Cette campagne est terminée, rendez-vous sur la page de Le Bateleur Théâtre pour découvrir les projets en cours.

Voir la page

What Really Matters le film

par Le Bateleur Théâtre

What Really Matters le film - Le Bateleur Théâtre

Au commencement la mère porte l’enfant et chemin faisant il est possible que ce schéma s’inverse.




Je revois très souvent le regard de ma maman à une période ou sa maladie la faisait terriblement souffrir. A tel point qu’elle ne pouvait plus s’habiller seule. Etant là, je l’ai prise dans mes bras avec beaucoup de douceur en lui murmurant que si elle me le permettait j’allais lui enlever sa chemise de nuit pour lui passer des vêtements chauds car elle grelottait. J’ai senti son corps frêle se tétaniser. Je l’ai regardée et j’ai vu l’effroi dans ses yeux. Dans un souffle elle m’a dit : « Mais je suis ta maman! Les parents doivent s’occuper de leurs enfants et pas l’inverse ».

Ce souvenir est à l’origine de mon désir de faire ce film.
Au commencement la mère porte l’enfant et chemin faisant il est possible que ce schéma s’inverse. L’enfant devenu adulte va porter sa mère.
Dans le mot porter j’entends : guider, conduire, entraîner, engager, inciter, pousser, montrer, offrir, soutenir, supporter, stimuler, transmettre, encourager, accompagner.
A cela j’y accolerai : Respecter. Regarder. Toucher. Aimer.

C’est un film sans paroles. Les corps seront le vecteur de l’histoire. Une mère et son fils, tous les deux danseurs. Deux générations. Un corps resplendissant. L’autre assumant sa pleine maturité.

Raconter ce chemin parcouru pour tenter de donner à voir qu’un être qui vieillit, il ne sera pas question de maladie mais d'un corps dont la mobilité qui avec l'âge se restreint, peut encore gravir une montagne si le lien qui le relie à l’autre devient une béquille d’amour et non pas une canne métallique froide et sans âme.

Bénédicte Charpiat.


Certains projets piquent votre curiosité, d’autres vous donnent un second souffle et font émerger en vous une force insoupçonnée.
Mais quelle force?
Cette force qui réside à l’intérieure de chaque femme et qui prend différentes formes en fonction des évènements.

Cette énergie vitale qui puise sa source dans l’amour, l’enfantement, le toucher, l’accompagnement, l’autonomie, et se consume avec le désir d’indépendance, la fuite, le conflit, l’usure, l’absence, la perte de repères.

Bénédicte Charpiat a fait naître en moi la volonté et le courage de mettre en images ses réflexions, ses questionnements, son histoire.
Nous percevons toujours notre maman comme une femme forte, relevant tous les challenges, n’hésitant pas à s’exposer pour nous défendre ou trouver le meilleur pour nous.
Mais comme tout être humain, notre maman mûrit, se ride, avance en âge, ses aptitudes physiques déclinent, son mental s’affaiblit, sa mémoire se perd car le lien social s’étiole.

Et si il n’y a plus de lien alors pourquoi continuer de vivre?

Le court-métrage « What Really Matters » nous fait prendre conscience de l’importance du toucher, du regard, de l’échange, et pose à nouveau la question du vivre ensemble, de la stimulation cognitive à tout âge, et du choix de chacun dans l’accompagnement de ses proches jusqu'au bout du chemin .

Il soulève bien des réflexions.

Acceptons-nous de laisser nos enfants nous venir en aide? Acceptons-nous de nous voir diminué et de perdre notre autonomie? Comment vivons-nous la solitude si tant est  que nous ne la subissons pas? 
Et comment réagissent nos enfants? 

Le rôle de l’enfant est ici joué par Jérémy-Loup Quer, le fils de Bénédicte Charpiat auteure de cette histoire qui, elle interprètera la mère. Dès le premier jour de répétition en studio j'ai senti qu'ils allaient se donner corps et âme pour relever un exploit majeur : Etre d’une justesse et d’une authenticité sans paraitre.

La danse sera le pivot central de ce projet.
C’est elle qui en sera la narratrice et qui nous fera voyager à travers les âges.
Il n’y aura pas de mouvements gratuits. Ils découleront tous d’une nécessité, d’une urgence, d’un état corps en lien avec la situation dans laquelle les artistes se trouveront.
Je vais chercher le mouvement le plus naturel possible afin qu’il résonne dans le corps des spectateurs. Et je reprendrai les mots de  Pina Bausch « Je ne suis pas intéressée par la façon dont les gens bougent, mais par ce qui les anime. »

Vivre c’est être porté par un projet plus grand que soi.
Vivre c’est avoir un but, l’ancrer en soi, le ressentir, et le partager. Vivre c’est avant tout respirer, toucher, regarder, explorer, aimer.



Julie Magneville, chorégraphe et réalisatrice.

L'ÉQUIPE.

Jérémy-Loup Quer


Ballet de l’Opéra National de Paris

Jérémy-Loup Quer entre à l’École de Danse de l’Opéra de Paris en 2003 à seulement 10 ans. Il suit ses classes et profite de la formation d’éminents professeurs. Il intègre le Corps de Ballet de l’Opéra en 2011 à l’âge de 18 ans. Il participe aux productions classiques : Cendrillon (Rudolf Noureev), La Fille Mal Gardée (Frederick Ashton), Don Quichotte (Rudolf Noureev), Roméo et Juliette (Sasha Waltz), La Belle au Bois Dormant (Rudolf Noureev). Mais aussi aux productions contemporaines comme Kaguyahime (Jiri Kylian) ou L’Oiseau de Feu (Maurice Béjart), des créations avec William Forsythe, Crystal Pite et tout dernièrement Damien Jalet. Il participe aux tournées de l’Opéra notamment au Japon, aux États-Unis ou en Russie.Il est promu Coryphée en 2012. Jérémy- Loup Quer participe en couple avec Hanna O’Neill au Concours International de Varna en juillet 2014. Il obtient la médaille de Bronze.
En 2016, il reçoit le Prix Carpeaux.

Lors du Concours de promotion en novembre 2015, il est élevé au grade de Sujet. Avec Héloise Bourdon, première danseuse à l'Opéra national de Paris, il créé son 1er pas de deux contemporain "Songe".


JULIE MAGNEVILLE/CHOREGRAPHE/REALISATRICE


Formée à l’ESDC Rosella Hightower, au CNR de Lyon en danse contemporaine et à la Alvin Ailey School, elle continue son apprentissage avec Wim Vandekeybus, Ohad Naharin, Shiro Daimon et David Hayo. En tant que danseuse, elle a travaillé avec Donald MacKayle, Max Stone, Matt Mattox, Ralph Paul Haze, Milton Myers, Larrio Ekson, Guillaume Bordier, Bruno Agati, Michael Marso Riviere. Elle collabore avec Margie Gillis, David Earle, la Cie Flak, O Vertigo, Victor Quijadas( Rubberbanddance Group), Gregory Dolbashian et danse « Expectico » de Crystal Pite pour le Ballet Jazz de Montréal. Sollicitée en tant qu’en enseignante et chorégraphe dans diverses institutions à travers le monde, elle est également invitée à encadrer de nombreux stages internationaux tels que les Étés de la danse avec le San Francisco Ballet et le Alvin Ailey American Dance Theater. Elle chorégraphie et met en scène le show « The Great Hope Design » de la chanteuse pop alternative Sevdaliza. A New-York elle enchaîne les créations pour « Steps on Broadway » et « Peridance Dance Company». En 2018, elle crée un solo « THE FRAME » avec le Premier danseur de l’Opera de Paris, Vincent Chaillet pour le gala des étoiles. Elle collabore avec le réalisateur Pierre Noguéras sur les clips « Romeo & Juliette » et sur le dernier film publicitaire de l’Association Laurette Fugain. Son premier court-métrage « In Memorium », reçoit le prix du «Best Dance Choreography » au Oniros Film Awards et le prix du «Best Choice Audience» au Sans Souci Festival of Dance Cinema.

AUDREY BICHE/RÉALISATRICE.

https://vimeo.com/366069135
https://vimeo.com/338243316

Born in France 1995 and raised in Barcelona, Shanghai and the Caribbean, Audrey is a young talented cinematographer based in Paris. She received her bachelor’s degree in cinematography from the École Internationale de Création Audiovisuelle et de Réalisation in Paris. She speaks English, French, Mandarin and Spanish.
In september 2021 she will fly to Los Angeles to join the American Film Institute.


SWIK/COMPOSITEUR 

J'ai eu la chance d'être baigné dans un univers musical éclectique dès ma petite enfance et très tôt je me suis mis au chant lyrique et à la guitare. 
En passant de la trip-hop à la musique classique et orientale, j'ai suivi un projet vocal avec une chorale durant mon adolescence. Puis  je me suis  mis à explorer les vastes contrées des genres musicaux et plus particulièrement de la musique "fusion". J'ai alors découvert de nombreux artistes tel que 
Mark Deutsch, Amon Tobin, Amon Tor, Aphex Twin, Thom Yorke et bien d'autres. Depuis plusieurs années je développe mon projet musical "SWIK" où je puise dans ma singularité à la croisée des genre pour composer. 
Dans mon travail j'accorde une importance particulière à la notion "d'histoire sonore", une musique immersive, souvent intimiste, qui invite à l'introspection. J'aime utiliser la voix et les instruments à cordes. J'ai une préférence pour la musique downtempo et lancinante. Mon interêt va grandissant pour les projets où je peux mêler ma musique avec l'image et le spectacle vivant. J'y trouve une source d'inspiration d'une grande richesse.



https://soundcloud.com/swikmusic/swik-mourning

BENEDICTE CHARPIAT/AUTEURE/INTERPRETE

Dès l’âge de 7 ans Bénédicte Charpiat sait qu’elle sera danseuse. Elle intègre le conservatoire de Caen en danse classique avec Chantal Ruault comme professeur. Malgré les réticences de ses parents elle deviendra danseuse professionnelle à l’aune de ses 18 ans et travaillera avec moult chorégraphes tels que Jean Moussy, Arthur Plasschaert, Barry Collins, Rheda, Pascal Montrouge, Claudette Walker, Molly Molloy, Caroline Roelands, Marjorie Ascione entres autres.

En 1986 elle découvre le théâtre musical avec Jérôme Savary avec qui elle fera la création de «Cabaret » au théâtre du 8ème à Lyon, puis au théâtre Mogador à Paris ainsi qu’en tournée européenne pendant 3 ans. Tout en continuant son métier de danseuse elle devient comédienne et collabore au théâtre avec des metteurs en scène tel que Bernard Bloch, Denis Krief, Eliane Boeri, Pascal Montrouge, Caroline Duffaut, Jacques Vincey, Jacques Verzier  ou Jonathan Kerr. A la TV elle est dirigée par Philippe Triboit, Pascal Chaumeil, Siegrid Alnoy ou tout récemment Emmanuelle Caquille et Maxime Baudin. Au cinéma elle tourne avec Etienne Chatilliez, Isabelle Doval, Diane Kurys, Jean-Marc Moutout, Anne Fontaine et Thomas Langmann. Elle interprète « ELLE » dans « Eternel Tango » sa première collaboration théâtrale avec Jonathan Kerr. Puis elle sera Mme Tina dans « Piaf Je t’aime » spectacle musical mis en scène par Ned Grüjick, Anna-Maria Mozart dans « Mozart l’Opéra Rock » actuellement en tournée en Asie du Sud-Est. Elle incarne La grande Sucette, personnage androgyne et mystérieux dans « Café Polisson » de Nathalie Joly mis en scène par Jacques Verzier . Ce spectacle musical crée à l’auditorium du musée d’Orsay en 2016 a été repris au théâtre de L’Epée de bois au printemps 2019.  Elle s’est aussi confrontée à la mise en scène avec « La mémoire courte » pièce musicale où s’entremêlent des airs du répertoire lyrique et des chansons de la guerre de 14 pour deux commédiennes/chanteuses et un pianiste. L’atelier Lyrique d ‘Embrun fait appel à Bénédicte pour la mise en scène de « La Poule Noire » opérette de Rosenthal.  

« Belles de nuit » pièce de théâtre musical qu’elle a co-écrite avec Jonathan Kerr a vu le jour au printemps 2019 au théâtre Trévise à Paris et sera reprise au théâtre de La Luna au festival d’Avignon 2021. Elle y incarne Yvonne, la patronne de la maison close.  En parallèle elle intègre l’équipe pédagogique du Studio de l’acteur Eli Chouraqui et mène un travail sur le corps avec les élèves comédiens.

AUDREY BORCA/HAIR&MAKE-UP

Depuis 2015, co-fondatrice de A&R Création, un atelier de conception de coiffures et de perruques pour le spectacle et le cinéma. Parmi les nombreuses collaborations : La légende du roi Arthur, Le Rouge et le Noir, Hit Parade, Priscilla folle du désert (avec plus de 200 perruques extravagantes à créer !), Dirty dancing , La Famille Addams, Belles de nuit le musical… « Tous les projets sont géniaux et c’est une vraie chance de pouvoir exercer ce métier, un régal ! Le travail est toujours très différent et la partie recherche, croquis… me permet de faire jouer mon imagination. » A&R Création propose également des stages de formation pour les professionnels. Quand Bénédicte m'a parlé de son projet, j'ai tout de suite adhéré à son histoire, la mise en abime d'une mère et son fils, une histoire de lien, une histoire humaine. Et après plusieurs collaborations, la sensibilité artistique de Bénédicte me touche toujours autant. 


MARJORIE ASCIONE/1ERE ASSISTANTE RÉALISATRICE.


D’origine espagnole, MARJORIE est une danseuse de formation classique, jazz et contemporaine ainsi que Flamenco, tango argentin et salsa. Elle fait partie de nombreuses compagnie de danse, notamment celle de Blanca Li. Elle est l’assistante chorégraphique de Kamel Ouali pour les 10 commandements, de Stéphane Loras pour Gladiateur et participe à de nombreux spectacles tels que  Roméo et Juliette, Mozart l'Opéra Rock,  Dracula l'amour plus fort que la mort... Canal Plus lui a confié à plusieurs reprises la chorégraphie pour la cérémonie des Césars. Et chaque année elle se voit confier la direction artistique de l'émission Incroyable Talent.



Elle collabore avec Margie Gillis, David Earle, la Cie Flak, O Vertigo, Victor Quijadas( Rubberbanddance Group), Gregory Dolbashian et danse « Expectico » de Crystal Pite pour le Ballet Jazz de Montréal.
Elle a été soliste dans le Ballet Jazz Rick Odums et a joué dans la comédie musicale de Broadway « Tarzan » chorégraphiée par Sergio Trujillo. 

Sollicitée en tant qu’en enseignante et chorégraphe dans diverses institutions à travers le monde, elle est également invitée à encadrer de nombreux stages internationaux tels que les Étés de la danse avec le San Francisco Ballet et le Alvin Ailey American Dance Theater. Elle chorégraphie et met en scène le show « The Great Hope Design » de la chanteuse pop alternative Sevdaliza.
A New-York elle enchaîne les créations pour « Steps on Broadway » et « Peridance Dance Company». 

En 2018, elle crée un solo « THE FRAME » avec le Premier danseur de l’Opera de Paris, Vincent Chaillet pour le gala des étoiles. 

En 2019, elle est chorégraphe de la cérémonie d’ouverture des « Jeux Africains » à Rabat.

Elle collabore avec le réalisateur Pierre Noguéras sur les clips « Romeo & Juliette » et sur le dernier film publicitaire de l’Association Laurette Fugain.

Son premier court-métrage « In Memorium », reçoit le prix du «Best Dance Choreography » au Oniros Film Awards et le prix du «Best Choice Audience» au Sans Souci Festival of Dance Cinema.
A cette occasion Le Magazine Berlinois « Womencinemakers » lui consacre un édito spécial.




Donner 20 euros

1 heure de location de studio de répétition

Donner 50 euros

une partie des costumes

Donner 100 euros

location matériel lumière

Donner 200 euros

10 repas pour l'équipe de tournage

Donner 300 euros

location matériel vidéo

Donner 500 euros

étalonnage du film

HelloAsso est une entreprise sociale et solidaire, qui fournit gratuitement ses technologies de paiement à l’organisme Le Bateleur Théâtre. Une contribution au fonctionnement de HelloAsso, modifiable et facultative, vous sera proposée avant la validation de votre paiement.

Plateforme de paiement 100% sécurisée

Toutes les informations bancaires pour traiter ce paiement sont totalement sécurisées. Grâce au cryptage SSL de vos données bancaires, vous êtes assurés de la fiabilité de vos transactions sur HelloAsso.

Carte bleue VISA Mastercard PCI-DSS
L
Lyne
24/02/2021
P
Philippe
22/02/2021
H
Hamid
22/02/2021
Signaler la page