L’Empaillé, journal régional

par L'Empaillé

Faire un don

L’Empaillé, journal régional

par L'Empaillé

Faire un don

L'Empaillé, basé en Aveyron, prend d'assaut la région Midi-Pyrénées pour contrer l’empire de La Dépêche et soutenir les luttes locales.




L'ambition

 Les mouvements et les combats à venir ont besoin de médias libres et engagés. Nous n'aurons pas de changements sociaux importants sans un accroissement des voix médiatiques qui soutiennent pêle-mêle les gilets jaunes, les infirmières en lutte, les paysans solidaires, les quartiers populaires, les féministes ou les pensées hétérodoxes de toutes sortes. En partant à l'abordage de la zone Midi-Pyrénées avec l'Empaillé,un journal indépendant basé en Aveyron, nous souhaitons ajouter une belle pierre au mur de médias indépendants déjà présents sur le web, à la radio ou en version papier.

 À l'heure où le groupe La Dépêchejouit d’un quasi monopole, ayant racheté toute la presse quotidienne des Pyrénées au Massif Central, il nous parait essentiel de proposer une alternative aux médias dominants à cette échelle. Les journaux de la famille Baylet ont une fâcheuse tendance à prendre le parti du gouvernement et des pouvoirs politiques et économiques locaux, quand ils ne se cantonnent pas aux faits divers, au sport et à la nécrologie, en maintenant vaille que vaille un niveau d’investigation proche de zéro. Sans oublier de maintenir un black-out sur l'histoire de La Dépêche ou sur les affaires judiciaires de ses dirigeants [lire nos attaques contre l'empire Baylet ici, ici, ici, ici, ici, ou ici].

C'est pourquoi nous souhaitons être présents dans tous les kiosques de la région afin de construire un contre-pouvoir face à cette hégémonie, en diffusant des analyses critiques et en mettant la lumière sur une myriade d'initiatives et de luttes locales à travers la région.  Pour se lancer, il nous faut un comité de rédaction renforcé, des contributions de toutes parts, et un magot de départ afin d'assurer un tirage conséquent, une diffusion massive et une com’ d'enfer.

                                                                           Illustration de l'empire Baylet par Manoï



Retour au présent



Notre méchant canard est diffusé en kiosque dans l'Aveyron et alentours tous les trois mois. Indépendant et en dehors de toute chapelle, l'Empaillé cause de critique sociale, de soutien aux luttes en cours et d'histoires ou de récits issus de réflexions, d’imaginaires ou de vécus personnels. À contre-courant du tout numérique, nous avons fait le choix du papier et de la présence chez un maximum de marchands de journaux. Nous arpentons ce territoire rural qui nous est cher, en croisant investigation et réflexion critique. Notre ambition est de prendre le temps et le recul nécessaire, notamment au travers d’enquêtes, qui constituent une des marques de fabrique de notre publication. Depuis le n°1, on pourrait citer les dossiers ou les enquêtes sur l'empire Baylet, la bourgeoisie aveyronnaise, le monde carcéral et la prison de Rodez, l'éolien industriel et la lutte de l'Amassada, le monde des décharges et le groupe Séché à Decazeville, les ondes électromagnétiques et la lutte contre le Linky, l'installation d'un casino en milieu populaire ou la construction d'une ferme aux 40 000 canards.


                                            Illustration par Foolmoon de l'article sur le projet de décharge à Decazeville (N°8)

Nos pages offrent une tribune à des regards critiques sur la société : ici un papier sur un projet industriel contesté, là un article traitant de l'évolution du monde paysan, un retour sur le mouvement social en cours, une enquête historique, une lutte féministe. On ne sait que vous conseiller entre la zone de droit à la préfecture de Rodez, un retour sur les femmes de la mine ou sur la colonie pénitentiaire du Luc, le quotidien d'un homo à la cambrousse, la lutte pour garder nos maternités, la bataille de la PMA ou les dessous de Kokopelli.

Ce journal se veut aussi un porte-voix pour relayer les initiatives associatives, syndicales, politiques de toutes sortes qui tentent à leur échelle de bousculer ce vieux monde. De la création d'un planning familial à St Affrique aux squats politiques de Toulouse et Albi jusqu’au projet de démocratie semi-directe de Rodez Citoyen à Rodez.

Notre ambition est enfin de proposer des récits, des histoires, des fictions, mêlant intime, imaginaire, poésie, réflexion, coups de sang. Nous passons sans scrupules d'un texte journalistique à un texte gonzo, mêlant sérieux et folie. Un texte poétique sauce jaune fluo ou une chronique macabre, une chevrière inspirée ou une critique en large et en long de Merci patron, ou encore des chroniques sur l'instinct féministe ou ces daronnes qui lèvent encore le poing.

                                                                     Illustration par Léo de l'article Nothing Toulouse (n°5)

Bien entendu, nous n'oublions pas nos chroniqueurs de l'ouest, basés à Villefranche-de-Rouergue, férus de musique indépendante et de concerts live et nos envoyés spéciaux à travers la France et le monde entier pour nous conter une lutte anti-nucléaire à Bure, une rencontre féministe internationale au Chiapas, la récolte de Cannabis à St Francisco, les luttes en cours en Grèce ou dans la vallée de la Roya.


Le fond, la forme et les coulisses

Nous sommes un comité de rédaction et de coordination composé de quelques bénévoles, avec le concours de nombreux collaborateurs et collaboratrices extérieur-es à chaque numéro, que ce soit pour les textes ou les images. Nous avons un fonctionnement horizontal (répartition des tâches et des mandats, prises de décision au consensus) et nous encourageons régulièrement des personnes à écrire sur leur propre vécu, même s'ils ne connaissent ni les codes ni les habitudes de l'écriture d'un article de presse. Nous leur apportons notre aide tout au long de leurs recherches et de la rédaction de leurs papiers. De façon générale, tous les articles font l’objet d’une relecture critique sur le fond comme sur la forme, nécessitant plusieurs allers et retours avec le comité de rédaction.

Nous avons la même exigence pour la qualité des textes que pour la présentation du journal. Nous avons à cœur de publier des illustrateurs et illustratrices compétents et originaux qui mettent en valeur le texte, et nous accordons une grande importance à la mise en page qui coordonne et magnifie tout ce travail. La forme du journal est régulièrement questionnée et améliorée numéro après numéro, et nous sommes en impression couleur depuis le n°5.


Le tremplin aveyronnais


 Les premières années, nous avons fait le choix d'éditer cette publication une à deux fois l'an, dans un format variant entre 40 et 48 pages en format A3. Depuis le numéro 6, paru fin novembre 2019, nous avons décidé de suivre un rythme trimestriel avec 24 pages à chaque numéro, afin d'être dans une dynamique plus soutenue, autant avec nos lecteurs et lectrices qu'avec nos contributeurs. Nous maintenons un tirage de 6000 exemplaires et nous sommes distribués chez tous les marchands de journaux de l'Aveyron, d'une partie du Lot et de la Lozère, avec environ 230 kiosques au total.

En parallèle, nous avons construit un réseau de diffusion propre, entre Figeac et Toulouse, soit environ 70 lieux, cafés associatifs, magasins de producteurs paysans et autres librairies qui sont d'une aide précieuse en nous ouvrant l'accès à des personnes qui ne fréquentent pas forcément les kiosques. Nous comptons près de 200 abonné-es, et nous envoyons chaque numéro à plusieurs centaines d'adresses supplémentaires : notamment l'essentiel des cafés, restaurants, associations ou syndicats de l'Aveyron. Bien entendu, nous faisons un pari qui est aussi la colonne vertébrale de notre aventure : celui de miser principalement sur les lecteurs et lectrices, excluant toute ressource publicitaire et toute subvention contraignante, pour garantir et préserver l'indépendance de notre publication.


Prendre la région



Pour couvrir les départements de l'ex Midi-Pyrénées, nous allons devoir repenser la structure éditoriale de notre publication, en créant des rubriques pour chaque département ou chaque zone géographique (Lot-Aveyron, Tarn-Tarn et Garonne, Toulouse, Ariège, Gers-Hautes Pyrénées), en trouvant des sujets d'enquête à cette échelle et donc des contributeurs et des informateurs dans chacune de ces zones.

D'autre part, le réseau de distribution s'étendra sur ces huit départements, au travers des sociétés de diffusion de chaque zone afin d'assurer une présence dans un maximum de kiosques, ainsi qu'en construisant un réseau d'auto-diffusion à cette échelle. Le tirage de ce premier numéro régional est prévu à 25 000 exemplaires afin d'assurer une large présence partout où cela sera possible.

Dès la sortie de ce numéro, nous prévoyons un gros travail de communication afin qu'un maximum d'habitant-es de Midi-Pyrénées soient au courant de notre existence. Une campagne d'affichage massive est prévue et un budget conséquent pour la financer, avec des affiches grand format, stickers, etc. Nous prévoyons également un envoi d'exemplaires à tous les cafés, associations et syndicats locaux de cette zone géographique, comme nous le faisons pour l'Aveyron depuis le numéro 7.



Coups de main

Pour nous aider dans cette mission, nous cherchons des contributeurs et contributrices de la région ou de plus loin si le cœur vous en dit : l'Empaillé n'a que faire des frontières administratives. Ce sera avec joie et critique que nous accueillerons vos infos et vos écrits provenant de votre quartier ou de votre bled paumé.

Il va sans dire que nous cherchons aussi des bras pour diffuser et relayer l'Empaillé dans ce vaste terrain de jeux. Pour épauler la diffusion en kiosques, vous nous serez d'une grande aide en installant une pile de journaux dans un café, un squat ou une boulangerie, en réalisant une vente à la criée sur un marché ou en maniant le pinceau pour coller l'Empaillé grand format sur les murs de vos villes.

                                                                                                Illustration Cécile.K


Le budget

Nous sommes habitués à de maigres finances et le lancement du journal s'est effectué à l'origine avec les avances de membres du comité de rédaction. Nous sommes également, pour l'Empaillé ou pour d'autres engagements militants et associatifs, de grands consommateurs et consommatrices de travail bénévole. Mais en pleine période de luttes foisonnantes et alors que nos vingt ans sont loin derrière nous, nous souhaitons passer un cap : travailler sur une publication à plus grande échelle, avoir les reins solides pour assumer un tirage important et, plus tard, rémunérer certaines de nos innombrables heures de travail.

La réussite des deux premiers numéros en régional assurera financièrement l'édition des numéros suivants et nous savons que les moyens et le temps passé pour la diffusion sont primordiaux. Notre volonté est donc de frapper fort dès le départ, avec une mise en route ambitieuse et en créant un événement important dans la sphère médiatique.

C'est une évidence pour nous : nos pages resteront garanties sans publicité et le prix du journal restera à deux euros, pour rester accessible à toutes et tous. Nous pensons enfin alterner le lieu des sessions de travail collectifs entre Toulouse, l'Aveyron et l'Ariège, dans des lieux associatifs.


Le timing



Nous nous sommes donnés jusqu'au 1er janvier 2021 pour à la fois réunir les fonds nécessaires au lancement de cette nouvelle formule, préparer la diffusion et l'auto-diffusion régionale, travailler sur les sujets et les enquêtes à venir, trouver des contributeurs et contributrices aux quatre coins de la région et refonder la maquette du journal. La sortie en kiosque du premier numéro régional de l'Empaillé est programmée pour le 1er février 2021.

Le temps file à toute allure, le projet est conséquent, n'hésitez pas à nous faire signe au plus vite pour nous conforter dans cette idée et à faire suivre à des proches qui auraient de l'énergie (ou de l'argent) à revendre.

À plus, bonnes luttes par chez vous, et vive les médias libres.






Donner 10 euros

Vous voilà abonné-e pour 5 numéros

Donner 20 euros

Abonnement pour 5 numéros et 1 affiche A3

Donner 30 euros

Abonnement pour 10 numéros

Donner 40 euros

Abonnement pour 10 numéros et 3 affiches A3

Donner 60 euros

Un abonnement pour 10 numéros pour vous et la personne de votre choix

Donner 80 euros

Abonnement pour 15 numéros et 3 affiches A3

Donner 100 euros

Un abonnement pour 15 numéros pour vous et la personne de votre choix

Donner 200 euros

Abonnement pour 10 ans et l'intégrale des 8 premiers numéros + les 3 affiches

Donner 500 euros

Demandez-nous ce que vous voulez, on verra ce qu'on peut faire :)

HelloAsso est une entreprise sociale et solidaire, qui fournit gratuitement ses technologies de paiement à l’organisme L'Empaillé. Une contribution au fonctionnement de HelloAsso, modifiable et facultative, vous sera proposée avant la validation de votre paiement.

Plateforme de paiement 100% sécurisée

Toutes les informations bancaires pour traiter ce paiement sont totalement sécurisées. Grâce au cryptage SSL de vos données bancaires, vous êtes assurés de la fiabilité de vos transactions sur HelloAsso.

Carte bleue VISA Mastercard PCI-DSS
G
Galaad
24/11/2020
A
Antoine
23/11/2020
S
SAscha
23/11/2020
Signaler la page