Mea Cuba - L'Arca delle lingue

MEA CUBA - 4èmes Journées de diffusion de la culture cubaine à Marseille


Présentation du projet


Mea CubaJournées de diffusion de la culture cubaines est un festival qui a pour but de de promouvoir, diffuser et célébrer la culture cubaine, par le biais de problématiques contemporaines et actualisées, en marge des stéréotypes et de la surexploitation thématique. La manifestation, qui se déroule au mois d'octobre à Marseille (du 11 au 19 octobre 2019), est organisée par notre association , L'Arca delle lingue, depuis 2016. Elle prend en compte les différentes réalités du territoire et de l'extraterritorialité cubaine, à travers l'exploration des domaines de la littérature, du cinéma, des sciences humaines, des arts plastiques, scéniques ou du journalisme.

La manifestation se déroule sur une dizaine de jours, pour s'achever autour 20 octobre, Journée de la culture nationale cubaine.

L'un des objectifs généraux de Mea Cuba sera par conséquent de soutenir la création artistique cubaine, au moyen de partenariats, en la diffusant et en établissant des connexions avec le territoire marseillais. Ces journées seront l'occasion de souligner l'importance de la production culturelle actuelle et de confronter les points de vue entre intervenants et public, face Cuba pluriel, fascinant, une île aux multiples visages, parfois à des années-lumière des considérations habituelles.

2019 : Cuba adentro


Cette année, la thématique Cuba Adentro propose une double plongée dans la culture cubaine contemporaine. Qu'en est-il de la production littéraire, cinématographique, théâtrale ou artistique du Cuba d'aujourd'hui ? Et comment les cubains de l'étranger réussissent-ils à garder Cuba à l'intérieur, quel rapport conservent-ils à la la culture de leur île et à cet héritage issu de différentes cultures ancestrales, à la fois européennes et africaines ? Cuba adentro met en avant une réflexion sur l'identité plurielle de la cubanité, en prenant en compte la réalité insulaire et celle de la diaspora.

La programmation 

L'invité d'honneur de cette édition sera l'écrivain et journaliste Amir Valle. Considéré comme l'un des écrivains cubains les plus importants, il est aujourd’hui romancier, critique littéraire et journaliste. Auteur de nouvelles et de romans policiers, il a reçu Le Prix Mario Vargas Llosa en 2006 pour Las palabras y los muertos. Son livre La Havane Babylone (traduit et publié par les éditions Métailié en 2010, récompensé par le prix Rodolfo Walsh en 2007) est un document exceptionnel sur les jineteras et la prostitution à Cuba, aboutissement d’une recherche de dix ans dans les archives et documents historiques, mais aussi d’une enquête approfondie sur le terrain. Nous nous entretiendrons avec lui autour de ce sujet à la librairie Maupetit (142, La Canebière, 13001 Marseille), vendredi 11 octobre à 17h30. La rencontre sera animée par Christophe Robert. Le lendemain, samedi 12 octobre à 19h, ce sera au tour de Nelly Rajaonarivelo, Maître de conférences et spécialiste de la littérature cubaine, de s'entretenir avec lui à L'Arca delle lingue (1 rue du Dr Jean Fiolle / 13006 Marseille) au sujet de son rapport à l'île, à la littérature cubaine et à l'écriture. Enfin, Amir Valle sera à la Maison de la recherche (Aix en Provence) lundi 14 octobre à 14h, où il sera question de son écriture, des rapports entre le journalisme et le roman.



Le jour de l'ouverture de Mea Cuba IV, vendredi 11 octobre, après la rencontre avec Amir Valle à Maupetit, nous nous rendrons à l'Arca delle lingue (19h30) pour le vernissage d'une exposition singulière, oeuvre d'une artiste cubaine tout aussi unique : Aconcha. Avec La revolución por dentro, cette autodidacte trace une route loin des modes, des influences, en toute liberté. Influencée par le monde des Orishas, êtres d'essence divine qui représentent les forces de la nature, elle établit un dialogue magique avec elles au moyen de peintures, collages, sculptures, dessins en couleurs vives et explosives. Ces divinités de la Santeria des Caraïbes (dérivée de la religion yorouba interdite aux esclaves) prennent leur origine dans les traditions religieuses yorouba, venues du Bénin dont les populations ont payé un lourd tribut à la traite des Noirs. Aconcha dédicacera également son livre L'appel des Orishas, qui sera disponible à L'Arca delle lingue pour toute la durée de l'exposition (11 octobre - 8 novembre 2019, de 10h à 17h). En présence de l’artiste, nous vous invitons à l'apéritif d'ouverture du festival Mea Cuba. 



Cette année, notre volet cinéma mettra à l'honneur un jeune et talentueux réalisateur cubain, Carlos Machado Quintela (La Havane, 1984), avec La obra del siglo. Récompensé par le Grand Prix du festival de Rotterdam en 2015, ce film a pour cadre l'incroyable Ciudad Nuclear ("ville nucléaire"), dans la province de Cienfuegos à Cuba, une ville née d’un projet colossal considéré comme « l’oeuvre du siècle » : la première centrale nucléaire de l’île. Alors qu'elle devait accueillir près de 5000 travailleurs, le projet resta inachevé après 1989 et le désengagement de l’appui économique de l’URSS. Dans La obra del siglo, trois générations d’hommes sont contraints de vivre sous le même toit : Leonardo après une rupture sentimentale retourne vivre avec son grand-père, qui est en guerre contre tout et tous, et avec son père plongé dans la mélancolie. Mélangeant images d’archives et fiction, quotidien et surréalisme dans une superbe photographie en noir et blanc, Carlos Machado Quintela réussit à saisir l’indicible pour parler avec perspicacité de la destinée de cette île mythique. La projection aura lieu vendredi 18 octobre 2019 à 19h30 à L'Arca delle lingue. Elle sera présentée par la réalisatrice cubaine Ingrid Castellanos Morell, qui animera un débat à la suite du film. Ouvert à toutes et à tous, gratuit, mais sur réservation car nombre de places limité à 25... Contactez-nous à arcasecretariat@gmail.com.


Pour terminer cette IVème édition de Mea Cuba, L'Arca delle lingue vous propose une double immersion dans la musique et la danse cubaine, au Molotov (3, place Paul Cézanne, 13006 Marseille), samedi 19 octobre 2019. Tout d'abord, c'est un atelier de timba gratuit animé par le danseur Andrés Infante Mendoza qui vous sera proposé. Originaire de Santiago de Cuba, ce dernier intègre à 18 ans, le fameux groupe de Yanek Revilla, casino.com (actuellement Sabor DKY), puis l'école Terraza de la Salsa de Santiago de Cuba, avant de rejoindre l'école Baila Habana, l'une des plus renommées de Cuba. Il proposera un atelier de Timba, évolution actuelle de la Salsa avec un mélange d'influences afro-cubaines. Cette masterclass sera suivie d’une chorégraphie. Là encore gratuit, mais sur réservation : arcasecretariat@gmail.com. Notez-le bien et ne tardez pas : Samedi 19 octobre à 16h / Le Molotov.


Enfin, pour clore le feu d'artifice, L'Arca delle lingue vous propose, en collaboration avec Arts et musiques en Provence un concert de Ruben Paz y su cuarteto, toujours au Molotov, à 21h. Ruben Paz est un musicien hors pair qui éclaire littéralement la scène lors de ses prestations. Sa maturité musicale est le résultat d’années de travail à l’école fondatrice des racines afro-latines de Cuba et plus précisément de la Havane. Ses compositions sont le fruit de la connaissance approfondie de la musique populaire et traditionnelle, passée par le chemin exigeant aussi du jazz et du contrepoint. De Cuba jusqu'à l’Argentine Ruben Paz et son Cuarteto, «affamés de vérité», partent à la recherche du chaînon perdu, à l’aide de la mémoire collective, de l’amas ancestral importé d’Afrique dans le chaudron du continent américain. Vous pourrez le découvrir ça et , ou encore directement sur le site d'Arts et musiques en Provence. Pour réserver (10 euros), nous avons lancé une prévente en ligne sur le site Helloasso. Une location sur place sera également disponible. Nous vous attendons nombreux!



Aux origines de Mea Cuba 


Organisée depuis 2016 par L'Arca delle lingue, de manière indépendante et gratuite pour le public, Mea Cuba propose plusieurs rencontres qui auront lieu cette année du 11 au 19 octobre 2019 dans différents lieux de la métropole marseillaise. Elle part d'un constat initial indiscutable: la culture cubaine est souvent mise à mal par un flot accablant de lieux communs liés à sa fréquentation et à son histoire (soleil, cocktails et plages dorées, cigares, salsa, Che Guevara, Fidel Castro).

Si nous n'avons rien contre les stages de salsa, les habanos ou les cocktails sirotés sur la plage (il se peut même que nous nous retrouvions autour d'un mojito à discuter sur les différentes facettes de la cubanité), si notre rôle n'est pas de contester l'authenticité de tous les topiques qui lui sont associés, Mea Cuba souhaite dépasser une vision essentiellement liée au tourisme et au folklore.

Inspirée par le titre d'un recueil éponyme de l'écrivain Guillermo Cabrera Infante, l'expression Mea Cuba met en scène le paradoxe qui traverse l'identité cubaine (« No hay escritura inocente, ya lo sé. Mea Cuba puede querer decir «Mi Cuba», pero también sugiere la culpa de Cuba. ») et suggère de pénétrer dans sa réalité la plus complexe. 

Depuis 2016, la manifestation a démontré la vitalité des arts scéniques et littéraires cubains actuels, avec les venues d'artistes et d'intellectuels de renom; la précédente édition a contemplé les venues de l'écrivain Ronaldo Menéndez, de l'essayiste et historienne  Ileana Diéguez Caballero, des cinéastes Heidi Hasan et Ingrid Castellanos Morell. Nous souhaitons lutter contre ces obstacles institutionnels ou liés au tourisme de masse qui empêchent une vision autre de la société cubaine, en les abordant sans langue de bois, en n'éludant aucun sujet.



A quoi servira l'argent collecté ?

Pour faire face aux dépenses liées à cette manifestation, organisée de manière indépendante, nous avons besoin de 3000 euros, ainsi répartis :

Déplacement des invités : 540 euros
Prise en charge des frais d'hébergement : 460 euros
Rémunération des invités : 1000 euros
Location de salles : 600 euros
Supports de communication et publicité : 600 euros
Achat de fournitures : 200 euros
Déplacements, missions : 200 euros

Si par bonheur nous récoltions davantage de fonds, ceux-ci seront réinvestis dans l'édition suivante. 

Notre équipe

L'Arca delle lingue est une association culturelle implantée à Marseille depuis 2012, qui a vocation à diffuser et promouvoir les langues et cultures romanes, par le biais d'actions culturelles et des cours de langue. Résolument tournée vers l'Amérique latine, nous nous posons en médiateurs culturels avec des manifestations qui rendent compte de la grande diversité culturelle et artistique du continent, étendant notre champ d'action aux domaines des arts scéniques et visuels. Située près de la Place Castellane, nous partons de la considération que l'apprentissage comme l'enseignement d'une langue étrangère supposent l'immersion dans la culture ainsi qu'une confrontation avec l’altérité.

L'Arca delle lingue organise des rencontres littéraires, des concerts, des vernissages et expositions, des performances (théâtre et danse), des projections et des conférences autour des langues et cultures romanes. Pour se donner une chance de comprendre les cultures actuelles, nous faisons le choix de mettre en avant des initiatives et des problématiques contemporaines.


Si vous souhaitez participer à la campagne, nous contacter pour davantage d'informations, ou tout simplement nous rencontrer, n'hésitez pas à consulter notre site internet, où figurent toutes les informations nécessaires. 

Donner 20 euros

Donner 50 euros

Donner 100 euros

Donner 150 euros

Plateforme de paiement 100% sécurisée

Toutes les informations bancaires pour traiter ce paiement sont totalement sécurisées. Grâce au cryptage SSL de vos données bancaires, vous êtes assurés de la fiabilité de vos transactions sur HelloAsso.

Carte bleue VISA Mastercard PCI-DSS
M
Martine Perilhon
16/10/2019
R
RÉGINE DE CAMPREDON
14/10/2019
R
Renaud de Campredon
09/10/2019
Signaler la page