Sauvons le Pont de Taizon

Préservation du patrimoine

Emus par la situation de délabrement avancée du Pont Médiéval de TAIZON (XIIème), petite village des Deux-Sèvres, nous avons décidé de mobiliser l’opinion publique et les pouvoirs politiques pour la réhabilitation de ce pont classé à l'inventaire supplémentaire des monuments historiques depuis 1943.

Nos actions en cours

À la une

Qui sommes-nous ?

POURQUOI CETTE ASSOCIATION ?

Taizon, petit village de la commune de LORETZ D’ARGENTON (79290), est situeà dans la Région Nouvelle-Aquitaine, au nord des Deux-Sèvres, à la lisière du Maine-et-Loire. Ce village est traversé par le Thouet, le passage y était assuré jusqu’en 1944 par un pont de style Roman aux arcs cintrés brisés à double voussure, dont les premières mentions sont faites entre 1222 et 1255.

A la demande de M. Emile Poirault, Conseiller Général de Thouars entre 1931 et 1945 et de l’Architecte en Chef de l’époque, M. Camelot, le pont est inscrit a` l’Inventaire Supplémentaire des Monuments Historiques en septembre 1943.


(le pont en 1943)

En Août 1944, avec pour objectif de ralentir la progression des alliés, le pont sera en partie détruit par les allemands.

Depuis la destruction de ce dernier en 1944 par l’armée Allemande, le vieux pont de Taizon n’a cessé de se détériorer. Un ensablement conséquent et une végétation abondante ont envahi le lit majeur du Thouet, enseveli les arches et les piles du pont du XIIIe siècle.

Si rien n’est fait rapidement, cet ouvrage d’art médiéval sera emporté par les crues successives du Thouet et les communes environnantes, la population du nord Thouarsais, et le Département des Deux-Sèvres perdront une partie de leur Patrimoine et de leur Histoire.

Un désensablement partiel réaliseà il y a quelques années a notamment permis de faire apparaître les arches du pont, mais aussi les fondations de la guérite du droit de passage et celles de la chapelle.

Malgré un désensablement et un nettoyage réalisé il y a quelques années,  ces quelques efforts sans suites ont bien vite étés anéantis par un nouvel ensablement et une végétation prolifique.

Devons-nous attendre que ce pont disparaisse totalement sous les attaques répétées de la nature ?

La défense de ce pont, c’est un hommage rendu aux personnes qui l’ont construit et entretenu jusqu’au siècle dernier, c’est un hommage rendu a M. Emile Poirault qui en a obtenu l’inscription a` l’inventaire supplémentaire des Monuments Historiques, mais c’est également une action tournée vers l’avenir avec la préservation d’un monument témoin du passe´, un monument d’intérêt touristique et par conséquent économique.