Pour un cinéma associatif

par Plan Libre

Faire un don

Pour un cinéma associatif

par Plan Libre

Faire un don

Fiction | 2x 30 minutes | France | 2020

En vue d'une diffusion en Avril sur TV Tours et Bip TV nous sommes dans l'urgence de trouver des financements pour finaliser la post-production de deux courts-métrages déjà tourné, produit par notre association Plan Libre.

LES PROJETS

David Da Costa pour Les Lobis et Sengthe Vanh Bouapha pour Le Bureau; ont développé sur plusieurs années leurs projets en s'interrogeant, chacun à sa manière sur la société contemporaine. David.V.C aborde la disparition des lieux de vie dans les petites villes à travers les yeux d'un modeste gérant de cinéma. Sengthe.V.B s'intéresse aux systèmes administratifs et à leurs conséquences humaines. C'est sous forme de film qu'ils ont choisi d'exprimer leur point de vue, afin de toucher un large public, de tendre la main à la réflexion et pourquoi pas d’amener au dialogue.

Les Lobis

Claude, la cinquantaine bien entamée, pas un entrepreneur dans l’âme, met toute sa bonne volonté pour assurer la vie de son petit cinéma de quartier ''Les lobis'' et éviter qu’il ne s’efface progressivement du paysage urbain, déjà morose.

Casting:

Le Bureau

Dans une dystopie future, l'administration est confiée à des intelligences artificielles. Celles-ci calculent que Jule, un père de famille sans travail, doit se séparer de l’un de ses enfants. Pour contester cette décision, Jules devra se rendre au Bureau, le centre de gestion administrative.

Avec en tête les œuvres littéraires et cinématographiques qui le précèdent: ‘’Brazil" de T. Gilliam; ‘’1984" de George Orwell ou encore ‘’Le procès" de Kafka. L’auteur a placé son film dans un futur proche, sur un horizon de 10 à 15 ans, qui se fonde sur une volonté d’exacerber les problèmes auxquels sont confrontées nos sociétés capitalistes actuelles: environnement, vie privée, véracité de l’information, méandre administratif, etc. C’est en explorant aux fur et à mesure les mécanismes du système que le personnage principal va révéler l’absurdité de leur fonctionnement. 

Casting:

LES AUTEURS

DAVID DA COSTA: 

Natif de la région centre David Da Costa est un cinéaste très attentif à son environnement, sensible aux questions de société et à leurs politiques sous-jacentes.

Il a commencé comme assistant pour Partizan-Paris sur des tournages de publicités et de clips pour des artistes divers (Michel Gondry, Arthur H, Franz Ferdinand) avant de revenir sur Orléans. Il monte alors un collectif avec d’autres auteurs et techniciens du coin motivés par une envie de réaliser des films de “cinéma guérilla”, avec peu de moyens. En 2015, il saisit l’opportunité d’adapter en scénario une nouvelle de Serge Pey pour la réalisation d’un premier court métrage de fiction : Par quelque souterrain Minotaure. À travers ce court-métrage il modèle une société qui s'interroge sur sa propre survie; prise entre le danger d'agir et l'incertitude de l'attente. En parallèle, il s’investit comme producteur sur d’autres projets de courts métrages de fiction.

Considérant qu’il est important que la culture permette un certain recul de l’individu sur son environnement, le cinéma de David n'est ni exclusivement spectaculaire ni purement rhétorique mais cherche, par un effet miroir, à motiver la réflexion sur nos sociétés.

Traitant de la désertification des petites villes, c'est dans cet esprit que s'est construit son deuxième court-métrage intitulée provisoirement Les Lobis.

SENGTHE VANH BOUAPHA:


Français d’origine Laotienne, Sengthe Vanh Bouapha a toujours fait le grand écart entre la culture traditionnelle de ses parents et le monde contemporain occidental dans lequel il a grandi. Cette enfance a construit chez lui un regard singulier sur le monde qu'il cristallise dans les arts plastiques et le cinéma.

En 2002 il quitte ses études scientifiques pour rejoindre les Beaux Arts de Tours et y travailler les champs de la performance et de la vidéo. Après ses études il retourne vivre à Orléans et y rejoint l’association Plan Libre pour travailler comme assistant réalisateur sur plusieurs films (En Attendant Junior; Jeu de Guer; Le grand soldat).

Sondant depuis toujours dans ces œuvres les mécanismes structurels des sociétés. C'est à travers la science-fiction qu'il s'accapare le cinéma dans ce premier film. Ce genre est pour lui un socle destiné à repenser les systèmes sociaux, politiques et énergétiques de notre société contemporaine. Dans cet objectif, Sengthe souhaite proposer le film comme support à des établissements scolaires et des universités afin d'alimenter les débats sur les enjeux liées à l'environnement, aux technologies et aux modes de gouvernance.

LE CHOIX D’UNE PRODUCTION ASSOCIATIVE

Composée de réalisateurs, d’artistes plasticiens et de producteurs, l’association Plan Libre a construit ses activités autours de l’idée que le cinéma est, avant d’être un divertissement ou une industrie, un art à part et à part entière. La forme associative nous légitime dans le caractère non commercial des films que l’on porte et nous conforte plus largement dans notre volonté de s’inscrire dans une économie sociale et solidaire.

Par ailleurs la forme associative permet d’avoir accès à des moyens financiers que n’ont pas les sociétés privés : mécénat, bénévolat... Ainsi, constatant un manque de moyens déployé sur l'émergence, nous avons fait le choix de nous pencher davantage vers des films qui ne sont que difficilement considéré par le marché pour apporter un renouvellement des regards et des formes dans le paysage cinématographique français.

Lien du site: http://www.planlibrecreations.fr/

UNE PRODUCTION RESPONSABLE

Les œuvres sont gérées de manière éthique et responsable. Nous sommes très soucieux de construire les films dans une conscience des contextes économiques et écologiques dans lesquelles ils se trouvent. Signataire en 2019 de la charte ecoprod nous nous soucions dès la préparation des tournages à travailler avec des partenaires locaux, à privilégier des tournages de proximités, à limiter au maximum le plastique à usage unique et les transports les plus polluants.

POURQUOI COLLECTER CET ARGENT?

Après un long travail d'écriture et de préparation les tournages se sont merveilleusement bien passé mais sur un coût de 50 000€ pour chaque film il manque 5000€ pour finaliser la post-production et pouvoir finir les films à temps.

La post-production comprend l'étalonnage (le réglage de la lumière et des couleurs) et le mixage son (le réglage du niveau des sons) , qui sont d'étape essentielle pour pouvoir finaliser et diffuser les films.




Donner 20 euros

Donner 50 euros

Donner 100 euros

Donner 200 euros

HelloAsso est une entreprise sociale et solidaire, qui fournit gratuitement ses technologies de paiement à l’association Plan Libre. Une contribution au fonctionnement de HelloAsso, modifiable et facultative, vous sera proposée avant la validation de votre paiement.

Plateforme de paiement 100% sécurisée

Toutes les informations bancaires pour traiter ce paiement sont totalement sécurisées. Grâce au cryptage SSL de vos données bancaires, vous êtes assurés de la fiabilité de vos transactions sur HelloAsso.

Carte bleue VISA Mastercard PCI-DSS
Signaler la page