La fille qui a décidé de vivre

par Le collectif Lux

Cette collecte est terminée.

La fille qui a décidé de vivre

par Le collectif Lux

Cette collecte est terminée.

Représentations au Festival Mises en Capsules au Ciné XIII à 19h les 24, 27 et 31 mai 2016


Nous avons la chance d'être programmés dans le cadre du Festival Mises en Capsules au Ciné XIII mais notre jeune compagnie, le Collectif Lux, a besoin d'un coup de pouce pour faire face à son engagement. C'est donc vers vous, généreux amis et futurs donateurs que nous nous tournons pour solliciter votre aide.


Qu'est-ce que ce premier spectacle du Collectif Lux ?

Il s'agit d'abord d'une pièce, que j'ai écrite, puis de la rencontre de quatre comédiens autour mon texte. Et  après une lecture publique au Lucernaire le 8 octobre 2015, le texte a pris vie sur le plateau pendant les répétitions. Et nous voilà face à la formidable échéance de montrer notre spectacle au public.



L'histoire

Kimmy a 14 ans. Après la mort de sa mère et le départ en mer de son père, elle vit avec son grand-père et son frère qui la prostituent. Tous les jours elle se réfugie dans une ancienne gare désaffectée, seul lieu où elle peut être tranquille, loin de tout, et où elle peut danser à l’abri des regards indiscrets. Elle rencontre Mira, un jeune garçon de passage qui l’aidera à changer de vie.


« J’ai décidé de voir ce qu’il pourrait bien se passer d’intéressant ici. »
Scène 4. Jour 4. Nuit. Kimmy



Note d'intention

 

Avec La fille qui a décidé de vivre, j'ai voulu aborder à travers le personnage de Kimmy, le thème de l'enfance détruite, mais aussi et surtout celui de l'espoir. Malgré le fond tragique, ce sont la joie et l’espoir qui prédominent. Depuis l'âge de 10 ans, Kimmy est prostituée par son grand-père et son frère. Son enfance lui échappe, elle grandit trop vite. Cependant il lui reste encore une quête : que tout cela s’arrête.

Toute la pièce se situe dans un lieu unique : une ancienne gare désaffectée. Les lumières feront le décor. Un lieu mort et figé. Un lieu sans vie où le temps semble suspendu, un arrêt sur image pour Kimmy quand elle vient s’y réfugier. C’est son lieu. C’est chez elle. Elle s’y réfugie dès qu’elle le peut et le lieu prend vie. La gare prend vie par la danse, Kimmy danse, un échappatoire pour s’arracher à toute cette horreur, et au loin, très très loin, elle peut admirer la mer. L'arrivée de Mira va précipiter les choses. Kimmy va l'utiliser. Mira va s'attacher. Il l'aidera jusqu'au bout. Mira deviendra son sauveur, malgré lui. L'on retrouve tout au long de la pièce, Kimmy dans cette gare, essayant de s'en sortir, jusqu'au moment où le cocon explose et laisse la possibilité à la jeune de fille de s'enfuir ou de rester. Comment construire sa vie ? Avoir confiance ? En l'autre et en soi ? Peut-on tout laisser derrière soi et commencer une nouvelle vie ?

Christèle Sabalot-Jungalas


« Je vais aller près de la mer, tout, tout près d’elle et je vais l’attendre au bout de la jetée, sans bouger, immobile, dans la plus grande immobilité, jamais on aura vu quelqu’un ne pas bouger à ce point-là, même le vent ne pourra pas s’emmêler dans mes cheveux. »
Scène 5. Jour 5. Kimmy


A quoi servira l'argent collecté ?


L'argent collecté servira à financer :
- les salles de répétitions
- les costumes / accessoires
- les frais administratifs
- la rémunération de l'équipe


Notre équipe


Christèle Sabalot-Jungalas   Texte et mise-en-scène







Elle se forme aux Ateliers du Sudden, puis suit des stages à l'Aria  sous la direction de Robin Renucci. Elle commence à jouer en 2002 dans Les larmes amères de Petra Von Kant de Fassbinder, dans une mise en scène de Anna Smolar. Puis elle travaille avec différents metteurs en scène tels que Léonard Matton dans Le Malade imaginaire de Molière, qui fut joué à Paris, au festival d’Avignon, puis en tournée ; Roch-Antoine Albaladéjo dans Le théâtre ambulant Chopalovitch de Liouboumir Simovitch (Festival d’Avignon, tournée, programmation parisienne), Les caprices de Marianne d'Alfred de Musset, Bajazet de Racine ; Raymond Acquaviva dans Le bourgeois gentilhomme et le Tartuffe de Molière, ainsi que Le songe d’une nuit d’été de Shakespeare ; Frédérique Lazarinni dans Plein Soleil de Marie Suzini ; Stéphane Gallet dans Cet animal étrange de Gabriel Arouth ; ainsi qu'avec Bruno Cadillon dans Œillets rouges et tête de maure de Francette Nicoli. Elle joue également en 2014 dans le premier court-métrage de Baptiste Malbéqui : Laides.


La fille qui a décidé de vivre est son premier texte et sa première mise-en-scène.




Ruthy Scetbon Assistante à la mise-en-scène




En 2015, elle obtient un Master 2 en Etudes Théâtrales à l’Université Sorbonne Nouvelle Paris 3, avec un mémoire de recherche à propos d’une compagnie italienne : il Teatro delle Albe. Elle poursuit actuellement des études en troisième année de Licence en Langues, Littératures et Civilisations Etrangères, en italien. Parallèlement à cela, et après plusieurs stages de clown (avec notamment Allan Fairbairn à l’école du Samovar, Hervé Langlois à la Royal’ Clown Compagny, et Alessandro Fantecchi à la Scuola di Teatro Sociale de Florence), elle suit le cours d’initiation de l’école Jacques Lecoq.

Elle a participé comme chargée des relations publiques au spectacle Je suis un rêve de Pierre Gripari mis en scène par Damien Bricoteaux et Mathieu Morelle.

La fille qui a décidé de vivre est sa première expérience en tant qu'assistante à la mise en scène.



Anna Carraud est Kimmy  


 


Jeune, elle suit différentes formations en danse,  puis étudie le cinéma et le théâtre à l’Université de Nanterre (Paris 10). Elle intègre le Conservatoire Hector Berlioz (10ème arrondissement) puis le Conservatoire Frédéric Chopin (15ème arrondissement) au sein duquel elle redécouvre la danse à partir d’une méthode somatique : le Body Mind Centering, avec Nadia Vadori. Elle joue au Nouveau Théâtre National de Tokyo Les trois sœurs de Tchekhov mis en scène par Narumi Kouhei, danse dans un ballet autour du « Rhizome » de Deleuze et Guattari : Rizoma Project de Sharon Friedmann, au Palais de Chaillot et aux Invalides.  Sa première mise en scène se fait avec sa création : L’Etat sauvage, au conservatoire du 15ème arrondissement. Elle s’essaie aussi à la vidéo, en tant que chorégraphe et réalisatrice avec Je m’appelle l’amour, j’ai 4 ans. Elle chorégraphie La petite danseuse de la boite à musique de Joséphine Serre à la Maison du Comédien à Alloue. En 2015, elle part en Allemagne et en Grèce avec un projet autour de la crise financière, YITAC (avec de jeunes Allemands, Grecs et Français) où elle assiste les metteurs en scène des trois pays. Elle sera bientôt dans  GLYM  et Angelik de Moustafa Benaïbout au Centre Culturel du 8ème arrondissement de Paris, ainsi que dans le court-métrage de Baptiste Malbéqui, Vertical. Sa création à partir du Partage de midi de Paul Claudel est joué décembre 2015 à l’Auditorium de Seynod. 


Dans le spectacle La fille qui a décidé de vivre, elle incarne le personnage de Kimmy, et est l'auteure des chorégraphies du spectacle.



Léonard Boissier est Mira




Léonard Boissier commence le théâtre à 16 ans au Conservatoire municipal de la ville d'Annecy. En 2012, il monte à Paris et se consacre au théâtre à plein temps en intégrant l’Ecole des Enfants Terribles. Deux ans plus tard, il rentre à l'Ecole du Studio d'Asnières où il travaille avec Hervé Van Der Meulen, Jean-Louis Martin-Barbaz, Patrick Simon, May Bouhada, Stéphane Douret, Chritophe Lemaître ou encore Chantal Deruaz. Dirigé par Lise Ardaillon en 2012, il joue dans MaternA de Hélène Bessette et Juste la fin du monde de Jean-Luc Lagarce à Annecy. En 2015, il joue au Studio Théâtre d'Asnières dans Grand-Peur et Misère du IIIème Reich de Bertolt Brecht sous la direction de Chantal Deruaz ainsi que dans Entre Liberté et Anarchie, un diptyque adapté de Liberté à Brème et Anarchie en Bavière de Rainer Werner Fassbinder, mis en scène par Stéphane Douret. Il participe également à plusieurs Master Class de la Chaîne Théâtre : avec Michel Vuillermoz, Robin Renucci ou encore Francis Huster, avec lequel il joue Le Misanthrope de Molière.



Wilfried Delvigne est Lui




Il commence le théâtre au lycée en option théâtre, parallèlement il prend des cours au Théâtre de l’Aventure de Saint-Prix, puis à Atelier Frédéric Jacquot.

Il entre ensuite au Cours Florent, où il passe deux années durant lesquelles il travaille des rôles comme Cyrano, Caligula, Ruy Blas, avec comme intervenants Isabelle Nanty et Vincent Lindon. Chez Florent il intègre  aussi la classe d'improvisation et joue des spectacles d'impros.

Il tourne dans de nombreux court-métrages, des clips, et fait des apparitions dans plusieurs films comme Coco (2008, Gad Elmaleh).





Donner 5 euros

UN GRAND MERCI!

Donner 10 euros

GRAZIE MILLE + contrepartie précédente

Donner 15 euros

Un câlin de Ruthy + contreparties précédentes

Donner 20 euros

Une bise de Ruthy + contreparties précédentes

Donner 30 euros

L'affiche du spectacle dédicacée par toute l'équipe + contreparties précédentes

Donner 40 euros

Une détaxe pour la représentation de votre choix + contreparties précédentes

Donner 50 euros

Deux détaxes pour la représentation de votre choix + contreparties précédentes

Donner 100 euros

Une invitation pour la représentation de votre choix + contreparties précédentes

Donner 200 euros

Deux invitations pour la représentation de votre choix + contreparties précédentes

Donner 300 euros

Une séance de shiatsu avec Christèle + contreparties précédentes

Association Le collectif Lux

Le collectif Lux

robert segura
30/05/2016
bonjour maryse ma parlée de ton projet BONNE CHANCE .
Marie-Madeleine Trousseau
30/05/2016
Charles Mauger
29/05/2016
Tout le meilleur pour vous !!! Bisous.