Namaspamus

Namaspamus est une fanfare solidaire partant faire de l’éveil musical avec des enfants défavorisés en Asie et en Afrique dans des ONG locales.
qui sommes-nous ?
En images
Notre mission

Namaspamus est une fanfare créée par neuf étudiants de l’Ecole Centrale Marseille pour réaliser un projet de solidarité internationale autour de la musique et à destination d’enfants défavorisés dans des pays en développement.

Nous partirons six mois, de février à juillet 2017, faire de l’éveil musical en Afrique et en Asie en collaboration avec des ONG locales d’aide à l’enfance. Notre objectif principal sera d’organiser des ateliers musicaux et d’élaborer des spectacles avec  les enfants.

Nous sommes convaincus que la musique constitue un apport majeur à l’éducation et à l’épanouissement des enfants notamment par l’échange et la communication qu’elle implique.

Plus précisément, nous nous rendrons en Inde, en Indonésie, en Tanzanie et au Cameroun. Nous sommes en contact avec une association d’aide à l’enfance dans chacun de ces pays. Nous y mettrons en place des ateliers liés à la musique avec les enfants, le but étant de leur permettre de s’épanouir à travers des activités ludiques et créatives. Nous resterons cinq semaines dans chaque association. La finalité des ateliers sera de réaliser un spectacle à la fin de notre séjour. Ce sera l’occasion pour eux de s’investir dans un projet de groupe qui renforcera leur cohésion et leur permettra de s’exprimer d’une façon créative et artistique.


La musique permet avant tout de s’affranchir de la barrière de la langue. Elle est universelle dans le sens où elle s’adresse à la sensibilité de chacun et ne suppose pas de prérequis pour être appréciée. Sa forme varie dans chaque région du monde et elle est en cela le vecteur d’une culture et d’une histoire.

Dans notre cas, la musique constitue un formidable outil pédagogique pour plusieurs raisons :

·         Elle permet de développer l’écoute des autres. Par les échanges qu’elle induit, que ce soit entre les enfants ou avec nous, elle leur apprend à travailler en groupe.

·         Elle permet à l’enfant d’exprimer sa créativité et son imagination.

·         Elle développe la concentration et la mémoire et le fait pour l’enfant d’effectuer une activité valorisante et de constater ses progrès le pousse à la régularité dans l’effort tout en lui permettant de prendre confiance en lui.

 

D’après les estimations de l’UNICEF, il y aurait 120 millions d’enfants dans les rues du monde : 60 millions en Amérique du Sud, 30 millions en Afrique et 30 millions en Asie. La plupart ne sont pas orphelins mais travaillent dans la rue pour apporter un revenu supplémentaire à leur famille, ou bien ont fugué car ils étaient victimes de maltraitances.

Leur situation les rend d’avantage vulnérables, en particulier à l’exploitation (travail forcé, exploitation sexuelle), mais aussi aux risques sanitaires ou à la sous-nutrition.

Considérés comme illégaux dans de nombreux pays, ils sont souvent poursuivis par la police ou des milices privées et souffrent d’une très mauvaise image auprès de la population qui leur empêche de s’intégrer.

Les plus chanceux seront recueillis par des ONG qui leur fournissent un toit et de la nourriture et tentent de leur offrir une éducation bien que cela soit souvent rendu difficile par les séquelles de leurs années passées à la rue. C’est avec ces associations que nous travaillerons lors de notre projet.

 

 


Nous faisons partie du réseau Fanfare Sans Frontières qui regroupe des projets similaires au nôtre. Depuis 2009, 11 projets sont partis et ont tous été une réussite. Ce réseau nous permet de bénéficier de leur retour d’expérience et ainsi de partir confiants.