Révolution(s)

par La Compagnie du i

Révolution(s)

par La Compagnie du i

Séraphine au pays de l'humain

Révolution(s)

- Séraphine au pays de l'humain -

Un spectacle de clown accompagné par un musicien. 
Tout public à partir de 7 ans.

Une création de Mathilde Dromard
Avec au plateau : Mathilde Dromard et Mohn
Création sonore : Mohn
Lumière : Sébastien Piron
Conseils artistiques : Anne Gaillard et Caroline Obin

crédit photo : Vincent Bidault


On découvre Séraphine, sorte d'ange ahuri, de clown qui se serait mis sur son trente et un pour un colloque au sommet du Ciel. 
Elle est accueillie par Gabriel, muet et mystérieux, qui ne s'exprime que par les sons qu'il diffuse ou qu'il tire de sa guitare.
On comprend qu'elle s'est portée volontaire pour expérimenter la vie sur Terre...mais qu'elle n'a pas bien compris tout ce à quoi sa décision engageait. Elle n'a pas vraiment saisi l'ampleur de l'aventure dans laquelle elle se lance.
Mais maintenant que c'est décidé, il va falloir y aller...

"C'est une question qui ne trouve pas sa réponse. C'est une question qui désespère de sa réponse. Elle cogne sous les tempes comme une mouche contre les vitres - jusqu'à trouver le plein air de sa réponse. C'est une question enfantine. Elle posée par l'âme qui s'agite dans une poignée de ciel bleu, sous un silence trop grand pour elle : d'où je viens, moi qui n'étais pas toujours là ? Où j'étais quand je n'étais pas né ? " 

Christian Bobin
Le Très-Bas 

Coproductions :
Le 3BisF (Aix en Provence), Arts Vivants en Vaucluse, Le Forum Jacques Prévert (Carros), Le Dakiling (Marseille), Le Théâtre des Carmes (Avignon), Le Colombier des Arts (Plainoiseau 39)
Soutiens
Scène Nationale La Garance (Cavaillon), Le Théâtre du Briançonnais (Briançon), Le Théâtre du Chien qui fume (Avignon), L'Artéphile (Avignon), Le Théâtre Mi-Scène (Poligny 39), Les Rencontres de la Haute-Romanche (Villar d'Arène 05)
La Compagnie est aidée par le Conseil Départemental de Vaucluse et la Mairie d'Avignon.

www.lacomapgniedui.com



Origine du projet


Il y a des questions que je me pose, pas tous les jours, non, mais souvent, comme une comptine qui sous-tend l’existence. Comme un drôle de jeu de piste auquel il n’y a rien à gagner sinon la joie d’être en vie, de partager ce moment avec d’autres compagnons d’expérience et la sensation de faire partie d’une grande œuvre. 
Elles sont là depuis longtemps mais reviennent plus régulièrement depuis quelques temps, elles ont envie de sortir, d’être partagées. Ces questions portent sur la vie (Quel sens a donc cette vie, là, maintenant ? Que suis-je venue faire ici ? ), sur l’Amour (C’est quoi l’Amour ? ouvrir son cœur ? être en couple ? avoir un enfant ? prendre soin de soi ? ) et sur la mort (A quoi nous confronte-t-elle ? Est-elle une fin, un début, une étape?  Est-ce qu’on peut mourir et renaître de nos cendres ?).

Révolution(s) est un espace que j’ouvre afin de poser ces questions et d’imaginer des réponses. 
Ce qui est proposé est un fil que je tire parmi la multiplicité des possibles, une liste non exhaustive, mais après tout il faut bien commencer par un bout. Trouver ma, mes réponses. Inviter le spectateur à trouver les siennes.

Ces questions sur le sens de l’existence, des cycles qui la scandent, je souhaite les traverser avec Séraphine. Il me semble qu’il faut la patience d’un ange et la démesure d’un clown pour aborder le sujet. Je sens assez de matière, de folie douce et d’amour en cette créature pour lui confier mon questionnement sur l’incarnation humaine.
Elle est devenue une compagne, à la fois familière et surprenante, avec laquelle je pourrai explorer mes interrogations sous un angle ludique et très sérieux, comme le clown me l’a permis jusque là. Cela a du sens pour moi de voir comment elle peut évoluer, découvrir où elle pourra nous emmener durant ce voyage en terre inconnue.
Avec elle je peux rentrer dans l’essence des choses, aller fouiller dans les méandres intérieurs de la fragilité, de nos mécanismes de défense pour masquer nos doutes, nos peurs, nos révoltes et la tendresse de nos cœurs. Ce qui résonne en chacun, qu’on croyait être seul à ressentir ou à porter, découvrir qu’on a tous un talon d’Achille, des gouffres dans lesquels on tombe, des placards bien verrouillés qu’il ne faut surtout pas toucher, des joies secrètes, des victoires tant attendues…

C’est de cela que j’ai envie qu’on me parle, et c’est cela que je trouve qu’il est essentiel de partager. 
Pour que d’autres formes de beauté, d’harmonie aient le droit d’exister, même si elles ne représentent pas le goût commun, pour réaliser qu’on est loin d’être tous pareils, et qu’il n’est pas souhaitable d’y aspirer, pour que nos différences soient des richesses…et surtout pour ne pas oublier de rire de nous-mêmes
C’est de cet élan que naît cette, ces Révolution(s). 


A quoi servira l'argent collecté ?


L'argent collecté servira à compléter le budget de création du spectacle :

-  Pour des raisons écologiques et pratiques j'ai choisi de faire construire le seul élément de décor en carton. Nous avons besoin de tester en jeu un ou deux prototypes puis de commander l'objet définitif.

-  Séraphine va avoir besoin d'éléments de costumes et d'accessoires.

- Imprimer des invitations et des dossiers de diffusion pour que les programmateurs puissent voir le spectacle et le faire tourner !

-  Rémunérer au plus proche du travail effectué les artistes et personnes qui s'investissent sur ce projet. 
   (Séraphine découvre l'humain, alors l'humain est à l'honneur !)

-   Si votre générosité dépasse nos prévisions, l'argent supplémentaire servira à payer un(e) chargé(e) de diffusion pour assurer une super tournée à ce spectacle !


Notre équipe


Mathilde Dromard

Mathilde est comédienne et metteuse en scène au sein de la Compagnie du i (Avignon) qu'elle fonde en 2010 avec Sophie Rossano.
Elle arrive au jeu par la danse
Après une formation en design d'espace à l'Ecole Nationale Supérieure des arts appliqués et Métiers d'Art Olivier de Serre à Paris, elle part à Grenade découvrir l'espace de manière plus sensible : elle se forme à la danse Flamenca auprès de Maricarmen Guerrero, Pilar Fajardo et la "Presy".
L'amour des mots la ramène au théâtre. Elle est diplômée du Conservatoire d’Art Dramatique d’Avignon où elle s’est également formée au chant lyrique et à la basse
N'ayant de cesse d'élargir son panel d'expressions artistiques, elle découvre différentes approches du clown auprès de Benjamin Dukhan, Alain Gautré, Cédric Paga et Caroline Obin.  

Aimant allier profondeur et légèreté, sens et présence, elle invente son propre langage absurde et clownesque en montant ses créations, en collaboration avec Sophie Rossano dans un premier temps, notamment  avec le spectacle A quoi reconnaît-on un clown ?.  
A présent elle dirige seule la Compagnie du i et travaille à la création de ce nouveau spectacle, Révolution(s), dans lequel Séraphine, son double scénique, creuse le lien entre intériorité et expression, si caractéristique de l’art clownesque.



Mohn

Mohn a fait ses première découvertes dans l’univers du sonore grâce à la guitare 
électrique et ses nombreuses pédales d’effet, terrain de jeu infini et souvent aléatoire, 
allant du larsen aux délais indomptables. 
Sa rencontre et sa collaboration pendant deux ans avec l’ingénieur du son italien Roberto 
Zoli furent sa porte d’entrée dans l’univers du studio et de l’enregistrement. 
Après avoir représenté la Basse-Normandie au Printemps de Bourges , il entame une 
intense collaboration avec le metteur en scène Médéric Legros.
S’en suit une période de retour 
à l’essentiel de la musique acoustique par l’étude intensive du chant avec Sarah Sanders
Il crée alors un répertoire de chansons voix-guitare folk, accompagné de divers musiciens 
dont la chanteuse Ajna, la chanteuse Provençale Hombeline et le guitariste-chanteur 
flamenco Nino « El Muira », Rosette Garcia.
Aujourd’hui, l’envie de mêler ces deux extrêmes semble une évidence.


Anne Gaillard

Formée au Conservatoire de Lyon et au 
cours VITEZ à Ivry, 
Anne crée sa propre compagnie, ACTE9.
En parallèle, elle joue sous la direction de Jean-Yves Picq, Philippe Clément, Philippe Delaigue, Albert Simon, Prosper Diss et avec la compagnie Jean-Louis Hourdain....
En 2001, elle fait la rencontre décisive de la Compagnie l’Entreprise François Cervantes. A
vec François Cervantes 
et 
Catherine Germain, elle  découvre, entre autres, le clown 
et crée un solo : Giselle…le récital . 

En 2013, elle joue dans Carnages de François 
Cervantes.
En 2015, elle crée un deuxième solo :  Giselle... Le rendez-vous.
Souvent sollicitée pour être regard extérieur, elle est intervient autour du clown au 
Conservatoire d’Avignon et à L’Ecole du Théâtre de l’iris à Villeurbanne.



Caroline Obin

Après un DEUG d’études théâtrales à l’Université Sorbonne Nouvelle Paris III, Caroline 
Obin se forme au Centre National des Arts du Cirque de Châlons-en-Champagne. Elle 
accomplit sa formation de clown avec Catherine Germain et François Cervantès et crée le 
personnage de Proserpine.

De 1997 à 2013, elle compte une dizaine de créations et de dispositifs de recherche 
artistique. Directrice artistique de l’Apprentie Compagnie, elle s’appuie sur le personnage 
de clown Proserpine, qu’elle déplace dans divers médiums de représentation artistique.
Depuis 2014, elle engage un travail de recherche sur le clown dans les arts plastiques 
à travers un parcours universitaire. Elle obtient en 2016 un master 2 d’arts plastiques, 
création, théorie, médiation et réalise une exposition d’installation vidéo dans lesquelles 
elle met en scène Proserpine.



Sébastien Piron

Il fait ses premiers pas dans la technique du spectacle auprès du Nada Théâtre, de la Compagnie Jean-Louis Hourdin et la Compagnie du Cercle avant d’intégrer le Théâtre de Feu dont il reste le régisseur général pendant 4 ans. 
Formé à SCAENICA et à l’ISTS, il travaille désormais avec différentes compagnies pour lesquelles il crée les lumières dans tous les domaines du spectacle vivant (théâtre, danse, marionnettes, conte, musique...).
Dans son travail, il s’attache à renforcer le sens du spectacle et sublimer le jeu des comédiens en jouant sur les contrastes d’ombres et de lumières avec sensibilité et à propos.
C’est lui qui avait signé la création lumière du spectacle A quoi reconnaît-on un clown? en 2014 et en avait accompagné la tournée.

Donner 5 euros

Recevez toute notre gratitude !

Donner 10 euros

Recevez une bise de l'équipe à la sortie d'une représentation !

Donner 20 euros

Recevez une carte postale de la part de Séraphine !

Donner 30 euros

Recevez une photo dédicacée de Séraphine !

Donner 50 euros

Recevez une photo dédicacée par Séraphine et Gabriel + une invitation aux sorties de résidence !

Donner 70 euros

Recevez les les cadeaux précédents + 1 photo supplémentaire de Séraphine + une invitation à la générale (en mars) !

Donner 100 euros

Recevez les les cadeaux précédents + 1 invitation à une représentation !

Donner 150 euros

Recevez les cadeaux précédents + 2 invitations pour une représentation !

Donner 200 euros

Recevez les cadeaux précédents + un "donut" pour vous faire le même chignon que Séraphine !

Donner 300 euros

Recevez les cadeaux précédents + une séance de relooking avec Séraphine dans votre dressing (ou dans les boutiques de votre choix) !

Association La Compagnie du i

La Compagnie du i

Relever les petits riens qui font la beauté des liens humains

Seb Lanz
02/12/2016
Viva Séraphine !
Mathieu Clabaut
02/12/2016
Carlos Moraga Ferrándiz
01/12/2016
Super projet ! J'espère que Séraphine pourra en fabriquer ses ailes !