La billetterie en ligne est fermée ! Pour plus d'informations, rapprochez-vous de l'association organisatrice.

Voir la page

Projection-rencontre "Derniers Remords avant l'oubli", de Jean-Marc Culiersi

par TMLP Ciné Xanadu

Le 12 mars 2019 de 20:30 à 23:00

Projection-rencontre "Derniers Remords avant l'oubli", de Jean-Marc Culiersi - TMLP Ciné Xanadu

Soirée Cinéma-Théâtre-Littérature en présence de Jean-Marc Culiersi autour de l'adaptation filmée du texte de Jean-Luc Lagarce




Avec le soutien de la MJC Cyrano à Gif-sur-Yvette (Courcelle)

Soirée en partenariat avec CULTUREUIL, Librairie nomade du territoire de Paris-Saclay / Vallée de Chevreuse

Lors du temps d'accueil (20h30 - 21h), Adeline Barnault (Cultureuil) vous proposera une sélection de livres en rapport avec la soirée, et le théâtre de Lagarce. Cultureuil est une librairie mobile à vélo dont l’objectif est de faire sortir les livres des murs des librairies et des bibliothèques en allant au-devant du public. 

ATTENTION : L'entrée à la projection-rencontre est à PRIX LIBRE. Vous pouvez soit réserver votre place sur helloasso en fixant votre prix, soit remplir la tirelire prévue à cet effet à l'accueil de la MJC Cyrano le soir de la séance. MERCI BEAUCOUP :)

--------------------------------------------------------------

« DERNIERS REMORDS AVANT L'OUBLI »

Une production LES FILMS DU LION

Un film de Jean-Marc Culiersi (1h24)

Scénario de Jean-Marc Culiersi et Pierre Larribe

D’après la pièce éponyme de Jean-Luc Lagarce

Avec

Serge LIPSZYC
Valérie DURIN
Bruno CADILLON
Juliane CORRE
Lionel MUZIN
Mathilde COURCOL-ROZÉS


Equipe technique

Chef Opérateur et cadre : Pierre Larribe
Ingénieur son : Olivier Lesire
Musique : Boris Boublil
Chef décorateur : Erminia Sinapi

 "

Un dimanche à la campagne, au début des années 90, dans une maison où Hélène, Pierre et Paul ont vécu une histoire d’amour vingt ans plus tôt... Mai 68, l’esprit communautaire, les années 70. Puis ils se sont séparés. Pierre vit toujours en solitaire dans cette maison. Hélène et Paul se sont mariés chacun de leur côté, ailleurs. Ce jour-là, ils reviennent pour débattre de la vente de la maison, naguère achetée en commun et qui a pris de la valeur. Besoin d’argent. Mais sont-ils seulement venus pour cela ? Il y a dans les placards des cadavres sentimentaux, des idéaux perdus et des remords...

Une comédie douce amère sur l’amitié et l’amour, sur l’arrangement avec la vérité. Avec le passé.

"

--------------------------------------------------------------

NOTES D’INTENTION DE RÉALISATION

A l'issue de la projection, Jean-Marc Culiersi échangera avec les spectateurs.

"Je viens du théâtre. Comédien et metteur en scène j’ai eu la chance de me confronter à de grands auteurs, à des textes magnifiques. Le théâtre m’a appris à respecter la parole et l’univers de l’auteur tout en développant un point de vue, une vision personnelle. Il m’a appris à placer l’acteur au centre du projet tout en m’appuyant sur un collectif.

Réaliser « Derniers remords avant l’oubli » est le prolongement naturel de cette expérience.

Faire entendre ce texte au cinéma en gardant les dialogues originaux de la pièce est un défi passionnant.
Le langage de Jean-Luc Lagarce n’est pas quotidien mais néanmoins vrai et drôle.
C’est une épreuve pour les acteurs. Il faut domestiquer cette langue, la rendre vivante, charnelle. Le plaisir de jouer Lagarce devient alors sans fin. Un plaisir que l’on veut partager avec le public au cinéma.

Garder les dialogues originaux... tout en proposant une vraie adaptation. Lagarce, en amoureux du cinéma, propose entre chaque tableau une véritable ellipse. Il laisse ainsi la place à l’extrapolation, à la liberté de digresser, de développer l’univers des personnages. C’est aussi une invite à réinventer l’ordre des séquences. Affirmer un point de vue.

Nous avons imaginé avec Pierre Larribe des scènes supplémentaires qui nous permettent d’aller plus loin dans ce que vivent, traversent les personnages. Ce sont des situations qui les racontent quand ils ne parlent pas, quand ils ne parlent plus, quand ils sont soumis au silence ou obligés d’agir parce que la parole est vaine, impossible. Dans leurs instants de solitude, parfois touchants, parfois ridicules. Nous avons voulu placer les personnages dans une sorte de tourbillon émotionnel, une tension permanente où quand ils ne s’affrontent pas ils s’efforcent de s’éviter. Et quand ils se croisent, ils arrivent qu’ils se parlent mais ils ne s’entendent pas, ils ne se rencontrent pas réellement."

JEAN-MARC CULIERSI

--------------------------------------------------------------

A PROPOS DU FILM "Derniers Remords avant l'oubli"

Texte de Gilles Costaz

Huis clos à tout vent

Une fois mort, Jean-Luc Lagarce a pu constater que son théâtre mal-aimé avait tout pour être très aimé. On joue sans cesse ses pièces au langage quotidien très écrit et à la structure faussement simple. L’écran s’intéresse aussi à ses textes, et l’on peut considérer Derniers remords avant l’oubli, dans l’adaptation de Pierre Larribe et Jean-Marc Culiersi et dans la mise en scène de Jean-Marc Culiersi (« librement inspirée » d’une mise en scène de Serge Lypsic), comme une étape importante de la « vie de cinéaste » de Lagarce. L’une de ses nombreuses vies posthumes. 

Derniers remords, ce sont les retrouvailles d’un groupe de parents et d’amis dans une maison isolée qui, comme une cerisaie d’aujourd’hui, est à vendre. Mais ce ne sont pas les comptes de la maison qui sont à régler d’abord. Ce sont les comptes de chacun : anciens amants, ménages qui se sont formés sur les ruines d’ententes brisées, face à face de gens mûrs devant une jeunesse qu’ils voient pour la première fois, besoins d’amour, besoins de solitude, cohabitation des douleurs masquées et des appétits commerciaux qui se sont invités à la rencontre. Tout ce monde provincial se quittera, changé, mal dans sa cuirasse, refermant vite ses émotions, ses troubles et ce qui pourrait trahir le déplacement de leurs sentiments.

Le huis clos est à tout vent. Il se passe dans les salons, les chambres, la cuisine, le jardin. La demeure est de pierre. Le film aussi, brut, rugueux. Pas de joliesse, d’apitoiement, d’épanchement, d’expansion, d’explosion. Il y a beaucoup de paroles, il y a beaucoup de silence. C’est flamand, sans aucune lumière du sud. Les acteurs – on les nommera tous : Serge Lispzyc, Valérie Durin, Juliane Corre, Bruno Cadillon, Lionel Muzin, Mathilde Courcol-Rozés – jouent, avec d’infinis arrière-plans, de fraternels personnages qu’on dira cassés debout. L’être humain tangue, plie mais ne rompt pas tout à fait. Cette force qui prend eau de toute part et qui sinue en restant droite, c’est ce que porte la réalisation, tendue comme un arc, de Culiersi, cinéaste de l’évidence de l’image et des images cachées dans les images évidentes.

De minces changements ont été faits par rapport au texte original : des déplacements de dialogues, un monologue qui intervenait dans le cours de l’action utilisé pour la conclusion, la mise en relation des scènes avec les slogans de mai 68 (pour opposer les grands adultes aux fureurs de leur jeunesse en allée). C’est cela, le cinéma. On touche un peu, ou beaucoup. Là, c’est un peu, avec une caméra qui traque les visages et qui respire en montant parfois au ciel. Et cet « un peu » respectueux, c’est tout l’art d’être au service d’un grand auteur et de trouver secrètement l’art d’un autre langage.

GILLES COSTAZ (journaliste, critique dramatique et dramaturge français)

--------------------------------------------------------------

#TMLP, Cultureuil et Les Films du Lion remercient vivement La Maison des Jeunes et de la Culture de Gif-sur-Yvette, la MJC Cyrano, David Boireau (Directeur) et Gilles Barbier (Régisseur), pour cette programmation exceptionnelle.

--------------------------------------------------------------

En savoir plus sur CULTUREUIL

Cultureuil est une librairie mobile à vélo dont l’objectif est de faire sortir les livres des murs des librairies et des bibliothèques en allant au-devant du public. 

Pour de nombreuses communes, l’accès au livre peut être difficile en raison de l’éloignement géographique ou parce qu’elles n’ont pas de librairies, et parfois même pas de bibliothèques sur leur territoire. C’est cette carence que je souhaite combler en allant là où le livre n’est pas tout en renforçantles liens sociaux, en proposantnotamment des clubs de lecture et des ateliers pour tous.

C’est aussi la volonté de créer des moments de rencontre et de partage qui propose des animations autour du livre, des lectures à voix haute, des clubs de lecture pour différents publics et dans des lieux variés : en milieu scolaire, dans des centres sociaux, des maisons de retraite, sur la place du village, dans des cours de ferme, au milieu des champs… partout où l’envie et le besoin s’en feront sentir. 

Ce sont essentiellement des livres d’occasion, choisis avec soin, récupérés chez les particuliersqui en font don. Car des pépites se cachent dans nos bibliothèques et c’est montrer qu’on n’est pas obligé de lire les dernières nouveautés pour prendre du plaisir à la lecture. 

C’est aussi la volonté de s’inscrire dans une démarche économique et écologique en privilégiant les achats d’occasion plutôt que du neuf quand on a en la possibilité. 

Cultureuil, c’est tout cela à la fois:un vélo, des livres et des lectures à partager.

MJC CYRANO

160, avenue du Général Leclerc
91190 GIF-SUR-YVETTE

Une question ?
Contactez l'association :

Email

Téléphone Afficher le numéro

Signaler la page