Cette campagne est terminée, rendez-vous sur la page de PAROLE D ENFANT pour découvrir les projets en cours.

Voir la page

Une affaire de famille, un film de Michèle Bourgeot.

par PAROLE D ENFANT

Un film sur la durée

Jessika dépose plainte en 2008 pour viol contre son oncle, un notable marseillais, chirurgien de son état. Son oncle nie les faits et crie au complot familial. Le tournage commence en 2012 alors que Jessika espère que le procès aura lieu rapidement. Jessika attend que la justice mette l'accusé face à ses victimes et qu'il réponde de ses actes. Elle attend que sa parole de victime soit entendue, crue et que l'accusé soit reconnu coupable et sanctionné. C'est seulement en novembre 2017 que s'ouvre le procès à la cour d'Assises d'Aix en Provence. L'accusé comparaît libre. A l'issue de 9 jours d'audience, il est reconnu coupable et condamné à 12 ans de réclusion. La semaine qui suit sa condamnation, l'accusé fait appel. En mai 2018, l'accusé sort de détention moyennant une caution et une assignation à résidence en attendant son procès en appel. Maître Moulin est le Président de l'association Parole d'Enfant et l'avocat de Jessika.

Les cinq années de tournage suivent les attentes, les doutes, les tourments, la ténacité de Jessika. Aujourd'hui elle attend toujours avec idéalisme que la justice soutienne les plus fragiles, sanctionne durablement les agresseurs, et participe ainsi à sa réparation.

Pour que le deuxième procès en appel puisse être filmé, nous avons besoin de soutien.  

L’histoire de Jessika ne doit pas rester confidentielle. C'est le combat d'une femme qui a été violée quand elle était jeune fille et qui aujourd'hui, femme adulte a demandé à la justice de juger son agresseur. Elle désire qu’éclate au grand jour le dysfonctionnement très singulier des familles incestueuses qui muselle la parole des victimes et engendre des non-dits qui salissent les enfants et les adultes de génération en génération.

Le mot du producteur

Faire aboutir ce film, diffuser ce documentaire : c’est protéger, soutenir les démarches des victimes d'inceste et tenter de les aider à se libérer de ceux qui les ont murées dans le silence.

Mon engagement de producteur m’a amené, avec Michèle Bourgeot, la réalisatrice à soutenir Jessika dans ce combat. Le temps du tournage est long - déjà six années. Une importante partie du tournage a déjà eu lieu pendant le procès de l'agresseur de Jessika à l'automne 2017 à Aix en Provence. Aujourd'hui, j'ai besoin de moyens supplémentaires pour boucler le premier opus de ce film. Il s'agit de financer une musique originale et d'organiser des projections dans des salles de cinéma, suivies de débats en présence des protagonistes et de la réalisatrice, et ce malgré le soutien déjà acquis du CNC et de la Région PACA.

J'ai l'ambition, en tant que producteur, de continuer à témoigner du combat de Jessika qui n'est pas fini, puisque son agresseur sera rejugé en appel à la Cour d'Assises de Draguignan, début 2019.

Les conclusions définitives de ce documentaire Une affaire de famille ne seront connues que lors de ce jugement en appel. 

Pour achever ce film qui est un vrai documentaire sur le long cours, je dois pouvoir financer le tournage et montage de ce second opus, sans quoi ce film n’aurait pas de fin réelle.

Ce sont pour toutes ces raisons que j'attends beaucoup de soutien de ce Crowdfunding.

Thierry Maisonnave


Le mot de l'association

L'Association PAROLE D'ENFANT est une association qui s'occupe, depuis 20 ans, de soutenir et accompagner les mineurs, victimes de maltraitance de toutes sortes et, notamment, les victimes de viol, agression sexuelle et inceste. 

Elle fournit à cet effet aux victimes un soutien psychologique et judiciaire en mettant à leur disposition et en assurant le coût, des professionnels formés tout spécialement à ces matières difficiles et particulières (psychologue, psychiatre, pédopsychiatre, avocats .... ) et ceci dans la perspective, entre autre, de rééquilibrer le débat judiciaire, notamment devant les Cours d'Assises, ou seuls des pénalistes chevronnés et aguerris au long processus judiciaires sont à même de soutenir la parole des victimes souvent très fragilisées et incapables, psychologiquement et financièrement de mener seules ce combat. 

Jessika, soutenue par PAROLE D'ENFANT et ENFANCE ET PARTAGE, qui ont le même avocat, Maître Joanny MOULIN, a vu sa parole enfin triompher en 2017 devant la Cour d'Assises des Bouches-du-Rhône. 

L'accusé, dont les moyens financiers sont très conséquents, a obtenu sa libération moyennant le paiement d'une caution de 300.000 euros en attendant d'être rejugé, en appel, en février 2019 devant la Cour d'Assises du Var (Draguignan). 

Le combat continue ! 

Cette dernière étape du long combat mené par Jessika, les associations PAROLE D'ENFANT et ENFANCE ET PARTAGE, ainsi que son conseil mérite d'être filmé en témoignage des difficultés qu'éprouvent toutes les victimes de viol, inceste et agression sexuelle commises au sein de « familles incestueuses » et réduite, trop souvent, au silence ... 

C'est grâce au signalement opéré par l'association "Enfance et Partage" auprès du procureur de la République en 2000 que les faits subits par Jessika ont pu être déclarés comme non prescrits et être jugés devant la Cour d'Assises des Bouches du Rhône en 2017.

Le mot de ViàOccitanie

ViàOccitanie est engagée sur ce documentaire de création « Affaire de famille » que nous co-produisons et que nous diffuserons. 

Pour nous c’était une évidence : en tant que Media d’informations, en tant qu’acteur régional de la culture en Occitanie, nous ne pouvions que nous engager aux côtés d’une réalisatrice et d’une victime, nous engager pour la cause des femmes, nous engager contre les violences faites aux enfants et rendre compte de l’efficience de la justice qui répare et permet aux victimes de se reconstruire. 

Aujourd’hui nous relayons ce financement collaboratif que mène l’Association Parole d’Enfant parce que nous avons besoin de moyens pour faire aboutir cette production et parce que cette opération est en soi la continuation du combat de Jessika et de tous les enfants victimes de violences familiales.

Sabine Torres, PDG, Groupe Medias du Sud-viàOccitanie.


Problématique

La loi française de 2004 - dite loi Perben II - autorise les victimes de viols - mineures aux moments des faits - à porter plainte jusqu'à 20 ans après leur majorité. Cette loi, en théorie, protège - les victimes car elle permet de dénoncer tardivement les crimes. C'est sans compter sur la nature des accusés qui la plupart du temps nient les accusations. La procédure devient alors fastidieuse et fréquemment les accusés espèrent que le temps jouera en leur faveur, que les victimes se décourageront et qu'ils échapperont à la justice.

Souvent les victimes sont soutenues par des avocats d'associations très chevronnés. Pourtant le combat reste inégal lorsque l'accusé est puissant et qu'il peut engager un avocat qui va déployer tout l'arsenal juridique à sa disposition pour faire reporter le procès le plus tard possible.


Donner 5 euros

Donner 10 euros

Donner 20 euros

Donner 50 euros

Donner 100 euros

Donner 150 euros

Plateforme de paiement 100% sécurisée

Toutes les informations bancaires pour traiter ce paiement sont totalement sécurisées. Grâce au cryptage SSL de vos données bancaires, vous êtes assurés de la fiabilité de vos transactions sur HelloAsso.

Carte bleue VISA Mastercard PCI-DSS
S
Sophie Pateras
18/01/2019
i
isabelle hervio - 100,00 €
28/12/2018
Merci pour votre courage et votre ténacité
Anonyme
25/12/2018
Merci pour ce travail nécessaire !
Signaler la page