Maison des Arts et des Savoirs de la Forêt

par NatureRights

Faire un don

Maison des Arts et des Savoirs de la Forêt

par NatureRights

Faire un don

Construction d'une Maison des Arts et des Savoirs de la Forêt chez le peuple Yawanawa


La construction d'une Maison des Arts et des Savoirs de la Forêt chez le peuple Yawanawa


Hushahu, femme chamane du peuple Yawanawa, se mobilise afin de restaurer, préserver et transmettre son savoir traditionnel à travers la création d’une “Maison des Arts et des Savoirs de la Forêt”. Soutenir ce projet revient à soutenir l’héritage culturel autochtone, essentiel à la survie de ces peuples, de leur identité culturelle et à la préservation de leurs territoires. 





Le peuple Yawanawa


Le peuple Yawanawa vit au coeur de l’Amazonie, dans l’État de l’Acre (Brésil). Il a été confronté, comme tous les peuples de la région, à un processus d’assimilation forcée lié à l’exploitation du caoutchouc et l'évangélisation des territoires.  Dans les années 1980, les Yawanawas étaient considérés comme une ethnie en voie de disparition, et leur identité culturelle était pratiquement éteinte.


Mais la volonté et le charisme politique des leaders Yawanawa vont transformer le destin de la tribu. Ainsi, en trente ans, le peuple yawanawa est devenu le précurseur du mouvement autochtone régional. Ils se débarrassent des missionnaires et de l’emprise de l’Eglise, récupèrent officiellement leurs terres et réinstallent le pouvoir chamanique au cœur des valeurs de la tribu.






Le peuple a créé un “festival culturel” destiné à faire renaître et reconnaître les pratiques et rituels du passé dans le cadre d’une immense fête. Il a inspiré les communautés voisines à reprendre l’usage du cocard de plumes comme instrument de représentativité politique. Récemment, des femmes ont emprunté le chemin de formation spirituelle auparavant réservé aux hommes. Un des leaders de la communauté est un entrepreneur social Ashoka (ONG  réseau d’acteurs de changement, qui agit en faveur de l’innovation sociale).


Hushahu, première femme chamane de son peuple



Au début des années 2000, le peuple Yawanawa a été confronté à une disparition des chamans. Les deux seuls encore en vie, des hommes, puisque la position de chaman leur était exclusivement réservée, étaient alors centenaires.

Pour devenir chef spirituel, le processus est long et difficile : il faut s’isoler une année entière dans la forêt, suivre une diète rigoureuse consistant à se nourrir presque exclusivement d’un tubercule, et ingurgiter quotidiennement les médecines sacrées.Plusieurs hommes avaient tenté sans succès. En 2005, Hushahu Yawanawá s’est portée candidate, entraînant une vive contestation chez les hommes de sa tribu, les femmes n’étant habituellement pas autorisées à participer aux rituels, ni même à chanter les musiques traditionnelles.

Mais à force de persévérance et face à la désapprobation de sa tribu, Hushahu a finalement pu faire la diète, avec succès, et devenir ainsi la première femme chamane Yawanawá. De part son statut de chamane, elle sert de leader spirituel pour les peuples sur le territoire Yawanawa, et soutient les jeunes, autochtones comme non-autochtones, dans l’apprentissage des traditions spirituelles des Yawanawa. Elle fait aujourd’hui partie des plus respectés des leaders spirituels Yawanawa, et son travail révolutionnaire a attiré sur elle l’attention nationale et internationale. Elle ouvre ainsi la voie pour les autres femmes Yawanawa et dans le monde.

Forte de ses succès, elle s’est lancée dans la transmission de ses connaissances traditionnelles, afin de sauvegarder et de promouvoir les savoirs ancestraux de son peuple.


La description du projet



Hushahu projette de créer une “ Maison des Arts et des Savoirs de la Forêt”, un centre culturel qui sera un lieu d’échange autour des connaissances artistiques et des savoirs traditionnels. «Mawa Yuxin», que l’on peut traduire par Terre des esprits, aura pour but d’assurer la transmission, la préservation et le développement des connaissances Yawanawa.


Cette plateforme interculturelle sera un espace de dialogue, d’échange et de création artistique ouvert à tout le peuple Yawanawa. Ce sera un lieu de retraite pour l’étude de la cosmologie Yawanawa, la transmission et la pratique des traditions, tel que le développement de peintures traditionnelles, l’organisation de cérémonies traditionnelles, les réunions de femmes et la diffusion de connaissances autochtones.


Le projet porté par Hushahu est validé par l’ensemble de la communauté et les autorités coutumières. Elle prévoit de construire un “carbet” (maison en bois traditionnelle) de deux étages sur la terre démarquée des Yawanawa, près du village de Mutum. Les équipes pour défricher le terrain et participer à la construction sont déjà mobilisées.


Ce projet constitue une promesse pour pérenniser la culture Yawanawa, garantir la diffusion et la transmission des expériences dans une mémoire sans cesse renouvelée de la diversité culturelle.



Pourquoi ce projet ?



Les peuples autochtones possèdent des connaissances traditionnelles ancestrales qui prônent l’indivisibilité du vivant : l’homme est partie intégrante de son environnement. Leur complexe cosmovision réunifie l’univers dans tous ses aspects : spirituel, social, médical, culturel et biologique.

C’est une conception largement méconnue malgré la richesse considérable qu’elle peut apporter à l’humanité. Transmise de générations en générations par les anciens, fondée sur le principe d’interdépendance entre l’Homme et la Nature, cette vision holistique du vivant leur garanti une relation harmonieuse avec la Nature depuis des siècles.


La sauvegarde et la transmission des savoirs traditionnels des peuples autochtones est un gage de préservation de l’Amazonie et, plus largement, de la Terre. Ce n’est pas pour rien qu’on retrouve 80% de la biodiversité mondiale dans les 20% des territoires appartenant aux peuples autochtones. Suivre leur conception, c’est relativiser les pratiques occidentales qui prônent le clivage entre l’Homme et la Nature.


Il faut mettre en lumière l’interdépendance entre chaque élément naturel, tous nécessaires à l’équilibre environnemental.


Ce projet a pour but de pour soutenir le peuple Yawanawa, de les accompagner dans cette démarche essentielle à leur communauté et de la transmettre à l’extérieur, afin de sensibiliser internationalement aux enseignements que l’on pourrait tirer des connaissances traditionnelles de ces peuples, qui ont réussi à tisser un lien fort entre eux et la Nature.


A quoi va servir le financement ?


L’achat du terrain de 100 hectares est entièrement auto-financé. Le financement va servir à la construction de la Casa Das Artes qui en termes d’assistance technique, d’outillage, de matériel, de transport et de logistique générale.


Le budget actuel est d’une valeur de 171 000 reals, ce qui correspond à un peu plus de 39 500 euros.


Donner 20 euros

Donner 50 euros

Donner 100 euros

Donner 150 euros

Plateforme de paiement 100% sécurisée

Toutes les informations bancaires pour traiter ce paiement sont totalement sécurisées. Grâce au cryptage SSL de vos données bancaires, vous êtes assurés de la fiabilité de vos transactions sur HelloAsso.

Carte bleue VISA Mastercard SEPA PCI-DSS
Signaler la page