Sauver la Cour des Aulnays

par Les amis de La Cour des Aulnays

Faire un don

Sauver la Cour des Aulnays

par Les amis de La Cour des Aulnays

Faire un don

Le projet de la Cour des Aulnays est en danger

Cher.es ami.es de la Cour des Aulnays, nous avons besoin de vous !

La SCI, propriétaire de la Cour des Aulnays est en liquidation judiciaire depuis le 24 septembre. En effet, après 7 ans à porter ce projet à bout de bras, remboursant seule un crédit établi en 2011 pour 4 associés, avec un taux d'intérêt à 4,8%, la SCI était déjà en procédure de redressement, et la saison covid n'a pas arrangé la situation... 

Après avoir emprunté 231 000€ en 2011 et remboursé depuis 104 000€ dont la majeur partie moi seule, la banque réclame encore 224 000€.

L'arrêt de la SCI entraîne l'arrêt des travaux de restauration qui grâce à la sélection de la Cour des Aulnays par la Mission Bern et à la réussite d'une cagnotte qui a permis de récolter les 10% du plan de financement des travaux, permettant ainsi d'atteindre les 100% du plan de financement. La DRAC et la Région Pays de Loire avaient accordé respectivement 40 et 20% du montant des travaux, et la Mission Bern 30%. Le dossier avait enfin abouti et les travaux avaient commencé. Une fois finis ils auraient permis d'accroître significativement les revenus de locations saisonnière et événementielles, avec la rénovation complète de l'ancienne étable en salle de fête finie et aux normes.

 J'ai pourtant enfin trouvé un expert-comptable et un avocat compétents et efficaces, mais hélas trop tard pour éviter le jugement en liquidation. Nous avons par contre fait appel du jugement. 

Il s'agit maintenant de saisir aussi le Président de la Cour d'Appel, démarche indispensable pour avoir une chance de faire suspendre voire annuler le jugement en liquidation. Si nous y parvenons, cela permettrait de ressusciter la SCI et de permettre aux travaux de se faire. Le délai est de 3 mois, et nous allons faire tout notre possible pour avoir un dossier incontestable d'ici là, avec un plan de redressement établi par l'expert-comptable, un argumentaire juridique établi par l'avocat spécialisé, mais aussi l'association avec le plus d'adhérents et de soutiens possibles. Et en lançant aussi une campagne de financement solidaire dont l'objectif est de racheter le crédit à la banque.

Nous préparons un communiqué de presse ainsi qu'une vidéo explicative pour la semaine prochaine, afin de collecter des promesses de dons et de prêts à 1% (équivalent à un livret A) afin de réunir la somme nécessaire. Nous comptons sur vous tous pour nous aider à diffuser l'appel à financement solidaire le plus largement et efficacement possible ! 

Voici une explication un peu plus complète et explicite sur l'historique de la situation de la Cour des Aulnays :


J'ai acheté ce bien, en juillet 2011, avec mon compagnon, sa soeur et son compagnon à elle.L'idée était d'y vivre tous les 4, les bâtiments grands et nombreux permettaient d'envisager des habitations indépendantes et des possibilités d'y créer aussi des activités professionnelles respectives. Avec ma belle-soeur nous voulions gérer chambres et table d'hôtes, associées à des séjours linguistiques et que je puisse en plus continuer mon activité de traduction. Mon ex voulait se mettre à son compte comme serrurier- métallier et le 4ème créer un studio de musique pour accueillir concerts et résidences.

Nous avons pour celà créé une SCI. N'ayant pas de capitaux, nous avons emprunté toute la somme, 231 000€, à un taux d'intérêt de 4,25% + assurances diverses (dont des 3 cautions solidaires à savoir moi, mon ex et sa soeur) donc en fait 4,8%. L'idée était de rembourser par nos loyers, la SCI est donc familiale et à but locatif, et j'ai été choisie comme gérante, non pas parce que j'avais des dons en comptabilité et administratif, mais parce que "je faisais sérieuse".

L'autre couple est parti en 2012, et a cédé ses parts et mis fin à leurs baux.

Mon compagnon est parti en avril 2013, après une crise de violence qui m'a value 4 vertèbres fracturées, et j'ai porté plainte, ce qu'il n'a pas apprécié. Il a vite cessé de payer sa part du crédit, sans prévenir, a refusé de mettre fin à son bail mais n'honorant pas ses loyers et ne donne finalement plus signe de vie depuis plusieurs années. Il a toutefois encore 50% des parts de la SCI, qu'il refuse de céder tant que je ne pourrais pas le "libérer lui et sa soeur en tant que cautions solidaires" du crédit immobilier, ce qui n'est évidemment pas en mon pouvoir mais en celui de la banque.

J'ai décidé de rester, étant tombée amoureuse de ce lieu et refusant de le perdre ainsi que le projet et en fait ce rêve tout simplement. Dès le premier mois je ne savais pas comment j'allais payer la mensualité de 1320€, ayant comme seuls revenus à l'époque ceux de mon activité de traductrice indépendante, donc très précaires et aléatoires, et mon ex m'ayant au passage également détruit mon ordinateur de l'époque, soit mon outil de travail.

J'ai emprunté quelques fois à des personnes compatissantes de mon entourage, que je remercie de ne pas me détester de n'avoir toujours pas pu les rembourser. J'ai travaillé sur des vieux ordis qu'on me prêtait et sur un netbook pendant plusieurs années. J'ai commencé à louer une chambre, puis une deuxième, puis un dortoir sur AirBnb. Au fil des ans, ces revenus ont augmenté, juste assez pour que je puisse payer le crédit chaque mois, souvent en retard donc avec des frais bancaires en plus. Sans avoir la marge jamais de faire des travaux sérieux pour améliorer le confort et pouvoir louer plus souvent et pour plus cher. Et très vite larguée au niveau de la tenue de comptes.

J'ai créé l'association et tenté de faire vivre ce lieu en organisant des concerts et autres événements culturels, ouvrir au public au maximum et faire connaître la cour des Aulnays et son histoire. Nous avons aussi organisé des chantiers participatifs pour avancer comme on pouvait sur les travaux nécessaires. Je me suis vite rendu compte que les concerts et autres événements qu'on organisait n'étaient pas lucratifs, mais avaient pourtant tellement de sens, apportaient une si belle énergie dans ce lieu que ça me reboostait à chaque fois.

Un ami m'a beaucoup aidée en devenant secrétaire et trésorier de l'asso et en m'aidant en plus dans les comptes et papiers de la SCI mais n'étant pas comptable lui non plus, c'était très succinct et pas vraiment dans les clous quand même.

Par contre j'ai rencontré plein de gens qui ont cru en mon projet et m'ont aidée un peu, beaucoup, ponctuellement, périodiquement ou en continu, et peu à peu, à force de tous ces retours positifs mais aussi des obstacles et critiques, le projet que j'avais en tête devenait plus clair. Merci à vous toutes et tous qui m'avez aidée ! Merci aussi à ceux qui m'ont critiquée ou cherché à me nuire, vous m'avez aussi beaucoup appris et fait avancer !

J'ai appris peu à peu à assumer ma place dans ce lieu et comme porteuse de ce projet et j'aime ce qu'il est devenu. L'idée d'écolieu était évidente depuis le départ, ainsi que la sauvegarde et l'animation de ce beau patrimoine que je voulais partager largement avec le public. Le respect et la sensibilisation au respect du vivant, qu'il soit humain, animal ou végétal, domestique ou sauvage. Les animaux ont pris place peu à peu tant dans les lieux que dans le projet. Mais aussi une autre idée du vivre-ensemble dans un sens plus large, le partage, l'échange, la solidarité, et un mode de fonctionnement non capitaliste... Prix libre et activités à but non lucratif pour tout ce qu'organisait l'asso. Et souhaitant développer le prix libre aux activités de location aussi, ainsi que l'économie du don au maximum, en opposition à l'économie de marché. Je sais, je suis une douce rêveuse, une idéaliste, une bisounours, une hippie si vous voulez (j'suis née en 68, ça doit être ça). Mais je ne conçois pas ce projet autrement qu'ambitieux, idéaliste, cohérent et intègre. Ce n'est pas un fond de commerce, je ne cherche pas à faire du business mais juste à pérenniser le projet afin de pouvoir continuer. Pas évident quand les charges sont aussi importantes et quand on est aussi pauvre ;)

En 2017 j'ai décidé de rédiger un dossier pour présenter la Cour des Aulnays, son histoire pour laquelle j'ai fait pas mal de recherches et que je connais bien maintenant et que j'aime partager. Mais aussi le projet tel qu'il s'était précisé avec le temps. C'est ce dossier qui je pense, a été déterminant pour permettre à La Cour des Aulnays d'être sélectionnée par la Mission Bern en mai 2018 lors de la première édition du Loto du Patrimoine !

Depuis 2013 je cherche à renégocier le crédit immobilier avec la banque qui a toujours refusé, tant pour les montants des échéances mensuelles que pour le taux d'intérêt. En 2017 j'ai décidé de ne pas payer 2 mois d'affilée, afin de passer au service pré-contentieux et ainsi changer d'interlocuteur. Après plusieurs mois d'attente, début 2018, ils m'ont fait une proposition à 4,20 au lieu de 4,25% que j'ai refusée en faisant plusieurs contre-propositions, ce qui a abouti à la prononciation par la banque de la déchéance du terme et la saisie de la justice. Après plusieurs renvois, le jugement est finalement tombé en avril dernier : redressement judiciaire. J'ai découvert que mon avocat m'avait très mal conseillée, et suis passée de mauvaise surprise en mauvaise surprise, et tout ça dans le contexte de crise sanitaire en plus, donc une saison très difficile financièrement...

A une nouvelle audience devant les juges le 8 septembre, j'ai décidé de me passer de mon avocat, et j'ai trouvé un expert-comptable à la place qui est déjà bien plus efficace et utile pour ma défense. Mais il n'a as eu le temps de remettre les comptes à jour. J'ai de plus appris que la banque me réclame maintenant 228 000€ !!! Nous avons emprunté 231 000€ en 2011 et en tout payé plus de 104 000€ depuis, et en 2018 j'en étais à devoir encore 193 000€ sur le capital emprunté, mais avec les pénalités et frais divers que la banque me demande depuis, c'est aujourd'hui comme si j'avais remboursé 3000€ seulement... Et le 24 septembre j'ai reçu la notification d'un jugement de mise en liquidation judiciaire de la SCI. La SCI n'existe donc plus, je n'ai plus le droit de louer, la Cour des Aulnays va être vendue aux enchères, et les travaux ont été arrêtés dès le lendemain par la liquidateur judiciaire. J'ai appris depuis que les liquidateurs gagnent plus d'une liquidation vite fait bien fait que d'une procédure de redressement positive... 

L'expert-comptable va pouvoir m'aider à enfin mettre de l'ordre dans tout ça. Mais ses services ont un coût bien entendu. Rien que le redresseur judiciaire que les juges ont mandaté me réclame déjà 2850€. L'avocat pourtant si inefficace me réclame 900€ en plus des 1200€ déjà payés. Et avec la saison 2020 entâchée par la crise sanitaire ce qui a provoqué l'annulation des réservations de tous les groupes de la saison, mes finances sont plus à sec que jamais.

J'ai décidé de faire appel et ai engagé un nouvel avocat qui semble très compétent. Nous avons interjeté un appel, et allons saisir le président de la Cour d'Appel afin de demander la suspension voire l'annulation du jugement en liquidation. A un nouveau rdv le 8 octobre, il m'a ccompagnée voir la liquidateur judiciare et lui a proposé qu'en attendant le résultat de l'appel, elle accepte d'établir un bail précaire, pour qu'on puisse essayer de faire faire au moins les travaux et me laisser vivre encore quelques mois ici dans des conditions me permettant au moins de louer. Mais elle a refusé. Une fois de plus, il semble plus facile de juste dire non que de trouver une solution, et elle a plus a gagné à liquider rapidement que de se compliquer la vie pour me la faciliter... 

En principe, une fois les travaux finis, c'est à dire normalement avant la saison 2021, l'étable aurait été entièrement rénovée niveau gros œuvre et équipée d'une installation électrique correcte et les locations de la nouvelle salle de fête dans l'étable devaient permettre d'augmenter considérablement les revenus locatifs. Mais il faut que l'appel ait le résultat que j'espère et qu'on puisse relancer les travaux. La saison 2021 semble donc bien compromise déjà... 

Et même si je me peux continuer à manger beaucoup de pâtes et ne rien dépenser pour moi, il faut quand même que je nourisse et soigne mes animaux et que je paie mes factures, en évitant de créer plus de passif. Tout en ne pouvant plus louer pour gagner des sous.

Je lance donc de sauvetage du projet en désespoir de cause, ne voyant pas comment je réussirai sinon. Je ne peux plus continuer bien sûr à diversifier les activités comme les expériences airbnb, les ateliers de cuisine végane et de plantes sauvages non plus. Nous avons relancé l'assocation (d'ailleurs, si certain.es souhaitent s'y impliquer, vous êtes les bienvenu.es) et on va faire des calendriers et livres à vendre. Je tente aussi de trouver des projets de traductions bien entendu. Je me battrai jusqu'au bout, je n'ai pas tenu tout ce temps dans cette précarité et pauvreté pour m'arrêter maintenant. Mais ce n'est pas gagné quand même !

Alors si vous voulez m'aider, n'hésitez pas à faire un don sur la cagnotte HelloAsso en cours, ou à vous inscrire comme teamer sur Teaming et donner 1€ par mois. Il est aussi possible de faire des virements réguliers sur mon compte pour m'aider à survivre.

Vous pouvez aussi faire un don à l'asso ou en devenir membre sur HelloAsso : https://www.helloasso.com/a.../les-amis-de-la-cour-des-aulnays

Je vous remercie du fond du coeur de votre soutien !

Donner 20 euros

Donner 50 euros

Donner 100 euros

Donner 200 euros

HelloAsso est une entreprise sociale et solidaire, qui fournit gratuitement ses technologies de paiement à l’organisme Les amis de La Cour des Aulnays. Une contribution au fonctionnement de HelloAsso, modifiable et facultative, vous sera proposée avant la validation de votre paiement.

Plateforme de paiement 100% sécurisée

Toutes les informations bancaires pour traiter ce paiement sont totalement sécurisées. Grâce au cryptage SSL de vos données bancaires, vous êtes assurés de la fiabilité de vos transactions sur HelloAsso.

Carte bleue VISA Mastercard PCI-DSS
M
Michèle
25/11/2020
C
Claude
24/11/2020
V
Véronique
23/11/2020
Signaler la page