Les enfants de Napagabtenga

par Les enfants de Napagabtenga

Construction d'une école à Napagabtenga, Burkina-Faso

Présentation du projet

Le projet que nous vous présentons ici consiste en la construction d’une seconde classe au sein de l’école du village de Napagabtenga, à 30 km de Ouagadougou, au Burkina Faso.

L’association française « Une école pour Napagabtenga » et l’association locale « Song tabaa pour le développement » ont travaillé ensemble pour la construction des fondations de l’école et de la première classe qui a ouvert en septembre 2016 et a accueilli 50 nouveaux écoliers. Un professeur des écoles du gouvernement Burkinabé a été nommé à ce poste.

L’école est déjà équipée d’un puit et de latrines. Le matériel scolaire (tables, bancs) a quant à lui été pris en charge par la mairie de la commune et l’inspection académique. L’école comprend également un jardin potager dont la culture permettra de fournir un repas équilibré par jour à chaque enfant et ainsi d’assurer à chacun de bonnes conditions pour réussir.

Seulement, une classe n’est pas suffisante pour l’ensemble des enfants du village !

Nous, étudiants du CERDI (Centre d’Etudes et de Recherche en Développement International) et membres de l’association Africavenir, une association étudiante qui œuvre à la mise en place de projets de développement en Afrique, avons décidé de nous unir à l’association « Une école pour Napagabtenga » pour l’épauler dans la construction d’une seconde classe. Nous sommes en charge de la recherche de financements via diverses actions.

L’agence Micro-Projet nous a accordé une dotation de 6955 €, ce qui représente 75% du budget global. Cependant, il nous manque encore 2000 € pour permettre la construction de la seconde classe et l’amélioration du potager par la mise en place d’un système d’irrigation goutte à goutte.

Nous planifions donc l’organisation d’une soirée et la vente de produits dérivés, mais ces actions ne seront pas suffisantes pour récolter les fonds nécessaires. 

Origine du projet

Jusqu’en septembre 2016, le village n’ayant pas d’école, les enfants devaient se rendre aux écoles des villages voisins dont la plus proche est à 4 km, et les conditions scolaires étaient loin d’être optimales. En effet, les effectifs des classes dans les écoles voisines sont démesurés (plus de 70 enfants par classe). De plus, les écoles ne fournissent pas toujours de repas aux enfants, ce qui met en péril non seulement la réussite de leur scolarité mais aussi leur santé.

Les habitants de Napagaptenga-Gouhin se sont donc rassemblés pour demander la création d’une école au sein du village.

Afin de venir en aide aux enfants de Napagaptenga-Gouhin, Monsieur Dieudonné Dondasse, natif de ce village et vivant en France depuis plus de 40 ans a entrepris la création d’une association locale “Association Song-Tabaa pour le développement” et d’une association française “Une école pour Napagaptenga”. L'association française souhaite trouver les fonds pour construire une école primaire de 6 classes (CP1, CP2, CE1, CE2, CM1, CM2) au sein du village de Napagabtenga.

A quoi servira l'argent collecté ?

Une classe n’est pas suffisante pour permettre à tous les enfants du village de bénéficier des meilleures conditions possibles pour réussir leur scolarité. L’objectif de notre projet est d’aider l’association « Une école pour Napagabtenga » à ouvrir la deuxième classe de l’école à la rentrée 2017 et à fournir aux nouveaux écoliers un repas par jour à l’école en développant le potager. La deuxième classe de l’école pourra accueillir une nouvelle génération d’élèves avec des effectifs de classe largement réduits.

Pour développer le jardin potager, nous souhaitons tout d’abord mettre en place un système d’irrigation goutte à goutte. Ainsi nous pourrons améliorer le rendement du potager et produire plus avec une même quantité d’eau. De plus, un système de compostage biologique permettra d’améliorer la productivité du jardin potager, tout en évitant l’utilisation d’engrais chimique. Grâce à ces améliorations dans le rendement du jardin potager, nous pourrons fournir à tous les enfants de l’école un repas équilibré, et s’assurer qu’ils aient de bonnes conditions pour étudier.

Notre équipe

Nous sommes 12 étudiants à l’école d’économie de Clermont-Ferrand, tous membres de l’association Africavenir. Celle-ci a été créée en 1992 à l’initiative d’étudiants français et africains du magistère et qui œuvre en faveur de la promotion de la culture africaine et pour la mise en place de projets de développement.

 La mission de l’association est d’obtenir des fonds qui serviront à financer de façon partielle des projets de développement viables à long terme. Africavenir accorde une importance particulière à l’entretien de relations de confiance avec les acteurs locaux impliqués dans les différents projets. De plus, des activités de suivi-évaluation sont menées tout au long de la durée de vie des projets, notamment grâce à l’envoi de stagiaires.

Ainsi, notre projet « Une école pour Napagabtenga » s’inscrit dans cette optique de viabilité et de confiance.

Nous comptons donc sur votre générosité pour nous aider à mettre en place ce beau projet.


N’oubliez pas, vos dons sont déductibles à 66% des impôts alors n’hésitez pas !

C’est notre partenaire l’association « Une école pour Napagabtenga » reconnue « association humanitaire » qui recevra directement les dons issus de cette collecte et se chargera de l’émission de vos reçus nécessaires à la déduction fiscale.

Un séjour du président de l’association « Une école pour Napagabtenga » est prévu pour avril 2017 afin de lancer les travaux de la seconde classe. 

Donner 5 euros

Donner 10 euros

Donner 20 euros

Donner 50 euros

Donner 100 euros

Donner 150 euros

Plateforme de paiement 100% sécurisée

Toutes les informations bancaires pour traiter ce paiement sont totalement sécurisées. Grâce au cryptage SSL de vos données bancaires, vous êtes assurés de la fiabilité de vos transactions sur HelloAsso.

Carte bleue VISA Mastercard SEPA PCI-DSS
A

Anne-Sophie Triboulet

09/05/2017
f

françoise gaultier

12/04/2017
A

Antonin Perriot

27/03/2017
Signaler la page