Enquête documentaire sur la privatisation des barrages hydroélectriques français

par REGIE SUD

Faire un don

Enquête documentaire sur la privatisation des barrages hydroélectriques français

par REGIE SUD

Faire un don

Au coeur d'une vague de privatisations, 150 de nos barrages les plus rentables risquent d'être concédés par l'Etat. Quels sont les risques ?

Un documentaire mène l'enquête...


Régie Sud est une structure de production audiovisuelle qui réalise et produit des films documentaires depuis plus de 20 ans. Intrigué par le sujet de "privatisation" des barrages hydroélectriques, Nicolas Ubelmann - membre fondateur de l'association et réalisateur de LA DETTE et MAUVAIS ELEVES - a commencé à enquêter avec son équipe.


Voici le pitch : la Commission Européenne a mis en demeure la France pour qu'elle ouvre à la concurrence un tiers de ses grands barrages hydrauliques, gérés jusque là par EDF. Dénoncée par un grand nombre de députés, d'ingénieurs, d'économistes et de syndicats, cette décision pourrait entrainer de nombreux problèmes économiques, écologiques et sécuritaires. Alors quels sont les enjeux de cette ouverture à la concurrence ? Qu'avons nous à y gagner et qu'avons nous à y perdre ?



undefined

L'arbre qui cache la forêt...


Cette question des barrages hydrauliques n'est en fait que la partie émergée de l'iceberg électrique européen. Depuis plus de 20 ans, l'Europe libéralise tout le secteur de l'électricité et introduit de la concurrence partout où cela est possible. Bruxelles, pourtant alerté par de nombreux exemples négatifs sur les prix et la stabilité du réseau, continue d'étendre sa vague de libéralisation.


A travers ce film, nous voulons montrer comment le réseau électrique européen, perturbé par l'intermittence des énergies renouvelables et les objectifs de baisse du CO2, va être sous la dépendance croissante des énergies pilotables comme les barrages. Nous montrerons en quoi l'hydroélectricité se place comme le véritable poumon du système et pourquoi les acteurs privés convoitent tant les concessions françaises...


undefined

LES BARRAGES DANS LA TEMPÊTE


Alors que les syndicats dénoncent l’abandon d’un bien public hautement stratégique, les manifestations se multiplient sur les barrages et les députés en campagne pour les européennes commencent à s'emparer de la question.


Enjeux des barrages : plus de 7 milliards de mètres cubes d’eau, qui jouent un rôle crucial pour la production d’énergie renouvelable, l’agriculture ou encore le refroidissement des centrales nucléaires.


Construits par nos aïeux dans les années d’après guerre, les barrages sont parmi les rares géants industriels encore debout. Leur construction a résisté au temps grâce à la surveillance des ingénieurs qui les auscultent sans relâche depuis plus de 70 ans. Il y a ainsi en France 7 000 gardiens de ces temples d’eau. Aujourd’hui ils sont inquiets et s’interrogent :  qui va prendre les commandes de ces colosses qui surplombent nos vallées ?  


De nombreuses multinationales candidates à la reprise des concessions sont déjà dans les starting-blocks : le français Total mais aussi l’italien Enel, l'allemand E.ON, le norvégien Statkraft ou encore le suisse Alpiq. Toutes veulent mettre la main sur ce pactole hydraulique et disposer de cette production stratégique française.


De nombreuses personnalités politiques, syndicats, économistes, ingénieurs, ont tenté de faire barrage à cette privatisation des concessions. Des rapports sérieux et argumentés montrent les conséquences négatives, à la fois sur les prix et sur le multi-usage de l'eau... En face, aucun contre argumentaire ne leur a été opposé, rien sur les avantages prétendus de cette concurrence. Pourquoi ?



undefined

POURQUOI SOUTENIR CE FILM  ?


Comme la plupart des français, nous sommes attachés à la notion de services publics et nous nous interrogeons sur le bien-fondé des privatisations. Les exemples précédents (télécoms, services de l'eau, autoroutes) n’ont pas toujours apporté la preuve que l’usager, devenu client, gagnait au change. Nous entendons les craintes des salariés et estimons qu’elles doivent être portées à la connaissance du public.


Une décision est à prendre très bientôt pour l'avenir des barrages français. N'attendons pas que la prochaine actualité sur l'hydraulique français soit une annonce finale et irréversible de privatisation. En Europe, plusieurs pays ont choisi la libéralisation du secteur de l'énergie. Après une guerre tarifaire au départ, les fournisseurs finissent souvent par s'entendre sur les prix, en situation d'oligopole ou de cartels...


Nous rencontrerons ceux qui proposent un autre modèle, une alternative crédible et dont les exemples sont autour de nous. Car ce que la France s’apprête à accepter, d’autres pays européens l’ont refusé, plus soucieux de protéger leurs barrages des appétits privés.


Ce film, nous voulons le réaliser pour nous, nous tous qui allumons lumières et chauffages sans trop nous poser de questions sur l’origine du courant électrique derrière la prise. Quel modèle de production voulons-nous ? Sommes-nous certains d'avoir toutes les cartes en main pour avoir un choix éclairé et rationnel ?
Cette enquête documentaire nous aidera à en savoir davantage...



undefined

L'électricité ? Un sujet à creuser...


Nous avons commencé notre enquête début 2019. Plus nous nous intéressions au problème, plus nous avions envie de creuser... Nous avons parcouru les rapports d'informations publiés par les syndicats et les politiques, fouillé les archives des séances à l'assemblée nationale, lu des livres sur le sujet et échangé avec de nombreux acteurs du dossier...


Pour nous, la question des barrages a eu un effet boule de neige sur l'exploration de tout le secteur de l'électricité, français et européen. Nous allions de découvertes en découvertes. L'ouverture à la concurrence des barrages s'inscrit dans un processus plus global de libéralisation du secteur de l'électricité en Europe et dans le monde, qui cache des choses surprenantes... 


undefined

undefined

A quoi servira l'argent collecté ?


Ce film sortira au cinéma en octobre 2019. Nous allons également démarcher plusieurs chaînes de télévision pour proposer le film d'ici là.


C'est un long métrage documentaire qui demande du temps et des moyens financiers pour se concrétiser. Nous avons commencé le tournage en mars et réalisé une vingtaine d'interviews de députés, syndicalistes (CGT, CFDT, CFE CGC, FO, SUD), économistes, historiens, ingénieurs... Mais il nous reste encore du chemin à parcourir avant de vous dévoiler cette enquête. 


Si nous en avons les moyens, nous partirons chez nos voisins européens pour évoquer différents exemples de libéralisation du secteur de l'électricité et des barrages, au Royaume Uni, en Allemagne, au Portugal ou encore dans les pays scandinaves...


undefined


L'argent collecté servira uniquement à la production de ce film, pour les postes suivant :


TOURNAGE : Financer une équipe technique son/image pour réaliser les différentes interviews à travers le pays. Travailler avec un droniste afin de réaliser des prises de vue aériennes. Payer les frais de déplacement et d'hébergement. 


POST-PRODUCTION : Louer un studio de montage et travailler avec un monteur professionnel, embaucher un infographiste afin de réaliser les animations du film, payer les auteurs des musiques du film... Mais aussi réaliser le mixage du son, l'étalonnage des couleurs, la fabrication d'un master pour une distribution en salle de cinéma...


DIFFUSION : Pour sortir le film au cinéma, il faut réaliser des copies numériques du film, concevoir et imprimer des affiches et surtout faire de la publlicité autour du film. Il faut payer un attaché de presse pour le faire connaitre auprès des médias, organiser des projections presse, des Avants-Premières, faire une campagne sur les réseaux sociaux, créer un site du film et le tenir à jour des projections, organiser une tournée en présence du réalisateur, couvrir ses frais,...


Les postes de dépenses ne manquent pas, mais cet argent est réinvesti dans les cinémas de quartiers, chez nos intermittents du spectacles, dans les trains de la SNCF et les petits hôtels de province !  Pas de fuite dans les paradis fiscaux ni de salariés exploités derrière ce projet... Nous essayons aussi de faire appel aux ressources locales autant que possible suivant les sites de tournage (caméraman, droniste, photographe,...).


Voici quelques photos de tournage et arrêts sur image d'interviews que nous avons pu réaliser depuis le début du film...





undefined
undefined
undefined
undefined
undefined

undefined
undefined
undefined
undefined
undefined
undefined
undefined
undefined
undefined
undefined
undefined
undefined
undefined
undefined
undefined

Notre équipe


Nicolas UBELMANN, le réalisateur


undefined


Après une maîtrise de Géographie Tropicale et un DESS sur les politiques de développement dans les pays du « tiers-monde », je suis parti au Sénégal pour y réaliser mon premier documentaire sur l’Aide au développement. Je n’ai pas quitté la vidéo depuis et c’est ainsi que j’ai pu tourner au Vietnam, au Mexique, en Europe, sur des sujets aussi divers que l’économie, l’agriculture, la cuisine ou l’éducation. Certains de ces films ont été diffusés en télé (Public Sénat, France 2, M6, Câble,..), d'autres au cinéma, en festivals ou sur les plateformes de diffusion web.


Aujourd’hui, je m’investis dans le développement local avec les acteurs de terrains : entreprises, associations, collectivités locales, cinémas... Filmer le monde, c’est pour moi aller chercher les pièces d’un puzzle que je construis au fil de mes rencontres. En multipliant les points de vue et l’immersion dans des univers que je ne connais pas, le puzzle s’assemble peu à peu. C’est celui du monde dans lequel je vis.



REGIE SUD, le producteur 


L'association Régie Sud aide à la production de documentaires pour le cinéma, la télévision et les réseaux alternatifs. Elle est née d'un groupe de géographes et d'historiens amateurs de documentaires et des questions de développement dans les pays du sud (d'où le nom Régie Sud). 

Depuis le premier film tourné au Sénégal, en 1995, sur l'aide au développement, l'association est passée par bien des chemins en restant toujours proches de l'humain et des réalités sociales. Avec des films de cinéma comme LA DETTE ou MAUVAIS ELEVES, des reportages télévisés comme LE PERE DU CAFE EQUITABLE ( Public Sénat / France 2) ou des documentaires de territoires, l'association continue de porter ces valeurs. Visitez le site de l'association : www.regiesud1901.org



Alexandre KEIRLE, assistant réalisateur



undefined


Assistant réalisateur auprès de Nicolas Ubelmann. Etudiant journaliste à Toulouse au sein de la classe préparatoire LA CHANCE, une association oeuvrant pour plus de diversité dans les médias. Diplômé d'une Licence Sciences sociales, mention économie et sociologie, à l'Université Toulouse II Jean-Jaurès. Passé par un master 1 en sciences politiques à l'Université Toulouse I Capitole. 



Daniel MATHIEU, chef opérateur et droniste


Passionné d'images et de nature depuis mon plus jeune âge, Je passe quelques décennies dans le monde de l'entreprise. Je travaille successivement en France, en Espagne puis en Allemagne. En 2013, débarquant aux États-Unis, je décide de revenir à ma passion et me lance en tant que free-lance dans la photo puis la vidéo. Je travaille alors pour des entreprises de cosmétiques, du luxe et avec de jeunes créateurs de la côte Est. En parallèle, j'expose dans quelques galeries de la région de Boston. De retour en France, en quête de plus d'authenticité, je m'oriente vers des projets plus proches de mes valeurs, de la nature, des enjeux environnementaux et sociaux actuels. Je suis également pilote professionnel de drones.



Gérard FIGUEROLA, Directeur de la photographie et opérateur STEADYCAM





Alain PELLORCE, photographe



J'ai débuté la photo à l'adolescence. Après avoir participé à plusieurs concours, j'ai découvert par hasard l'agence photo « Médialp » où j'ai collaboré avec eux de nombreuses années. Un jour j'ai eu la surprise de voir une de mes photos dans les abribus à Grenoble ! Cette parution a été le déclic; à partir de ce jour, je me suis sérieusement mis à la photo de paysage. Ma plus « glorieuse » parution fut la couverture de Géo en mai 1996. Pendant des années, j'ai continué à faire de la photo par passion de la belle image, notamment pendant mes déplacements de topographe à EDF. Aujourd'hui, avec cette première aventure dans le documentaire, je découvre un autre univers : la vidéo... l'aventure continue !...


Sophie MITRANI, chargée de production


Gabrielle LETY, stagiaire production



Remerciements et crédits


Toute l'équipe du film vous remercie pour votre aide. Ce film nous le faisons pour nous, nous tous qui défendons le service public. Nous tous qui voulons agir pour ne pas céder nos ouvrages, que nous avons tous payés, à des investisseurs privés avides de profits. Ce film existe grâce et pour vous

Photos de barrages réalisées par Alain PELLORCE, photographe Isérois, spécialiste des barrages.
Arrêts sur image issus de tournages du film. Derrière la caméra : Gérard FIGUEROLA, Daniel MATHIEU, Nicolas UBELMANN et Alexandre KEIRLE.

Donner 5 euros

Vous êtes tenus au courant des news du film et des photos du tournage !

Donner 10 euros

Statut de contributeur

Votre nom apparaît au générique du film comme contributeur et vous recevez toutes les news et photos du film

Donner 20 euros

Vous pourrez visionner le film en VOD dès sa sortie en salle + Statut de contributeur

Donner 30 euros

Votre photo apparaît au générique du film comme contributeur + lien du film VOD + Statut de contributeur

Donner 30 euros

Vous recevez chez vous une carte dédicacée avec la photo de tournage de votre choix + lien du film VOD + Statut de contributeur

Donner 40 euros

Vous recevez chez vous le DVD du film avant tout le monde + Statut de contributeur

Donner 50 euros

Vous êtes invité pour l'avant première du film au plus près de chez vous en présence du réalisateur + Statut de contributeur

Donner 75 euros

Vous recevez chez vous 1 grand poster plastifié de la photo de tournage de votre choix (drone, photographe, interview...) + Statut de contributeur

Donner 100 euros

Vous êtes invités à 2 pour l'avant première du film au plus près de chez vous en présence du réalisateur + Statut de contributeur

Donner 150 euros

Vous recevez chez vous l'affiche originale du film dédicacée avec les remerciements de toute l'équipe + Statut de contributeur (48 restants)

Donner 250 euros

Pack complet

Vous recevez chez vous l'affiche originale du film dédicacée avec les remerciements de toute l'équipe, 2 places en avant première, 1 poster de la photo de votre choix, le DVD, votre photo au générique + Statut de contributeur (48 restants)

Donner 500 euros

Vous rencontrez sur Skype toute l'équipe du film pour discuter de ce que vous voulez ! L'histoire du film, le tournage, des critiques... + Pack complet (5 restants)

Donner 1000 euros

Vous êtes invités à l'avant première du film à Paris avec toute l'équipe et les intervenants du film + Pack complet (10 restants)

Donner 2000 euros

Vous participez à une journée de tournage du film avec le réalisateur et toute son équipe sur un barrage hydroélectrique + avant-première officielle à Paris en compagnie de toute l'équipe et des intervenants + Pack complet (6 restants)

Donner 5000 euros

Vous nous accueillez pour une projection privée chez vous ou dans votre entreprise avec toute l'équipe du film . Votre nom apparaitra dans les crédits du film auprès des producteurs + Pack complet (3 restants)

Plateforme de paiement 100% sécurisée

Toutes les informations bancaires pour traiter ce paiement sont totalement sécurisées. Grâce au cryptage SSL de vos données bancaires, vous êtes assurés de la fiabilité de vos transactions sur HelloAsso.

Carte bleue VISA Mastercard SEPA PCI-DSS
M
Muriel REBOUD
24/06/2019
L
Lisa Reboud
12/06/2019
V
Vincent Crouzat
11/06/2019
Signaler la page