Uranium au Niger : lutter contre les impacts et accompagner au développement

par Les Amis d'Aghirin'man

Uranium au Niger : lutter contre les impacts et accompagner au développement

par Les Amis d'Aghirin'man

Accompagner et répondre à la demande des populations locales structurées agissant autour des mines d'uranium

                                                 Origine du projet

Au Nord Niger, à Arlit, dans la région d'Agadez, des mines d’uranium sont en exploitation depuis une cinquantaine d’années. Deux filiales d’AREVA, SOMAÏR et COMINAK extraient le métal radioactif respectivement par de gigantesques carrières à ciel ouvert et une mine souterraine. Pour répondre aux besoins en main d’œuvre et à l'acheminement des réseaux, une agglomération qui compte aujourd’hui plus de 100 000 habitants a été créée ex nihilo, en lieu et place de zones pastorales et de transhumance. Les réseaux routiers, électriques, et d’approvisionnement en eau, ainsi que les soins ont tous été développés par et pour les mines.

En 2000, l'ONG AGHIRIN’MAN est créée par des travailleurs des mines d'extraction. Leur constat est multiple : changements environnementaux (disparition de la flore et de la faune), morts suspectes de travailleurs des mines, population non informée des dangers liés à la radioactivité.

Depuis plus de 15 ans, l'ONG se bat pour dénoncer l’impact des activités d’extraction de l’uranium et alerter les populations et les décideurs, au niveau local, national et international. Ses actions, menées avec le soutien technique de la CRIIRAD, de SHERPA ou encore de GREENPEACE ont permis de révéler de nombreux impacts négatifs des activités extractives : présence de ferrailles radioactives sur les marchés, contamination en uranium des eaux bues par la population, maisons construites avec des matériaux radioactifs, etc…

Ces combats ont permis des améliorations concrètes pour la population et les travailleurs, mais il reste beaucoup à faire dans ce territoire où l’économie et la vie des populations sont totalement dépendantes de l’extraction de l’uranium. D’autant qu’il faut se préparer aux conséquences de l’après-mine : gestion à long terme des déchets radioactifs, accès à l’eau et à l’énergie, développement de nouvelles activités économiques …

Pour défendre les intérêts de la population face à ces défis sociaux et environnementaux, AGHIRIN’MAN doit renforcer ses capacités d'action. Elle a ainsi conçu, un projet ambitieux sur 3 ans. Il s’agit d’effectuer une surveillance indépendante des zones minières, former les populations et leurs représentants sur les enjeux environnementaux, promouvoir les énergies renouvelables, peser au niveau national et international afin d’obtenir la décontamination des sites.

Le démarrage du projet n’est possible que si l'ONG nigérienne dispose d’un véhicule adapté.

Elle a donc sollicité son partenaire français, l'association « les Amis d'AGHIRIN’MAN » dont un des objets statutaires est de collecter des fonds, matériels ou tout autre moyen destiné à améliorer le fonctionnement d’AGHIRIN’MAN.               

                                           Présentation du projet

La présente opération de crowdfunding, initiée par « Les amis d’AGHIRIN’MAN » est destinée à mettre en œuvre la première étape du projet à savoir l’acquisition d’un véhicule tout terrain et les frais de fonctionnement permettant à une équipe de l’ONG AGHIRIN’MAN d’exercer une surveillance environnementale indépendante et de mener des campagnes de sensibilisation (protection de l'environnement, information des populations, formation...) sur le territoire de la région d’Agadez.

                                   A quoi servira l'argent collecté ?

Notre objectif est de 26 000€.

1er pallier : 22 000€ = achat d'un véhicule 4x4 adapté au territoire désertique nigérien (Toyota type HZJ 76 L station wagon diesel cinq portes). En réalité ce 4X4 a une valeur de 30 000€ (incluant taxes et frais de douane), mais il est tellement fondamental dans la réalisation des projets d'AGHIRIN'MAN qu'Almoustapha ALHACEN, président de l’ONG AGHIRIN’MAN et lauréat du Nuclear Free Future Award 2017 dans la catégorie Résistance, a décidé d'y consacrer la totalité des 10 000$ US qui lui seront remis à cette occasion, soit environ 8 000 Euros.

2e pallier : 4 000€ = permettre de mener des campagnes de surveillance, de sensibilisation et d'éducation à l'environnement dans la région d'Agadez en particulier au niveau de l’agglomération d’Arlit (mines exploitées par les filiales d’AREVA), du gisement d’Imouraren (projet AREVA actuellement en standby) ; du secteur d’Azelik impacté par la mine d’uranium de la SOMINA, de Madaouela (projet de mine d’uranium de la société Goviex)et de Tchirozérine (mine de charbon et centrale thermique en exploitation). Le montant comprend les frais d’utilisation du véhicule pendant 1 an (carburant, assurance, maintenance, chauffeur expérimenté)

Si vos dons venaient à dépasser l’objectif de 26 000€, le supplément serait utilisé pour financer les autres volets du projet de l’ONG : frais de fonctionnement de l’ONG (électricité, téléphone, internet, location du bureau), frais d’envoi et d’analyse d’échantillons en laboratoire, achat de panneaux solaires, etc..

Almoustapha Alhacen reçoit le prix NFFA 2017 et fait une tournée en Europe, récit :

Almoustapha Alhacen a été choisi par le jury international du Nuclear-Free Future Award, qui lui a attribué le NFFAward 2017 dans la catégorie RESISTANCE. Ce prix reconnait le combat qu‘il mène pour dénoncer les conséquences environnementales et sanitaires de l'exploitation des mines d'uranium à Arlit au Niger.


Il a reçu ce prix lors de la conférence internationale : „Droits de l'Homme, Générations Futures et Crimes à l'age Nucléaire“, organisée par l' IPPNW/PSR (international Phycisians for the Prevention of Nuclear War/Phycisians for Social Responsibility ou Association Internationale des Médecins pour la Prévention contre la Guerre Nucléaire / Association des Médecins pour la Responsabilité Sociale) qui s'est tenue du 14 au 17 septembre 2017 à Bâle en Suisse.

L’association « Les Amis d’AGHIRIN’MAN » a ensuite organisé une tournée en France, Espagne et Belgique grâce au soutien de Bruno Chareyron (directeur du laboratoire de la CRIIRAD et membre des Amis d'AGHIRIN'MAN ) qui a utilisé une partie de son prix NFFA reçu en 2016 dans la catégorie éducation pour financer cette tournée.

1ère étape, trois jours à Paris avec :

- Intervention auprès des médias, voir les liens suivants :

Sur France Info le 18 septembre 2017 (radio et web tv) Exploitation de l’uranium au Niger : "Nous avons hérité de la pollution durable" http://www.francetvinfo.fr/sante/environnement-et-sante/exploitation-de-luranium-au-niger-nous-avons-herite-de-la-pollution-durable_2378413.html

Dans l’émission « C’est pas du Vent » (RFI) diffusée le 30 septembre 2017. http://www.rfi.fr/emission/20170930-2-areva-niger-arlit-uranium-population-sacrifiee-environnement-nucleaire

Sujet de RFI, le 19/9/17 http://www.rfi.fr/afrique/20170919-uranium-niger-al-moustapha-alhacen-defense-environnement-prix

- Rencontre avec d'autres organisations, Survie, CRIIRAD, OXFAM, Greenpeace et Sherpa pour envisager des actions communes. - Café Débat le 20 septembre au Lieu Dit à Belleville (organisé par Survie)

2éme étape, Valence :

- Une réunion publique à Saint-Péray organisée par la CRIIRAD, le jeudi 21 septembre

- Une journée de travail au laboratoire de la CRIIRAD.

3ème étape : soutien à des organisations espagnoles qui luttent contre l'ouverture prochaine d'une mine d'uranium

- Visite sur le terrain et réunion publique le 24 septembre à Retortillo dans la région de Salamanque

Association Les Amis d'Aghirin'man

Les Amis d'Aghirin'man

Accompagnement de l'ONG Aghirin'man oeuvrant dans la protection environnementale autour des mines d'uranium du nord Niger

François Legendre
15/10/2017
michael jasinski
10/10/2017
Bernard PETITEAU
09/10/2017
Au nom de l'association Sortir du nucléaire 49.