Cette collecte est terminée.

Cette collecte est terminée.

Chaque année on estime que 700 000 enfants sont séparés d’un parent incarcéré au sein de L’ UE, en France environ 120,000. Pourtant l’impact de cette séparation sur le développement de l’enfant demeure trop souvent ignore. Le Réseau Européenne enfants de parents détenus (EUROCHIPS) est le seule organisme qui s’engage pour les pour ces enfants au niveau transnationaux.

Un de nos objectifs est de soutenir la relation enfant-parent. En coopération avec notre membre Association Relais Enfants Parents on a lancé les ateliers « Fais un dessin pour ton Papa » avec le prison Villepinte avec l’objectif de fournir aux enfants en attente de parloir avec leurs pères incarcérés l’occasion de :

  • trouver un moyen d’expression qui est moins anxiogène que la parole
  • participer à une activité de créativité axée autour de l’enfant dans un cadre neutre
  • penser à leurs pères incarcérés et de leur faire un cadeau
  • passer le temps d’attente de visite en faisant une activité constructive
  • apprendre à travailler en groupe, avec les autres (l’espace est réduite)
  • s’amuser et se détendre

Les ateliers avec une équipe des bénévoles auront lieu deux après-midi par mois, assurant aux enfants un sens de continuité et de lieu. Un panneau à l’extérieur de la pièce annonce l’initiative : “Fais un dessin pour ton papa”. A la fin il y également une lettre que les pères vont recevoir en même temps que le dessin offert par leur enfant.

Le directeur de la prison a donné son accord pour monter une exposition des dessins au sein de la prison ; les dessins seront également accrochés aux murs lors des fêtes de fin d’année et le fêtes des pères.

 

 


Image1Image2

Extrait du Journal Libération du 03/04/2008

"...Dans l’ambiance à la fois lasse et électrique de l’abri familles, à l’entrée de la maison d’arrêt de Villepinte (Seine-Saint-Denis), l’atelier peinture improvisé ce mercredi de mars fait figure de refuge. A l’écart des conversations d’adultes sur les remises de peine espérées, les parloirs supprimés - «tu te rends compte, ces fils de pute, ils m’ont dit de rentrer chez moi»,crie une femme -, les enfants s’absorbent dans les couleurs, la tête souvent à quelques millimètres du papier. L’initiative, pour l’instant présentée comme «expérimentale», vient de l’association Eurochips (Comité européen pour les enfants de parents détenus) et de la Fédération des relais enfants-parents. En Italie, en Ecosse, en Grande-Bretagne, au Cameroun, au Luxembourg, des ateliers semblables se sont montés, qui donnent lieu à une exposition (2).

Liz, la directrice d’Eurochips, et Lisa, bénévole, ont apporté des tubes de peinture de toutes les couleurs. Mais il n’y a déjà presque plus de noir. Il faut beaucoup de noir pour tracer ces épais barreaux que l’on retrouve sur le dessin de Tony, surmontés du drapeau français, ou sur celui de Bryan, opposés au vert vif du «dehors». Liz a suggéré aux enfants de s’inspirer des mots «famille et prison». Lilia, à son tour, plonge son pinceau dans le noir. Elle trace les contour d’un grand cœur :

«Le cœur de mon papa.»




 

Donner 20 euros

Donner 50 euros

Donner 100 euros

Donner 150 euros

Association Reseau Europeen pour les Enfants de Parents Detenus

Reseau Europeen pour les Enfants de Parents Detenus

EUROCHIPS (European Network for Children of Imprisoned Parents: association loi

Anonyme
17/02/2010
Anonyme
05/10/2009
Anonyme
03/10/2009