Cette campagne est terminée, rendez-vous sur la page de Gbobètô pour découvrir les projets en cours.

Voir la page

Lutte contre la pollution plastique et la pauvreté à Porto-Novo (Bénin)

par Gbobètô

Pour nous aider à mettre en place une unité de valorisation du plastique en matériaux de construction c'est par ici !


La problématique

Tout part d'un double constat :

  • un constat environnemental : la ville de Porto-Novo, capitale politique du Bénin, est d'une incroyable richesse naturelle et culturelle,mais celle-ci est mise en péril par une gestion environnementale et des services urbains défaillants. Notamment, la ville produit chaque année plus de 60 000 tonnes de déchets dont seules 30 % sont traitées. Le reste s'accumule dans l'environnement, créant d'importants dangers environnementaux et sanitaires : contamination de la nappe phréatique et de la lagune, inondations périodiques par défaut d'écoulement des eaux, prolifération des nuisibles (rats, moustiques, etc.), vecteurs de transmission de maladies à la population...


  • un constat social : une large frange de la population vit dans des conditions très précaires. Certains habitent des maisons inachevées ou insalubres du fait de la cherté des matériaux de construction. Les infrastructures de base (routes, latrines, etc.) sont peu développées dans certains quartiers. Par ailleurs, en l'absence de tissu économique local, les activités de débrouille, dénuées de protection sociale, sont prédominantes alors même qu'elles permettent rarement à ceux qui les pratiquent de vivre de leur labeur. La figure du Gbobètô, (« ramasseur d’ordures » en goun-gbé, dialecte local majoritaire) est particulièrement emblématique : avec leurs modestes moyens et au péril de leur propre santé, ces acteurs informels récupèrent, sur les tas d’immondices, les ordures qui pourraient trouver une seconde vie auprès des artisans et commerçants de Porto-Novo.

Notre solution : une unité de transformation des déchets plastiques en matériaux de construction !

Plutôt que de considérer les déchets comme un problème, notre vision est de les regarder comme une matière première qui, si des filières de valorisation adéquates sont mises en place, peuvent permettre de dynamiser l'économie locale, de manière respectueuse de l'environnement et socialement pertinente.

En partant des déchets les plus problématiques pour la ville, à savoir les déchets plastiques, nous souhaitons donc développer une unité de production de matériaux de construction en plastique recyclé.

Notre objectif est de créer un triple impact positif :


  • impact environnemental : assainissement de la ville, préservation de la biodiversité de la lagune et développement d'une sensibilité écologique chez la population ;
  • impact économique : dynamisation de l'économie locale par la création d'emplois directs et indirects ;
  • impact social : (1) des revenus complémentaires parviendront aux acteurs rapportant leurs déchets plastiques puisque Gbobètô les rachètera en tant que matière première et (2) des matériaux de construction abordables et de qualité seront mis sur le marché pour lutter contre le mal-logement et le déficit d'aménagement.
Nous prévoyons que notre unité artisanale sera en mesure de recycler AU MOINS 2,2 tonnes de déchets plastiques par mois, en employant au moins 5 ouvriers à temps plein.

A quoi servira l'argent collecté ?


L'ensemble des fonds sera versé sur le compte bancaire de l'association Gbobètô et servira à financer partiellement la phase pilote de ce projet, planifiée sur une durée de 5 mois et demi, entre juillet-août et décembre 2019-janvier 2020.

Il s'agit pour Gbobètô d'étudier les paramètres présidant au succès d'une unité de production de matériaux de construction en plastique recyclé dans la ville de Porto-Novo.

Concrètement, après le recrutement de 5 ouvriers (de préférence des jeunes sans qualification et sans emploi), l'ingénieur du projet testera la fabrication de briques, pavés et carrelage.

(c) ZelijInvent
Après leur approbation par des experts indépendants, les produits seront utilisés pour réhabiliter un établissement scolaire. Ce chantier sera également l'occasion de sensibiliser les élèves à la question de la pollution plastique et ses conséquences pour la biodiversité via des activités menées par des bénévoles de l'association au sein des classes.

(c) AFP


Notre équipe

Ce projet est porté par Gbobètô, association française créée en 2018 par des membres de la diaspora béninoise et des amis du Bénin, à l'initiative d'une jeune franco-béninoise, Naomi FAGLA MEDEGAN.

Élevée dans une triple culture franco-colombo-béninoise, Naomi se rend pour la première fois au Bénin à l'âge de 16 ans. Un voyage qui est pour elle une véritable prise de conscience sur la question des inégalités majeures entre Nord et Sud et oriente ses choix de vie.

Déterminée à donner corps à son attachement pour le Bénin et à être force de changement positif dans le combat pour un développement inclusif et durable, Naomi convainc ses proches de la nécessité d'agir. Ensemble, ils fondent Gbobètô en 2018.


Donner 20 euros

Donner 50 euros

Donner 100 euros

Donner 150 euros

Donner 200 euros

Donner 300 euros

Donner 500 euros

HelloAsso est une entreprise sociale et solidaire, qui fournit gratuitement ses technologies de paiement à l’organisme Gbobètô. Une contribution au fonctionnement de HelloAsso, modifiable et facultative, vous sera proposée avant la validation de votre paiement.

Plateforme de paiement 100% sécurisée

Toutes les informations bancaires pour traiter ce paiement sont totalement sécurisées. Grâce au cryptage SSL de vos données bancaires, vous êtes assurés de la fiabilité de vos transactions sur HelloAsso.

Carte bleue VISA Mastercard PCI-DSS
S
severine
31/03/2019
Signaler la page