Une lumière pour un avenir!

par Jeunes et Solidaires

Une lumière pour un avenir! - Jeunes et Solidaires

Financer l'achat et l'installation de panneaux solaires pour les 12 salles de classes et d'internat du village de Kouarfa (Bénin)

Présentation du projet

Au cœur de la steppe africaine, un havre de vie et d'humanité

Kouarfa, au nord du Bénin, à environ quarante minutes de piste de Natitingou, la ville la plus proche. Une petite bourgade faite de cases en terre rouge, aux toits tressés de paille et dressés en pointe à l'orée d'immenses manguiers. Le long des chemins, des femmes à l'allure gracile portent sur leur tête toutes sortes de matériaux, du bois, de la nourriture, tandis qu'accrochés dans leur dos par on ne sait quel miracle, de tous jeunes enfants apprennent malgré eux ce sens inné du mouvement et de la danse qui rythmera naturellement toute leur vie. Sous les baobabs et les anacardiers, quelques fumées s'élèvent tandis que l'on s'affaire à piler le mil et le sorgo pour en faire de la pâte. Les enfants rient et courent, les parents chantent et discutent, la vie est simple, c’est l’Afrique.

Les enfants, un enjeu crucial

A un quart d'heure de marche, on entend des élèves scander en rythme les cours de français ou les règles de mathématique. C'est que depuis quelques mois, des modules de classe ont été construits avec un internat pour empêcher l'exode massif de jeunes qui désertent les bancs de l'école pour s'en aller perdre leur avenir dans les mines d'or où ils finiront drogués pour un salaire de misère, s'ils n'achèvent pas leur courte existence ensevelis lors d'un de ces éboulements qui font chaque année de nouvelles victimes. Un véritable drame.

Quand on entre dans une classe, tout le monde se lève et l'on emploie tout son cœur à accueillir le visiteur avec force formules de politesse et cet infini respect propre à ce pays réputé pour sa gentillesse et son sens de l'hospitalité. Mais si l'enthousiasme est grand quand apparait un nouveau visage, il ne fait hélas pas oublier la triste réalité : les conditions d'accueil de ces enfants sont des plus sommaires et les besoins de plus en plus nombreux.

La tombée de la nuit, notamment, rappelle chaque jour combien il sera difficile encore de donner à ces enfants et adolescents les conditions optimales pour permettre l'acquisition des connaissances nécessaires à une vraie croissance intellectuelle et donc à un avenir possible. L'électricité coûte trop cher et sans la lumière, étudier devient utopique. 


Contre la fatalité, un projet durable!

Il existe une solution, grâce à laquelle non seulement les jeunes de tous les villages alentour pourraient trouver enfin des conditions de travail et d'étude dignes de ce nom, mais aussi qui permettrait d'accueillir de nombreux autres enfants, empêchant ainsi que le jeune Kisito termine sa vie dans les mines ou les champs de coton, où que la petite Clara se retrouve quand elle aura douze ans mariée de force à un homme qu'elle ne connait pas et qui sera parfois de plusieurs décennies son aîné.

Cette solution, c'est l'installation de panneaux solaires.

Très peu coûteux en entretien et d'une longévité à toute épreuve (jusqu'à trente ans), ils apporteraient au Centre d'Accueil et à l'école un souffle nouveau, contribuant ainsi à sauver d'innombrables enfants en leur donnant le désir et la force de poursuivre leur scolarité. Le projet par ailleurs aurait l'intérêt de s'inscrire dans une perspective de développement durable, si essentielle dans un pays où les réalités économiques ne permettent pas dans de grands investissements dans ce domaine.

Problème : faire installer des panneaux solaires coûte très cher. En Afrique, on meurt parfois parce qu'il manque l'équivalent de quinze euros pour acheter des médicaments. Alors apporter l'électricité à tout un complexe scolaire est une dépense inimaginable.

Sensibilisé au problème, un groupe de lycéens et d'étudiants, accompagnés par une équipe d'adultes et un électricien professionnel, a décidé de mettre en place un projet : collecter tous les fonds nécessaires à l'achat de douze panneaux solaires et du matériel complémentaire, puis se rendre sur place pour réaliser l'électrification de tout l'ensemble scolaire en partenariat avec la population locale, afin que tous soient acteurs d'un même projet dans une unique et belle collaboration entre les peuples. Les fonds collectés, s'ils sont suffisants, permettraient aussi l'achat de matériel médical, et notamment de lits supplémentaires, pour le petit hôpital du village, particulièrement sinistré.

                                                                                                                                  Ci-dessus : l'internat des filles

Origine du projet

Une rencontre décisive.

Dans une lettre datée du 31 mai 2016, le père Mathurin Ouambo, curé de Kouarfa, nous lance un appel au secours :

" Chaque année, des filles comme des garçons abandonnent les cours pour aller travailler soit dans les champs de coton, soit dans les mines d'or pour un revenu dérisoire. Tous ces enfants sont assujettis à la drogue.

Conséquence de cet exode : le nombre croissant d'enfants délinquants dans les villages, dépourvus de leurs facultés physiques et intellectuelles.

La plupart des ces enfants aventuriers reviennent malades. D'autres meurent, soit pour cause d'abus de drogues, soit pour excès d'efforts physiques dans ce travail, extrêmement pénible. Ces enfants, en effet, travaillent douze heures par jour et sont sous-alimentés. Cette année encore, deux décès ont été enregistrés sur le village parmi les enfants partis à la recherche de moyens de subsistance.

La pauvreté et la misère font que l'école n'est plus accessible à tous, et pourtant c'est un droit inaliénable!

Pour donner leur chance à tous les enfants, surtout à ceux venant des villages éloignés, un centre d'accueil a été créé pour les recevoir pendant toute l'année scolaire. Ce centre n'a pas toujours d'électricité, ce qui rend les conditions d'étude très difficiles. Or, l'école aujourd'hui est le moyen indispensable pour sortir de l'ignorance et accéder à un développement durable.

Nous venons solliciter votre aide pour l'acquisition du matériel solaire en vue d'offrir à ces enfants un éclairage pouvant leur permettre d'étudier dans de bonnes conditions. Ainsi nous pourrons leur garantir un avenir meilleur."

La découverte d'une réalité

Interpellés par cette réalité, une équipe de lycéens d'Istres décide de monter le projet : apporter l'électricité dans ce village afin que des enfants de plus en plus nombreux puissent bénéficier des conditions optimales d'accès à l'éducation et ainsi ne soient plus tentés de s'engager dans un chemin sans retour. Accompagnés de techniciens locaux et français, les jeunes s'engageraient à collecter les fonds nécessaires et contribueraient à réaliser eux-mêmes l'ensemble des installations électriques.

Objectif : qu'une rencontre authentique soit vécue afin que tous, habitants du village et jeunes français, soient ensemble les acteurs collaboratifs d'un même projet.

                                                               Un bâtiment contient trois salles de classe

La genèse d'un projet

Dans les mois qui suivent, une première équipe se rend sur place pour prendre connaissance de la réalité et des enjeux du projet. L'accueil et les échanges, chargés d'humanité et de chaleur malgré une précarité et des conditions de vie à peine concevables, sont tels qu'il apparait alors impossible de ne pas répondre à cette demande. Le père Philippe, porteur du projet avec le groupe, est alors missionné pour aller partager le quotidien des gens du village et préparer avec les villageois ce qui sera ensuite le corps du projet. Il découvre une réalité effarante : une centaine d'enfants, âgés de cinq à seize ans, scolarisés dans une grande précarité, encadrés par des enseignants dont le dévouement les conduit à travailler au-delà de leurs prérogatives, se donnant corps et âme pour assurer à cette population la chance de devenir un jour des adultes ayant dans leurs mains un avenir possible.

Lorsque la nuit tombe, les quelques bougies disponibles n'offrent pas les conditions descentes pour l'étude. Dans l'internat, des jeunes filles d'à peine douze ans sont arrachées au mariage forcé, avec ce rêve : être un jour une femme libre!

Un peu plus loin, le petit hôpital du village n'a, pour accueillir les adultes et les enfants malades, que deux lits dans une salle immense... Dans une chambre fermée par un simple rideau, une femme est en train de donner naissance à son enfant.

Venus de tous les villages alentour, plus de deux-cents jeunes ont été réunis pour la circonstance durant deux jours consécutifs. Après une fête sans relâche et au terme d'une rencontre de plusieurs heures dans la grande salle du village, laquelle marquera un tournant décisif, je reste saisi quand les jeunes applaudissent à tout rompre à l'idée d'avoir enfin la lumière. Sans retenue et d'une voix tremblante, quelques-uns de leurs représentants prennent la parole et nous interpellent :

             "Revenez vite! Merci de ce que vous pourrez faire pour le bien être de tous!"

Désormais la machine est lancée, elle ne s'arrêtera plus.

                                                               Le père Mathurin montre la cuisine de l'internat et le puits.

                                                               L'arrière des bâtiments et l'accès aux sanitaires

A quoi servira l'argent collecté ?

L'ensemble des dons récoltés va permettre la réalisation de deux projets majeurs pour l'ensemble du secteur de Kouarfa et de ses environs :

1er TEMPS : LA REALISATION DE TOUTE L'INSTALLATION ELECTRIQUE POUR LE CENTRE D'ACCUEIL DES ENFANTS

C'est le principal enjeu de ce projet : l'éclairage et les accès électriques (branchements, prises) pour les 12 salles de classe, d'étude et d'internat des 90 enfants du Centre d'Accueil de Kouarfa.

COÛT GLOBAL DE CETTE INSTALLATION : 7700 euros (5 010 500 Francs CFA) :

  • 12 plaques solaires de 12V/150W = 2770 euros
  • 6 batteries étanches de 12V/200AH = 1930 euros
  • 1 régulateur solaire de 12/24V/60AH = 140 euros
  • 25 ampoules de 12V/6W = 192 euros
  • 15 ampoules de 12V/12W = 173 euros
  • 12 ampoules de 12V/5W = 74 euros
  • 2 fils VGV souples de 4 mm fois 2 = 600 euros
  • 5 fils de 16 mm fosi 2 = 384 euros
  • 1 fil VGV souple de 2,5 mm fois 2 = 207 euros
  • Accessoires d'installation du système solaire et autres matériels = 460 euros
  • Transports du matériel et main d’œuvre locale = 770 euros

L'apport de la lumière est ce qui va permettre l'accueil d'un nombre beaucoup plus important d'enfants et d'adolescents en offrant les conditions optimales pour l'étude et le suivi de la scolarité de chacun des élèves.

Outre l'aspect manifeste du développement durable, essentiel dans un pays où l'accès à l'énergie demeure encore un luxe pour de nombreuses familles, notamment dans les zones rurales où est implanté le projet, les panneaux solaires, choisis au Burkina Faso pour leur longévité et la très grande qualité des matériaux utilisés, vont permettre de garantir dans le long terme de réelles conditions d'accueil et d'accompagnement des enfants, contribuant ainsi à réduire ce fléau qu'est l'exode des plus jeunes vers les mines et les champs de coton.

2ème TEMPS : L'ACHAT DE 5 LITS D'HOSPITALISATION, 10 MATELAS 1 PLACE ET 1 TABLE D'EXAMEN POUR LE CENTRE DE SANTE DE KOUARFA

COÛT GLOBAL : 2690 euros (1 750 000 francs CFA)

  • 1600 euros = 5 lits d'hospitalisation
  • 770 euros = 10 lits peb (Plastique Elastomère du Bénin) 1 place
  • 300 euros = 1 table d'examen

Outre l'école et l'internat, Kouarfa dispose désormais d'un centre de santé. Avec son équipe, le major Pierre Kouabre, infirmier chef du service, essaye avec son équipe d'apporter aux gens de tous les alentours, et notamment aux enfants, tous les soins nécessaires en cas d'urgence avant le transport éventuel vers l'hôpital de Natitingou.

Les conditions sanitaires sont effarantes : dans la pièce principale, 2 lits seulement permettent l'accueil de personnes en nécessité de séjour. Dans une pièce minuscule, on procède aux interventions chirurgicales de première nécessité tandis que dans une autre on entend une femme accoucher derrière le rideau qui préserve son intimité. Pour 15 euros à peine qui manquaient à l'achat des médicaments nécessaires pour traiter en urgence un paludisme sévère, la petite Noëlie, 6 ans, a failli ne plus jamais se réveiller, son père ayant dépensé tout ce qu'il avait pour la soigner.

Autant de réalités qui ne pouvaient nous laisser sourds aux appels du Major, lorsque celui-ci nous a demandé s'il serait possible de procéder à l'achat des lits manquants et de matériel complémentaire, indispensables pour la bonne marche de ce Centre de Santé encore modeste mais essentiel pour tout un secteur.

Les étapes du projet

Le projet va se dérouler en 3 phases :

  1. SENSIBILISATION ET COLLECTE. C'est la phase sans doute la plus délicate : mobiliser les énergies et les personnes pour que le projet prenne corps. Durant cette période, qui va durer trois mois - de décembre à mars - le groupe de jeunes se constitue autour de l'équipe d'encadrement, pense à la forme du projet, établit un programme et met en place d'innombrables actions d'auto-financement (paëllas, ventes de calendriers, appels aux dons, campagne sur le marché, soirée karaoké, concert, etc.). C'est aussi le temps où les contacts avec le village de Kouarfa sont continuels, environ une à deux fois par semaine, pour peaufiner les éléments matériels et définir les besoins annexes : collecte de médicaments à emporter pour donner à différents instituts lors de notre voyage, liste de matériel scolaire, pédagogique et informatique qui permettra de palier à des besoins éducatifs sur place, etc. Durant ce temps aussi, une communication importante par le biais d'internet (facebook), et d'une lettre d'info régulière sera faite auprès de ceux qui soutiendront le projet. Un premier acompte sera versé pour le billet d'avion en groupe avec Air France.
  2. MISE EN PLACE DU SÉJOUR. Tout en continuant la collecte de dons et de matériel, c'est la phase où le groupe va préparer réellement son voyage. Les liens sur place, notamment par le biais d'internet, vont se resserrer. L'organisation de l'accueil et des rencontres à prévoir avec les groupes de jeunes locaux, la préparation de temps d'intervention et d'animation, notamment sous forme d'ateliers pour sensibiliser les enfants à l'importance d'être scolarisés, vont se préparer avec les équipes. Le programme précis de travail en lien avec le technicien sur place va aussi se préciser, ainsi qu'une formation de base sur la pose et l'installation de panneaux solaires. Durant cette période, qui va durer de mars à mai, les jeunes seront conviés à une découverte des réalités du pays qu'ils vont découvrir (politique, culture, environnement) et à une sensibilisation sur les enjeux éducatifs et écologiques du projet. Ils devront aussi vérifier si leurs vaccins sont à jour et aborder plus précisément l'aspect médical pour chacun avec leurs médecins traitants respectifs. Enfin, ils s'occuperont de leurs passeports.
  3. FINALISATION. Le mois de juin est celui où seront préparées les affaires à emporter, notamment les dons matériels qui auront été réunis pour les enfants et pour les équipes sur place, lesquels seront répartis dans l'ensemble des sacs des jeunes et de l'équipe. C'est aussi à ce moment-là que seront faits les vaccins contre la fièvre jaune (obligatoires pour entrer au Bénin) et les visas au Consulat du bénin à Marseille. Une rencontre du groupe avec le médecin chef du Centre de vaccination d'Aix-en-Provence, lui-même habitué à intervenir au Bénin, est prévue. Une journée de randonnée sera organisée pour que le groupe ait un temps de vie commune afin de préparer les aspects collectifs indispensables à la bonne marche du projet une fois sur place.

Notre équipe

DES JEUNES ENGAGES

Ils s'appellent Franck, Mathis, Yanis, Alix, Perrine, Greg ou Guilhem, treize jeunes, élèves dans le Secondaire ou en lycée professionnel, qui ont choisi de fédérer leurs énergies pour, ensemble, se bouger pour eux-mêmes et pour les autres. Réunis dans un collectif "Jeunes et Solidaires", ils veulent apporter, là où ils sont, un peu d'esprit de service et de solidarité dans un monde où les misères morales, économiques et sociales ne cessent de se multiplier. Certains qu'à plusieurs, chacun à son niveau, on peut apporter quelque chose pour embellir la vie des hommes et créer du lien social, ils se mobilisent aujourd'hui pour financer eux-mêmes leur voyage, de manière à ce que tous les dons collectés aillent directement à l'achat du matériel nécessaire pour le Centre d'Accueil des enfants et pour le Centre de Santé de Kouarfa.

Avec eux, une équipe de onze adultes accompagnants, dont un électricien professionnel, une pharmacienne assistante sanitaire qui a séjourné à Kouarfa, une professionnelle de l'animation, une religieuse béninoise, un prêtre éducateur spécialisé, une enseignante et un enseignant en collège, deux parents volontaires, un pompier et une étudiante en communication.

D'ores et déjà, nous sommes engagés pour conjuguer tous les talents et contribuer à la qualité d'un échange au cours duquel des cultures d'ordinaire si éloignées pourront unir leurs forces au service des enfants. Un échange qui manifestera, avec la force du témoignage et de l'humilité, qu'il est possible de faire tomber les barrières pour que resplendisse une seule et même humanité éclairée par l'amitié et le partage.

SUR PLACE, DES PERSONNES RELAIS

Le village de Kouarfa regorge de ressources humaines et de talents insoupçonnés. Outre le père Mathurin qui nous accueille et met à la disposition du groupe des locaux et deux véhicules, ainsi que les enseignants du Centre d'Accueil pour enfants qui se rendront disponibles, deux adultes bénévoles vont assurer, avec les habitants, la tâche immense de réunir la jeunesse de tous les villages alentour. Grâce à leur travail et à leur dynamisme, ce sont deux-cents jeunes qui vont être rassemblés pour vivre le projet avec les lycéens français et mobiliser sur plusieurs jours un grand moment de partage et d'échange ponctué de fêtes et de visites dans les familles.

                                                               Georges et Roger ont tous les deux en charge la jeunesse à Kouarfa

UN PROGRAMME ENTRE TRAVAIL, RENCONTRE ET PARTAGE

Le programme de nos journées va se répartir essentiellement en trois temps : 

  • les matinées seront dédiées au chantier d'électrification : à l'aide de notre électricien et d'un technicien sur place, les jeunes et l'équipe procèderont par étapes à la pose des panneaux solaires et de l'ensemble des installations attenantes (batteries, régulateurs, plafonniers et ampoules, câblages), à raison d'une à deux salles réalisées par jour, selon les conditions (la météo en cette période peut être changeante). Une équipe aura aussi en charge l'aménagement du centre de Santé.
  • les après-midi seront employées à visiter les villages, rencontrer les familles, découvrir la culture autochtone par de vrais temps d'échange et de partage : participation à la vie locale, découverte des réalités sanitaires, visite à l'hôpital, découverte des plantations d’igname et de sorgo, excursions dans les contrées reculées du nord Bénin et découverte de l'environnement avec des guides locaux
  • les soirées seront occupées par les veillées de danse et de partage avec les villageois et les jeunes du secteur :  temps d'échange et de témoignage sur les réalités vécues par les jeunes, discussions autour de thèmes choisis, jeux et traditions africaines

L'objectif de ce séjour n'est pas simplement de "faire quelque chose pour les autres", mais de recevoir et d'échanger avec les autres, certains que nous aurons autant à recevoir qu'à donner durant ce périple, et que les jeunes qui auront fait l'expérience de l'Afrique puissent en tirer une leçon de vie et de pensée pour leur avenir et leur manière même d'aborder leurs relations avec les autres. Il faut souvent "aller voir ailleurs" pour comprendre qui l'on est soi-même. Nous espérons que ce projet pourra, s'il est réussi, donner lieu à des partenariats qui permettront à long terme de répondre à d'autres besoins et de donner à de nombreux jeunes le désir de s'engager à leur tour dans le service d'un monde plus équitable et fraternel.

Puisse la générosité de chacun être le ferment et l'amorce d'une belle dynamique, et que ce que les uns et les autres auront su donner pour la réalisation de ce rêve d'amitié et de service soit pour demain la promesse d'un monde toujours meilleur et plus juste!

LYCEENS, ILS TEMOIGNENT...

  • "Pour moi, aller au Bénin, c'est donner de mon temps, de ma personne, pour aider mon prochain. Je me mets à leur place et je me dis que çà serait touchant pour moi de voir des personnes qui ont une vie assez aisée venir faire une action avec moi. C'est  vraiment pour aider que je pars, c'est pour moi le plus important. C'est aussi un échange de cultures." (Nathanaël, 17 ans, élève en lycée professionnel)
  • "On ne va pas rentrer pareil. On va comprendre beaucoup de choses. C'est bien de faire cela quand on est jeune parce que cela ouvre des perspectives, cela donne une autre vision du monde, nous qui nous plaignons si souvent pour plein de choses..." (Alix, 18 ans, élève en terminale)
  • "Cela va nous apporter une ouverture d'esprit. Le fait qu'on réalise ce projet à une période de notre vie où l'on est amenés à faire des choix importants changera certainement notre vision sur notre propre vie, facile, confortable..." (Perrine, 18 ans, élève en terminale)
  • "On y va aussi pour recevoir une leçon de vie. Ils ont beaucoup à nous apprendre en ce qui concerne l'humilité par exemple, et même spirituellement." (Guilhem, 18 ans, élève en terminale)
  • "C'est aussi pour découvrir un autre pays, apporter mon aide!" (Franck, 17 ans, élève en lycée professionnel)
  • "On va faire l'expérience d'une vie plus simple, mais pas forcément moins bien, et cela c'est intéressant." (Yanis, 18 ans, élève en terminale)
  • "C'est une expérience unique, qu'on ne pourra sans doute jamais refaire de cette façon là. On a du temps pour cela aujourd'hui, ce ne sera sans doute pas toujours le cas." (Mathis, 18 ans, élève en terminale)
  • "C'est se sentir utile, donner de soi pour une cause, donner de sa personne, rencontrer d'autres personnes, d'autres cultures, qui ne vivent par les mêmes choses que nous. C'est le fait aussi de partir avec un groupe : c'est plus facile que si on avait eu à le faire seuls!" (Anna, 17 ans, élève en terminale)
  • "Ma mère m'a tellement raconté ce qu'elle a vécu là-bas que cela m'a donné envie d'y aller. Je veux voir comment ils vivent. Nous, nous avons tout, eux n'ont quasiment rien et ils se débrouillent, ils sont autonomes. Avec rien, ils savent faire quelque chose. J'ai toujours eu envie de vivre çà, cette autonomie : comprendre ce qu'ils vivent là-bas." (Clara, 15 ans, élève en seconde)

                                                                                        Pour tout ce que pourrez faire, merci!


Pour nous contacter :

Association "Jeunes et Solidaires"

Une lumière pour un avenir

5 chemin du Cros de la Carrière

13800 ISTRES

Email : jeunes.solidaires13800@laposte.net

Donner 10 euros - Je finance l'achat d'1 ampoule 12V/12W pour l'école

En contrepartie, je reçois un reçu pour une déduction fiscale

Donner 20 euros - Je finance l'achat de 2 ampoules 12V/12W ou 3 ampoules 12V/5W

En contrepartie, je reçois un reçu pour une déduction fiscale

Donner 50 euros - Je finance une partie du cablage ou 6 ampoules 12V/6W

En contrepartie, je reçois un reçu pour une déduction fiscale

Donner 100 euros - Je participe à l'achat de la table d'examen pour l'hôpital

En contrepartie, je reçois un reçu pour une déduction fiscale

Donner 150 euros - Je finance le régulateur solaire pour la structure ou 2 matelas pour l'hôpital

En contrepartie, je reçois un reçu pour une déduction fiscale

Donner 250 euros - Je finance l'achat d'un panneau solaire!

En contrepartie, je reçois un reçu pour une déduction fiscale

Donner 300 euros - J'achète un lit pour l'hôpital ou une batterie étanche pour l'éclairage

En contrepartie, je reçois un reçu pour une déduction fiscale

Association Jeunes et Solidaires

Jeunes et Solidaires

Un collectif de jeunes qui se fédèrent pour agir envers eux-mêmes et envers les autres!

Anonyme
09/07/2017
ANNE DESMAS
07/07/2017
Fanny Rampant
20/06/2017