La France, championne d'Europe des autorisations pour la chasse

La France détient le record du nombre d’espèces chassables : 91 espèces, dont 20 sont en déclin. Oui, oui, vous lisez bien, en 2022, à l'heure de la 6ème extinction de masse des espèces... 

La chasse au blaireau sous terre, un exemple criant de cruauté à la française

Vidéo © One Voice « Déterrage des blaireaux : infiltration dans un équipage de vènerie sous terre »

La vènerie sous terre est un mode de chasse utilisé en France pour chasser le blaireau. Cela se passe sous terre et cette pratique n’a rien du conte de fées décrit par ses adeptes. 

  • Des chiens sont lâchés pour acculer les blaireaux avec leurs petits au fond de leur terrier.
  • Les chasseurs creusent au droit de leur ultime refuge pendant des heures (jusqu’à deux jours) pour extirper les blaireaux à l’aide de pinces dignes d’instruments de torture du Moyen Âge.
  • Les blaireaux sont ensuite le plus souvent achevés à l’arme blanche, autre métaphore pour désigner des coups de pelle, de hache ou de masse. Quant aux jeunes blaireautins, ils sont abattus en même temps que leurs parents, ou abandonnés. Dans ce cas, sans abri et sans protection, ils ne survivront pas longtemps. Oui, oui, vous lisez bien, en 2022...

La tradition ne peut plus justifier une telle barbarie
 

N'est-il pas grand temps que la France, à l'instar des autres pays européens, intègre que ce n'est pas parce qu'une méthode est dite traditionnelle qu'elle est justifiable et acceptable ? N'est-il pas grand temps d'en finir avec ces pratiques archaïques, barbares, sanguinaires ?

Non seulement les préfets permettent chaque année la chasse cruelle du blaireau par vènerie sous terre, mais ils persistent encore chaque année à prendre des arrêtés pour en prolonger la pratique au-delà de la période de chasse (qui s'étale de septembre à fin février).

Pourquoi ? A vous de trouver ! Souvent, aucune justification à cette période complémentaire :

  • Pas d'état des populations de blaireaux sur le département.
  • Pas d'élément quant aux dégâts agricoles éventuels.
  • Pas de bilan des périodes de chasse « ordinaire ».
  • Aucune donnée avancée par les préfectures.

Pire encore, la période complémentaire de chasse au blaireau, en général de mai à septembre, intervient alors que les petits sont encore dépendants de leurs parents. Le massacre des adultes et la destruction de leur habitat ne laissent alors aux jeunes blaireautins que la perspective d'une mort certaine, en violation de la protection juridique des jeunes mammifères normalement accordée.


8 mois de cruauté par an, ce n'est pas assez ? Nous avons décidé d'agir en justice

Notre objectif est clair : faire annuler un à un ces arrêtés préfectoraux pour que les préfets cessent de prendre chaque année des décisions infondées et arbitrent enfin en faveur du vivant. Puis, avec nos associations amies, nous pèserons de tout notre poids pour inciter le Parlement à mettre fin à ces massacres par une loi interdisant définitivement cette pratique moyenâgeuse.

En 2021, nous avons fait appel à la justice sur 5 départements : 

Des victoires qui interviennent « après coup » peuvent paraître dérisoires mais il n’en est rien. C’est la répétition de l’annulation de leurs arrêtés qui va contraindre les préfets à cesser de les reprendre à l’identique chaque année puis contraindre le ministère de l’environnement à stopper ces massacres par une loi interdisant cette pratique. Ainsi en a-t-il été pour le grand tétras dans les Pyrénées. Nous poursuivons le même objectif.

En 2022, nous intensifions notre action

Nous mettons en place une action inter-associative avec Animal Cross, l’ASPAS, AVES, la LPO AURA et One Voice afin de décupler nos actions.

Nous voulons maintenant attaquer cette période de chasse prolongée qui signe l'arrêt de mort des blaireautins dans 6 autres départements : l'Allier, le Cantal, la Haute-Loire, le Puy-de-Dôme, le Rhône et la Savoie.

Nous avons déjà tenté de faire suspendre en référé les nouveaux arrêtés dans l'Ain et dans la Loire mais nous n'avons pas été entendus quant à l'urgence à agir. Nous sommes confiants, nous gagnerons sur le fond et nous obtiendrons l'annulation de ces autorisations meurtrières. Chaque victoire compte, même a posteriori.

Les succès juridiques se multiplient devant les tribunaux en France et l'action des associations commence à porter ses fruits dans notre région également. Cette année, en Ardèche et en Isère, les préfets ont renoncé à instituer une période complémentaire de vènerie. Nous les félicitons pour leur clairvoyance.
 

Description des postes de dépense

Les travaux d'écritures juridiques (collecte d'informations, analyse de documents et données, actions juridiques...), de communication pour alerter et sensibiliser via différents outils de communication (site internet, réseaux sociaux...) et de coordination de nos actions ont un coût.

3 000 € supplémentaires nous sont nécessaires et vous seuls pouvez nous les apporter. Vous êtes nombreux à nous soutenir dans ce combat, nous comptons tellement sur vous cette année encore. Ensemble, nous pouvons le faire !

Un grand merci par avance pour votre soutien indispensable et à très bientôt pour des nouvelles de nos actions.

Vous préférez faire un don par chèque ?

Merci d'avance de libeller votre chèque à l'ordre de FNE AURA « Campagne Vènerie »  puis de l'adresser à FNE AURA - Hévéa Etic - 2 rue Professeur Zimmermann - 69007 Lyon.

Allons plus loin ensemble 

Rejoignez notre pôle d'expertise Biodiversité, notre Groupe Chasse ou encore notre Groupe Loup en nous adressant un mail à region@fne-aura.org


© One Voice, @ Meles,© Flickr.

Bénéficiaires finaux de la collecte

France Nature Environnement Auvergne-Rhône-Alpes (FNE AURA)

Hévéa-Etic - 2 rue Professeur Zimmermann - 69007 Lyon

www.fne-aura.org

region@fne-aura.org

Porteurs du projet

Maxime Flamand, juriste FNE AURA
Séverine Latour, Communication
& appels à la générosité FNE AURA

 

France Nature Environnement Auvergne-Rhône-Alpes (FNE AURA)

Hévéa-Etic - 2 rue Professeur Zimmermann - 69007 Lyon

www.fne-aura.org

region@fne-aura.org

 

Localisation du projet

France
Votre don ne vous coûtera que 6.80 € après réduction fiscale
20 €
Votre don ne vous coûtera que 10.20 € après réduction fiscale
30 €
Votre don ne vous coûtera que 17 € après réduction fiscale
50 €
Votre don ne vous coûtera que 34 € après réduction fiscale
100 €
Votre don ne vous coûtera que 68 € après réduction fiscale
200 €
Montant à payer :
0 €

HelloAsso est une entreprise sociale et solidaire, qui fournit gratuitement ses technologies de paiement à l'organisme France Nature Environnement Auvergne-Rhône-Alpes . Une contribution au fonctionnement de HelloAsso, modifiable et facultative, vous sera proposée avant la validation de votre paiement.

10 125 € collectés
Objectif : 10 000 € Contribuer au projet
Fin dans 22 jours
205 contributeurs

Partager la collecte

Financé à 101% - 10 125€ / 10 000€
Contribuer au projet

Plateforme de paiement 100% sécurisée

Toutes les informations bancaires pour traiter ce paiement sont totalement sécurisées. Grâce au cryptage SSL de vos données bancaires, vous êtes assurés de la fiabilité de vos transactions sur HelloAsso.

VISA MasterCard Carte Bleue PCI-DSS