Cette campagne est terminée, rendez-vous sur la page de organon art compagnie pour découvrir les projets en cours.

Voir la page

Belle de Mai à l'assaut du ciel/ vs rue opus 3

par organon art compagnie

Belle de Mai à l'assaut du ciel/ vs rue opus 3  - organon art compagnie

Journaux de murs interactifs par et avec + de 200 jeunes de Marseille

Quel est le projet ?


Belle de Mai à l'assaut du ciel est un spectacle de théâtre documentaire musical écrit, composé et joué par 180 adolescents sous la direction d'un collectif d'artistes pluri-disciplinaire. 

Ce travail débuté en 2018, notamment par le biais d'atelier d'écriture de chants ainsi que d'un texte dramatique qui a donné lieu à une première restitution du spectacle Belle de Mai à l’assaut du ciel les 3 et 4 mai 2019 à la Friche Belle de Mai. 

Au regard de l’appropriation et de l’adhésion des élèves des collèges (Alexandre Dumas, Edgard Quinet, Thiers et Longchamp) et lycée (Victor Hugo) ayant participé à l’écriture des chants, du texte, de la composition musicale, nous avons décidé de poursuivre cette aventure commune de création avec comme objectif une représentation du spectacle initialement prévu les 3 et 4 juin 2020 au Théâtre du Gymnase. Sur 2019/20 nous avons associé les plus jeunes au travers d’école primaires (École Primaire Révolution, Bernard Cadenat et Révolution).
Le travail avec les écoles primaires avait également comme objectif d'aboutir à un répertoire de chant-choral ainsi qu'en 5 représentations du feuilleton théâtral prévu en déambulation dans la Belle de Mai fin mai et début Juin 2020.

 Adaptation du projet

 Post COVID 19


Au sortir du confinement nous nous rendons bien compte que notre action ne pourra être conduite sur les modalités défini avant l’épidémie. En réponse nous sommes en train de transformer notre cycle de performances dans l’espace public, Belle de mai à l’assaut de la rue,en journal de mur.

Dès le début du confinement, faisant préalablement partie du CHO3eme et de l’An 02, nous nous sommes engagés dans l’entraide comme nous vous l’avions signalé dernièrement.

Nous nous sommes vite rendu compte que nous croisions au sein de l’entraide beaucoup de parents, d’enfants et d’ados travaillant sur notre projet.

Notre socle thématique au travers de l’histoire de ce Bataillon de la Belle de Mai pendant la Commune de Marseille en 1871, montre comment il y a 150 ans, dans ce quartier déjà pauvre, des gens se sont soulevés pour réclamer un nouvel ordre social, fondé sur la justice, et appeler de leurs vœux une société de coopération et de secours mutuel.

C’est cela que nous avons vu apparaitre pendant le confinement à la Belle de Mai et plus généralement dans le 3eme.

Parallèlement à notre action et bien que physiquement empêchés nous n’avons cessé dès le début du confinement de maintenir le lien avec les enfants et les ados.  Nous avons poursuivi les ateliers hors temps scolaire via la plateforme zoom tous les samedis. Nous essayions (dans la mesure des possibilités des familles) de maintenir le lien avec les enfants des écoles primaires ; par mail, groupe WhatsApp, plateforme CNED avec la classe virtuelle avec la maitresse, appel téléphonique à chaque famille (3 classes de 25 élèves), enregistrement des chants par WhatsApp, atelier danse en Visio avec notre chorégraphe, avec des tutos envoyés par les groupes des classes.

Ateliers d’écriture par zoom avec notre auteur, atelier musique et orchestre à distance via WhatsApp, et atelier image et vidéo.

Du Feuilleton théâtral au Journal de mur

Le projet de feuilleton théâtral en déambulatoire dans le quartier est transformé en Journal de mur coconstruit avec l’entraide, le CHO 3eme et l’AN02.

En effet nous sommes en train d’élaborer une campagne d’affichage dans le quartier. Ces affiches, sur le modèle des affiches-journaux que l’on voyait dans les rues pendant le soulèvement de 1871, regrouperaient des textes, des musiques, des chants, des photos agencées et produites par les enfants des collèges, écoles et lycée inclus dans le projet.

Nous allons utiliser des QRcodes (les mêmes que ceux de la RTM dans les abris bus) qui renverront sur les productions visuelles (vidéos, films, danse), toutes produites par les Ados.

Un tiers de notre affiche rassemblera toutes les infos utiles pendant la période post confinement :

-Directement sous forme de textes sur les adresses utilisées dans le quartier pour l’entraide (MDS, Fraternité, Repas, CIMADE, aides diverses…) en 3 langues : français, comorien et arabe.

-Des QRcodes ouvrant sur des cartes interactives du quartier avec mise à jour chaque semaine des infos essentielles pour la survie post confinement.

Nous prévoyons deux affiches par mois jusqu’à fin juillet soit 6 affiches

Les infos relatives à l’entraide étant renouvelées tous les 5 jours et les codes actualisés.

Nous sommes sur une affiche d’un format A0 et sommes en train de travailler sur une vingtaine de lieux d’affichage dans le quartier. Des espaces d’affichages privés (Carrefour Market plombière, la Fraternité, Le Chapiteau, en face des restos du cœur…) et public, la friche, le Gyptis, devant les écoles du quartier, place Caffo, place Cadenat….

Ces journaux de murs pourront être des points de distributions de colis alimentaire dans le quartier et pourront être aussi des espaces d’expressions artistiques restreint, pour les ados du projet qui probablement ne partiront pas du quartier cet été.

Du plateau au film documentaire.

La grande forme scénique présentée dans sa première mouture sur les grands plateaux de la Friche en mai 2019 ne pourra compte tenu du contexte se finaliser sous les modalités de la forme précédente cette année comme prévu en début juin au Théâtre du Gymnase.

Afin de ne pas perdre les publics inclus dans le processus de co-construction (primaires, collèges, lycées) nous avons pris la décision de transformer ce spectrale en film documentaire. Ce documentaire reprendra les axes de travail creusés depuis deux ans et permettra la visibilité de tous, tel que le spectacle vivant ne peut l’assurer actuellement: chorales, orchestre, écriture de texte, danse.....


Thématique-Note d'intention

Nous nous servons comme terreau thématique et documentaire de l’histoire du bataillon de la Belle de Mai lors de l’insurrection de la Commune de Marseille en 1871. A l’aide d’ateliers-d’écriture, composition musicale, vidéo, journalisme, théâtre, BeatBox.
Ce premier bataillon se formera dans le quartier pauvre et fortement composé d'immigrés de la Belle de mai ; ils seront les premiers à prendre les armes et les derniers à les rendre. De ce bataillon nous connaissons peu de choses, juste sa typologie, à savoir; il était composé de plus de 70% d’immigrés. De quoi le bataillon de la Belle de Mai est -il le nom ? C’est une narration avec un centre creux dont nous partons sonder l’écho.

La réalité propre à la Belle de Mai et sa périphérie en ce XXIème siècle, est celle d’un des quartiers les plus pauvres de France, certes, mais aussi celle d’un lieu où un grand nombre d’habitants ne vote plus ou peu, se sentant dépossédés des perspectives collectives ( près de 64% d’abstention pour les élections législatives de 2017 sur le quartier de la Belle de Mai). Se sentir citoyen se traduit aussi par la faculté de s’identifier au récit historique collectif, servant notamment de ciment au vivre ensemble.

Aujourd’hui, que ce quartier a malheureusement retrouvé sa stratification sociale du XIXème siècle, que ce serait-il déposé de ce bataillon dans l’imaginaire de ces enfants du quartier, leurs descendants typologiques ? Comment ce moment le plus inclusif de l’histoire de France a-t-il assimilé ces  «  étrangers » à ce pan de notre histoire patrimoniale ? Et surtout en quoi les manifestations pour un habitat digne pour tous à Marseille en 2019, sont-elles des émanations de ce moment insurrectionnel de notre histoire collective ?

Travailler sur ce segment historique, le plus inclusif de notre Histoire patrimoniale, tend à renforcer le sentiment d'appartenance à un espace historique commun. Notre projet donnera aux adolescents dans le besoin ou dans la difficulté le moyen de s’exprimer alors même qu’ils ne seraient pas capables de le faire via des canaux « classiques » de communication.

A travers ce projet et les ateliers qui le constitue nous pouvons contribuer à créer du lien et à permettre aux jeunes de se considérer autrement qu’à travers leur situation personnelle. Ce travail vise à désectoriser l'Histoire (intime/collective), l'espace (l'hyper-centre/périphérie), les établissement scolaires, les classes sociales et les origines.

Belle de mai à l'assaut du ciel/vs rue Opus 2  permet aux enfants de se cartographier dans un dialogue entre Histoire et présent.

Tournage au jardin Levat, à la Belle de Mai

Tournage au jardin Levat dans le quartier de la Belle de Mai.



Les Beatboxers durant la représentation du 3 mai 2019


D'où vient le projet ?


En tant que porteurs de projets, nous -Valérie Trébor et Fabien-Aïssa Busetta- sommes issus de ce quartier tristement connu pour être le plus pauvre de France en ce début de millénaire. Nous sommes touchés par l’injustice sociale prenant des adolescents entre ses crocs à moins de 3 kilomètres de la plus grosse concentration de millionnaires au mètre carré (le Roucas Blanc).

Marseille, ville de paradoxe, retrouve dans certains endroits sa stratification sociale du XIXème siècle avec une très forte ethnicisation de la pauvreté. Les diagnostics suivant nous ont fortement motivés pour prendre cette création artistique à bras le corps :
  • La non appropriation des lieux et outils culturels des quartiers des 2ème et 3ème secteurs par les habitants de ces quartiers.
  • Des programmations artistiques éloignées dans leurs formes et leurs contenus des jeunes habitants de ces aires défavorisés.
  • Des distributions artistiques ne reflétant pas la typologie raciale, réelle des zones urbaines françaises, et de fait l'impossibilité pour les jeunes générations de s'approprier le contenu des œuvres qui y sont diffusés.
  • Le manque d'estime de soi au sein de la collectivité.
  • Une rupture entre les récits vécus et les récits représentés.
  • La sectorisation des opérateurs culturels
  • La sectorisation des établissements scolaires
  • Un manque de narrations historiques inclusives à l’endroit des enfants issus de l’immigration.
Il nous est apparu important de répondre à ces problématiques en faisant travailler ensemble ces publics et structures à travers une création de théâtre documentaire musical.

L’objectif est la rencontre des publics qui ne se côtoient pas ou se connaissent mal pour partager une expérience de création artistique et apprendre à vivre ensemble.


L'orchestre et les chœurs accompagnant le film de slum tourism



Synopsis du spectacle

Des enfants des écoles du quartier ont été sommé de faire œuvre commune en faisant un film promotionnel touristique sur leur quartier ,dans le but de récolter des fonds pour sauver leurs établissements de la vétusté.

Au début de la fiction, nous les retrouvons sur un plateau de théâtre transformé en studio d'enregistrement, afin de faire la postsynchronisation de leur film.

Au fur et à mesure que la séance de postsynchronisation avance, le malaise s'installe, les esprits s'échauffent. Une tentative d'insurrection va avoir lieu, le fantôme du bataillon de la Belle de Mai revient à la mémoire de certains : à quoi va leur servir l'Histoire au regard du présent?  

                                                 Les Beaboxers accompagnant MLD pendant son rap

A quoi servira l'argent collecté?

Bien que nous soyons déjà aidés par divers organismes publics et privés, nous n’avons pas encore réuni la totalité du budget prévisionnel du projet pour le mener à bien.
Nous nous servons des avancées sociétales de la Commune afin de faire rayonner dans le temps et l’espace cette œuvre coconstruite avec les jeunes.
Nous travaillons entre le macro et le micro, à savoir l’histoire collective de la Commune et l’émancipation qui dialogue avec le micro de l’histoire individuelle de ce temps qu’est l’adolescence.
Par la voie de la médiation intersectorielle et intergénérationnelle nous faisons rayonner le projet du plateau de théâtre au plateau politique (au sens des affaires de la cité). Le projet est un trait d’union, une passerelle entre le champ citoyen et le champ des arts.

L'adaptation du projet sur ces deux volets (feuilleton et spectacle en Journaux de mur et film) suite au COVID19 a occasionné des frais supplémentaires que ne peuvent couvrir les subventions que nous avons perçu. En effet nous devons employer un graphiste pour réaliser ces affiches-journaux de mur, il y a des frais d'impression également. Pour ce qui est du film, nous devons également engagé du personnel technique qui n'étaient pas prévu ( preneur de son-monteuse) et des frais techniques plus importants que pour un spectacle (location de matériels de tournage-consommable). De plus l'équipe artistique n'a pas arrêté son travail pendant le confinement et le poursuit jusqu'à la fin de l'été, ce qui n'était pas prévu et engendre donc un surcoût de salaire. Nous avons estimé la totalité du surcout à 5000€, c'est la raison pour laquelle nous lançons cet appel à contribution afin de finaliser le projet avec les jeunes d'ici septembre et pouvoir avoir une livraison du film fin 2020. Nous envisageons de faire des projections du film auprès de nos partenaires (Friche, Gymnase, Toursky, MPT,Fraternité....) et des établissements scolaires.
 

Sortie avec les jeunes à la générale de Rigoletto à l'Opéra de Marseille

Comme l'année dernière, un groupe de jeunes reporters s'était constitué afin de réaliser des portraits des figures emblématiques du quartier ou des militants associatifs qui seraient les héritiers de ce Bataillon de la Belle de Mai. Un travail sur l’en commun à travers le réseau associatif du quartier. Suite à la crise sanitaire nous avons légèrement adapté notre proposition, nous avons effectué avec les jeunes des portraits d'habitants pendant les distributions alimentaires que nous menions au Cinéma du Gyptis. Nous proposons également aux habitants, voisins-voisines, de se faire photographier devant le mur des Communards sur la place Cadenat.


Groupe reporter, interview du collectif des Brouettes

 Tableau d'insurrection lors de la représentation du 4 mai 2019 à la Friche la Belle de Mai

Notre équipe

  • Valérie Trébor Comédienne-Metteur en scène-chanteuse
  • Fabien-Aissa Busetta Dramaturge-Metteur en scène- Performer
  • Richard Dubelski Compositeur-Musicien-Direction musicale
  • Mike Flow Artiste Beatboxer
  • Sedef Ecer Auteure Dramatique
  • Fanny Blondel Auteure-Parolière
  • Dorothée Sebbagh Scénariste-Cinéaste
  • Aurélien Desclozeaux Danseur-Chorégraphe
Micflow, Fanny, Richard, Valérie et Aïssa en réunion pour l'élaboration du spectacle 

Qui nous soutient ?

Dans cette aventure, nous sommes accompagnés par:

Le calendrier prévisionnel

MUSIQUE/COMPOSITION 
ECRITURE des CHANTS
  • D'octobre 2019 à Janvier 2020
CHORALE
  • D'octobre à Juin 2020 : Constitution d'une chorale avec plusieurs chorales d'école primaire ( Révolution/Cadenat/National) avec comme répertoire les chants écrits par les élèves des écoles primaires Cadenat et National, ainsi que les collèges Longchamp et Edgard Quinet et du Lycée Victor Hugo et mis en musique par le compositeur Richard Dubelski.

ATELIER DOCUMENTAIRE

  • De janvier à juin 2020

THÉÂTRE/DANSE/Photos pour journaux de murs

  • D’octobre à Août 2020

ATELIER REPORTERS/ITW et Photos Habitants

  • De janvier à aout 2020
TOURNAGE FILM DOCUMENTAIRE
  • De Juin à septembre 2020

Contact


Mail: organonartcompagnie@gmail.com
Tél: 06-68-49-95-54
Adresse: Cité des associations BAL 336
93 La Canebière 13001 Marseille






Making of du tournage du film  pendant les vacances de Février

Petit montage du Choeur et l'orchestre le 3 mai 2019 aux Grands plateaux de la Friche lors de la générale publique

Montage d’extraits du spectacle issu de la captation de la générale publique du 3 mai 2019 au grand plateau friche belle de mai


Donner 50 euros

Donateur

Un grand merci + affiche en A3

Donner 100 euros

Donateur

Un grand merci + 1 affiche en A0

Donner 150 euros

Donateur

Un grand merci + 2 affiches en A0

Donner 200 euros

Donateur

Un grand merci + 3 affiches A0

Donner 500 euros

De 500 à 1000€

Un grand merci + les 6 affiches en A0 + mention de votre nom ou celui de votre entreprise sur l'affiche et sur les réseaux sociaux

Donner 1000 euros

Grand Donateur

contactez nous: L’ensemble des versements à organon art compagnie permet de bénéficier d’une réduction d’impôt sur les sociétés de 60% du Montant de ces versements, pris dans la limite de 5 / 1000 du C.A. H.T. de l’entreprise. Au-delà de 5 / 1000 ou en cas d’exercice déficitaire, l’excédent est reportable.

HelloAsso est une entreprise sociale et solidaire, qui fournit gratuitement ses technologies de paiement à l’organisme organon art compagnie. Une contribution au fonctionnement de HelloAsso, modifiable et facultative, vous sera proposée avant la validation de votre paiement.

Plateforme de paiement 100% sécurisée

Toutes les informations bancaires pour traiter ce paiement sont totalement sécurisées. Grâce au cryptage SSL de vos données bancaires, vous êtes assurés de la fiabilité de vos transactions sur HelloAsso.

Carte bleue VISA Mastercard PCI-DSS
j
jean
17/08/2020
c
anna
18/07/2020
B
Béatrice
15/07/2020
Signaler la page