PEVLB

Préservation du patrimoine

Pour la Protection de l’Environnement de la Vallée du Loir et Bercé - Non à l’extension du parc d’éoliennes de Lavernat - Espace naturel sensible – Natura 2000

Nos actions en cours

Nous sommes actuellement en train de mettre en place nos prochaines initiatives. Revenez bientôt pour ne rien manquer !

Qui sommes-nous ?

Non à l’extension du parc d’éoliennes de Lavernat

  Espace naturel sensible – Natura 2000

Le projet d’extension du parc éolien de Lavernat a démarré avec le lancement, fin 2020, d’une étude de faisabilité concrétisée par l’érection d’un mat de 100 m de haut, au cœur de la zone choisie, à l’ouest de l’autoroute : nous sommes menacés par l’installation de 3 éoliennes supplémentaires qui pourraient être opérationnelles dès 2025.

Arrêtons le saccage qui a débuté à Lavernat en juin 2018 avec l’installation par ENGIE GREEN de 4 éoliennes dont le bilan écologique, énergétique, économique et social s’avère plus que décevant et dont l’impact négatif va bien au-delà de la seule commune de Lavernat : Vaas, Montabon, Château-du-Loir, Luceau, Nogent sur Loir, La Bruère sur Loir et combien d’autres vont en payer les conséquences pour les 20 prochaines années.

Bilan environnemental calamiteux : dégradation de ce superbe coin du Val de Loir, en bordure de la forêt de Bercé, véritable menace sur la biodiversité. 

Le patrimoine environnemental de Lavernat a déjà subi depuis plusieurs années, un préjudice incontestable avec les constructions de l’autoroute puis du parc éolien : des hectares de bois et de prairie ont déjà été détruits. 

  • Bilan énergétique du Parc des Landes plus que décevant : en 2019 le parc a produit 17820 MWH soit environ 25% de sa capacité installée (8 MW), ce qui ne représente la production nominale que d’une éolienne sur quatre. 
  • Les nuisances aux riverains : nombre d’habitations se trouvent entre 500 et 1500 mètres des éoliennes actuelles et de celles projetées ; leur hauteur (150 mètres) aurait justifié une distance d’au moins 1500 mètres, comme cela se fait par exemple en Bavière où la réglementation impose des distances égales à 10 fois la hauteur des éoliennes. Effets néfastes sur la santé : les infrasons peuvent être ressentis jusqu’à 30 km et risquent d’engendrer des insomnies, acouphènes, maux de tête et dépression. Effets néfastes sur une faune particulièrement riche 
  • Bilan économique inégalitaire et coûteux : Les promoteurs (industriels et financiers) pour qui l’Etat multiplie les avantages: priorité d’accès au réseau, prix de rachat du kWh très au-dessus du prix du marché et garanti sur 15 ans. Les propriétaires des terrains qui perçoivent un loyer et les collectivités territoriales  qui se partagent quelques taxes.  Les riverains dont le patrimoine se dévalorise et le contribuable dont la facture d’électricité doit intégrer le surcoût de l’électricité « éolienne » et peut-être un jour celui du démantèlement en cas de défaillance de l’opérateur, puis du propriétaire... 
  • Notre région du Val de Loir est un patrimoine naturel à sauvegarder et qui en fait une destination touristique recherchée. Le secteur visé se trouve à quelques centaines de mètres de l’allée de la Naillerie avec ses vénérables châtaigniers tricentenaires, « les Nouzillards » . Ce secteur considéré comme un Espace Naturel Sensible par le Conseil Départemental de la Sarthe est un patrimoine biologique exceptionnel qui héberge une multitude d‘espèces animales et végétales rares et menacées.
  • Tout démontre aujourd’hui que l’éolien, malgré son coût disproportionné, ne contribue pas à réduire les émissions de gaz à effet de serre : Les matériaux non recyclables utilisés et les processus de fabrications sont très largement carbonés, L’intermittence de l’électricité éolienne nécessite le maintien voire le développement des centrales électriques classiques pour assurer la continuité de la distribution d’électricité.

Au moment où de plus en plus de doutes sont émis sur le bien-fondé de l’éolien et que la déforestation s’intensifie, arrêtons de détruire nos bois et nos paysages !