Sauvetage et réhabilitation des tortues rayonnées saisies à Madagascar

par Station d'Observation et de Protection des Tortues et de leurs Milieux

Faire un don

Sauvetage et réhabilitation des tortues rayonnées saisies à Madagascar

par Station d'Observation et de Protection des Tortues et de leurs Milieux

Faire un don
Sauvetage et réhabilitation des tortues rayonnées saisies à Madagascar - Station d'Observation et de Protection des Tortues et de leurs Milieux

Il est primordial d'aider à la conservation de la tortue Astrochelys radiata, symbole du sud de l’île de Madagascar.

Présentation du projet : des tortues menacées, du trafic illégal et un espoir, leur réhabilitation

Les cinq espèces de tortues terrestres endémiques de Madagascar sont parmi les plus menacées au monde. Parmi elles, la Tortue étoilée de Madagascar ou tortue rayonnée (Astrochelys radiata),probablement l’espèce la plus emblématique, est dans une situation particulièrement préoccupante. Encore bien représentée sur la partie sud-est de l’île jusqu’à la fin des années 80', les populations se sont effondrées et morcelées dans toute son aire de répartition. Sa population a chuté de moitié en quelques décennies. Les scientifiques estiment que la population totale, autrefois de 12 millions de tortues, serait passée aujourd’hui à 6 millions d’individus ; un chiffre certes important, mais qui n’empêche pas cette tortue d’être classée En Danger Critique d’Extinction par l’UICN à cause de son impressionnant déclin. Une étude réalisée en 2005 a calculé que si le nombre de tortues sauvages prélevé dans la nature reste aussi élevé, l’espèce sera éteinte en 2050.


Bien qu'elle fasse l'objet de tabous (fady) pour les populations locales qui ne les consomment pas directement, il n'en est pas de même pour les populations originaires d'autres régions, qui la recherchent pour sa viande. La disparition de ses habitats contribue également au déclin de l'espèce qui s’est particulièrement accéléré ces dernières années du fait braconnage. Malgré la protection dont elle jouit, cette espèce est victime de collectes et d'exportations. Les individus prélevés illégalement dans la nature sont aujourd’hui principalement destinés au commerce des animaux de compagnie. L’Asie du Sud-Est est l’une des principales destinations de ces tortues très prisées des collectionneurs. Madagascar est aujourd'hui un des 5 pays les plus pauvres au monde. Les braconniers ne viennent pas toujours de l’extérieur et, selon une enquête de la WWF, les paysans eux-mêmes capturent des animaux en échange de semences pour l’agriculture.


Aujourd’hui, les autorités malgaches, soucieuses de préserver leur patrimoine naturel, redoublent de vigilance pour limiter ce trafic. Les multiples saisies ces dernières années sont révélatrices de l’ampleur du trafic et laissent présager d’un fort impact sur les populations naturelles. Cependant, il devient de plus en plus délicat d'accueillir autant d’individus dans les refuges (captivité) dans des conditions sanitaires satisfaisantes, d'autant plus que les saisies ne devraient pas diminuer.

Grâce au travail de surveillance et d’implication des communautés locales réalisé par les autorités malgaches, il est dorénavant possible d’envisager le retour de ces animaux dans leur milieu naturel. Des opérations de translocation (relâchés) sont ainsi sérieusement envisagées. En effet, le retour à la nature des animaux saisis est l’une des mesures les plus adaptées, d’autant qu’elle peut permettre de renforcer certaines populations naturelles affaiblies de tortues qui bénéficient aujourd’hui de protection. Grâce à l’implication des populations humaines locales, notamment pour lesquelles les tortues représentent un tabou (chez les Antanhala et les Mahafadi), un espoir subsiste pour éviter l’extinction de cette espèce dans la nature.

Permettre à ces tortues saisies de retrouver la nature dans de bonnes conditions est préférable à la captivité. La translocation est l’un des outils de conservation les plus utilisés par les gestionnaires, le plus souvent via la réintroduction ou le renforcement d'espèces menacées. Ainsi, réhabiliter ces tortues saisies dans la nature est probablement l’une des meilleures solutions. C’est pourquoi un premier relâché expérimental de 500 tortues dans la nature, porté par le gouvernement malgache et soutenu par la SOPTOM-ASE, est aujourd’hui sérieusement envisagé.


Les origines du projet : une volonté commune à deux associations et un Village

Créé en 1998 par Bernard Devaux (fondateur de la SOPTOM) et Daniel Ramamapiherika Kotonirina (Président de l’Association de Sauvegarde de l’Environnement), le Village des tortues de Mangily est situé dans la région de Tuléar. Il a pour objectif de recueillir, soigner et héberger les tortues saisies issues du trafic illégal. Depuis le 16 avril 2005, ce partenariat franco-malgache s’est solidement ancré dans le cadre d’une convention signée avec le Ministère de l’Environnement et des Eaux et Forêts.

Le Village des tortues de Mangily se situe au sein d’une réserve de 37 hectares d’espaces naturels plutôt forestiers. Une quinzaine d’enclos de plusieurs centaines de mètres carrés sont destinés à héberger les tortues dans les meilleures conditions. La capacité d’accueil du parc est d’environ 5.000 tortues. Une clinique été construite afin d’assurer les soins vétérinaires des tortues dans des conditions d’hygiène stricte. Enfin, un centre d’accueil/pédagogique a pour objectif de mieux faire comprendre aux visiteurs la problématique de conservation des tortues malgaches. Une équipe de 5 personnes travaille au quotidien sur le site.

Ainsi, le parc peut accueillir chaque année les tortues saisies par les autorités malgaches. Souvent traumatisées par des conditions de captivité très dures, les tortues sont placées dans les nombreux enclos où elles y sont soignées et nourries. Il est prévu que ces tortues puissent être relâchées dans le cadre d’un nouvel accord à définir avec le Ministère de l’Environnement. Des aires protégées susceptibles d’accueillir des tortues ont été identifiées, elles sont gérées et surveillées de façon pérenne.


FOCUS : Plus de 10.000 tortues rayonnées (Astrochelys radiata) ont été saisies en mars 2018 dans une maison par les autorités malgaches au sud-ouest de la Grande île. L’ampleur de la découverte fut considérable, probablement la plus importante saisie à ce jour pour Madagascar. Suite à cette saisie et dans le cadre de la réglementation malgache, ces tortues ont été confiées au Village des tortues de Mangily. En octobre de la même année, une nouvelle saisie de près de 8.000 tortues intervint dans les mêmes conditions. Là encore, la rapidité de mobilisation des acteurs engagés en faveur de la protection des tortues a permis de mettre en place une réponse adaptée et sauver un maximum de tortues. Au total, ce sont 2.000 tortues qui ont été intégrées au cheptel du Village.


A quoi servira l'argent collecté ?

Les retombées de la collecte permettront de participer à la mise en œuvre des six grandes étapes du projet :

1.    Accueil et soin des tortues saisies.

2.    Sélection et préparation des spécimens avant relâché en milieu naturel.

3.    Sélection du site de translocation.

4.    Modalités et méthodologie de relâché.

5.    Suivi des individus et évaluation du succès de l’opération.

6.    Implication des populations locales.

Les potentiels excédents sur la campagne de financement participatif nous aideront à organiser un évènement festif (quand la situation sanitaire le permettra) pour célébrer les adhérent(e)s, promouvoir l’initiative, et sensibiliser le grand public aux enjeux de protection des tortues dans le monde. Lors de cet évènement seront prévus une projection de film et une conférence sur la thématique.


Notre équipe

La SOPTOM (Station d'Observation et de Protection des Tortues et de leurs Milieux) est une association française à but non lucratif (association Loi 1901) créée le 21 octobre 1985. Elle a pour but l'étude et la protection des Reptiles, plus spécifiquement des tortues et de leurs milieux en France et dans le monde. Hébergée à Carnoules (Var) sur le site du « Village des Tortues », l'association dispose d’un Centre de Soins Faune Sauvage (CSFS) et d'un Centre de Recherche et de Conservation des Chéloniens (CRCC), tous deux dédiés à la Tortue d'Hermann, la Cistude d'Europe et l'Emyde lépreuse. La SOPTOM intervient en France mais également à l’étranger avec en particulier la création de démarches similaires à Madagascar avec l’association malgache ASE et au Sénégal visant à protéger les espèces de tortues locales.

La SOPTOM a pour objectif l’amélioration des connaissances dans le but de faciliter la conservation des tortues et des reptiles plus généralement. Elle développe à ce titre différents programmes de conservation, d'études et pédagogiques comme des opérations de suivi scientifique, de gestion d'espaces naturels, d'acquisition et de restauration de terrains. L'association participe activement à l'application de mesures agricoles respectueuses de l'environnement et à la création d'espaces naturels protégés. Les activités de la SOPTOM sont également dirigées vers l'information et la sensibilisation des jeunes et des adultes, aussi bien dans les classes, que sur le terrain ou lors de manifestations diverses.

L'Association pour la Sauvegarde de l'Environnement est une ONG locale basée à Toliara à Madagascar.

MERCI pour vos contributions !


Donner 10 euros

Je soigne une tortue saisie à son arrivée au village des tortues d'Ifaty

Nos remerciements

Donner 20 euros

Je nourris 20 tortues saisies pendant 1 mois

Nos remerciements et la newsletter de l'association avec des actualités sur nos actions à Madagascar!

Donner 50 euros

Je permets l'accueil de 5 classes d’enfants et leur sensibilisation

Nos remerciements et une carte postale tortue vierge pour envoi à un ami

Donner 70 euros

J'imprime 50 livrets pédagogiques à destination des populations locales

Nos remerciements et 1 exemplaire de notre revue LA TORTUE (édition spéciale du n°101 de 2017 sur Madagascar)

Donner 100 euros

J'achète un émetteur afin de suivre le devenir d'une tortues relâchée dans la nature

Nos remerciements et 2 exemplaires de notre revue LA TORTUE (n°101, n°102 collector)

Donner 150 euros

Je finance la surveillance des tortues au Village des tortues d'Ifaty pendant un mois

Nos remerciements et 3 exemplaires de notre revue LA TORTUE (n°101, n°102 et n°105 à venir de 2021)

Donner 250 euros

Je finance l’entretien annuel d'un enclos au Village des tortues d'Ifaty

Nos remerciements et le portfolio spéciale sur Madagascar

Donner 1000 euros

J'apporte une contribution majeure à tout ou partie du programme

Nos remerciements et un accueil personnalisé VIP à Carnoules pour 2 personnes (entrée gratuite, visite guidée des installations etc.)

HelloAsso est une entreprise sociale et solidaire, qui fournit gratuitement ses technologies de paiement à l’organisme Station d'Observation et de Protection des Tortues et de leurs Milieux. Une contribution au fonctionnement de HelloAsso, modifiable et facultative, vous sera proposée avant la validation de votre paiement.

Plateforme de paiement 100% sécurisée

Toutes les informations bancaires pour traiter ce paiement sont totalement sécurisées. Grâce au cryptage SSL de vos données bancaires, vous êtes assurés de la fiabilité de vos transactions sur HelloAsso.

Carte bleue VISA Mastercard PCI-DSS
R
ROALD
10/06/2021
N
Nathalie
02/06/2021
D
Danielle
13/05/2021
Signaler la page