La billetterie en ligne est fermée ! Pour plus d'informations, rapprochez-vous de l'association organisatrice.

Voir la page

Khaled Kelkal, une expérience de banlieue

par La Ferme du Bonheur

Du 08 novembre 2018 à 20:30 au 18 novembre 2018 à 21:30

Khaled Kelkal, une expérience de banlieue - La Ferme du Bonheur

Théâtre, mise en scène Roger des Prés

D’après l’entretien de Khaled Kelkal avec le sociologue Dietmar Loch
Vidéo 1 Delphine de Blic, vidéo 2 Hakeem B
Avec Antoine de Benoist de Gentissard et Roger des Prés


***

Pourquoi Roger des PRÉS reprend son spectacle
« Khaled Kelkal, une expérience de la banlieue »?

À l’origine il y a eu cet « abattage » de Khaled Kelkal, à 20mn de différé sur M6 le 29 septembre 1995, deux mois après l ‘attentat du RER B à St Michel le 25 juillet, et surtout la parution dans le journal le Monde du 7 octobre suivant, d’un entretien que Kelkal avait donné en 1992 à Dietmar Loch, enseignant-chercheur universitaire allemand qui avait vécu un an à Vaulx en Velin pour ses recherches sur les politiques d’intégration…

Né en banlieue, élevé en banlieue, revenu en banlieue, à Nanterre il y a bientôt trente ans, le propos m’intéresse, m’importe… j’en suis !!! J’avais, à la lecture de l’entretien de Kelkal et Loch et des articles qui l’entouraient, l’analysaient, le disséquaient… où le signal d’alarme était unanime, imaginé immédiatement une mise en scène de ce dialogue… dans l’espace public… au pied des cités… L’idée aura effrayé plus d’un « décideur culturel », je l’abandonnai. Le 21 avril 2002 puis les émeutes de 2005 l’ont fait resurgir ; j’acceptai de créer le spectacle à la Ferme du Bonheur à l’Automne 2006, me « vengeant » du dépit « d’abandonner la cité » en balançant en guise d’épilogue un film d’une telle violence que moi-même je n’ai toujours pas réussir à le voir jusqu’au bout. En 2006, le public n’applaudissait pas, ou timidement, fébrilement… Je l’ai repris en 2011… Cette fois c’est ovation tous les soirs… Nicolas Sarkozy était Président de la République… Après le spectacle, nous invitions des personnalités, je me souviens particulièrement de Stéphane Gattignon, ex-maire de Sevran, bouleversant…

Et cet été 2018, alors que je cherche la forme à donner à la traditionnelle -et naïve- « Contre-Fêt’nat’ de la Ferme du Bonheur » (« une seule nation est digne d’être célébrée : la Terre, et pas par un défilé militaire ») qui intronise chaque année « la Saison des Grâces » notre 26ème festival d’été, j’apprends la douche froide de J-Louis Borloo par Emmanuel Macron, son Plan Banlieue pas même reçu !!! Le 7 juillet je remets donc le couvert Khaled Kelkal : la salle est pleine, pas d’ovation, plutôt des applaudissements nourris… graves… Après « Khaled Kelkal, une expérience de la banlieue », on l’avait rebaptisé pour l’occasion « Khaled Kelkal a-t-il vieilli ? ». Il est vrai que depuis il y a eu Merah en 2012 à Toulouse et Montauban, en 2015 les Kouachi à Charlie Hebdo, Coulibaly à Montrouge et l’Hyper Cacher, El Khazzani dans le Thalys, Abdeslam et les trois commandos au Stade de France, au Bataclan et dans les restaurants pas loin, en 2016 Abballa à Magnanville, Lahouaiej Bouhlel à Nice, Kermiche et Nabil-Petitjean à St Étienne du Rouvray… sans compter un trop grand nombre moins médiatisés, à l’arme blanche, ni déjoués… sans compter ailleurs en Europe… en Occident… sans compter les « départs au djihad »…

Je ne sais pas précisément pourquoi je sens que je dois reprendre ce spectacle ces quelques dates en novembre 2018, les arguments alarmants, préventifs, les propositions de sortie de crise, les termes des successifs « plans banlieues » ayant été éreintés… Je me demande même si ce n’est pas désespéré, moi qui ai construit depuis bientôt trente ans cette Ferme du Bonheur au cœur d’un désastre urbain suprême, moi qui suis allé habiter une des Tours-nuages du quartier du Parc dès son classement par Sarkozy parmi « 24 quartiers hautement criminogènes-honte de la France », moi qui ai poussé le bouchon jusqu’au bout en allant vivre sous tente au cœur de presque toutes les cités de Nanterre, une semaine après l’autre l’été 2004 et l’été 2007 avec tous les troupeaux de la Ferme, animaux, artistes, salariés, amis, adhérents, partenaires… sous label « Politique de la Ville » ou « Contrat Urbain de Cohésion Sociale »… L’humeur nationale, Européenne, Internationale n’est pas au beau fixe, le repli sur soi n’est plus seulement une tentation… Mes spectacles, mes œuvres, mon Œuvre… se sont toujours réclamés « d’Optimisme Activiste »… Cette reprise révèle le doute, la question… Demain ?

- Roger des PRÉS -

***


Réactions

« On se laisse à penser que [depuis 1992] rien n’a changé » – Le Monde, 7 octobre 2006

« Un spectacle choc qui peut déranger tant les propos de Khaled Kelkal […] reflètent le malaise actuel des jeunes de banlieue »
– Le Parisien, 11 novembre 2006

« La mise en scène de Roger des Prés est rigoureuse, sans effet de manche. Elle maintient à juste distance l’émotion que provoque naturellement cette histoire pour convoquer la réflexion. Il ne joue ni sur le malaise ni sur la provocation. Un travail salutaire et audacieux. »
– L’Humanité, 26 novembre 2006

« Théâtre politique ? Théâtre documentaire ? Théâtre philosophique ?…»
– Le Blog de Médiapart, Martine Silber, octobre 201


La Ferme du Bonheur

220 avenue de la République
92000 Nanterre

Une question ?
Contactez l'association :

Email

Téléphone Afficher le numéro

Signaler la page