Aider la population de Kamaté-Shakaloké (Bénin) pendant le confinement COVID-19

par PAN Projet AfricaiN

Faire un don

Aider la population de Kamaté-Shakaloké (Bénin) pendant le confinement COVID-19

par PAN Projet AfricaiN

Faire un don
Aider la population de Kamaté-Shakaloké (Bénin) pendant le confinement COVID-19 - PAN Projet AfricaiN

Aider les populations de Kamaté-Shakaloké (Bénin) à régler les problèmes de faim créés par le coronavirus (COVID-19)

Présentation du projet

Depuis plus de 15 ans, notre partenaire, l’ONG CPN les Papillons s’emploie, à travers sensibilisation et actions concrètes, à améliorer le cadre vie de plus de 2000 habitants vulnérables à Kamaté-Shakaloké et à contribuer à l’accès à une vie de dignité pour plus de 700 000 personnes au centre-Bénin. Ainsi CPN les Papillons assure actuellement un repas gratuit par mois à plus de 300 écoliers du groupe scolaire de Kamaté-Shakaloké.

Pour contrer la propagation du coronavirus (COVID-19), le gouvernement a récemment mis en place des règles de confinement strictes. Malheureusement les populations en subissent, de façon drastique, les conséquences, en particulier pour leur alimentation, suite à une flambée des prix des produits de premières nécessités. L’accès à un repas par jour devient déjà un véritable casse-tête pour beaucoup de ménages.

L'objectif de ce projet consiste à constituer un stock de produits vivriers à revendre aux populations vulnérables des milieux ruraux à moitié prix en vue de les aider à faire face aux difficultés de restauration consécutives aux mesures de confinement imposées par le souci de contrer la propagation du coronavirus (COVID-19).

Origine du projet

Courant décembre 2019, le coronavirus (COVID-19) est apparu en Chine et de là s’est propagé un peu partout dans le monde entier à une vitesse vertigineuse. Aujourd’hui, il dicte sa loi à toute l’humanité en faisant des victimes dont le nombre augmente de façon exponentielle. Face à l’ampleur inquiétante de ce qui est devenu une pandémie, des restrictions et autres mesures préventives se prennent un peu partout pour limiter sa propagation et l’éradiquer progressivement. Le Bénin n’est pas en marge de ce fléau. Le pays, à l’instar des autres, est touché par la pandémie du coronavirus (COVID-19). Plusieurs cas déclarés positifs ont été identifiés et sont sous traitement. Face à cette situation, les autorités béninoises ont pris un certain nombre de mesures pour contrer la propagation du virus. Dans le cadre de mise en œuvre de ces mesures de riposte à la pandémie du coronavirus (COVID-19), depuis le 30 mars 2020, il est établi un cordon sanitaire autour des communes les plus exposées à cette pandémie avec de strictes restrictions, à savoir :

  • Interdiction de sortir de l’espace du cordon sanitaire, sauf dérogation des préfets
  • Interdiction de regroupement de plus de 10 personnes en tous lieux à l’exception des espaces marchands avec obligation de respecter une distance d’un mètre minimum entre personnes
  • Interdiction de circulation des bus et mini bus de transport en commun de personnes
  • Interdiction aux taxis motos de transporter plus d’une personne à la fois
  • Fermeture des bars, discothèques et autres lieux de réjouissance
  • Obligation de respecter une distance de un (1) mètre au minimum entre usagers de restaurants et maquis
  • Obligation pour les employeurs d’installer sur leurs lieux de travail le dispositif de lavage de mains et de faire respecter la distance d’un (1) mètre minimum entre personnes
  • Limitation de nombre de passagers à bord des taxis et embarcations à trois au maximum
  • Port systématique de masques…

Par ailleurs, il est demandé aux populations sur toute l’étendue du territoire national de rester chez elles ou à tout le moins de réduire les déplacements au strict minimum.

Ces différentes mesures restrictives entraînent déjà plusieurs retombées négatives sur la vie des populations. Entre autres, on peut mentionner prioritairement les conséquences économiques qui se traduisent par une flambée des prix des produits de premières nécessités. Du coup, les populations en général sont exposées à la faim et en particulier les populations vulnérables des milieux ruraux.

A quoi servira l'argent collecté ?

L'argent collecté sera reversé intégralement à notre partenaire CPN les Papillons pour lui permettre la constitution de stock des produits vivriers et de les revendre aux populations à des prix démocratiques (moitié du prix d’achat). La liste des produits à acheter est la suivante (les prix sont exprimés en Francs CFA) :

Désignation

Quantité

Prix du sac

Montant

01

Sacs de maïs

40

20 000

800 000

02

Sacs de riz

40

20 000

800 000

03

Sacs de haricot

20

80 000

1 600 000

04

Sacs de gari

40

20 000

800 000

TOTAL


4 000 000


Notre équipe

Depuis plus de 15 ans, notre partenaire CPN les Papillons s’emploie, à travers sensibilisation et actions concrètes, à améliorer le cadre vie de plus de 2000 habitants vulnérables à Kamaté-Shakaloké et à contribuer à l’accès à une vie de dignité pour plus de 700 000 personnes au centre-Bénin. CPN les Papillons assure aussi, aujourd’hui, un repas gratuit par mois à plus de 300 écoliers du groupe scolaire de Kamaté-Shakaloké.

La vocation de CPN les Papillons est de développer de bonnes pratiques en faveur de la nature. Ainsi, elle promeut un écotourisme responsable et solidaire. Ceci est très important car « l’écotourisme est une forme de voyage responsable dans les espaces naturels qui contribue à la protection de l’environnement et au bien-être de la population locale ». Cette action de CPN les Papillons dans la région des Collines au centre-Bénin, favorise la protection des zones naturelles en procurant des avantages économiques aux communautés d’accueil et aux administrations qui y veillent. Elle conscientise les différents acteurs sur la nécessité de préserver le capital naturel. Par la pratique de l’écotourisme, CPN les Papillons crée des emplois (guidage, hébergement et restauration), assure des moyens de subsistance aux populations, apporte une contribution au paiement des frais de scolarité des enfants et à l’amélioration du cadre et des conditions de vie des populations (construction de retenue d’eau, de citernes hors sol et de latrines communautaires, aménagement des voies d’accès, appui à l’amélioration du plateau technique des centres de santé…). Elle contribue également à l’amélioration des revenus des communautés d’accueil (bars, auberges, taxi moto…), des artisans et artistes locaux, ainsi que ceux des propriétaires d’échoppes. Aussi importe t-il de mentionner que grâce à ses actions, CPN les Papillons contribue à améliorer le taux de scolarisation et de réussite des élèves de sa zone d'actions.

Pour contribuer à réduire l’inégalité et promouvoir l’inclusion sociale, CPN les Papillons travaille de manière participative à accroitre l’autonomisation des femmes et des jeunes. Cela se traduit par le développement de la chaine de valeur relative à l’écotourisme. En effet, par la promotion de l’écotourisme, CPN les Papillons crée des cadres attractifs et de loisirs, draine un important nombre de touristes et favorise le développement de l’économie locale. L’écotourisme permet donc aux activités génératrices de revenus au niveau local de connaître d’important mouvement de flux financier. Il importe aussi de noter la mise en marche d’une ferme école (CIPE) à vocation de promotion de l’économie locale à travers l’initiation des jeunes et des femmes aux activités de maraichage et d’élevage suivant des méthodes simples et moins coûteuses. L’initiative et la mise en marche de cette ferme école sont soutenues par ses partenaires, notamment l’ICHEC et le chantier Jeunes réalisé en février 2020 avec l’ICHEC a balisé la voie à la prise d’un tournant important par le CIPE. Mais coup de théâtre, l’apparition du coronavirus (COVID-19) et les différentes mesures restrictives imposées par le souci de contrer la propagation de cette pandémie viennent compromettre du tout au tout et d’un coup l’évolution planifiée pour les activités du CIPE. Le coût dur porté à la pratique de l’écotourisme par la mesure de confinement ne permet plus à CPN les Papillons d’engranger des revenus pouvant lui permettre de développer les activités de la ferme et de pouvoir remplir ses engagements vis-à-vis des populations de sa principale zone d’intervention, Kamaté-Shakaloké. La situation est si préoccupante que si CPN les Papillons ne reçoit pas une aide d’urgence, elle ne sera plus en mesure d’entretenir les animaux de la ferme (alimentation, soins vétérinaires et autres) qui finiront par mourir. De même les activités de maraîchage connaîtront une fin dommageable. L’incapacité pour CPN les Papillons de poursuivre aujourd’hui ses activités se répercute sur les populations qui subissent déjà, de façon drastique, les conséquences du confinement. L’accès à un repas par jour devient déjà un véritable casse-tête pour beaucoup de ménages.


Donner 20 euros

Donner 50 euros

Donner 100 euros

HelloAsso est une entreprise sociale et solidaire, qui fournit gratuitement ses technologies de paiement à l’organisme PAN Projet AfricaiN. Une contribution au fonctionnement de HelloAsso, modifiable et facultative, vous sera proposée avant la validation de votre paiement.

Plateforme de paiement 100% sécurisée

Toutes les informations bancaires pour traiter ce paiement sont totalement sécurisées. Grâce au cryptage SSL de vos données bancaires, vous êtes assurés de la fiabilité de vos transactions sur HelloAsso.

Carte bleue VISA Mastercard PCI-DSS
A
Alice HAFNER
07/05/2020
M
Marie-Françoise HEMMEL
06/05/2020
D
Dominique Mathieu-Huber
06/05/2020
Signaler la page