Agir en faveur du blaireau d'Europe

par LPO ALSACE

Faire un don

Agir en faveur du blaireau d'Europe

par LPO ALSACE

Faire un don
Agir en faveur du blaireau d'Europe - LPO ALSACE

Je fais un don pour aider à la réalisation d'un projet expérimental inédit, pour protéger les blaireaux tout en aidant les agriculteurs.

Le service Médiation Faune Sauvage

Le pôle Médiation Faune Sauvage (pôle MFS) de la LPO Alsace et du GEPMA (Groupe d'Etude et de Protection des Mammifères d'Alsace) œuvre depuis 2008 en faveur d’une meilleure cohabitation entre la faune sauvage et les humains. Il intervient entre autres dans les situations impliquant le blaireau d’Europe, que ce soit au sein d’exploitations agricoles, au pied d’infrastructures de transports ou de digues, dans des terrains publics communaux et même chez des particuliers. Le pôle MFS s’efforce de systématiquement trouver des solutions adaptées à chaque situation, dans la durée, permettant de limiter ou neutraliser les gênes occasionnées en préservant la vie de ces animaux mal connus.

Origine du projet

La ferme « le jardin de Marmotte », cultive du blé et divers fruits, pour la plupart de variétés anciennes, aux goûts et aux vertus inégalées. Attirés par les conditions particulièrement favorables à leur biologie et leur régime alimentaire, un clan de blaireau a installé son terrier principal dans un talus à proximité d’une des parcelles où est cultivé du blé ancien. Celle-ci est entourée d’un côté par ce terrier et de l’autre par un verger. Le clan de blaireaux traverse constamment le champ de blé pour aller se nourrir dans le verger (ils sont friands de vers et de fruits !) et profite de son passage pour y creuser des terriers secondaires. Malgré la mise en place de plusieurs méthodes d’effarouchement habituellement utilisées par le pôle MFS, qui ont toutes fait leur preuve dans d’autres exploitations, le clan de blaireaux revient systématiquement dans ces terriers, et ce depuis 5 ans !

Une des entrée des galeries du terrier


Un projet pilote, unique et inédit

Face à la résilience de ce clan, qui a contourné les répulsifs olfactifs, les clôtures répulsives et les clôtures électriques, le pôle MFS souhaite développer un nouveau procédé. Celui-ci consistera en l’installation d’une nouvelle clôture grillagée, mais dont la base sera enterrée sur une profondeur d’un mètre. Ce nouveau procédé devrait permettre de préserver la parcelle de tout passage et installation des animaux dans ce terrier secondaire, de manière pérenne. S'ils en éprouvent la nécessité, le clan pourra en revanche creuser des terriers secondaires dans d'autres secteurs, non exploités, où la cohabitation ne posera pas de problème.

A quoi servira l'argent collecté ?

La mise en œuvre de ce nouveau procédé inédit implique la mise en jachère de la parcelle actuellement cultivée ainsi que l’achat et la pose de 200m de grillage à mailles étroites, dont la clôture devra être équipée d’un passage permettant la circulation des engins agricoles. Le jardin de Marmotte soutient financièrement ce projet à travers le manque à gagner de la parcelle non cultivée, le creusement de la tranchée et la pose de la clôture. La LPO appelle à la générosité de ses sympathisants pour permettre l’achat du grillage. Le succès de cette entreprise, réalisé à titre expérimental, permettra une nouvelle avancée dans la protection du blaireau et surtout dans la recherche de solutions durables pour les activités humaines.

Le blaireau, un animal victime de notre méconnaissance

Animal nocturne et peu connu du grand public, voire mal-aimé, le blaireau est pourtant un animal très social et bien sûr nécessaire à l’écosystème. L’espèce a frôlé l’extinction dans les années 80, victime collatérale du gazage menéé massivement pour lutter contre la rage vulpine. Cette pratique a été interdite dans les années 90, mais la chasse (appelée vènerie sous terre pour les blaireaux et les renards) reste légale, dans des pratiques particulièrement cruelles. Dans le Bas-Rhin, l’espèce n’est plus chassable (seul département de France !) et seuls subsistent quelques rares cas de vènerie dans le Haut-Rhin. Les études qui sont menées depuis 2003 montrent que la population alsacienne de blaireaux est désormais stable. Elle a toutefois besoin d’être surveillée car le taux de reproduction est très faible et les blaireaux sont massivement victimes de la route et de la destruction/disparition de leur habitat.




Pour en savoir plus





Donner 20 euros

Donner 40 euros

Donner 75 euros

Donner 100 euros

HelloAsso est une entreprise sociale et solidaire, qui fournit gratuitement ses technologies de paiement à l’organisme LPO ALSACE. Une contribution au fonctionnement de HelloAsso, modifiable et facultative, vous sera proposée avant la validation de votre paiement.

Plateforme de paiement 100% sécurisée

Toutes les informations bancaires pour traiter ce paiement sont totalement sécurisées. Grâce au cryptage SSL de vos données bancaires, vous êtes assurés de la fiabilité de vos transactions sur HelloAsso.

Carte bleue VISA Mastercard PCI-DSS
J
Julien Doudoux
31/05/2020
M
Mathilde Laugel
21/05/2020
P
Patricia VIGIER
13/05/2020
Signaler la page