FR EN

REJOIGNEZ LE COMBAT DE L'ASSOCIATION LES GUERRIÈRES DE LUMIÈRES

Mon don

Je donne une fois

  • 5 €
  • 10 €
  • 20 €
  • 50 €

Je donne tous les mois

  • 5 €
  • 10 €
  • 15 €
  • 20 €
  • 50 €
Fiscalité

Réduction fiscale

Le don à Les Guerrières de Lumières ouvre droit à une réduction fiscale car il remplit les conditions générales prévues aux articles 200 et 238 bis du code général des impôts.

Votre don ne vous coûtera que 0 € après réduction fiscale.

Particulier
Organisme
  • Particulier : Vous pouvez déduire 66% de votre don dans la limite de 20% de votre revenu imposable.

Les Guerrières de Lumières est une nouvelle association d'intérêt général à but non lucratif régie sous la loi 1901, qui est née du constat et de l'expérience de vie de sa fondatrice dans la région PACA.

Les Guerrières de Lumières a l'ambition d'être un centre ressource pour les personnes victimes de violences et dans la précarité. Suite au rendez-vous avec l'assistant parlementaire de monsieur Renaud Muselier, député européen et président de la région PACA le 4 octobre 2017, nous avons fait le même constat, aucune coordination n'est établie entre les différents acteurs sociaux.

Cela ne va pas dans le sens des objectifs fixés des services sociaux quant aux prises en charge individuelle, de prise en compte d'une situation dans sa globalité, par manque de dialogue, de communication entre les différents services. Contrairement aux idées reçues, les victimes sont issues de toutes les classes sociales.

Non seulement les victimes doivent supporter leurs divers traumatismes, mais aussi dépenser leur énergie à téléphoner, écrire des courriers, de part et d'autre, en atteignant que très rarement une personne formée, sensibilisée à leurs situations. Les victimes se retrouvent bien souvent seule dans leur combat. Nous l'avons déjà constaté au travers des dossiers que nous suivons actuellement. Une perte de qualité de vie certaine, les victimes perdent souvent leur emploi, ou se retrouvent dans des difficultés de réinsertion professionelle principalement dues à leur état de santé psychologique et/ou physique non prise en compte.

Bien qu'il y a l'accès aux Centres Médicaux Psychologiques, la CMU, cela s'avèrent insuffisant, les victimes étant principalement traitées pour des dépressions et non pour leurs traumatismes. Les victimes rentrent ainsi dans un cercle vicieux de violences répétées. Des difficultés d'accès aux soins spécifiques qui ont fait leurs preuves se rajoutent, comme la méthode de l'EMDR, ou du RITMO, des formes de thérapies brèves qui permettent aux victimes de mieux vivre au quotidien leurs traumatismes. Mais cela a un coût qui généralement ne leur est pas accessible.

De même, lorsque les victimes décident de lancer une procédure judiciaire vient à se poser une autre problématique de taille. Le constat de pièces par huissier, étant un tarif libre, a un coût astronomique. Malgré l'aide juridictionnelle, la plupart des avocats ne font que le strict minimum sur ces dossiers. Ce qui amène a une justice à deux vitesses et non équitable.

Pourtant cela fait parti des droits fondamentauxx de chaque citoyen comme le prévoit l'article 6 de la Convention européenne des droits de l'Homme.

Ce qui est effarant est de constater les erreurs de procédures à répétition depuis la prise en charge des plaintes, en passant par les services sociaux, les services de police ou de gendarmerie, et de la part de certains magistrats.

Hors, lorsque les victimes tentent de faire respecter leurs droits, malgré des preuves à l'appui, celles-ci sont considérées comme des troubles faits, des rebelles, se mettant à dos les magistrats ayant prononcé un avis, ou un jugement. On en arrive à de la violence institutionnelle. Un traumatisme supplémentaire que doivent gérer les victimes.

Il me semble juste de dire que nous sommes tous des êtres humains, nés libres et égaux, et que personne ne se trouve à l'abri d'une commettre une erreur. Ce n'est donc pas selon moi un acte de rebellion, mais bien un droit dont se saisi la victime pour se faire entendre, et obtenir cette reconnaissance de la justice pour lui permettre de se reconstruire. 

Doit-on laisser parler l'égo ou bien les faits? Le respect de la justice ne passe t'elle pas par le respect du citoyen dans son ensemble?

L'association les Guerrières de Lumières se veut être partenaire de la Justice, et non être son adversaire. L'association ne veut pas se substituer à elle, mais se porter garante de la probité des Accompagnés dans leurs démarches, aider à mettre en lumière la vérité car cela va dans le sens de notre éthique c'est pourquoi nous recherchons l'appui et le soutien du Défenseurs des Droits et de l'Oubesmann Européen.

C'est pourquoi, pour respecter les statuts de l'association, nous nous sommes engagés dans une obligation de moyens et de résultats. Pour cela nous nous efforçons de rencontrer les principaux acteurs locaux dans le cadre de nos missions pour débuter, afin de les sensibiliser à l'utilité de travailler de concert.


Nous ne nous positionnons pas comme les meilleurs, ne sommes pas la solution miracle! Nous souhaitons contribuer au bon fonctionnement de la société en s'y impliquant pleinement, en apportant nos expériences, nos idées, nos forces, nos aptitudes, nos compétences.


Des associations oeuvres en ce sens actuellement, et font un travail remarquable. Je pense notamment au réseau SOSFEMME13, au Restos du Coeur. D'autres cependant usent et abusent de leur statut à caractère social pour détourner les fonds et subventions dédidés à leur structure privant les bénéficiaires d'une aide concrète au profit d'activités ne mettant en valeur que leurs dirigeants. Une étude était sortie en ce sens démontrant que cela concerne 70% des associations à caractère social.

Oeuvrant pour la transparence, nous alertons les autorités publiques lorsque suffisamment d'éléments nous permettent d'en faire le constat. C'est le cas d'une association dont le siège se situe dans les Bouches du Rhône, qui met à dispostion de personnes vulnérables et de leurs enfants, des hébergements indignes à la condition humaine, dont l'accompagnement est obsolète, le matériel de puériculture quasi inexistant, une porte d'entrée sensée être sécurisée la plupart du temps ouverte, sans veilleur de nuit, et font preuve d'abus de pouvoir. Leurs comptes démontrent une gestion intéressée, des salaires exagérés comme celui de la directrice sensée être psychologue clinicienne qui dépasse les 60 000€ à l'année, que les 12 hébergées ne rencontrent jamais au cours de leur prise en charge. Leur présentation changeant chaque année, rend difficile la compréhension et le suivi de leurs objectifs finanicers. Les résultats d'accompagnement sont inexistants. Cela sera une affaire à suivre pour le bien-être et la protections des personnes majeurs et mineurs vulnérables qui y résident actuellement et celles qui intégreront la structure. Les services sociaux de la protection de l'enfance sont complices de leurs agissements depuis des années, ce qui les rend pénalement responsable du fait de non dénonciation de délit prévu par le code pénal.


C'est la raison pour laquelle nous avons décidé de rendre public les comptes de l'association Les Guerrières de Lumières sur notre site internet. Les donateurs sauront comment est utilisé leur contribution. Les dépenses courantes de l'association ont été négociées au préalable, pour les charges fixes et prévisionnelles nous sommes à moins de 500€/mois pour débuter. C'est ainsi que nous avons pu bénéficier de tarifs préfenciels de la part de la Poste Mobile, Vistaprint, la Maïf, des dons...C'est en mobilisant les acteurs sensibles à une réelle solidarité qui a permis de nous aider à concrétiser la naissance de notre association avec le matériel nécessaire. Afin de limiter les frais, l'association ne possède aucun (e) salarié (e). Tous sont bénévoles, et les services pour le bons fonctionnement de l'association ne passera que par des prestataires.


Les Guerrières de Lumières souhaite se mobiliser pour un accompagnement social global, cohérent et constructif. Nous voudrions pouvoir aider les Accompagnés à accéder aux soins médicaux spécifiques, notamment pour les théapies brèves, qui ne sont pas pris en charge ni remboursés par la sécurité sociale, dont le coût moyen est de 60€ la séance, dont il faut prévoir une moyenne de 5 rendez-vous pour avoir des effets concrets et pérennes. Cela permet aux accompagnés de ne pas sombrer dans la prise de médicaments continus, dont les effets secondaires sont connus, qui ne resteront plus que des béquilles temporaires sur du court terme. Pour les lunettes nous allons mettre le lien sur notre site d'un opticien qui prend en charge les bénéficiaires de la CMU. Un choix intéressant de montures et des frais à 0€, même les frais de port sont offert, pour une livraison à domicile. Pour la dentisterie, nous sommes encore en recherche de partenaire. Nous avons un rendez prévu le 21 novembre, dont je vous en ferais part dans un prochain article.


Les Guerrières de Lumières souhaite aider les victimes à retrouver confiance en elle. Cela passe par le prise en compte d'eux même, de leur besoin propre, au travers du sport, de séances de massages, de conseils nutritionnels, de coiffeurs, relooking...


Cela rend possible ainsi la prise en charge pour leur accompagnement professionnel. C'est un moment idéal pour entamer une reconversion, monter en compétences au travers de formations adaptées. L'association les Guerrières de Lumières accompagne les victimes pour des bilans de compétences, une Validation d'Acquis de l'Expérience, ou une Validation d'Acquis Professionnel, dans leur recherche d'emploi et leur intégration. Cela va dans le sens équilibre vie privée/vie professionnelle pour lequel nous militons.


Le bénéfice pour les employeurs est concret ayant à dispostion des personnes qui seront bien dans leur peau et donc productive, moins d'absentéïsme, d'arrêts maladie...


Pour la sécurité Sociale également, elle trouve sa part d'économie dans cette pratique. Bien que les bénéficiares de la CMU ne représentent qu'une infime partie de leurs dépenses (6 millards par an, contre 166 milliards selon un article d'Economie Matin), cette économie sera surtout réelle sur les arrêts de travail pour maladie, les invalidités pour dépressions déclarées en ALD,...


Pour l'Etat, le retour n'en sera que plus bénéfique. Des citoyens et citoyennes qui peuvent travailler et contribuer à l'économie du pays, réduction des bénéficiaires des aides sociales sur du court terme, leur pouvoir d'achat leur étant redonné. Un gain de temps considérable pour les associations privée et publiques et les intitutions de l'Etat, dont les dossier traînent et s'entassent chaque jour.


L'association Les Guerrières de Lumières se veut être créatrice d'emploi. Bien qu'elle soit controversée, la loi travail votée par le Gouvernement mise sur le travail à domicile. C'est une solution que nous avons trouvé juste, pour les personnes en situation d'handicap, les mères de familles et ceux qui ne souhaitent pas perdre de temps dans les transports. Nous le mettons nous même en pratique, et cela permet de concilier vie privée/vie professionnelle et bénévolat. Une qualité de vie qui n'est plus à démontrer.


Nous sommes une association apolitique et laïque. Nous pensons que l'implication des élus est importants dans nos actions, mais pour une pérénnité des actions, cela doit dépasser le cadre d'un parti politique, car il s'agit d'intérêt général et d'utilité publique.


Le site est encore en construction, chaque jour nous le renchérissons. Nous souhaitons partager avec vous notre bonheur d'avoir pu concrétiser ce projet qui me tenait à coeur car il répond à un réel besoin.


Je suis une fan inconditionnelle de citations. Il y en a une particulièrement qui m'a plu de Martin Luther King et qui pourrait être l'adage de l'association que j'ai mis également sur le site Les Guerrières de Lumières : "Tout le monde peut être important, car tout le monde peut servir à quelque chose".


Ceux qui connaissent mon parcours se demandent ce qui malgré ce que j'endure, où je trouve la force pour mener ce combat. Ma réponse est clair, c'est de l'égoïsme! En faisant du bien aux autres, je me fais du bien. Et pour aller au delà, ce que vous avez vécu ou vivez, vous ne le souhaitez à personne!


C'est pourquoi nous nous efforçons de mobiliser chacun d'entre vous pour nous aider à accomplir nos objectifs. Aujourd'hui c'est nous, c'est eux, demain ce peut être vous. Personne n'est à l'abri.


Je suis une guerrière de lumière, et vous? Nous vous invitons à nous rejoindre, à combattre à nos côtés. Que vous soyez un homme, une femme, en situation d'handicap, bouddhistes, musulmans, chrétiens, athées, quelque soit votre âge, votre situation, votre orientation sexuelle, votre milieu social, vous êtes TOUS les bienvenus.


Dans sa chanson "Envole moi", Jean-Jacques Goldmann dit à un moment, "à coup de livres je franchirai tous ces murs".


Alors, armés de l'épée de la justice, du bouclier de la foi, des convictions, revêtus de l'armure de la détermination, rejoignez-nous!


L'équipe les Guerrières de Lumières se joignent à moi pour vous transmettre nos chaleureuses salutations.


La Présidente,

Natacha LG 

Mes coordonnées

* Champs obligatoires

Etant une association d'intérêt général vous bénéficiez de réduction d'impôt selon votre situation, il vous sera transmis par mail.
Pour nous laisser un commentaire, une idée, n'hésitez pas à nous contacter à l'adresse mail suivante : contact@lesguerrieresdelumieres.com
La réception des appels sont du lundi au vendredi de 9h00 à 12h00.
Pour une urgence, veuillez utiliser l'adresse suivante : contact.alerteviolences@laposte.net
Nous en remercions.

Mon récapitulatif

Récapitulatif

Sélection

Don

Don

0

Pourboire suggéré pour soutenir HelloAsso - Modifier

Total

Pourquoi votre soutien compte ?
Signaler la page