Bulletin d’adhésion

par KINYABUGUMA-FRANCE

Adhésion valable du 10/04/2019 au 10/04/2020

Bulletin d’adhésion

par KINYABUGUMA-FRANCE

Choix de l'adhésion

Adhérents

Coordonnées

Récapitulatif

Adhésion KINYABUGUMA-FRANCE

« L’éducation est l’arme la plus puissante qu’on puisse utiliser pour changer le monde » (Nelson Mandela)

10,00 €

Souhaitez-vous ajouter un don à KINYABUGUMA-FRANCE en plus de votre adhésion ?

Montant à payer pour la durée de l'adhésion :
0 €

HelloAsso est une entreprise sociale et solidaire, qui fournit gratuitement ses technologies de paiement à l’association KINYABUGUMA-FRANCE. Une contribution au fonctionnement de HelloAsso, modifiable et facultative, vous sera proposée avant la validation de votre paiement.

Bulletin d’adhésion - KINYABUGUMA-FRANCE

Bulletin d’adhésion

KINYABUGUMA-FRANCE  (Kinyabuguma = Solidarité bienfaisante en dialecte Kihavu)

Idjwi est une grande île située au milieu du lac Kivu en République Démocratique du Congo. Cette île a une superficie de 310 km2  et sa population est estimée à 300.000 habitants. C’est le seul territoire interne de la RDC qui n’est pas accessible par voie routière.

Notre projet se situe à KIMOMO, petit village au sud de l'île.

L’état du système éducatif : la Constitution garantie la gratuité de l’enseignement dans ses articles 42 et 43, mais dans les faits, ce sont les parents qui paient pour que leurs enfants puissent étudier (de 30 à 150 euros/an selon le niveau de classe). Mais comment payer la scolarité de plusieurs enfants?  Sans privilégier le garçon au détriment de la fille… L’aîné  du benjamin ou du cadet etc.?  Il faut savoir que 8 habitants sur 10 vivent sous le seuil de pauvreté absolue dans ce pays et que le taux de chômage (estimation du gouvernement congolais en 2014 !) est de 43 % et que dans les villages reculés, il est de plus de 70% !

Conséquence : les parents ne peuvent pas scolarisés leurs enfants ou alors qu'un seul !

Le Congo de la "minorité" riche (politiciens, quelques commerçants)  scolarise ses enfants dans des écoles privées (inscription et frais de scolarité exorbitants, écoles devenues une véritable manne financière pour les spéculateurs). Le Congo de la "majorité" tente d’envoyer ses enfants dans des écoles non viables (délabrées, inadéquates pour étudier ou située à plusieurs kilomètres de marche) ou renonce  tout simplement à scolariser ses enfants par faute de moyen. Dans certains villages, c’est le cas sur l’île d’Idjwi, les élèves marchent plus de 15 kilomètres sur des sentiers de terre pour aller en classe. D’autres encore, traversent un lac par pirogue tous les jours pour aller étudier avec le risque du naufrage.

 Nos objectifs :

  •  Construire  à KIMOMO une école primaire, secondaire et professionnelle (14 classes). Le village de Kimomo est idéalement situé car plus accessible  pour tous les enfants des villages alentours. 

  •   Former des professeurs à une pédagogie où le développement du potentiel de chaque enfant  sera essentiel pour devenir des adultes responsables  et  autonomes.

  •  Financer les salaires des professeurs.  

  • Promouvoir les métiers au niveau local pour lutter contre l’exode rural et  l’immigration.  

  • Éduquer les enfants dès le bas-âge à la démocratie et à la citoyenneté.

  •  Lutter contre le clivage (fille-garçon) en promouvant le respect de la différence. 

  •  Informer et former les enfants à la préservation de la nature.

 Nos premiers bénéficiaires : les orphelins*

Cette catégorie de la population est plus touchée par l’analphabétisme. En ce moment, il y a plus de 400 orphelins à Kimomo et ses alentours qui attendent d’être scolarisés.

* Enfant qui a perdu son père et sa mère, ou l'un des deux.

 Ce que l'association a déjà réalisé :

  •   Achat d’un terrain pour construire le projet d’école à KIMOMO (Idjwi)

  •   Construction d’une classe maternelle qui reçoit déjà trente élèves orphelins.

  •   Trois  nouvelles salles de classe en construction

 

Une question ?
Contactez l'association :

Email

h

HUGO BAILLY

16/05/2019
C’est sgénial ce que vous faites pour l'avenir de ces enfants.
Signaler la page