Création / Juste La Fin du Monde (J-L Lagarce) / Victoria Sitjà

par Les Rivages

Création / Juste La Fin du Monde (J-L Lagarce) / Victoria Sitjà

par Les Rivages

Après l'enthousiasme de la mise en scène "Les Trois Sœurs" de A.Tchekhov, Victoria Sitjà présente le second volet de sa trilogie "Nostalgie et Héritage" avec la pièce "Juste Avant La Fin du Monde" de J-L Lagarce.



Prochaines dates de représentations


Théâtre de Verre

19 - 20 - 21 décembre 2016

(plus d'informations à venir)



A quoi va servir la collecte ?

Louer les salles de répétitions

Construction de la scénographie

Création des costumes

Payer les droits d'auteur

Impression des affiches et flyers

L'équipe

Mise en scène : Victoria Sitjà
Répétitrice et assistanat à la mise en scène : Marianne Rimbaud
Conception scénique : Lola Seiler et Victoria Sitjà
Construction du décors : Lola Seiler
Conception costume : Victoria Sitja
Chargée de communication : Alexandra Zonina
 


La note de mise en scène


Qu’est ce que l’Héritage ?

Qu’est ce que savoir qui on est ? Pour quoi sommes-nous là ? Qu’est ce que la Nostalgie ? Celle d’une vie manquée ? Ou d’un passé que l’on croyait meilleur? Qu’est ce que la famille ? Qu’est ce que ce lien indestructible ? Qu’est ce que l’on regrettera ? Qu’est ce que l’instant ? L’envie d’être, d’avoir, de ressentir tout dans une seule vie et soudainement : la peur du lendemain , la conscience du temps , la minutes interminable. L’envie de réparer, de se sauver, d’être heureux tout le temps ? Juste la fin du monde est la deuxième mise en scène d’une trilogie intitulée : « Héritage et Nostalgie ».

Trois pièces qui abordent les thématiques de l’Héritage (familial, culturel) et de la Nostalgie (une vie manquée, un rendez-vous raté , un passé révolu ). Nous voulons à travers ces trois spectacles (« Les Trois Sœurs » ; « Juste la fin du monde » ; et bientôt, « La Lettre au Père ») parler de la difficulté de vivre, avec soi-même, avec les autres, de l’insatisfaction, de la volonté de réparer, d’agir, d’être heureux, sans savoir comment. Et Mettre en scène des enfants en proie à des douleurs qui ne leurs appartiennent pas. Après la fin des « Trois Sœurs » et du « Notre Vie n’est pas encore finie, nous allons vivre » d’Olga , j’ai voulu continuer à parler de la famille, de l’éducation, du père. Poursuivre les grandes thématiques de l’œuvre de Tchekhov : la Nostalgie et l’Héritage, mais en changeant de lieu, d’époque, d’ambiances et d’écriture.

Ce sont cinq comédiens qui vont défendre l’œuvre de Jean-Luc Lagarce, écrite lorsque l’auteur était déjà condamné à mourir et attendait, comme Louis, « La fin du monde ».
Cependant, ce n’est pas l’histoire d’un homme vivant, mais d’un homme déjà mort, qui nous parle. C’est dans une ambiance fantasmagorique que nous plongeons l’œuvre de Lagarce, dans un monde inconnu des vivants, celui de Louis, celui des morts. Louis revivant, avec nous, ce dernier voyage qu’il fit chez sa famille, âpre des années passées sans la voir, pour leur annoncer sa mort prochaine.

Mais Louis n’y arrivera pas, et c’est cela qu’il revit, qu’il connait pas cœur, soir après soir, qu’il veut réparer, comprendre, qu’il regrette ? Ce sont des souvenirs, ceux de l’homme qui fut vivant, les réflexions d’un hommes attendant la mort, ce qu’il croyait, ce qu’il pensait , ce sont des déjeuners, une arrivée/un départ, des attentes de mère, des peines de sœurs, des secrets familiaux, un cri manqué. Comment leur dire ? C’est dans un bi-frontale que le public sera témoin de cette « fin du monde », des images que Louis a conservées de sa vie passée. Le Spectacle commence comme il se termine, Louis ouvre la boîte à regrets, tire les tiroirs de ce qu’il ne comprend toujours pas , de ce qu’il n’a pas réussi à accomplir, jour après jour, soir après soir, il assiste et questionne avec nous à sa vie passée. Les personnages apparaissant tour à tour, ils ne sont que des projections, Louis est enfermé dans ses remords, dans sa vie de mort qui ne le laisse pas tranquille et qu’il veut réparer et comprendre, y trouver le sens, y comprendre le « Pour quoi ? ».
C’est un voyage dans l’intimité d’un homme qui contrairement au Trois Sœurs n’a plus la chance de crier :
 
« Vivons ! »


Les Comédiens

Elena Sukhanakova  -  Julien Cosquéric  -  Alexandre Risso  -  Mina Castelletta  -  Dorothée Le Troadec

Donner 20 euros

Une affiche lors de la représentation

Donner 50 euros

Une affiche + une invitation à une représentation

Donner 100 euros

Une affiche + Une invitation + La pièce signée par l'équipe

Donner 500 euros

Une affiche + Une invitation + La pièce signée par l'équipe + Une rencontre avec l'équipe

Lancer ma collecte !
Association Les Rivages

Les Rivages

martin mellet
08/12/2016
Anonyme
06/12/2016
Antoine Ferron
02/12/2016