Le "Quatrième Mur" au Théâtre des Carmes !

par Théâtre des Asphodèles

Le "Quatrième Mur" au Théâtre des Carmes !

par Théâtre des Asphodèles

Soutenez la dernière création de notre compagnie pour participer au Festival d'Avignon 2017

Notre dernière création « Le Quatrième Mur », retourne pour la 2ème fois en Avignon… Mais pas sans vous !!

Fiers du succès de l’an dernier (nominés « COUP DE CŒUR DE LA PRESSE » !), nous voulons cette année prendre le pari d’une salle plus grande afin d’accueillir plus de public et de professionnels !

Présentation du projet

En juillet 2017, nous présenterons durant 3 semaines notre spectacle " le Quatrième mur ", soit 21 représentations à découvrir sur la magnifique scène du Théâtre des Carmes !

 Le spectacle

Samuel Akounis, metteur en scène, grec et juif en exil en France, a une idée aussi belle qu’utopique, aller monter la pièce de Jean Anouilh Antigone à Beyrouth, dans un Liban déchiré par la guerre. Il veut rassembler sur scène, le temps d’une trêve poétique, des comédiens issus de chaque camp. Une manière de « donner à des ennemis une chance de se parler », de « les réunir autour d’un projet commun ».

C’est Georges, un jeune français militant, qui par amitié pour Samuel ira réaliser ce projet fou. Lui qui se disait politiquement engagé et défenseur des opprimés dans les manifestations parisiennes, va se retrouver au cœur d’un conflit qui le dépasse, avec pour seule ambition de tenir la promesse faite à un ami, un frère et dans l’utopie de proposer avec le théâtre un moment de paix, de trêve.

 

>> Découvrez la présentation du spectacle... par M. Greg Germain !


>> Découvrez la revue de presse du spectacle sur le dernier festival d'Avignon ici !


« Monter cette pièce était pour nous une évidence ; Mettre le théâtre au service de la paix, même si cela peut paraître utopique, tant pis c’est beau. Cette idée, cette écriture de Sorj Chalandon est tout simplement exceptionnelle et le fait qu’un individu soit encore capable de dire à des citoyens qui se font la guerre, « allez, venez avec moi nous allons monter Antigone d’Anouilh », cela en plein conflit c’est superbe ! L’ensemble venant en plus d’un « Paris » des année 1980 où il faisait bon d’avoir un avis sur tout et tout le temps, transposer cela avec nos, vos ressentis d’aujourd’hui, dans un climat qui dérange, sans jamais montrer la violence mais en la suggérant, c’est aussi le choix de cette mise en scène confiée à Luca Franceschi » Thierry Auzer - Directeur

Après le succès des « Irrévérencieux », la Compagnie des Asphodèles adapte le roman « LE QUATRIÈME MUR » de Sorj Chalandon (prix Goncourt des Lycéens 2013), porté pour la première fois à la scène. La compagnie poursuit avec cette nouvelle création sa recherche d’une écriture scénique à la croisée de la Commedia dell’arte et des disciplines urbaines, nous poussant à nous interroger sur des valeurs de vivre-ensemble, dans la diversité et le multiculturalisme de notre société actuelle. Les comédiens puisent dans les techniques propres à la Commedia dell’arte, au Human beatbox et à la danse hip hop, la force et la richesse propices à l’éclosion d’un univers poétique et sensible qui soit aussi une fenêtre ouverte sur le monde.

 

Note de l’auteur SORJ CHALANDON sur le spectacle

Un auteur a toujours un pincement au cœur, au moment de l’adaptation de son texte.Voici les mots sortis du silence de sa tête, arrachés un à un des pages de son roman pour être dits.Les voilà sur scène, dans une lumière nouvelle, avec des voix qu’il ne soupçonnait pas. Voici ses personnages vivants. Leur regard, leur visage, leur façon de se déplacer, leur manière d’être, leurs gestes, leurs ombres portées. Et ce pincement au cœur, cette méfiance animale, peut parfois se transformer en pur vertige.

Invité à l’avant-première du Quatrième mur, offert par le théâtre et la compagnie des Asphodèles, j’avais ce pincement. Je n’en étais ni inquiet, ni troublé. Cet état était naturel. Mes 327 pages allaient prendre vie et je n’étais pas à l’origine de cette métamorphose. C’était même la condition absolue de mon adhésion : n’intervenir en rien, sur rien. Laisser mes personnages passer de mains en mains et de cœurs en cœurs.J’avais ce pincement parce qu’on m’avait dit que cette adaptation serait à la fois poétique et urbaine, que l’on y chanterait peut-être, que l’on y danserait sûrement, que des airs orientaux enlaceraient des pas de hip-hop, que les masques tragiques de la Commedia dell’arte viendraient en ballet s’opposer à la guerre des hommes.

Et ce fut le vertige.

Aux premiers mots, aux premiers pas. Mes personnages indociles, leurs rêves, leurs certitudes, leur chagrin. En déplaçant des panneaux d’acier, en changeant un chapeau pour un autre, en jetant un voile sur des cheveux défaits, en marchant au pas, au courant ici, là, en tombant en pluie comme on s’abandonne, les acteurs ont offert à leur public une chorégraphie immense, faite d’orages, de colères, de larmes et de désarroi.

J’ai reconnu chacun d’entre eux. Sam était bien lui. Et Marwan, et Charbel, et Nakad, et Aurore, tous les autres. Imane était bien elle. Et Georges était bien moi.Dans le roman, j’ai tué ce personnage. J’ai envoyé mourir le narrateur à ma place sous les balles et les obus. J’aurais pu être lui. J’aurais pu devenir cet homme. C’est ma part de barbare que j’ai décidé de faire assassiner par d’autres. Parce qu’ici, en paix, il n’y avait pas de place pour deux. Dans la pièce de Luca Franceschi, Georges ne meurt pas. Pas devant nous, pas devant moi. Il était mort bien avant de rentrer en scène mais il reste vivant jusqu’à la dernière lueur. Tous, savons qu’il va tomber, mais l’instant de sa chute nous sera épargné.

Cette élégance est d’une terrible beauté. Merci.

Sorj CHALANDON (16/06/2016)


NOUS AVONS BESOIN DE VOUS !

Depuis maintenant 25 ans, la Compagnie du Théâtre des Asphodèles a toujours œuvré à l’ouverture, à la créativité de l’ensemble de nos concitoyens et défendant la diversité culturelle sous toutes ses formes.

Des interventions en milieu scolaire tout au long de l’année de la maternelle au lycée ; Des ateliers de découverte et de pratique pour enfants, adolescents et adultes, donnant lieu à des créations originales ; Des ateliers de sensibilisation, d’expression par le jeu auprès de partenaires comme les missions locales, les établissements pénitentiaires, les structures médico-éducatives, mais aussi les entreprises ; Des formations pré-professionnelles, workshops... et des productions professionnelles.  

Nous défendons l’idée que l’artiste doit être capable de délivrer un discours. Se servir de nos outils et nos savoir-faire d’artistes pour déranger les certitudes, ouvrir les consciences, défendre un « théâtre d’art pour tous », insuffler des valeurs de tolérance, de vivre-ensemble. Et cela passe beaucoup par la possibilité de présenter nos spectacles et rencontrer notre public.

Dans ce sens, le festival d’Avignon est un événement unique dans bien des aspects. Nous essayons chaque année d’y être présents, même s’il faut avoir conscience que cela représente à chaque fois un énorme pari humain et financier, et donc un risque important pour notre petite compagnie !

 - OBJECTIF n°1 : Faire connaître la compagnie auprès de nouveaux spectateurs 

Le rapport et la rencontre au public sont l’essence même de notre travail et le festival d’Avignon est en cela un terrain magique ! Un spectacle vit et se développe au contact du spectateur, il évolue en permanence, se nourrit de ces échanges. Nous avons hâte de faire découvrir ce spectacle à de nouvelles personnes et de partager avec eux un moment unique !

- OBJECTIF n°2 : Développer la diffusion du spectacle

Le festival d’Avignon est un moment incontournable pour les professionnels du spectacle. Il constitue une véritable vitrine pour les compagnies qui ont ainsi la possibilité d’être visibles auprès des programmateurs de salles, venus de la France entière et de l'international. C’est ainsi qu’une compagnie construit son économie : En réussissant à se faire acheter des représentations !

 Avignon, comment ça marche ?

Le festival OFF d’Avignon, c’est plus de 1000 compagnies qui viennent présenter leur spectacle. Elles doivent pour cela trouver un Théâtre dans lequel jouer, sous forme de location. La compagnie loue un créneau de 2h dans la salle durant toute la durée du festival et compte sur les recettes de billetterie pour financer au moins en partie sa présence sur le festival. La capacité à toucher un certain nombre de spectateurs est un élément crucial de cette économie, c’est le plus gros pari que prend une compagnie.

A quoi servira l'argent collecté ?

Même si nous savons tous que les artistes se nourrissent d'amour, de subventions et d'applaudissements, nous avons besoin de vous pour aller défendre notre spectacle en Avignon. Le but du jeu n’est pas de gagner de l’argent, mais de ne pas en perdre !

Pourquoi avons-nous besoin de cette campagne de dons :

Pour notre compagnie, faire le festival d’Avignon, c’est 11 personnes qui se mobilisent pendant 24 jours d’affilés, soirs et week-end, pour défendre un projet artistique ! Des représentations, des parades et du tractage tous les jours sans exception !

Le budget prévisionnel de la Cie pour Avignon 2017 se détaille comme suit :

13 200€ location de salle

3000€ de communication (inscription au programme, impression d’affiches et de flyers, impression de dossiers, envois postaux...)

5000€ hébergement pour 11 personnes (comédiens, régisseur, chargées de diffusion et production, tracteurs...), on tâchera tout de même de se reposer quelques heures pendant le festival !

450€ de frais de transports

2000€ de frais d’assurance, droits d’auteurs etc...

3500€ de défraiements pour les repas (qu’est-ce que ça mange les comédiens !)

20 000€ de salaires, là c’est idéal, c’est quand même magnifique d’être payé pour travailler en faisant quelque chose que l’on aime et défend !

> Présenter notre spectacle nous coûte donc près de 47 000€ d’investissement ! Parce que ça ne se prépare pas à la légère, voici comment nous allons financer notre projet :

17000€ estimation de recettes de billetterie

3500€ de mécénat d’entreprise déjà acquis

23000€ de fonds propres (que nous avons mis de côté de nos différentes dates de tournée)

>> Il nous manque encore au moins 3500€ pour partir à Avignon avec un budget solide, cohérent et un esprit serein. 10, 20, 100 €. Tout don est le bienvenu et est une aide précieuse !

TOUTE L'ÉQUIPE DES ASPHODÈLES VOUS ADRESSE SES CHALEUREUX REMERCIEMENTS !!




Donner 5 euros

Un GRAND Merci !

Donner 10 euros

Une carte postale du spectacle en Avignon dédicacée par l'équipe

Donner 20 euros

Une affiche collector du spectacle dédicacée par l’équipe

Donner 30 euros

Une carte postale du spectacle en Avignon dédicacée par l’équipe + une affiche collector du spectacle dédicacée par l’équipe

Donner 50 euros

Une carte postale du spectacle en Avignon dédicacée par l’équipe + une affiche collector du spectacle dédicacée par l’équipe + « Vidéo impro beatbox faite par nos comédiens avec le message de ton choix ! » + 1 invitation à découvrir le spectacle au festival d’avignon

Donner 60 euros

Une carte postale du spectacle en Avignon dédicacée par l’équipe + une affiche collector du spectacle dédicacée par l’équipe + « Vidéo impro beatbox faite par nos comédiens avec le message de ton choix ! » + 2 invitations à découvrir le spectacle au festival d’avignon

Donner 100 euros

Une carte postale du spectacle en Avignon dédicacée par l’équipe + une affiche collector du spectacle dédicacée par l’équipe + un atelier d’initiation au human beatbox avec TIKO, champion du monde de Human Beatbox (atelier sur Lyon en janvier 2018) + 2 invitations à découvrir le spectacle au festival d’avignon

Donner 200 euros

Une carte postale du spectacle en Avignon dédicacée par l’équipe + une affiche collector du spectacle dédicacée par l’équipe + « Vidéo impro beatbox faite par nos comédiens avec le message de ton choix ! » + un DVD du spectacle + un Tshirt « édition spéciale Avignon 2017 - on va droit dans le (Quatrième) Mur » + un atelier d’initiation au human beatbox avec TIKO, champion du monde de Human Beatbox (atelier sur Lyon en janvier 2018) + 2 invitations à découvrir le spectacle au festival d’avignon

Donner 500 euros

Une carte postale du spectacle en Avignon dédicacée par l’équipe + une affiche collector du spectacle dédicacée par l’équipe + « Vidéo impro beatbox faite par nos comédiens avec le message de ton choix ! » + un DVD du spectacle + un Tshirt « édition spéciale Avignon 2017 - on va droit dans le (Quatrième) Mur » + un atelier d’initiation au human beatbox avec TIKO, champion du monde de Human Beatbox (atelier sur Lyon en janvier 2018) + un stage de découverte de théâtre à choisir parmi les stages proposés par le théâtre des asphodèles (enfants ou adultes) + 2 invitations pour découvrir un spectacle de la compagnie, à choisir parmi la liste des dates de tournée + 2 invitations à découvrir le spectacle au festival d’avignon

Donner 1000 euros

Une affiche collector du spectacle dédicacée par l’équipe + « Vidéo impro beatbox faite par nos comédiens avec le message de ton choix ! » + un Tshirt « édition spéciale Avignon 2017 - on va droit dans le (Quatrième) Mur » + 2 jours en notre compagnie au festival d’avignon !! Viens toi aussi partager et vivre cette expérience à nos côtés, deviens le 12ème membre de la troupe pour 48h (pour 1 personne - transports, hébergement, repas, spectacle) (3 restants)

Donner 3000 euros

Une affiche collector dédicacée + « Vidéo impro beatbox faite par nos comédiens avec le message de ton choix ! » + deux Tshirt « édition spéciale Avignon 2017 - on va droit dans le (Quatrième) Mur » + un atelier d’initiation au human beatbox avec TIKO, champion du monde de Human Beatbox (atelier sur Lyon en janvier 2018 - valable pour 2 personnes) + Représentation privée et apéro dinatoire avec les comédiens au Théâtre des Asphodèles (lyon 3) : idéal pour une sortie d'entreprise / Petit CE ou grosse sortie inédite en famille !

Association Théâtre des Asphodèles

Théâtre des Asphodèles

Philippe Cordel
23/05/2017
Bon Avignon à toute la troupe. Avec les encouragements de l’hôpital de jour Mgen qui bénéficient de vos talents tout au long de l'année
Jocelyne Versanne
22/05/2017
Que vive le théâtre et bon Avignon!
roger plouseau
22/05/2017
En souvenir d'un moment intense à la Penne sur HuveauneBravo et garder toujours la même énergie et le même esprit