Handicap International

Humanitaire
Handicap International vient en aide aux populations vulnérables, notamment les personnes handicapées, partout dans le monde où cela est nécessaire. L’association répond à leurs besoins essentiels et spécifiques, améliore leurs conditions de vie et les aide à s’insérer dans la société.

qui sommes-nous ?

En images
Notre mission
« Notre obstination à agir en direction des plus vulnérables, y compris dans les situations extrêmes, a porté ses fruits. Grâce à elle, nous avons conquis la légitimité indispensable pour entrer en rébellion contre certaines armes – les mines et les bombes à sous-munitions – aujourd'hui illégales. C'est cette même obstination qui anime encore nos équipes aujourd'hui et qui les pousse à agir sans relâche dans près de 60 pays. »

Les actions de notre association

MINES ET AUTRES ARMES

Les mines antipersonnel font encore une victime toutes les deux heures dans le monde ! Handicap International accompagne les victimes, démine les terres et prévient les accidents. L’association se mobilise également contre les restes explosifs de guerre (dont les bombes à sous-munitions) et leur usage en zones peuplées, et contre les armes légères.

violencearmee_liban_deminage-15_1280x720

© G. Dubourthoumieu / Handicap International

Le décompte des victimes d’une guerre ne s’arrête pas à la fin d’un conflit

Depuis près de 35 ans, Handicap International ne cesse de le souligner : le décompte des victimes d’une guerre ne s’arrête malheureusement pas à la fin d’un conflit. Au Cambodge depuis déjà trois décennies, et maintenant aussi en Irak, en Libye et en Syrie, les armes dispersées, les mines enfouies dans le sol, les sous-munitions et autres restes explosifs de guerre utilisés notamment en zones peuplées, continueront encore longtemps de faire des victimes, civiles pour la plupart.


Réduire les risques, prévenir les accidents

De son expérience de la lutte contre les mines antipersonnel et les bombes à sous-munitions (BASM), Handicap International a décliné son savoir-faire de réduction des risques et de prévention des accidents que génèrent les armes conventionnelles : mines, restes explosifs de guerre, armes légères (portatives et utilisées par une seule personne) et de petits calibres (conçues pour une utilisation de deux ou trois personnes travaillant en équipe).

Handicap International intervient auprès des populations civiles vulnérables, réfugiées ou déplacées qui sont menacées par la présence de ces armes en contexte d’urgence, de reconstruction et de développement afin de les protéger en créant des communautés plus sûres. Pour ce faire, elle diffuse des messages de prévention auprès des communautés exposées ; leur apprend à gérer les risques ; identifie, cartographie et marque les zones dangereuses ; et s’assure de la destruction des mines, restes explosifs de guerre et des armes légères et de petit calibre obsolètes en respectant les normes internationales. Par ailleurs, elle sécurise les dépôts d’armes et de munitions présentant des risques d’explosion et accompagne les partenaires dans leur gestion de ceux-ci. L’association vise à rétablir le dialogue entre des communautés affectées par la violence armée.

Les quatre secteurs d'activité de la réduction des risques liés aux armes conventionnelles :

  • Gestion et échange de l’information (enquêtes sur la nature et la localisation de la menace explosive; l’impact humain – socio-économique des armes ; connaissances/ attitudes/ comportements ; perception de la sécurité ; etc.)

  • Sécurité et protection communautaire (sensibilisation et gestion des risques liés aux armes ; campagnes d’information publique ; plaidoyer ; transformation de conflit)

  • Destruction des armes conventionnelles (déminage ; dépollution des routes et des champs de bataille ; destruction des armes conventionnelles)

  • Sécurisation et gestion des stocks d’armes et de munitions (sécurisation/réhabilitation des infrastructures ; marquage des armes et munitions, etc.


Handicap International et la mobilisation internationale

Mines antipersonnel

En 1992, Handicap International crée avec cinq autres ONG la Campagne internationale pour interdire les mines antipersonnel (ICBL). À force de mobilisation de la société civile – plus de deux millions de signatures récoltées depuis 1992 – et de lobbying auprès des États, le Traité d’interdiction des mines est signé à Ottawa en décembre 1997 sur l’initiative du Canada. Il entre en vigueur le 1er mars 1999. Pour les États qui y accèdent par ratification nationale, il est désormais interdit d’utiliser, de stocker, de produire et de transférer des mines antipersonnel. Ils doivent également détruire leurs stocks. Pour ce combat acharné contre les mines qui a abouti au Traité d’Ottawa, Handicap International et les autres membres d’ICBL reçoivent conjointement le prix Nobel de la paix en 1997. Le travail incessant de plaidoyer international se poursuit pour que tous les pays de la planète rejoignent enfin le Traité d’Ottawa, y compris les plus gros producteurs que sont les États-Unis, la Russie et la Chine.

BASM (bombes à sous-munitions)

Depuis 2003, Handicap International se mobilise pour que les bombes à sous-munitions, qui violent par nature le droit international humanitaire, soient définitivement bannies. L'association est l'un des membres fondateurs de la Coalition contre les sous-munitions qui regroupait en 2008 près de 300 ONG, afin de porter une parole forte auprès des États et de faire pression pour l'interdiction des BASM.

Le 3 décembre 2008, l’aboutissement de ce combat est de taille : 96 pays signent le Traité d'interdiction des BASM à Oslo. Il entre en vigueur le 1er août 2010. Le traité d’Oslo interdit définitivement l'utilisation, la fabrication, le commerce et le stockage des bombes à sous-munitions.

Sur le terrain, beaucoup reste à faire pour que les populations civiles reprennent le cours d'une vie normale, notamment en termes de dépollution des terres et d'assistance aux victimes.

Armes explosives en zones peuplées

L’utilisation d'armes explosives – mines, bombes à sous-munitions, missiles, roquettes, obus, bombes aériennes… – en zone peuplée fait chaque année des dizaines de milliers de nouvelles victimes parmi les civils.

Ces armes provoquent des souffrances et des blessures graves allant jusqu’à l’amputation, causent des handicaps lourds et des traumatismes psychologiques profonds. Elles détruisent les habitations, les écoles, les hôpitaux... Après le conflit, les armes qui n’ont pas explosé à l’impact constituent non seulement un danger pour la sécurité des populations mais aussi un obstacle à la reconstruction du pays. Elles plongent ainsi les populations dans la plus grande pauvreté.

Handicap International invite les citoyens de toute la France à dire NON aux mines antipersonnel et aux bombes à sous-munitions, et à se mobiliser ensemble contre l’utilisation des armes explosives en zones peuplées, autre exemple d’injustice et de non-respect des règles de conflit.

> Pour que votre voix compte, signez la pétition en ligne.


Les mines et les BASM font une victime dans le monde toutes les 2 heures environ

  • 5 % à 40 % des sous-munitions n'explosent pas à l'impact, se transformant, de fait, en mines antipersonnel.

  • 94 % des victimes des BASM recensées sont des civils.

  • Sur les 875 millions d’armes légères et de petits calibres en circulation dans le monde – revolvers, fusils, pistolets… – 74 % sont aux mains des civils.*

* Gun Violence : The Global Crisis, IANSA, 2007.



URGENCE

Handicap International intervient en urgence dans des situations de crise, qu’elles soient liées à des catastrophes naturelles ou à des conflits armés. L’association s’est donné les moyens d’intervenir aujourd’hui dès les 72 premières heures suivant une crise majeure.


urgence_rdc_till_mayer_kongo22_1280x720


Depuis sa création en 1982, Handicap International s'attache à mener de front actions d'urgence humanitaire et projets de développement. Parce que les personnes vulnérables sont souvent oubliées lors de crises, parce que les bases d'un développement durable, qui intègre pleinement les personnes handicapées, se définissent dans les semaines qui suivent une catastrophe naturelle ou un conflit.

Des compétences renforcées dans l’urgence

La Direction de l'action d’urgence intervient sur le terrain pour assister les victimes de crises et de catastrophes naturelles, en particulier les personnes fragiles et handicapées. Elle assure une aide humanitaire aux populations sinistrées, réfugiées et déplacées.

L'association apporte une aide médicale (soins et réadaptation) ainsi qu'un soutien psychologique. Elle assure également le transport, le stockage et la distribution d'aide humanitaire. Elle intervient également dans la gestion de camps de réfugiés et déplacés, et participe aux opérations de rapatriement volontaire.

Les interventions d'urgence impliquent également la construction d'abris, de logements temporaires évolutifs et la reconstruction d’infrastructures.

Les neuf secteurs d'activité de l'urgence :

  • Gestion et distribution de l'aide humanitaire (transport, stockage, post-acheminement de matériels de première nécessité ou de vivres)

  • Assistance aux réfugiés et aux déplacés, mise en place d'abris temporaires et organisation du rapatriement volontaire des populations

  • Accès à l'eau, l’hygiène et l’assainissement

  • Aide et soutien aux personnes handicapées et aux groupes vulnérables

  • Assistance aux survivants (réadaptation physique, appareillage orthopédique, soutien psychosocial)

  • Santé préventive, soins et réadaptation à base communautaire dans les camps

  • Réhabilitation et construction d'habitats et d'infrastructures communautaires accessibles

  • Prévention des accidents liés aux engins explosifs de guerre et opérations de déminage

  • Préparation aux catastrophes



READAPTATION

Pour les personnes mutilées pendant des conflits, victimes de catastrophes naturelles, d'accidents ou diminuées par une maladie, l'appareillage et la rééducation sont les premières étapes vers l'autonomie. Elles sont au cœur des actions de Handicap International.


read_rdc_ok_press_francine_1280x720

La réadaptation physique et fonctionnelle s’inscrit dans un parcours global vers l’autonomie. C’est l’une des missions fondamentales de Handicap International, tant en contexte d’urgence que de développement. Elle est mise en œuvre auprès des personnes présentant des déficiences ou des incapacités, temporaires ou durables, afin de prévenir, ralentir ou compenser la perte fonctionnelle. Refusant les démarches stéréotypées, les équipes de Handicap International analysent les spécificités d’une situation pour identifier les actions et le mode opératoire les mieux adaptés.

L’appareillage, pour vivre debout

Qu'il s'agisse de prothèses*, d'orthèses** ou d'autres types d'aides à la mobilité***, les techniques orthopédiques utilisées par les spécialistes de Handicap International sont adaptées aux matériaux, aux compétences et aux infrastructures disponibles sur place. Parallèlement, la technologie est choisie en fonction du contexte. Ces aides techniques permettent à chacun de retrouver une plus grande autonomie de mouvement. Parce qu'elles doivent s'adapter à l'évolution physique du patient (enfants en croissance), un accompagnement individualisé sur le long terme est nécessaire. L'association travaille ainsi en collaboration avec les structures de santé locales, pour mettre en place des formations reconnues de techniciens orthoprothésistes, et elle soutient la création de centres d'appareillage.

* Appareil qui remplace un membre ou une partie de membre manquant.

** Appareil qui soutient un membre paralysé ou affaibli.

*** Béquilles, déambulateurs, fauteuils roulants

La rééducation : vers l’autonomie

La marche, la parole, la mobilité du bras... Pour de nombreuses personnes blessées ou appareillées, l'autonomie passe souvent par le réapprentissage de chaque geste de la vie quotidienne. Kinésithérapeutes, ergothérapeutes ou orthophonistes, les professionnels de santé jouent un rôle essentiel dans ce long rétablissement, mais sont généralement trop peu nombreux dans les pays qui en ont le plus besoin. Pour pallier ces carences, Handicap International facilite ou met directement en place des formations diplômantes pour que ces professionnels deviennent autonomes. Enfin, l’accompagnement de l’entourage proche est souvent indissociable de la prise en charge par les professionnels.



PREVENTION ET SANTE

La santé est une étape essentielle au bien-être des individus ainsi qu'à leur intégration sociale. Prévention des maladies invalidantes et du handicap, création de services de santé de proximité, soutien psychologique pour les survivants de conflits ou de violences… Handicap International permet à chacun d'avoir un accès équitable aux informations, aux soins et aux services de santé.


sante_rdc_kin_smi_j_de_tessieres_9845_1280x720


Accès aux soins pour les plus vulnérables

Les projets de prévention et santé développés par Handicap International visent à établir ou à renforcer l'accès à des soins de qualité pour les personnes les plus vulnérables, et tout particulièrement les personnes handicapées : soutien à des services de santé de proximité, de pharmacies communautaires, amélioration de l'accueil des patients, formation complémentaire du personnel de santé, appui technique, méthodologique ou financier.

Santé de la mère et de l’enfant

Handicap International forme et accompagne le personnel des centres de santé dont des maternités pour les préventions du handicap à la naissance. Améliorer le suivi des mamans et de leur bébé, avant, pendant et après l’accouchement, permet de réduire le nombre de maladies à la naissance grâce à une détection et une prise en charge précoces, et limiter la mortalité infantile.

Soutien psychologique

Handicap International apporte un soutien aux personnes en souffrance psychologique, qu'il s'agisse de victimes de conflits, du terrorisme ou de catastrophes naturelles, de personnes déplacées ou réfugiées. Ses équipes travaillent en collaboration avec les équipes locales pour une meilleure prise en charge de ces traumatismes : consultations psychothérapeutiques, mise en place de groupes d’entraide communautaire et de médiations thérapeutiques par le jeu, le théâtre ou le dessin, appui pour la mise en place de réseaux de professionnels.

Les maladies invalidantes : un défi d’envergure

VIH/sida, filariose lymphatique, poliomyélite, épilepsie, diabète… Véritables fléaux dans de nombreux pays, ces maladies invalidantes impactent lourdement les personnes qui en sont affectées et provoquent souvent leur exclusion sociale suite à un changement dans leur état de santé. Handicap International collabore avec les associations locales telles les organisations de personnes handicapées, les institutions et le personnel de santé pour conduire des campagnes de vaccination ou de sensibilisation, pour mettre en place des antennes d'information et de dépistage, pour former le personnel local.

La sécurité routière

Les accidents de la circulation constituent l'une des premières causes de handicap dans le monde. C’est pourquoi Handicap International conduit depuis plusieurs années des projets de prévention routière avec les écoliers, les villageois, les autorités locales…



INSERTION

Au cœur des préoccupations de Handicap International : la reconnaissance des personnes handicapées en tant que citoyen égal à tous, leur valorisation auprès de leur famille et leur communauté, et ainsi favoriser l'égalité des chances.

insertion_rdc_kin_edi_grace_9461_1280x720

© Johanna de Tessières / Handicap International


Pour permettre aux personnes handicapées d’être pleinement intégrées dans leur famille et dans la société, les équipes de Handicap International agissent pour qu’elles accèdent aux activités sociales, éducatives, professionnelles, sportives, civiques, culturelles…

Insertion scolaire

Handicap International encourage l'accès des enfants handicapés à une éducation adaptée à leurs besoins. L’association favorise l’intégration des enfants en situation de handicap dans le cursus scolaire ordinaire. L’éducation dite « inclusive » participe au changement de regard sur le handicap. Pour cela, l’association aide les établissements à accueillir les élèves, en adaptant si besoin le mobilier et l’accès au bâtiment, mais surtout en formant les professeurs aux besoins spécifiques des enfants handicapés et en sensibilisant les élèves et la communauté au handicap.

Handicap International soutient également des structures spécialisées (établissements pour enfants handicapés mentaux, par exemple) et la création de classes intégrées (classes pour enfants handicapés insérées au sein d'une école ordinaire).

Insertion professionnelle

Pour une personne handicapée, l'exercice d'une activité professionnelle représente un facteur important de survie, d'autonomie et de reconnaissance au sein de sa famille et de sa communauté. Handicap International favorise l'insertion professionnelle des personnes handicapées – souvent exclues et sans ressources – dans le tissu socioéconomique local, en soutenant des projets individuels ou collectifs (développement d'activités agricoles, création d'un atelier de réparation de vélo, de couture...) et en facilitant l'accès aux prêts bancaires. Elle sensibilise également les entreprises à l'emploi des personnes handicapées.

Activités sportives et de loisirs

Les Activités Sportives et de Loisirs (ASL) doivent être pensées sans aucune discrimination et pour toutes les personnes en situation de handicap. Elles sont porteuses de valeurs transversales telles que la solidarité, le dépassement de soi, l'entraide, l'estime de soi… Handicap International met en valeur et développe l'accès aux ASL pour les personnes en situation de handicap.


Environ un tiers des 77 millions d’enfants non scolarisés sont handicapés (Education For All, Global Monitoring Report 2010).



PARTICIPATION ET DROITS

Être soigné, aller à l'école, travailler, s'exprimer, faire du sport, avoir des loisirs… Pour que ces droits fondamentaux soient les droits de tous et que les plus vulnérables ne soient plus exclus de la société, Handicap International agit, dans près de 60 pays, pour en promouvoir le respect.

droits_chine_yunnan_yanqin_1_1280x720

« Tous les hommes naissent et demeurent libres et égaux en dignité et en droits »

Mais l'article 1er de la Déclaration universelle des droits de l’homme de 1948 est loin d’être une réalité pour plus d'un milliard de personnes handicapées, soit 15 % de la population mondiale. 80 % des personnes handicapées vivent dans les pays en développement. Parmi les plus pauvres, une personne sur cinq vit avec un handicap. 

Les personnes handicapées ont les mêmes droits et besoins que les autres. Cependant les enfants handicapés n’ont souvent que très peu de chances d’accéder à l’école primaire ; les discriminations auxquelles les personnes handicapées sont confrontées pour accéder à l’emploi condamnent nombre d’entre elles à la pauvreté

Ainsi, le respect de leurs droits est au cœur des préoccupations de Handicap International depuis sa création en 1982.

Être soigné, aller à l'école, travailler, s'exprimer, faire du sport, avoir des loisirs… Pour que ces droits fondamentaux soient les droits de tous, Handicap International agit et milite auprès des pouvoirs politiques nationaux et internationaux.

Témoigner et influer

L’adoption par l’Assemblée générale des Nations Unies en 2006 de la Convention internationale relative aux droits des personnes handicapées, à laquelle Handicap International a largement contribué, représente une avancée majeure. 

Dans les pays où elle intervient et avec les associations de personnes handicapées, Handicap International promeut la ratification de cette Convention et soutient sa mise en œuvre effective par les États. L’association appuie aussi l’élaboration de lois et politiques nationales qui permettent aux personnes handicapées d’accéder aux services publics (école, mairie, maternité…).

En France, l'association a également contribué à l'élaboration de la loi française pour « l’Égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées », promulguée en février 2005. Elle travaille auprès de l’Agence Française de Développement pour faire en sorte que les actions de coopération internationale financées par la France à l’étranger contribuent activement au respect des droits des personnes handicapées dans ces pays.

Un environnement accessible

Une des conditions de la réalisation des droits pour tous est la possibilité d’accéder aux informations, services et infrastructures dans tous les domaines (école, mairie, transports…). La conception d’environnements accessibles à tous est indispensable pour permettre aux personnes handicapées d’accéder, utiliser les services et participer à la vie de leur communauté. 

Handicap International agit pour que les infrastructures, les moyens de transports, d’information et de communication soient accessibles à tous, sans barrière liée au handicap. Par exemple : en appuyant la construction de rampes d’accès, en concevant des pompes à eau manipulables par le plus grand nombre, en formant les architectes à prendre en compte les besoins du public handicapé, ou encore en facilitant l’accès à la formation en langue des signes.

Soutenir les mouvements associatifs

Handicap International a pour objectif de donner les moyens aux personnes handicapées de promouvoir et de défendre leurs droits par elles-mêmes (accès aux services de santé, à l'éducation, à l'emploi, aux sports, aux loisirs…). 

Pour cela, elle aide les associations à se structurer et à devenir des porte-paroles légitimes des personnes handicapées. Ces actions sont indispensables pour leur permettre de participer activement à la vie de leur société, de donner leur avis et d’être entendues.



Siège social

138 avenue des Frères Lumière 69008 Lyon

Rejoindre nos communautés

vous avez une question ?

Soyez le premier à lancer la conversation !
Votre commentaire public
"

Notre communauté

Nos supporters

nicolas anne laure

Découvrez d'autres associations sur HelloAsso

Association CASE & EAU
CASE & EAU
Association les gones de santhosha
les gones de santhosha
Association ummanitaire concept
ummanitaire concept
Association SOS CAMBODIAN KIDS
SOS CAMBODIAN KIDS
;