Cosi DON tutte

par Le StudiOpera

Cosi DON tutte

par Le StudiOpera

Financement du premier spectacle du nouveau StudiOpéra

VIDEO


Origine du projet

Fondé à Paris en 1991, le StudiOpéra, financé par l’AFDAS (1991-92), puis par le Conseil Régional d’Ile de France (1993-98) préparait musicalement et scéniquement durant deux à trois mois un opéra dans sa version intégrale, en partenariat avec le Théâtre du Tambour Royal, à Belleville.

 

Il recrutait de jeunes chanteurs lyriques (en fin d’études ou plus avancés) pour une durée de trois mois durant lesquels il les préparait à interpréter sur scène un opéra en version intégrale, le plus souvent accompagné au piano. L’accent était mis sur l’interprétation musicale et le jeu d’acteur.

Les chanteurs, encouragés par un public enthousiaste et fidélisé, se familiarisaient avec la scène : l’opéra était représenté de 15 à 60 fois avec 3 à 5 distributions, la plupart du temps accompagné au piano.

Le StudiOpéra a mis successivement à son répertoire La Serva padrona (1991), Les Noces de Figaro (1992 et 93), Une Education manquée de Chabrier (1993), Rita de Donizetti (1993), Carmen (1994), Don Giovanni (1994), Cosi fan tutte (1995), La Bonne d’Enfant d’Offenbach (1995, avec quatuor de saxophones) reprise à Erfurt (Via Regia) en 1996, L’Apostrophe de Jean Françaix (1995, avec quatuor de saxophones) avec la participation de Musique nouvelle en Liberté, Le Tour d’Ecrou (1996, avec orchestre) et Pelléas et Mélisande en version intégrale sans entracte (1996, reprise en 1997 au théâtre de Roanne).

La plupart des chanteurs de passage au StudiOpéra ont fait carrière, soit dans un chœur (Châtelet, Opéra national de Paris, Radio-France et autres), soit comme solistes.

Citer des nomes et liens vers leur témoignage sur le site internet : Philippe Bodin

Renvoi vers extraits de presse du site internet

 

Le StudiOpéra rouvre ses portes après seize ans de silence car par ces temps difficiles,  les jeunes chanteurs professionnels ont de plus en plus de peine à trouver des engagements : jusqu’à 200 candidatures pour un poste à pourvoir ! Or la particularité du StudiOpéra est de monter des opéras dans leur version intégrale avec de jeunes talents lyriques prometteurs, nouvellement entrés dans la carrière. Il leur permet ainsi de travailler intégralement des rôles, musicalement et scéniquement, qu’ils peuvent ainsi perfectionner ou rajouter à leur répertoire. Une série de représentations publiques accompagnées au piano met ce travail en pratique devant un public très varié. La presse, des directeurs de théâtres et de festivals y étant conviés, cela augmente encore leurs chances d’un nouvel engagement.


Présentation du projet

Pour la réouverture du StudiOpéra en début de saison 2016-2017, nous avons choisi de programmer deux des ouvrages à notre répertoire : Rita ou le Mari battu, opéra en un acte de Gaetano Donizetti créé le 7 mai 1860 à l’Opéra comique, suivi de La Bonne d’Enfant de Jacques Offenbach, opérette bouffe en un acte créée au Théâtre des Bouffes parisiens le 14 octobre 1856.

Les deux œuvres, mises en scène par Elisabeth Navratil avec des costumes de Ruth Pulgram et Dorothée Bethencourt, seront présentées en décembre 2016 avec XXX nouveaux chanteurs dans le cadre inusuel du café galerie Lusofolie’s qui nous accueille en résidence pour les répétitions et les représentations.

 

Leur humour irrésistible séduira tous les publics, mélomanes et néophytes. La mise en scène d’Elisabeth Navratil s’adaptera au lieu atypique du LusoFolie’s. Rita étant propriétaire d’une auberge, l’action se déroulera de nos jours, Rita deviendra pour une heure la patronne du café galerie, les chanteurs circulant au milieu du public de consommateurs.

Lien vers le site internet avec le synopsis.


Chiffres clé

  • 2 Opéras en 1 soirée
  • XX jeunes talentueux chanteurs
  • 20 jours de répétitions et 1 générale
  • 4 représentations et 1 avant-première
  • 1 metteur en scène, 1 assistant metteur en scène, 1 chef de chant, 1 coutumière, 1 éclairagiste 

A quoi servira l'argent collecté ?


L'argent collecté nous permettra de financer une partie des coûts de production : toute contribution est importante !




Notre équipe

Nataline Alessandrini, Présidente


Opera, mon amour !

Je suis entrée au StudiOpéra pour l’amour de Mozart. Elisabeth projetait de mettre en scène

Don Giovanni. Pendant cinq ans, j’ai eu le bonheur d’assister à toutes les mises en scène et représentations du StudiOpéra au théâtre du Tambour Royal. 

Directrice d’une association œuvrant dans le domaine de la santé mentale et de l’aide psychologique aux plus fragiles (enfants, adolescents, migrants etc.), j’ai mis mon savoir-faire au service de l’administration du StudiOpéra.

 

Elisabeth Navratil, directrice artistique, metteure en scène

Formation à la mise en scène d'opéra auprès de Patrice Chéreau, Bayreuth, 1979/1980, et Harry Kupfer, Berlin, Komische Oper, 1982

 

Collaboration à la mise en scène

  • Der fliegende Holländer (Wagner), Opéra du Rhin, 1982, (Strasbourg, Colmar, Mulhouse)
  • Carmen (Bizet), Opéra de Budapest, 1983

 

Mises en scène

  • La Serva padrona (Pergolese), Théâtre de Brétigny, 1983
  • Une éducation manquée (Chabrier), Théâtre de Brétigny, 1983
  • Genoveva  (Schumann), Opéra de Montpellier, Opéra de Nancy, 1985, création scénique en France avec Christiane Eda-Pierre dans
  • Cosi fan tutte (Mozart), Opéra de Saint-Etienne, 1986
  • Trois mises en scène d’opéras de Joseph Haydn à L’Opéra de Chambre de Paris cofondé avec le chef d’orchestre Amaury du Closel : La Feldeltà premiata au Festival du Marais (Cirque d’hiver), Paris, 1986 ; La vera Costanza au Festival du Marais (Théâtre Déjazet), Paris, 1987,  puis à l’Opéra de Vichy et au Festival de Menton ; Lo Speziale au Festival du Marais (Théâtre Saint-Martin), 1988, puis à l’Opéra Royal de Versailles.
  • Manon (Massenet), 1989, Opéra de Essen, Aaltotheater
  • Tristan und Isolde (Wagner), 1989, Wuppertaler Bühnen
  • Eugène Onéguine (Tchaikovski), 1990, Nationaltheater Weimar
  • Carmen (Bizet), 1992 Bielefelder Bühnen


A partir de la rentrée 1992, tous les opéras au répertoire du Studiopéra ont été mis en scène par Elisabeth Navratil, à l’exception de La finta Giardiniera de Mozart, mis en scène par Ruth Orthmann, et de Cosi fan tutte, co-mis en scène avec Johannes Kögelsdorf    


Christophe Brajonneau, Secrétaire général


Attiré par la musique dès le plus jeune âge, Christophe Branjonneau étudie le piano au conservatoire de sa ville natale. A 17 ans, il entre dans la classe de chant de Henri Bédex au Conservatoire National de Région de Rouen où il obtient des prix de Chant et d’Art Lyrique en 1984. Lauréat de concours internationaux, il reçoit les conseils de Jean Chesnel, Irène Jaumillot et Roger Soyer avec lesquels il travaille pendant plusieurs années.

Il débute à l’âge de 21 ans dans plusieurs seconds rôles dans les opéras nationaux de Province en France et ce pendant 10 ans.

En 2004, il décide de créer son agence artistique à Paris pour promouvoir les nouveaux talents ainsi que des chanteurs de renommée internationale tels que Michèle Lagrange, François Piolino, Delphine Galou ou Jean Teitgen. Parallèlement, en 2007, il est recruté comme assistant metteur en scène dans le cadre du cycle Shakespeare (Coriolan) au Théâtre du Nord-Ouest, puis en 2008 où il sera l’assistant de Jean Luc Jeener dans La Promesse du Soir de Nicole Gros.

En 2015, il rencontre Elisabeth Navratil qui lui propose de participer à la nouvelle aventure du StudiOpéra tout en conservant sa propre agence artistique.


Jean-Philippe Corre, assistant à la mise en scène

Après ses études au CNSM de Paris, où il obtient un premier prix, il débute à Paris dans" La Belle Hélène" aux côtés de Jacques Martin et poursuit depuis une carrière internationale comme ténor-bouffe et comme comédien. En vingt cinq ans de carrière il a interprété prés de deux cent rôles tant en France (Opéra Comique, Opéra de Marseille, Avignon, Toulon, Montpellier, Bordeaux, Rennes, Tours, Reims, Metz, etc.) qu'à l'étranger (Allemagne, Suisse, Belgique, Pays-Bas, Monaco, Luxembourg, Moyen-Orient, Canada et Chine.) et partage maintenant sa carrière entre la scène et la mise en scène.

Mis en scène par Jérôme Savary, Jean-Michel Ribes, Jean-Louis Grinda, Bernard Pisani, Paul-Emile Fourny, Yvan Rialland, Nadine Duffaut, Eric Chevalier, Michel Dunand, Elisabeth Navratil, Frederic Lhuillier etc..., il chante notamment Basile dans "Le Nozze di Figaro", Remendado dans "Carmen", Frantz dans "Les Contes d'Hoffmann", Zizel dans ''Si j'étais roi'', Don Juan dans Don Quichotte ou encore dans Guillaume Tell de Grétry et dans Benvenuto Cellini de Berlioz. Il se fait remarquer en 2004 aux Chorégies d'Orange dans "Carmen" mis en scène par J .Savary et en 2006 à l'opéra de Toulon dans les "Mamelles de Tirésias". En 2007 il joue Benoit dans la Bohème, en 2010 et 2012 il joue Tiger Brown dans ''l'Opéra de Quat' Sous' mis en scène par Bernard Pisani dans les Opéras de Reims, Metz, Tours reprise à Toulon en 2016. En 2014 il joue Spalanzani dans les ''Contes d'Hoffman'' à l'opéra de Rouen et à l'opéra de Versailles.

En Comédie Musicale, il joue 160 fois Roscoe Dexter dans Chantons sous la pluie, à l ORW à La Porte Saint-Martin à Paris et en tournée internationale), à l'ORW Edgar Bean dans la création européenne de "Titanic', Jepe dans "La Diva" de J. Duparc, et surtout le double rôle mythique de Jerry/Daphné dans Sugar "Certains l'aiment chaud" succès retentissant à Liège et en France (opéras d'Avignon, Toulon et Montpellier). En 2010 et 2012 il joue le Padre dans L'Homme de la Mancha au Capitole de Toulouse et à L'opéra de Monte-Carlo (reprise en 2015 à Avignon).

 

Notre partenaire

Donner 20 euros

Coût réel 6.8 € - Cela nous permet de fabriquer 500 flyers - Vous aurez nos remerciements dans le programme et sur notre site

Donner 50 euros

Coût réel 17 € - Cela nous permet de louer le matériel lumière pour 2 jours - Idem ci-dessus + un programme dédicacé par l’équipe artistique

Donner 100 euros

Coût réel 34 € - Cela nous permet de payer une journée de répétition à un chanteur - Idem ci-dessus + 1 place à la première ou à une autre date (valeur 15 €)

Donner 150 euros

Coût réel 51 € - Cela nous permet de fabriquer une partie des décors - Idem ci-dessus + 1 place supplémentaire + Invitation à la générale et rencontre avec l’équipe artistique

Donner 200 euros

Coût réel 68 € - Cela nous permet de fabriquer les costumes de Rita - Idem + Drink au Lusofolie’s avec la metteuse en scène et les chanteurs après la dernière

Lancer ma collecte !
Association Le StudiOpera

Le StudiOpera

Le StudiOpéra, spectacle lyrique pour tous, souhaite toucher un très large public et faire découvrir l’art lyrique à ceux qui le considèrent encore comme un art élitiste tout en aidant les jeunes chanteurs à démarrer leur carrière.