Les Robins de la Rue

Aide aux personnes en grande prégarité principalement les sans abris lors de maraudes

qui sommes-nous ?

En images

Notre mission

Les Robins c'est d'abord l'histoire de la rencontre de deux femmes, au sein d'une association qui venait déjà en aide aux sans-abris,  à l'approche de l'hiver 2016, elles décident de créer leur propre structure. Toute jeune asso, la mairie du Taillan leur propose un local, qui bientôt aménagé d'une manière on ne peut plus fonctionnelle.

Mais les Robins ce sont également tout un tas de bénévoles ayant évolué dans leur sillage, et qui quotidiennement apprennent un peu plus à vivre la générosité. Chacun ayant son propre parcours, ainsi que ses propres capacités, ce serait un peu long de tous les lister ici. Mais tous se retrouvent, unis et solidaires, dans la lutte contre le rejet et l'exclusion

Le partage et l'entraide avant tout.


L'association ne recevant aucune subvention, elle ne fonctionne seulement que grâce aux dons. Des dons qu'il faut stocker, trier, parfois aller chercher très loin. Tout un travail de préparation qui demande du temps et de l'envie. Mais toujours, toujours avec le sourire.
Nos membres ne connaissent pas la compétition, et chacun aide à sa manière. Certains ne viennent pas avec nous en maraude par exemple, mais ceux-là préparent la soupe, quand d'autres ayant le goût des animaux s'occupent de trouver croquettes et jouets pour les compagnons de nos amis de la rue. Chacun sa spécificité donc, et d'un groupe bien hétérogène au départ, nous avons aujourd'hui réussi à en faire une véritable équipe, soudée et solidaire
S'il est parfois des situations difficiles à gérer, c'est toujours dans la bonne humeur que nous tentons de les aborder, sans jamais tenter, tout mauvais jeu de mots mis à part, de tirer la couverture à soi.


Les Maraudes

Pour la petite hitoire, le mot maraude vient déjà de la rue.

Au XVe siècle il désignait le chat, le bon vieux matou des parlers populaires, avant de renvoyer au mendiant et au vagabond, qui à cette époque se déplaçaient de ville en ville.
Il y a en effet toujours eu un peu d'errance et de liberté dans ce nom, même si à la base, il était plutôt péjoratif, puisqu'il désignait le pauvre, celui qui n'a rien.

Depuis les années 2000, il renvoie, à l'inverse de son sens d'origine, au fait de descendre dans la rue pour aider ceux qui y vivent. Pas de pillages de récoltes donc, pas de guêt-apens au coin du bois non plus. Marauder c'est descendre dans la rue, aider, donner : à manger, à boire (pas d'alcool, on est bien d'accord), des vêtements, des couettes, de quoi rester propre aussi. C'est également écouter, découvrir, partager, prendre le temps. Chaque rencontre est unique et à bien des égards le simple fait de parler reste la seule manière d'aider des gens qui nous refuseront du pain quand ils ne pourront ni le manger, ni le garder. C'est encore se tenir informé des uns et des autres, des histoires de chacun, comme des bagarres et des mauvaises rencontres. C'est enfin rester à l'écoute d'une vie qui dans la rue n'est pas la même que la nôtre.

Etre un Robin, c'est une expérience à vivre. Un moment fait de rencontres, de sourires, souvent, de grands éclats de rire, parfois, mais aussi d'instants plus douloureux, parce que l'autre n'est jamais tel qu'on s'y attend, et que quelques fois la misère est insoluble. Mais c'est être là. Pour ceux qui n'ont personne, comme pour tous les autres. Sans distinction.

Les Maraudes

Pour la petite hitoire, le mot maraude vient déjà de la rue.

Au XVe siècle il désignait le chat, le bon vieux matou des parlers populaires, avant de renvoyer au mendiant et au vagabond, qui à cette époque se déplaçaient de ville en ville.
Il y a en effet toujours eu un peu d'errance et de liberté dans ce nom, même si à la base, il était plutôt péjoratif, puisqu'il désignait le pauvre, celui qui n'a rien.

Depuis les années 2000, il renvoie, à l'inverse de son sens d'origine, au fait de descendre dans la rue pour aider ceux qui y vivent. Pas de pillages de récoltes donc, pas de guêt-apens au coin du bois non plus. Marauder c'est descendre dans la rue, aider, donner : à manger, à boire (pas d'alcool, on est bien d'accord), des vêtements, des couettes, de quoi rester propre aussi. C'est également écouter, découvrir, partager, prendre le temps. Chaque rencontre est unique et à bien des égards le simple fait de parler reste la seule manière d'aider des gens qui nous refuseront du pain quand ils ne pourront ni le manger, ni le garder. C'est encore se tenir informé des uns et des autres, des histoires de chacun, comme des bagarres et des mauvaises rencontres. C'est enfin rester à l'écoute d'une vie qui dans la rue n'est pas la même que la nôtre.

Etre un Robin, c'est une expérience à vivre. Un moment fait de rencontres, de sourires, souvent, de grands éclats de rire, parfois, mais aussi d'instants plus douloureux, parce que l'autre n'est jamais tel qu'on s'y attend, et que quelques fois la misère est insoluble. Mais c'est être là. Pour ceux qui n'ont personne, comme pour tous les autres. Sans distinction.

Les Maraudes

Pour la petite hitoire, le mot maraude vient déjà de la rue.

Au XVe siècle il désignait le chat, le bon vieux matou des parlers populaires, avant de renvoyer au mendiant et au vagabond, qui à cette époque se déplaçaient de ville en ville.
Il y a en effet toujours eu un peu d'errance et de liberté dans ce nom, même si à la base, il était plutôt péjoratif, puisqu'il désignait le pauvre, celui qui n'a rien.

Depuis les années 2000, il renvoie, à l'inverse de son sens d'origine, au fait de descendre dans la rue pour aider ceux qui y vivent. Pas de pillages de récoltes donc, pas de guêt-apens au coin du bois non plus. Marauder c'est descendre dans la rue, aider, donner : à manger, à boire (pas d'alcool, on est bien d'accord), des vêtements, des couettes, de quoi rester propre aussi. C'est également écouter, découvrir, partager, prendre le temps. Chaque rencontre est unique et à bien des égards le simple fait de parler reste la seule manière d'aider des gens qui nous refuseront du pain quand ils ne pourront ni le manger, ni le garder. C'est encore se tenir informé des uns et des autres, des histoires de chacun, comme des bagarres et des mauvaises rencontres. C'est enfin rester à l'écoute d'une vie qui dans la rue n'est pas la même que la nôtre.

Etre un Robin, c'est une expérience à vivre. Un moment fait de rencontres, de sourires, souvent, de grands éclats de rire, parfois, mais aussi d'instants plus douloureux, parce que l'autre n'est jamais tel qu'on s'y attend, et que quelques fois la misère est insoluble. Mais c'est être là. Pour ceux qui n'ont personne, comme pour tous les autres. Sans distinction.



Siège social

11 Rue de la Haye 33320 Le Taillan-Médoc

Site internet

https://

Rejoindre nos communautés

vous avez une question ?

Soyez le premier à lancer la conversation !

Notre communauté

Rejoindre la communauté

Découvrez d'autres associations sur HelloAsso

Association Nouvelles des Horizons
Nouvelles des Horizons
Association ALLIANCE VOLTIGE
ALLIANCE VOLTIGE
Association Amicale Laïque d'Eysines
Amicale Laïque d'Eysines
Association AfriQuitaine
AfriQuitaine