Adhésions/Dons

par Sur le Feu

Adhésion valable du 01/01/2019 au 31/12/2019

Adhésions/Dons

par Sur le Feu

Choix de l'adhésion

Adhérents

Récapitulatif

Finalisation

Prix conscient

Souhaitez-vous ajouter un don à Sur le Feu en plus de votre adhésion ?

Montant à payer pour la durée de l'adhésion :
0 €

Adhésions/Dons

La compagnie Sur le Feu est une compagnie Poitevine. Elle défend un théâtre de proximité, souhaite provoquer des rencontres et créer des liens durables avec les habitants.

Edito

« La compagnie Sur le Feu c’est le désir de créer un groupe soudé pour qu’ensuite, avec
cette stabilité, il puisse y avoir un vrai foisonnement autour et avec ce groupe. La
direction artistique se doit d’être multiple tout en étant toujours en accord, c’est pour
cela qu’il nous a paru évident qu’elle ne devait pas être portée par une seule personne.
L’envie principale que j’ai en donnant naissance à cette compagnie est celle de réunir les
artistes qui ont besoin d’engagements, d’expérimentation et de développer leur curiosité.
De plus, j’ai vraiment l’envie d’une communication entre les différentes formes théâtrales.
Je pense par exemple que le théâtre de plateau a énormément à apprendre du théâtre de
rue et vice et versa. J’imagine le théâtre comme une pensée qui ne cesse de se mouvoir
pour petit à petit grandir.
L’envie de créer un lien durable est aussi très motivante. Rencontrer réellement le public
et créer des rendez vous avec lui m’apparaît comme un objectif important.
Sur le Feu, c’est le foisonnement. Le mouvement perpétuel. La festivité et la rencontre.
C’est aller au devant des choses. C’est parfois faire lever les yeux des habitudes de chacun.
Le foisonnement d’idées et de créations est notre spécificité. Nous avons toujours
quelque chose Sur le Feu attendant sereinement ou au contraire s’agitant nerveusement.
Nous avons énormément de respect pour les personnes qui travaillent dans ce métier et
nous souhaitons vraiment travailler avec tous les acteurs artistiques.
Créer une compagnie c’est se lancer dans la foule. C’est porter des projets à bout de bras.
C’est toujours chercher. C’est s’affirmer. C’est faire de ses mains.
Sur le Feu, c’est la naissance d’un début d’identité partagée. Ça représente l’attente qu’il y
a eu avant et l’attente qu’il y aura toujours pour être au bon endroit. C’est chercher le
corps dans l’espace, le mot vrai, l’histoire qui chauffe, réchauffe et brûle parfois.
Tout est chaud, tout est brûlant alors il faut savoir devenir au minimum une étincelle qui
deviendra peut être flamme. »
Maxime Huet-Monceyron.

« Sur le Feu, ce serait un théâtre en cours de cuisson, un théâtre qui multiplie les
gamelles, les casseroles, les faitouts. Saisis ou mijotés pendant des heures, les ingrédients
garniraient une table où se réuniraient famille, amis et inconnus, pour partager un repas
qui ferait rugir de plaisir leur ventre.
Des ventres, remplis de joie et de questions, que nous aimerions voir revenir à la plus
prochaine occasion.
Tant que faire se peut, nous éviterions les fines bouches, parce que nous préférons les
joyeuses tablées qui font l’apogée du plat aux milles saveurs, et boudent les sandwiches
sur le pouce qui laissent les oiseaux cois à la vue de la barquette en plastique laissée là,
éventrée, et désespérément vide.
Sur le Feu, je le rêve comme l’épicerie ou le bistrot du coin, parce que je crois à la
nécessité du théâtre de proximité et que je perçois le théâtre comme nécessaire créateur
de connexion et de lien entre les gens. Le théâtre, pour sortir de la léthargie, et retrouver
le goût de l’action et du vivre ensemble. »
Aude Massé

Signaler la page