’associer les acheteurs au devenir collectif de ce lieu associatif reconnu d’intérêt général. Dans l’attente de ce rachat, nous signerons conjointement un bail emphytéotique qui pérennisera le projet pour 40 années ! Ce type de bail nous donnera les droits et les devoirs d'un propriétaire, donc y compris le devoir de faire les travaux de rénovation de La Chapelle.

La mise aux normes

En effet, la collecte doit également permettre la mise aux normes de La Chapelle pour accueillir le public dans de meilleurs conditions (confort, sécurité incendie, accessibilité handicapés). Pour cette étape le budget nécessaire est de 40 000 euros. Nous avons réalisé un dossier exhaustif sur ces travaux (disponible sur notre site internet) et consulté différents prestataires sur lesquels nous nous appuierons. Ce budget couvre l'achat des matériels nécessaires car la main d’œuvre sera bénévole (pour information, la valorisation de cette main d'œuvre bénévole est estimée à 38 000 euros).

La toiture

La toiture doit également être rénovée pour assurer la sécurité du public et des bénévoles, et éviter les fuites récurrentes dans La Chapelle ! Un premiers devis a estimé cette rénovation à 70 000 euros.

Au total, il nous faut donc collecter 210 000 euros !


Notre équipe

La Chapelle existe et persiste depuis maintenant 24 ans grâce à l’énergie de ses seuls bénévoles et des collectifs qui la soutiennent. L'association ATELIER IDÉAL a inscrit dans ses statuts le choix du bénévolat. Aucun membre de l'association n'est salarié.

Ce choix sera poursuivi après la légalisation du lieu.

L'association Atelier Idéal se compose d'une douzaine de membres actifs, d'une quarantaine de membres de soutien et de plusieurs dizaines de membres sympathisants ! Elle se réunit tous les mercredis soirs pour gérer et animer les activités du lieu, accueillant les nombreuses demandes d'utilisation de La Chapelle par des associations et collectifs extérieurs.

Le groupe Relâche est le collectif qui autogère les soirées du Lundi, ouvertes à toutes et à tous.

L'AMAP Casanova s'occupe de distribuer légumes et fruits à ses adhérents en maintenant la petite agriculture paysanne.

Le KIOSK organise régulièrement des soirées-discussions autour de livres et de revues en présence des auteurs·trices, et tient une table d'infos/presse/revues lors des autres évènements.

Le Groupe Pain est un collectif qui se réunit les dimanches autour de la fabrication de pain dans le Four à pain de La Chapelle.

Enfin, les mercredis de 17h à 20h, la Chapelle ouvre ses portes à l’association La Dérive Jubilatoire qui propose des moments privilégiés d’échanges, de rencontres, de découvertes d’œuvres (projection de films notamment …) permettant de développer collectivement notre regard critique, et d’interroger l’interdépendance du contexte culturel et du contexte social ou politique.

Donner 10 euros

Donner 20 euros

Donner 50 euros

Donner 100 euros