Un psychologue à l'école à Nova Kasaba

par Solidarité Internationale Bosnie-Herzégovine-France

Faire un don

Un psychologue à l'école à Nova Kasaba

par Solidarité Internationale Bosnie-Herzégovine-France

Faire un don
Un psychologue à l'école à Nova Kasaba - Solidarité Internationale Bosnie-Herzégovine-France

Soutenir les enseignants et les élèves du centre éducatif à Nova Kasaba en Bosnie-Herzégovine en finançant un poste de psychologue.

Présentation du projet

Cette Ecole, créée par les parents de Konjevic Polje, a ouvert ses portes en janvier 2014 et accueille actuellement 117 élèves, tous des jeunes bosniaques des villages de Konjevic Polje et Nova Kasaba.

15 enseignant-e-s sont venus de Sarajevo et sont logé-e-s gracieusement dans le village.

Origine du projet

Depuis des années, les parents de ce village bosniaque (survivants du génocide de Srebrenica et en majorité petits-paysans) demandaient en vain un changement du programme scolaire de la « République serbe » (RS), en invoquant le droit des minorités, inscrits dans les Accords de Dayton.

Mais les représentants internationaux avec Valentin Inzko (Haut-Représentant) ont refusé  de soutenir la demande des parents de Konjevic Polje pour le respect des Accords de Dayton, soit une représentation équitable au sein de la Commission scolaire, la parité entre écriture cyrillique et latine, l’enseignement de l’histoire et de la littérature de Bosnie-Herzégovine.

En effet, l’enseignement de la RS soumet les élèves  à l’idéologie nationaliste serbe qui exclut l’écriture latine, la culture et l’histoire millénaire de la Bosnie-Herzégovine, pour ne laisser aux élèves que l’histoire et la littérature de Serbie, ceci dans le but de préparer  les élèves à une sécession  de la « République serbe » (RS) pour la rattacher à la Serbie, pays voisin.

Les élèves de RS sont ainsi privés de l’histoire de leur pays, et notamment  de ce qui rapproche les deux communautés, comme  par  exemple, la  révolte contre l’Empire ottoman, menée en 1831 par le Capitaine bosniaque Gradasevic, qui a formé une armée avec les musulmans, orthodoxes et catholiques bosniaques.

La propagande nationaliste serbe prétend que la Bosnie-Herzégovine n’a pas d’histoire (alors qu’elle remonte au 12ème siècle) et ne serait qu’une  invention de Dayton…

La population bosniaque de Konjevic Polje (il n’y a aucune famille serbe dans le village) était minoritaire dans la Commission scolaire et n’avait par conséquent aucune chance de changer le programme de l’intérieur. En outre, le directeur et quasi tous les enseignants sont bosno-serbes.

C’est pourquoi iles parents de Konjevic Polje ont décidé de boycotter la rentrée scolaire de septembre 2013 afin de faire valoir leurs droits auprès  des  représentants internationaux de l’OHR et de l’OSCE  et les inviter en tant que médiateurs  aux négociations avec  le Ministre de l’enseignement de la RS. Mais leur refus de médiation a scellé l’échec des négociations.

En octobre 2013, les parents de Konjevic Polje ont dénoncé la trahison des représentants internationaux en campant jusqu’en janvier 2014, avec leurs enfants, devant les bureaux du  Haut-Représentant à Sarajevo. Valentin Inzko. Celui-ci  a tenté en vain, de stopper leur action en les achetant, ce qu’ils ont refusé.  Leur action a été largement relayée par les médias de Bosnie-Herzégovine. Des centaines de citoyens sont venus apporter leur soutien et ont invités les élèves en grève à des stages en atelier et découvertes de la ville.

Leur  action a également révélé l’abandon par les instances internationales du  projet de réforme scolaire en Bosnie-Herzégovine et plus grave : leur feu vert tacite à la « République serbe » pour son enseignement idéologique, qui a pour but de préparerer la nouvelle génération bosno-serbe à un nouveau conflit consécutif au projet de sécession de la RS.

Les décideurs internationaux espèrent sans doute naïvement, que les bosniaques en RS vont se laisser faire et accepter que leurs enfants se laissent « serbilisés ». C’est mal connaître cette population, attachée à sa terre, et qui a fait preuve de remarquables capacités de résistance durant la guerre de 1992-1995.

Convaincus que leur lutte est importante pour l’avenir de leur pays et pour les droits des citoyens, les parents de Konjevic Polje ont  mandaté un avocat pour mener une action juridique. Comme prévu, leur plainte a été refusée par le Tribunal de Banja Luka (capitale de la RS) et 2000 Ede frais portés à leur charge. L’étape suivante est le Tribunal national, et sinon la Cour européenne des droits de l’Homme.

A quoi servira l'argent collecté ?

Je précise les retombées de la collecte.

Notre équipe

A Paris : Jacques-Olivier DAVID, président, Marija BARIC, trésorière, Nadja MAZALOVIC, membre active de l'association SIBH-France.

En Bosnie-Herzégovine : Nihada COLIC, déléguée du Ministre de l'éducation du canton de Sarajevo + référent au centre éducatif à Nova Kasaba.

Donner 20 euros

Donner 50 euros

Donner 100 euros

Donner 200 euros

HelloAsso est une entreprise sociale et solidaire, qui fournit gratuitement ses technologies de paiement à l’organisme Solidarité Internationale Bosnie-Herzégovine-France. Une contribution au fonctionnement de HelloAsso, modifiable et facultative, vous sera proposée avant la validation de votre paiement.

Plateforme de paiement 100% sécurisée

Toutes les informations bancaires pour traiter ce paiement sont totalement sécurisées. Grâce au cryptage SSL de vos données bancaires, vous êtes assurés de la fiabilité de vos transactions sur HelloAsso.

Carte bleue VISA Mastercard PCI-DSS
Signaler la page