Les 3 coups de Jarnac

Arts et culture

Pour que le théâtre puisse être à la fois accessible, abordable et attrayant ! Ce festival est une réussite auprès du public venu toujours plus nombreux. Là était une grande espérance partagée avec la ville de Jarnac et les bénévoles qui ont rejoint ce projet enthousiaste.

Nos actions en cours

Qui sommes-nous ?

En escrime, le « Coup de Jarnac » est une botte venue d’Italie dont s’est servi Guy Chabot, baron de Jarnac, pour venir à bout de son adversaire lors d’un duel, le 10 juillet 1547, à Saint-Germain en Laye, devant toute la cour d’Henri II. Il s’agissait de régler une affaire d’honneur conjugal où le baron demandait réparation au Roi. Celui-ci avait choisi pour le représenter une des plus fines lames du royaume, François de Vivonne, sire de la Chastaigneraie. Pour se sortir de ce combat inégal, Guy Chabot a usé d’une botte secrète, un coup d’épée habile et imprévu qui portera aussitôt son nom. Cette victoire à la loyale, bien qu’inattendue, n’est contestée par personne : au XVIe siècle, les «fake news» n’existaient pas ! C’est à la fin du XVIIIe siècle que des jésuites, dans un dictionnaire, introduisent une connotation pernicieuse au coup de Jarnac. Un siècle plus tard, le Larousse et le Littré ont rétabli la vérité historique. Mais le mal était fait. Entré depuis dans l’expression populaire comme un « coup tordu » ou un « coup bas », il est toujours employé à tort et à travers, partout sauf à Jarnac.

Pierre Bonnier, le fondateur du Festival

Passant mes vacances familiales à Jarnac depuis 40 ans et produisant des pièces de Théâtre à Paris depuis plusieurs années, je caressais depuis quelques temps l’idée de lier ces
deux privilèges. Comment construire un pont entre ces deux mondes pour mettre en lumière la richesse de notre patrimoine charentais et la diversité du répertoire théâtral français ?
J’avais le nom « les 3 coups de Jarnac «. Il ne me restait plus qu’à écrire le roman des aventures à suivre. Mais il fallait encore laisser mûrir le projet, l’affiner, le laisser vieillir et attendre le bon moment et les bonnes rencontres pour commencer la dégustation ; bref, nous étions bien en Charente…

La création à l’été 2020 du Festival a tenu, il est vrai, du romanesque tant les ardeurs rivalisaient avec les incertitudes multiples… Le succès fut réjouissant par la qualité et la variété des spectacles, aussi la faveur du public m’a fait un devoir de chercher à la mériter de nouveau. Quant aux comédiens, si heureux de remonter sur scène, ils sont repartis de Jarnac, selon le mot de Stéphanie Tesson, « encharentés »!

Les éditions suivantes ont ancré le Festival dans la vie culturelle de l’été, il est devenu un incontournable, les spectacles se jouant à guichet fermé.

2024 Année Olympique ! Altus, citius, fortius : plus haut, plus vite, plus fort !

La saison 5 du Festival de prépare comme des olympiades, à la fois dans la fièvre mais aussi dans l’enthousiasme et la sérénité.

Je tiens à rendre hommage aux équipes du Festival, fières de participer à cette aventure théâtrale inédite et d’en servir l’ambition : viser haut mais sans l’étroitesse de l’élitisme, faire confiance à l’intelligence du public et à ses vastes curiosités potentielles, « par-delà les paresses du plus facile* » 

Nous avons pris soin, comme à l’accoutumée, de programmer des spectacles variés afin de satisfaire un public toujours plus large, entre créations, découvertes, spectacles confirmés et Molièrisés, conférences et lectures.

En effet, notre ambition est de montrer que le théâtre peut être à la fois accessible, abordable et attrayant.

Nous débuterons les festivités au Château de Bouteville, joyau de notre territoire, qui sera nouvellement réouvert au public après une restauration permise grâce aux efforts des institutions publiques et privées. Ainsi, l’objectif ambitieux alliant Culture, Tourisme et Patrimoine sera pleinement atteint en cette Saison 5.

Une nouveauté : Un Tarif Standard et un Tarif Bienfaiteur qui donne droit à une file prioritaire, une place réservée et un accompagnement à cette place.

En conclusion, je souhaite remercier pour leur implication et leur soutien la Municipalité de Jarnac mais aussi celles de Bouteville, Châteauneuf sur Charente, Cognac, Lignières Ambleville, Mainxe-Gondeville, Segonzac et Sigogne ; sans oublier le Département et le Grand Cognac qui encouragent la poursuite de cette aventure culturelle.

Pierre Bonnier  –  Président, fondateur

*Le rocher de Süsten, Jean-Noël Jeanneney »