FR EN

Soutien aux travailleurs et travailleuses en procès contre Laboral Terra !

Mon don

Je donne une fois

  • 20 €
  • 50 €
  • 100 €
  • 150 €
Fiscalité

Réduction fiscale

Le don à Les Amis de la Confédération paysanne ouvre droit à une réduction fiscale car il remplit les conditions générales prévues aux articles 200 et 238 bis du code général des impôts.

Votre don ne vous coûtera que 0 € après réduction fiscale.

Particulier
Organisme
  • Particulier : Vous pouvez bénéficier d'une réduction d'impôt égale à 66% du montant de votre don, dans la limite de 20% de votre revenu imposable.

Audience aux prud'hommes d'Arles prévue le 12 mai 2020

En 2017, cinq travailleuses et travailleurs agricoles intentaient un procès aux prud'hommes d'Arles contre Laboral Terra, l'agence d'intérim espagnole qui les détachait, et leurs employeurs français. L'audience, prévue le 10 décembre 2019, a été reportée au 12 mai 2020. Une procédure au pénal va également être ouverte, notamment aux motifs de harcèlement sexuel et moral.

Parmi eux, les deux travailleuses se retrouvent dans une situation particulièrement difficile. Alors même qu’elles étaient déjà dans un état de santé très fragile et dans une angoisse permanente suite aux procédures juridiques engagées, les restrictions actuelles liées au Covid-19 les rendent encore plus vulnérables. Du fait de la fermeture des tribunaux, les procédures juridiques vont être encore une fois décalées et cela repousse les échéances des procès en cours, alors même que les délais de la justice sont déjà en temps normal désespérément longs. Elles font également face à des difficultés financières, puisque certaines des aides sociales qu’elles recevaient jusque-là ont été coupées, faute de documents qu’un employeur refuse de fournir dans une des procédures juridiques en cours. La détermination qui est la leur à dénoncer ce qu'elles ont vécu dépend aussi de leurs conditions de vie et de lutte au quotidien.

Elles ont donc, plus que jamais, besoin à la fois de notre soutien militant mais aussi de notre soutien financier pour pouvoir continuer leur lutte, mener les démarches juridiques jusqu’à leur terme et retrouver la dignité qui leur a été si souvent volée.

Mes coordonnées

* Champs obligatoires

Une main d'oeuvre disponible à moindre coût

Le détachement est un cadre d'emploi majeur des travailleuses et travailleurs saisonnier-ères agricoles qui facilite le dumping social, les pratiques frauduleuses et un modèle agricole bien loin de l'agriculture paysanne. En 2017, 67.357 travailleuses et travailleurs détaché-e-s venaient ramasser les tomates et les melons dans les exploitations agricoles de la région Provence-Alpes-Côte-d'Azur. Les agences d'intérim espagnoles, telle que Laboral Terra, fournissent aux exploitant-e-s agricoles une main-d’œuvre disponible à moindre coût, souvent peu revendicative et peu informée sur ses droits. Les agriculteur-trices sont déchargé-es de l'essentiel des démarches administratives, notamment par la suppression du contrat individuel au bénéfice d'une « commande collective » auprès de l'agence.

Les coûts sont aussi moindres : même si les travailleuses et travailleurs détaché-e-s sont censé-e-s percevoir le même salaire direct que les saisonnier-ères français-es (depuis peu), en matière de salaire indirect, ce sont les cotisations sociales espagnoles qui sont acquittées, moins onéreuses que les cotisations françaises.

On est bien face à un processus « d'optimisation » offert par la loi sur le détachement qui provoque une marchandisation de la main-d’œuvre et qui condamne des centaines de milliers d'hommes et de femmes à être corvéables à merci pour nourrir l'agriculture industrielle.

Mon récapitulatif

Récapitulatif

Sélection

Don

Don

0

Votre contribution au fonctionnement de HelloAsso. Pourquoi ? - Modifier

Total

HelloAsso est une entreprise sociale et solidaire, qui fournit gratuitement ses technologies de paiement à l’association Les Amis de la Confédération paysanne. Une contribution au fonctionnement de HelloAsso, modifiable et facultative, vous est proposée avant la validation de votre paiement.

une main-d’œuvre agricole étrangère exploitée en temps ‘’normal’’, quand l’économie agricole capitaliste fonctionne à plein

A l'heure de la crise sanitaire du Covid-19, les dirigeant-es politiques français-es se rendent compte qu’une bonne partie des travailleuses et travailleurs détaché-es étranger-ères ne pourront pas venir assurer les récoltes comme illes le faisaient chaque année jusque-là. Un appel quasi martial du ministre de l'Agriculture a donc été fait aux « volontaires » qui veulent rejoindre « la grande armée de l’agriculture française » et à aller « aider les agriculteurs ». Le tout à grand renfort de chauvinisme alimentaire et en faisant mine d’être attaché-es à une agriculture locale, saine et durable.

Au-delà de l’aspect strictement sanitaire, la crise du Covid-19 semble révélatrice, à l’échelle française mais aussi à l’échelle européenne, de la présence indispensable d’une main-d’œuvre agricole étrangère flexibilisée, précarisée et pourtant invisibilisée et exploitée en temps ‘’normal’’, c’est-à-dire quand l’économie agricole capitaliste fonctionne à plein goulots.

Signaler la page