Pour naviguer sur Albarquel et adhérer aux Bordées

par Les Bordées

Adhésion valable du 20/12/2018 au 31/12/2019

Pour naviguer sur Albarquel et adhérer aux Bordées

par Les Bordées

Choix de l'adhésion

Adhérents

Récapitulatif

Finalisation

adhésion gratuite

gratuit

adhésion prix libre

Vous pouvez nous soutenir en adhérant selon votre envie et vos moyens. Vous recevrez les infos, les calendriers de navigation, pourrez participer aux sorties adhérent-es... Un reçu fiscal vous sera envoyé automatiquement pour la déduction d’impôts.

Souhaitez-vous ajouter un don à Les Bordées en plus de votre adhésion ?

Montant à payer pour la durée de l'adhésion :

Votre don ne vous coûtera que 0 € après réduction fiscale

0 €

Votre don ne vous coûtera que 0 € après réduction fiscale

Pour naviguer sur Albarquel et adhérer aux Bordées - Les Bordées

Pour naviguer sur Albarquel et adhérer aux Bordées

 

Adhérer c'est accéder aux activités de l'association. Adhérer c'est également accompagner notre démarche de réinvention des usages de la mer. C'est aussi prendre connaissance des contenus pédagogiques que nous proposons: une démarche d'ouverture des horizons par le brassage des gens et des genres en mer. C'est découvrir nos ateliers embarqués. Adhérer, c'est aussi nous encourager à développer le calendrier des activités, à financer l'entretien d'ALBARQUEL.

Les adhésions font parties de nos recettes comme les prestations de services, les dons ou les subventions. Cette campagne d'adhésion nous a permis de boucler le budget du chantier pour ramener le bateau à Marseille.

Les objets de l'association peuvent recouvrir une diversité d'activités

Elle cherche à mettre en œuvre et aider à la création de projets sociaux, éducatifs, culturels, artistiques, environnementaux, scientifiques et de spectacles vivants ayant un lien avec la mer.


Elle construit des partenariats avec des structures d'action sociale et éducative, cherche à transmettre dans les domaines de la mer, à organiser des chantiers collectifs de maintenance de bateau, à mettre à disposition des espaces de travail et de réflexion dans un cadre originale pour, des groupes de travail, des associations et collectifs.

Elle cherche à favoriser la participation de personnes à faibles revenus et l'émergence de projets aux ressources faibles, à promouvoir l'égalité femmes/hommes dans les mentalités et dans la pratique au quotidien.


Faire le lien avec d'autres associations et collectifs qui partagent ces démarches.


Notre posture pédagogique est proche de celle pratiquée à bord des voiliers de l'association du Pere Jaouen où nous nous sommes nombreux.ses à nous être formé.es. Notre équipe réunis en plus des métiers de la mer, des travailleur.euses sociaux, artistes. Elle travaille à la réinvention du travail maritime à la voile par la porte de l'action sociale.


Lettre d'information 3# Automne 2019


Automne 2018

 

Chères adhérentes, chers adhérents,
 

    Nous voici au terme d'une première année de travail à Marseille avec Albarquel. La proposition de notre association était de travailler à l'accessibilité des expériences maritimes collectives que nous proposons. Nous avons tissé des liens avec des familles, des enfants, des associations et des écoles dans le XVème arrondissement, où nous nous sommes installé.es. L'ancrage territoriale est notre objectif à court terme et l'accessibilité reste notre cap à l'horizon.

    Notre proposition à Marseille a reçu un écho positif auprès des habitants, évoquant souvent la rupture qu'elle offre avec le quotidien urbain. Les retours sont très encourageants, tant de la part des particuliers que des structures et de leurs bénéficiaires. Nous avons été beaucoup sollicité. Tant que parfois nous n'avons pu répondre à toutes les demandes. Il fallait se concentrer sur la préparation des navigations déjà programmées. Conclusion : on nous fait confiance. On enchaîne sur 2019. Bien conscient.es des limites du bénévolat et résolument décidé.es à trouver des solutions.

 


    Nous sommes une association formée à l'AJD, l'association du Père Jaouen : un support naviguant et une méthode de brassage social. Notre proposition avec Albarquel se veut simultanément ouverte aux particuliers et aux groupes accompagnés par une structure associative ou institutionnelle. Que ce soit pour une initiation, une découverte à la journée ou un stage à la semaine, le voilier est pour nous un outil à détricoter l'entre-soi. Une logique trop présente partout, chez les militants, les mineurs en foyer ou les cadres sup' en vacances. Et pour finir de dresser un portrait collectif, on trouve qu'apprendre c'est trop souvent être écrasé. Alors on se concentre pour que le temps d'un tour en mer, nos savoir-faire soient à votre service, contre les formes de domination et de discrimination.


 

" A social project in the wind ! "

 

    C'est sur un ton ironique qu'on définissait ainsi notre projet il y a presque un an en quittant le Portugal sans complètement y croire. Bilan 2018, entre mars et septembre Albarquel n'a pas chaumé. Elle a effectué 33 sorties à la journée qui ont permis à 320 personnes d'embarquer, 4 sorties sur un week-end qui ont permis à 36 personnes de passer une première nuit en mer, 4 sorties sur cinq jours autour des îles de Porquerolles avec 35 adhérent.es, 1 stage d'une semaine qui a pris la forme d'un atelier de cinéma embarqué avec 8 adolescents, un cinéaste et deux éducateurs, 1 stage d'une semaine d'embarquement rotatif avec un groupe de 38 mineurs non-accompagnés résidents du foyer de l'Association d'Aide aux Jeunes Travailleurs, des repas servis à quai dont une fête de naissance et des anniversaires, quelques visites de classes et d'élèves de primaires et collèges marseillais, une projection d'un film d'atelier, une rencontre d'historiens au MUCEM, une fête maritime à Sète et des centaines de visites de particuliers et de présentations de l'histoire du bateau.

    En septembre, le collectif d'administration s'est réuni une semaine à bord pour travailler sur la saison suivante. Cette semaine administrative aux îles du Frioul a été l'occasion d'approfondir nos connaissances de cet archipel magique et onirique. Ce travail de rentrée était accompagné par un complice détaché de l'association des 'Escargots Migrateurs' venu transmettre des outils d'animation et de collaboration issus de l'éducation populaire.
 

    Question finances, la première année n'est pas trop mauvaise mais elle repose beaucoup sur l'engagement d'une équipe de bénévoles d'une quinzaine de personnes. Nous arrivons au début de l'hiver et du chantier annuel avec un budget trop fragile. Notre équipe passe l'automne sur la recherche de financements. La question du salariat sera étudiée. On s'accrochera pour vivre au mieux nos contradictions : accueillir sans discriminer en faisant face aux contraintes économiques notamment.


    Techniquement, on s'en sort en partie grâce à la débrouillardise. Le bilan est positif puisqu'on a jamais annuler une sortie. On peut aussi attribuer ce constat aux soutiens financiers et techniques des 300 adhérents. Merci à vous. Merci aussi au collectif des anciens propriétaires qui nous font confiance et qui sont toujours présents pour nous filer des tuyaux au pied levé. Sur les 6000 milles nautiques parcourus, on a usé quelques cordages et des bouts de bois mais Albarquel reste robuste du haut de ses 60 ans. Bon ! La liste des travaux est bien remplie. Il faut rester concentré.es car l'entretien consiste à anticiper sans cesse. Cette hiver faudra renouveler le stock de pièces détachées qui nous a été finement légué et préparer un chantier complet et relativement rapide.

 

Marseille, Chapitre 2

    En ce qui concerne le programme de l'hiver 2018-2019, il est chargé. Le 8 octobre dernier Albarquel et ses 12 membres d'équipage quittaient Marseille pour un voyage de 13 jours, cap sur Lisbonne via Gibraltar. Parti.es quelques heures avant un fort coup de vent d'Est. Les éclairs et les grains nous ont vite rattrapé.es pour nous ballotter jusqu'à Palma de Mallorca, où une révision du circuit hydraulique a été réalisée par les mécaniciennes du bord. Le tout téléguidé depuis Rouen par Francis, le mécano qui avait installé le circuit en 1984. Changement d'équipage à Alicante, puis quelques sauts de puces pour arriver tout mouillé à Gibraltar un matin entre les porte-conteneurs. Chaque passage dans ce détroit est difficile. Si pour nous c'était parfois difficile, on imagine mal l'horreur à bord des Pateras (les bateaux de migrants) dont les échos des appels de détresse résonnent dans nos mémoires.

    Au cap de Trafalgar, l'équipage médite et prépare l'arrivée : atelier crêpes et tortillas pour conjurer le ciel à coups de psalmodies, agitant louches et rozelles. Dernière nuit/ appel de détresse/ un voilier coule à 100 milles de Lisbonne/ un hélico décolle. Ca aurait pu être nous. La mécanique du sauvetage fonctionne cette fois parfaitement. Le voilier coule et le marin est rescapé. Ca prouve que quand on veut on peut.
   On remonte le Tage, passe le pont du 25 avril. Les charpentiers portugais nous attendent. Saluant du chapeau notre arrivée à bord de leur dernière ouvrage, una Muleta, 28 mètres de charpente tout droit sortie du XVIIème siècle. Un côtre à voile latine de 28 mètres surchargé de toile, précisent-ils, pour pouvoir charrier les chaluts latéralement.

 

    Après avoir été salué chaleureusement, nous avons hiverné Albarquel, rangé le matériel de sécurité, les voiles, l'électronique, les cartes marines et les machines-outils. Puis on a lancé les premières lignes du prochain chantier avec eux. Voici un petit voyage dans le vocabulaire de nos fonds de cales. Le gréement sera repris et une dizaine de bordés, changés. Il faudra fourrer les haubans de l'artimon au bitor, réviser le s épissures de câble des bastaques. Un réservoir sera démonté, les autres révisés, les coutures des voiles renforcées, leurs housses réparées, les plafonds repeints, les filtres nettoyés ou changés, les stocks de pièces détachées, réapprovisionnés, l'arbre d'hélice sortie, le tourteau désaccouplé, les tresses du presse-étoupe remplacées, ainsi que les courroies et les anodes des moteurs et auxiliaires. Faute de moyens suffisants le pont sera seulement rafistolé et recalfaté. Recalfatés aussi les bordés qui n'ont pas été faits l'an dernier, soit la majorité. Notamment, la râblure d'étrave et d'étambot, opération délicate... Tout ça sous l'œil désintéressé mais omniprésent de maître Jaime et de son équipe qui  construisent une nouvelle unité historique.

 

    Notre chantier aura de nouveau lieu à Sarilhos Pequenhos (Lisbonne). Les dates seront bientôt fixées. Ce sera de nouveau un moment dont l'atmosphère sera bornée entre l'envie de transmettre/apprendre et celle de finir à l'heure, dictée par les marées du Tage. Le voyage de retour se fera à cheval sur avril-mai et devrait pouvoir ouvrir près de 60 places pour des adhérents. Deux mois complets pour rentrer à Marseille en passant peut-être par la Sicile pour rapporter un chargement de Câpres et autres délices de Calabre. Le transport de marchandises entre cette année au programme. Un programme qui sera édité en décembre sur le nouveau site internet.

 

    L'an prochain nous visons un bilan d'activité plus dense et plus brassé. Sur la liste, des cantines à quai, une série d'ateliers radios, un atelier ciné-mutins 3#, des initiations, des formations de mécanique et électricité, des projections dans les voiles... Nos regrets cette année reposent surtout sur le peu de mixité des publics embarqués que nous souhaitons d'avantage brassées à l'avenir par leur diversité d'origine, de sexe, de classes et de milieux. 

 

    Les perspectives pour cette hiver s'orientent vers un chantier plus important qui amène plus de monde mais qui sera aussi plus exigent techniquement. Nous planifions déjà le chantier 2020 sur la structure axiale de la coque. Peut-être le retour d'Albarquel en Bretagne et l'occasion d'une visite aux chantiers du Père Jaouen. Il s'agirait d'ouvrir la coque pour changer l'étambot et peut-être même l'étrave, une idée folle sans laquelle la prochaine décennie pourrait bien être la dernière... 

Vous supportez notre projet "Cliquez"
 

Le don que vous effectuez ouvre droit à une réduction d'impôt sur le revenu égale à 66 % de son montant dans la limite de 20 % du revenu imposable pour les particuliers et égale à 60 % de son montant pris dans une limite de 5 %0 (5 pour mille) du chiffre d'affaires pour les entreprises. (Article 200 et 238 bis du CGI). Un reçu fiscal vous parviendra dans les meilleurs délais.

Association les bordées

N° Siret 830 497 491 00019 RCS Marseille Code APE 9312Z 

36 rue bernard – 13003 Marseille

Email : lesbordees@poivron.org / tel : 07 67 31 97 54





Le collectif d'administration de l'association LES BORDEES




" Ne doutez jamais qu’un petit groupe de gens réfléchis et engagés puisse changer le monde. C'est d'ailleurs toujours comme cela que ça s'est passé ! "

Margareth MEAD




Informations fiscalité

Le don à Les Bordées ouvre droit à une réduction fiscale car il remplit les conditions générales prévues aux articles 200 et 238 bis du code général des impôts.

Particulier

Particulier : vous pouvez déduire 66% de votre don dans la limite de 20% de votre revenu imposable.

Organisme / Entreprise

Entreprise : L’ensemble des versements à Les Bordées permet de bénéficier d’une réduction d’impôt sur les sociétés de 60% du Montant de ces versements, pris dans la limite de 5 / 1000 du C.A. H.T. de l’entreprise. Au-delà de 5 / 1000 ou en cas d’exercice déficitaire, l’excédent est reportable.

Signaler la page