LA DANSE DES ABEILLES

Environnement

L'association "LA DANSE DES ABEILLES" a pour objet la protection de l'abeille noire par la promotion d'une apiculture naturelle

qui sommes-nous ?

En images

Notre mission

LE CONSTAT DE DEPART

Aujourd’hui, tout le monde en a pris conscience, comme de nombreuses espèces, les abeilles sont en voie de disparition.

 

  - en France 70% des 6.000 espèces de plantes sauvages ou cultivées sont pollinisées par des insectes pollinisateurs, au premier rang desquels figure l’abeille (sources INRA).

 

Les principales raisons de la disparition de l’abeille sont l’utilisation excessive de pesticides, la pollution, les maladies diverses, les parasites, les plantes génétiquement modifiées, les ondes hertziennes, le frelon asiatique et bien d’autres. En gros, l’activité humaine.



Or, on constate que les méthodes modernes d’élevage qui sont dépendantes de critères de productivité, affaiblissent considérablement les défenses immunitaires de l’abeille.

Cette logique productiviste se justifie du point de vue d’un apiculteur professionnel qui vit de son activité. Elle n’a pas sa place dans une apiculture amateur orientée vers l’écologie et la sauvegarde de la biodiversité.

Il ne s’agit pas d’opposer les uns aux autres mais que chacun fasse  ce qu’il peut pour améliorer la situation actuelle.


L'OBJET DE L'ASSOCIATION ET SON PROJET

L’association « LA DANSE DES ABEILLES » a pour objet de favoriser la multiplication des colonies d’abeilles autochtones, en essayant de se rapprocher le plus possible de leur mode de vie et leur rythme naturels.

Il s’agit ici de tourner le dos aux méthodes classique de l’apiculture classique en respectant les principes suivants :

-           le modèle de ruche utilisé doit se rapprocher le plus possible de la situation de l’abeille dans la nature qui élit souvent domicile dans un tronc d’arbre creux tombé au sol,

-           il convient d’éviter d’installer dans les ruches des cadres de cire gaufrée pour que l’abeille les remplisse de miel. Elle fabrique de la cire et est très capable de les construire toute seule. Ces rayons sont alors exempts de résidus chimiques extérieurs.

-           Laisser s’opérer les essaimages qui sont le mode de reproduction normal de la ruche et l’assainissent sur le plan sanitaire,

-           Chaque fois que cela est possible, les traitements doivent être réduits au strict nécessaire et au moyen de produits admis en apiculture bio.


Le respect de ces principes peut laisser penser que les colonies ainsi obtenues à défaut d’être les plus productrices de miel, seront plus fortes sur le plan immunitaire et mieux à même de se défendre contre les multiples agressions auxquelles elles doivent faire face.


Ces quelques considérations nécessairement partielles orientent les choix qui ont été résolument faits par l’association :

-           création de ruchers de petite taille (5 à 10 ruches)

-           utilisation de la ruche horizontale comme ruche standard,

-           peuplement des ruches avec l’abeille locale : l’abeille noire (apis mellifera mellifera)

-           respect du rythme naturel de l’abeille dans la conduite des ruches,

-           réduction des prélèvements de miel au strict surplus qui n’est pas nécessaire à la survie de la ruche,

-           favoriser l’intérêt des scolaires au moyen de visites régulières (type de ruches vitrées particulièrement adaptées à l’observation),

-           assurer la formation des apiculteurs amateurs à l’implantation et à la conduite de la ruche horizontale dans le cadre d’une apiculture de loisir, permettant à ceux qui le souhaitent d'installer une ou plusieurs ruches chez eux.

 

LA RUCHE HORIZONTALE

La ruche horizontale est l’héritière de ruches anciennes que l’on retrouve dans l’antiquité.

Dans sa forme actuelle, elle a été conçue par des universitaires canadiens dans les années 1970, pour être utilisée initialement dans des pays en voie de développement. En effet, elle nécessite peut de technicité dans sa conduite et est peu coûteuse à fabriquer.

Les premières ruches de ce type ayant été installées au KENYA, elle est connue sous le nom de « Ruche Kenyane ». Aux Etats Unis , où elle est très utilisée, on l’appelle TBH ou  Top Bar Hive. Nous préférerons en France le nom de ruche horizontale.

Cette ruche se présente sous la forme d’une boite en bois d’environ 1,20 mètre de long donc les côtés les plus longs sont inclinés à un angle de 120°.

Une image est plus parlante qu’un long discours.

 

La ruche est posée sur quatre pieds et se trouve à hauteur d’homme, ce qui simplifie les interventions et ménage le dos de l’apiculteur.

Elle est munie d’une vitre sur l’un de ses côtés, ce qui limite les ouvertures de la ruche pour contrôler ce qui se passe à l’intérieur. Sauf interventions particulières, la conduite de cette ruche nécessite un nombre d’ouvertures annuelles très réduit.

 

L'ABEILLE NOIRE

Il s’agit de l’abeille autrefois connue sous le nom d’abeille commune et qui bourdonnait dans nos jardins quand nous étions enfants.

Son territoire d’implantation géographique recouvrait la majeure partie de  l’Europe continentale.

Aujourd’hui, dans l’apiculture professionnelle, elle est supplantée par des espèces étrangères plus productives en miel (abeille italienne, caucasienne, carnolienne, buckfast etc…).

Pourtant c’est une abeille bien sympathique…



Elle est bien adaptée au climat pyrénéen mais également au caractère béarnais :

-           elle est économe et gère parfaitement ses ressources,

-           elle est forte, résistante au froid et passe bien l’hiver,

-           elle est courageuse et combative face aux prédateurs,

Les enruchements initiaux se feront donc avec des essaims d’abeilles noires produites localement.

 

LA PREMIERE IMPLANTATION  DE RUCHES A BIZANOS

La première implantation aura lieu sur le site du parc du Château de Franqueville, propriété de la commune de BIZANOS

Une convention à cet effet a été passée entre la commune et l’association.



La première implantation comprendra cinq ruches.

L’installation des ruches devra être réalisée au cours du premier trimestre 2019. L’introduction des essaims d’abeilles sur le site est prévue  pour le printemps 2019.

 

Ces ruches seront fabriquées par un organisme médico-social de travail protégé local : l’ESAT ALPHA situé à IDRON, 19 avenue Beau soleil.

Un premier prototype a déjà été réalisé conformément au cahier des charges fourni.

La première commande porte sur 10 ruches, livrables au mois de septembre 2018, en vue de la seconde implantation de 5 nouvelles ruches, sur la commune de MEILLON.

L’objectif est à terme d’essaimer sur d’autres communes…


UNE ASSOCIATION OUVERTE A TOUS

Toute personne intéressée par le projet, que ce soit pour simplement le soutenir, ou bien pour participer directement à ses activités sur le terrain peut adhérer à l'association.

Dans tous les cas, vous serez associés à toutes les décisions et tenus informés au jour le jour de l'action de l'association.

Plus vous serez nombreux, plus notre action aura de poids.


Ne l'oublions pas, s'engager pour la sauvegarde de la biodiversité, permet non seulement de contribuer à la protection d'espèces animales ou végétales en voie d'extinction, mais surtout d'agir pour la survie de l'espèce humaine sur notre planète.


  Ce projet bénéficie du soutien actif du Lions Club PAU BEARN dans le cadre de son engagement pour la sauvegarde de la biodiversité.


Siège social

Château de Franqueville 64320 BIZANOS

Rejoindre nos communautés

vous avez une question ?

Soyez le premier à lancer la conversation !

Notre communauté

Rejoindre la communauté

Découvrez d'autres associations sur HelloAsso

Association Parc'Ours
Parc'Ours
Association Association Orfélins
Association Orfélins
Association HUMADA
HUMADA
Association Groupe Ornithologique du Roussillon
Groupe Ornithologique du Roussillon