Cette campagne est terminée, rendez-vous sur la page de La Belle Cause pour découvrir les projets en cours.

Voir la page

Aidez-nous à rester paysans à la ferme de la Borie !

par La Belle Cause

Aidez-nous à rester paysans à la ferme de la Borie ! - La Belle Cause

Le combat d'un couple de paysans installé depuis 14 ans en bio dans les Cévennes pour conserver son statut agricole et ses anciens jardins

Patrick et Delphine, maraîchers et apiculteurs bio sur la ferme de la Borie depuis près de 15 ans, dans les Cévennes, ont été menacés d’expulsion. D'abord menacés d'une très forte amende puis de l'expulsion par les forces de l'ordre s'ils ne quittaient pas leur maison et leurs parcelles dans les 2 mois, ils ont obtenu du tribunal l'appel suspensif. Une première victoire qui leur a laissé quelques mois supplémentaires pour récolter leurs légumes, s'organiser, continuer le procès en appel dans cette situation judiciaire complexe. Ça, c'était en août 2018.


Une première victoire au tribunal début 2019

Contraints d’abandonner leur maison et leur terre ? Non ! Début 2019, le tribunal a reconnu la validité de leur bail d'habitation, mais pas celle du bail rural à cause d'un détail administratif. Ils ont donc dû déménager tout leur outil de production du bâtiment agricole et libérer leurs parcelles, car dans le cas contraire, l'amende aurait été salée !

Grâce à une incroyable solidarité et aux dons de 2018, ils ont collecté de quoi payer les honoraires de leur avocat spécialisé et les frais de justice liés à plusieurs procédures. Ils ont même gagné la reconnaissance du bail d'habitation en Cour d'appel : merci à tous, ce fût une grande victoire et grâce à cela, Patrick et Delphine, même s'ils ne peuvent plus cultiver leurs terres, habitent encore dans leur maison !!


Le harcèlement de la mairie continue et maintenant c'est l'appel en cours de cassation !

Mais le harcèlement ne s'arrête pas : la mairie tient pour responsable Patrick et Delphine, de l'occupation par un collectif d'une partie de la Borie et les menace d'une forte amende s'ils ne dégagent pas rapidement les lieux ; durant l'été une coupure d'électricité « convenue en haut lieu » de plus de 10 jours leur fait perdre une partie de leurs stocks en congélateur ; au mois de septembre dernier, ils reçoivent un « Avis de sommes à payer » de 56 121,68 euros ... Chaque fois, cela se résout en justice et nos paysans ne résistent à cette pression que parce qu'ils sont conscients de l'injustice à laquelle ils font face et parce qu'ils aiment ce lieu.

 

Le maire de Saint-Jean-du-Gard s'acharne. Il va jusqu'à faire appel de la requête en interprétation auprès de la Cour de Cassation à Paris. Patrick et Delphine sont obligés de trouver un avocat inscrit à la Cour de Cassation et encore un autre spécialisé en droit public. Ils font jouer le réseau de leur avocat nîmois.

 

Voilà, aujourd'hui encore, 1 an et demi après la première campagne de crowfunding, le combat continue et Patrick et Delphine ont plus que jamais besoin de vous pour continuer à faire valoir leurs droits, rester chez eux et continuer à profiter des dons de mères natures pour pouvoir subvenir à leurs besoins.



La Borie : un projet agricole et un projet de vie qui s'adapte au vue des circonstances

Petit rappel historique : En 2005, Delphine est installée comme apicultrice par une association environnementale à laquelle le Conseil Général du Gard, qui était propriétaire du site à l’époque, avait délégué la gestion. Une promesse de bail est signée, elle commence à payer des loyers… puis plus rien. Les loyers lui sont retournés, la promesse du bail n'est jamais concrétisée par la mairie (entre temps, c’est la commune de Saint-Jean-du-Gard qui est devenue propriétaire).

Elle est rejointe par Patrick qui s'occupe de cultiver les terres. Le temps passe et le couple ne se démonte pas. Ils continuent de mettre sur un compte à part, tous les mois l’équivalent d’un loyer. Avec cet argent, au fil des années, ils réalisent les travaux qui normalement incombent aux propriétaires. Ils entretiennent la maison, les parcelles : environ 3000 m2 en terrasse où ils cultivent selon les principes de la permaculture et tout à la main, et 2000 m2 de parcours autour d'un poulailler auto-construit en châtaignier.


Patrick et sa grelinette travaille dans son champ de pommes de terre, la principale matière première des fameuses criques.

« Cette expulsion est une conséquence de la démission des responsables locaux, sourds, depuis 2006, à notre demande de bail rural. Tout ce que nous souhaitons, c’est vivre en paix et continuer notre activité agricole. » raconte Delphine.

Contraints d'arrêter de cultiver les jardins et de limiter leur présence sur les foires paysannes, ils parcourent la région et la France et collecte des bourgeons d'arbres. Pourquoi ? Ça c'est une autre histoire, l'histoire de la gémmothérapie que Delphine a appris lors de sa formation d'herboriste.


Récolte de jeunes pousses de Gingko biloba, qui favorisent la circulation sanguine.


La gémmothérapie, une nouvelle activité en tant que paysans- herboristes

La gémmothérapie est une forme de phytothérapie qui utilise les tissus embryonnaires végétaux afin de soigner certaines affections. Le bourgeon des plantes étant un embryon, il posséderait certaines propriétés thérapeutiques semblables aux cellules « souches » : un accroissement du renouvellement cellulaire et le drainage des organes engorgés. Pour préparer cette « médecine de Vie », Patrick et Delphine introduisent et dynamisent les bourgeons dans des macérâts. Delphine a gardé quelques ruches, le miel récupéré leur permet de produire ces macérâts. Vendus sur les marchés de Lasalle (30), de Sainte-Croix-Vallée-Française (48), dans une boutique bio à St Jean du Gard et un thérapeute de la vallée , ces précieux flacons constituent aujourd'hui les revenus du couple.


Développement d'un bourgeon de tilleul ... pour bien dormir !


Aujourd'hui ce qu'ils veulent ? 

Sortir du processus judiciaire et du conflit en proposant d’acheter la maison qu’ils louent avec les parcelles attenantes qui ont été mis en vente par la mairie. Cultiver à nouveau des légumes, continuer à produire des macérâts de bourgeons, et pourquoi pas, devenir un lieu d'accueil, créer une table d’hôtes ? Dès la mise en vente, ils ont fait une demande officielle à la mairie, mais à ce jour, la mairie refuse de leur vendre... 

Patrick et Delphine se sont liés d'amitié avec leur nouvelle voisine, Danièle qui occupe désormais la « grande maison », celle qu'ils occupaient jadis pour stocker leur matériel agricole. Installée depuis mai 2019 par la mairie de Saint-Jean-du-Gard avec une convention d’occupation d'un an, elle a pour projet d’acheter le domaine et de réhabiliter la Borie avec notamment des activités agricoles. Mais sa situation est aujourd'hui plus précaire que la leur. Qui sait ce que l'approche des prochaines élections municipales leur réserveront...


Delphine tient le stand au marché de Sainte-Croix-Vallée-Française en Lozère.

A quoi servira l'argent collecté ?

L'union faisant la force, grâce à leurs soutiens, Patrick et Delphine ont réussi à payer les frais de justice qui ont permis d'aller et de gagner en référé, et donc d'obtenir, grâce à la réactivité et la pugnacité de leur avocat de Nîmes de SUSPENDRE L’EXÉCUTION DU PREMIER JUGEMENT !

Ensuite, toujours grâce aux dons, ils ont réussi à aller jusqu'en appel, et donc à obtenir LA RECONNAISSANCE DU BAIL D'HABITATION !

Mais aujourd'hui, la procédure judiciaire continue et les dons permettront de couvrir les frais judiciaire et la requête en cours de Cassation.

Au total, Patrick et Delphine estiment avoir besoin  d'une aide de 7000 € supplémentaires.

Pour faire un don, c'est ici que ça se passe, par carte bancaire, il suffit de cliquer sur le bouton "faire un don".

ou bien,  pour ceux qui souhaitent faire différemment,

par chèque: à l’ordre de « Association la Belle Cause », 

à l’adresse suivante :  Association La Belle Cause, en mairie, 30140 ANDUZE avec au dos la mention « pour la Borie », et éventuellement un mot d’encouragement, sans oublier vos coordonnées pour que nous puissions vous répondre !

Ou par virement, 

sur le compte de l’association La Belle Cause : 

Caisse d ‘épargne Languedoc Roussillon IBAN : FR76  1348  5008  0008  9100  9535  114



Bourgeon de frêne pour drainer et nettoyer le corps de ses toxines.

Un grand merci de Delphine et Patrick et une journée de soutien au printemps 2020

"Merci par avance pour votre aide et vos encouragements, car nous en avons un besoin urgent, au vu des frais liés à notre défense.
Et un très gros MERCI à vous tous et toutes qui nous avez soutenus, et surtout, n'hésitez pas à relayer ce mail à vos réseaux, toutes les bonnes idées sont bienvenues, vos gestes, même les plus petits, font de belles rivières, on en a tous les jours la preuve ! 

Et l’avenir ? Nous envisageons de créer une journée de soutien au printemps 2020, nous espérons que vous viendrez nombreux !

Amenez vos envies de jardiner, de partager un moment convivial et festif au bord du gardon, de découvrir la borie sous un nouveau jour, la gémmothérapie et les plantes tropicales comestibles. Venez avec vos idées, votre bonne humeur, venez à notre rencontre pour nous dire comment vous aimez ce lieu et ce que vous y avez vécu. Nous vous invitons à nous laisser votre nom, votre mail et/ou votre téléphone pour que nous puissions vous prévenir dès que la date en sera fixée. Vous serez les premiers prévenus !"


Pour les contacter :

apimaillard@gmail.com

L’Herborie, la Borie de Falguière, 30270 Saint Jean du Gard

06.68.13.85.73


La rivière en contre bas de notre ferme où Lixi notre chienne adore se baigner

Notre ferme, une grande histoire d'amour

En 2005, Delphine, après plusieurs métiers et plusieurs vies, part s’installer, ses 3 enfants sous le bras, à la Borie dans les Cévennes pour être apicultrice. C’est là qu’elle rencontre Patrick, un maraîcher, un passionné, un militant, un vrai !

Ensemble, depuis 14 ans, ils vivent simplement sur le site préservé et sauvage du hameau de la Borie. C’est là qu’ils se sont mariés, qu’ils ont élevé leurs 6 enfants (3 chacun), qu’ils vivent et qu’ils cultivent des légumes bio. Ils font d'abord du miel, des poulets, du maraîchage, des cueillettes, et depuis peu, des préparations à base de plantes sauvages. Ils ont choisi le bio, oui mais comme une philosophie de vie. Pour eux, ce n’est pas « juste » produire sans pesticide ; ça implique aussi d’être le plus autonome possible, d’être solidaire et impliqué dans la vie de leur territoire. Toutes ces valeurs, ils les retrouvent en étant adhérents, depuis le début, chez Nature et Progrès dont ils respectent la charte et les cahiers des charges. D'ailleurs, cette année, puisqu'ils n'ont pas pu faire de jardin maraîcher, ils consacrent une partie de leur temps à visiter et instruire le dossier des fermes et entreprises "Nature et Progrès" qui demandent ou renouvellent la mention en 2019 : elles sont de plus en plus nombreuses !

Ici, la porte est restée ouverte à la famille, aux amis de passage, aux personnes dans le besoin… malgré l'espace réduit à l'habitation et à la baignade, tout le monde est le bienvenu, du moment qu'on passe de bons moments ensemble. D’ailleurs, vous avez l’adresse ? Alors passez donc faire un tour !

Leur stand de restauration fermière sur les grandes foires et salons bio a du s'adapter au changement imposé et s'est réduit en personnel, en surface, et en nombre de produits présentés, mais ils seront malgré tout présents au salon Primevère à Lyon les 6, 7 et 8 mars 2020, et à la foire Humus de Châteldon (village situé entre Clermont-Ferrand et Vichy) les 2 et 3 mai 2020.

Leurs spécialités ? Les criques fourrés aux légumes, ces délicieuses galettes de pommes de terre. Tout est fait avec les conserves des produits du jardin et de productions fermières de collègues paysans adhérents à Nature et Progrès.


Un coup de main de la famille sur notre stand pendant les foires bio les années précédentes




Produits de la ferme sur notre stand



Le jardin en 2018 a été plus productif que jamais !


Donner 10 euros

c'est déjà super

passe quand tu veux découvrir notre environnement

Donner 25 euros

un grand merci

passe nous voir pour un repas partagé à la table familiale

Donner 50 euros

c'est génial, tu nous aides beaucoup

passe nous voir pour un repas sur notre stand ou à la ferme

Donner 100 euros

c'est vraiment généreux !

un week end à la maison en bord de rivière

Donner 500 euros

on peut t'appeler sauveur ?

petit séjour dépaysant chez de vrais paysans et conserves maison

HelloAsso est une entreprise sociale et solidaire, qui fournit gratuitement ses technologies de paiement à l’organisme La Belle Cause. Une contribution au fonctionnement de HelloAsso, modifiable et facultative, vous sera proposée avant la validation de votre paiement.

Plateforme de paiement 100% sécurisée

Toutes les informations bancaires pour traiter ce paiement sont totalement sécurisées. Grâce au cryptage SSL de vos données bancaires, vous êtes assurés de la fiabilité de vos transactions sur HelloAsso.

Carte bleue VISA Mastercard PCI-DSS

Les collectes en cours

La Belle Cause
20,00 € collectés
Signaler la page