Pour le redémarrage de la plus ancienne papeterie de France.

par Sauver La Papeterie De Docelles

Cette collecte est terminée.

Pour le redémarrage de la plus ancienne papeterie de France.

par Sauver La Papeterie De Docelles

Cette collecte est terminée.

Les anciens salariés ont formé une SCOP et ont besoin d'argent pour mener la bataille juridique avec le propriétaire.

En janvier 2013, le groupe finlandais UPM décide brusquement de vendre l’usine de Docelles, la plus vieille papeterie de France située dans les Vosges (en activité depuis 1478). Quelques mois plus tard, après avoir refusé l’offre d’un repreneur, UPM annonce sa décision de fermer le site, provoquant la disparition de 160 emplois directs.


Certains salariés, refusant de voir disparaître leur outil de travail (une machine à papier parmi les plus modernes d'Europe), ont monté un projet de reprise sous forme de SCOP (Société Coopérative et Participative). Ce projet se concentrait entre autres, sur la fabrication de papiers d’emballage alimentaire et de papiers spéciaux destinés à l'impression numérique, marchés qu’UPM avait choisi de ne pas aborder. 85 anciens salariés l'avaient rejoint, 30 personnes devaient être immédiatement recrutées. Il était prévu qu’en deux ans, les effectifs remontraient à 160 salariés.


Ce projet a reçu l'appui de l’Union régionale des SCOP, du Conseil régional de Lorraine, du Conseil général des Vosges, du cabinet du Préfet. Un financement de 12 millions d'euros pour le fonctionnement a été réalisé associant la BPI et deux établissements bancaires. Le projet était bouclé fin février 2014.


UPM avait jusqu'alors indiqué que, faute de repreneurs, il laisserait l'usine aux salariés pour un euro symbolique et avait inscrit dans le PSE des mesures permettant d'aider au financement du plan de reprise. Pourtant en février 2014, UPM exige une offre de la part des salariés. Ceux-ci réétudient leurs capacités et offrent 3 millions d'euros pour racheter les actifs à UPM. Le 5 mars 2014 : UPM refuse l'offre et indique qu'il en attend 10 à 12 millions.

Aujourd'hui cette usine est à l'abandon et aucun repreneur n’est en vue. UPM a décidé purement et simplement d'abandonner ses salariés en leur interdisant de reprendre une quelconque activité en rapport avec leur savoir-faire. Les ex-salariés regroupés en SCOP ont demandé à la justice d'obliger UPM à respecter ses engagements de cession et d'aide financière au redémarrage de la papeterie. Après un ping-pong judiciaire entre le Conseil de Prud'hommes et le Tribunal de Commerce d’Épinal qui se rejetaient la responsabilité de juger cette affaire, le Tribunal de Commerce a finalement tranché en faveur de la multi-nationale !


Les anciens salariés ont décidé de faire appel de cette décision. Mais pour mener cette bataille juridique, ils doivent collecter 3000€ pour couvrir les frais occasionnés par la procédure. Ainsi ils pourront se faire entendre en Cours d'Appel et s'il plaît à la Cours faire en sorte que ce site industriel historique puisse reprendre son activité.


Donner 300 euros

Et aidez cette association à se développer !

Donner 10 euros

Et aidez cette association à se développer !

Donner 30 euros

Et aidez cette association à se développer !

Donner 100 euros

Et aidez cette association à se développer !

Donner 1000 euros

Et aidez cette association à se développer !

Association Sauver La Papeterie De Docelles

Sauver La Papeterie De Docelles

La Papeterie de Docelles, située dans les Vosges est la plus ancienne papeterie de France. Elle a été fermée par le groupe international UPM en 2014 provoquant la disparition de 160 emplois directs. Nous voulons faire revivre cet outils industriel moderne.

Jean-Louis GORET
28/01/2016
BLANDINE PIERRE
22/01/2016
EN SOLIDARITE
FRANCIS PIERRE
22/01/2016
DE LA PART D'UN ANCIEN SALARIE DE CETTE PAPETERIE