La Rhodia : Dernières heures des bâtiments / Marion Chombart de Lauwe

par Transbordement

Faire un don

La Rhodia : Dernières heures des bâtiments / Marion Chombart de Lauwe

par Transbordement

Faire un don
La Rhodia : Dernières heures des bâtiments / Marion Chombart de Lauwe - Transbordement

Dessins gravés sur vestiges de bâtiment, à offrir aux futurs espaces communs du site de l'ancienne usine de la Rhodia

Présentation du projet

Récit en image d’une déconstruction

Dessiner La Rhodiapour la mémoire collective
gravée sur des vestiges du bâtiment

Production d'œuvres témoignant de la mémoire de la Rhodia (Besançon) pour une installation dans les futurs espaces communs du site (les Prés-de-Vaux)


Un dessin au trait de La Rhodiacéta

Dessiner

Dessiner la déconstruction de la Rhodia : le moment du démontage de l'usine laisse apparaître sa structure.
C’est un moment où se révèle le bâtiment. C’est la mise à nu des couches de mémoire successives.
Tenter de capter ce moment de basculement.

Trace du bâtiment

Les matériaux sur lesquels sont gravés les dessins sont récupérés lors de la déconstruction.
La Rhodia se dessine sur ses propres restes.

La mémoire

Il ne s’agit pas de reconstituer la mémoire du lieu. Il s’agit de permettre cette mémoire dans le lieu même. Les œuvres sont installées prêt du site d’origine, chacun peut se saisir des images pour évoquer la vie de ces espaces tranformés.

Donner ?

Le financement participatif permet de réaliser et d’installer des œuvres dans des espaces communs.
Spontané et indépendant, ce projet n’est pas soutenu financièrement par les institutions même si les partenariats sont actifs avec la mairie de Besançon, le Musée du Temps et la Maison de l’Architecture sur d’autres aspects.

Écouter ?

Sur Radio Sud Besançon :

Entretien sur la Rhodia
https://soundcloud.com/marion-chombart-de-lauwe/la-rhodia
Interview du jeudi 7 février 2019 (20 minutes environ)


Sur La plage sur Radio campus Besançon :

Rencontre avec Marion Chombart de Lauwe
www.mixcloud.com/lanouvelleplage/la-plage
Interview du vendredi 14 décembre 2018 (30 minutes environ)


Sur France Culture :

Les carnets de la création par Aude Lavigne
Marion Chombart de Lauwe, artiste de terrain
www.franceculture.fr/emissions/les-carnets-de-la-creation/les-carnets-de-la-creation
Interview du vendredi 7 septembre 2018 à 20h55 (5 minutes)

Les nouvelles vagues par Marie Richeux
Les lieux (2/0) : Suivre le lieu à la trace
www.franceculture.fr/emissions/les-nouvelles-vagues/les-lieux-24-suivre-le-lieu-la-trace
Interview du mardi 27 septembre 2016 à 14h (Une heure)


Plus de détails sur le projet

Des dessins gravés sur les matériaux des bâtiments et installés sur les lieux


Projet artistique à financement participatif pour installer des œuvres dans les espaces communs de l’ancienne usine de "La Rhodia" de Besançon.

Bonjour à tous,

Je mène depuis maintenant sept ans, un projet artistique d'ampleur "Dernières heures des bâtiments" autour de la métamorphose et de la mémoire des lieux.

Dernières heures des bâtiments s'appuie sur la disparition et la transformation des paysages pour faire le récit d'une mémoire des lieux. Ce travail consiste à suivre le processus de démolition de bâtiment et inscrire la trace de leur évolution sur ce qu’il reste d’eux. En suivant l’évolution du chantier, je dessine sur place et récupère des matériaux issus des bâtiments. Je travaille ensuite en atelier pour graver les dessins sur les éléments collectés. Les dessins gravés (dont la plastique correspond avec le matériau et sa patine) deviennent alors des échantillons témoins d’un espace disparu et de l’histoire d’un lieu qui a cédé la place.

C'est une œuvre de longue haleine qui se déploie dans le temps et dans l’espace. L’accomplissement du projet dans sa globalité permet d’installer des œuvres représentant les différents moments de mutation des lieux dans les espaces communs concernés, offrant à tous un fragment de mémoire.

Une œuvre dans l'espace public à Pantin
Une œuvre gravée sur les plinthes du bâtiment à partir d'un dessin au trait et installée dans l'espace public à Pantin

Jusqu’à présent, j’ai investi cinq lieux : l’Usine de Chauffage Urbain de la Villette à Paris (années 60), les anciens Entrepôts de la Chambre de Commerce et d'industrie de Paris à Pantin (1929), l’ancienne Fabrique de Glace à Nantes (années 20), le Château de Romainville (XVIIe siècle),…


La Rhodia

Un dessin au trait de La Rhodiacéta


Aujourd’hui c’est le départ de la Rhodia (Rhodiaceta), une ancienne usine de textile, dont j’aimerais témoigner. Cette usine a une histoire très forte à bien des égards. Elle a marqué, entre autre, une transition au cours de laquelle les paysans devenaient ouvriers. L'usine et ses mouvements de travailleurs de 1968 avaient mené Chris Marker à la filmer : c’était « À bientôt j’espère ». (La grève avait pris un aspect inhabituel car elle refusait de dissocier le plan culturel du plan social). C'est aussi l'histoire de la globalisation et des usines délocalisées ; c'est l'histoire d'une ère industrielle qui cède la place. Et à cela s'ajoute des milliers de mémoires actives qui investissent encore ce site de leur imaginaire et de leurs souvenirs.

Son processus de disparition à commencé depuis quelques mois déjà. J’ai eu l’occasion d’aller dessiner le bâtiment lors de plusieurs visites sur site. Besançon s’est avérée être une ville très accueillante… j’en suis tombée amoureuse.

L'intérêt et les différents soutiens apportés au projet sont encourageants du côté des institutions et des structures associatives de Besançon. Hélas, ayant pris connaissance trop tardivement de la disparition de l'usine, aucun financement ne peut être dégagé d’urgence pour la phase de production du projet qui nécessite ma présence sur le chantier durant le temps de la démolition déjà largement entamée. J'ai donc commencé à dessiner les étapes de transformation en espérant trouver ensuite le soutien nécessaire à la réalisation du projet.

.

Les perspectives d'exposition

Une ou plusieurs des œuvres réalisées trouveront une place au sein de l’exposition Chardonnet/Rhodia au Musée du Temps en 2019/2020 ainsi qu'à la Maison de l'Architecture de Franche-Comté en 2019.

Dessin Marion Chombart de Lauwe

Un dessin au trait de La Rhodiacéta


Pourquoi ai-je besoin d'aide ?

Seule à porter le projet ces dernières années autant pour la partie artistique comme pour son développement, il arrive que des possibilités de financements soient manquées et la rapidité des chantiers de démolitions me pousse alors à financer seule les premières phases de création. La démolition est déjà en cours depuis le printemps. Elle se terminera cet hiver, d'où l'urgence de la situation.

Le don d'une installation permanente d'œuvres pour des espaces communs accessibles à tous.

C’est pour cette raison que je vous sollicite aujourd’hui. J’aimerais que cette collecte rende possible la finalisation du projet global qui vise à l’installation de plusieurs oeuvres à Besançon (si possible sur les lieux racontés qui deviendront un parc : le Parc des Prés-de-Vaux).

La naissance d'une association : Transbordement

Dans ce contexte de création toujours sur la brêche, je me suis entourée d'allié(e)s et de soutiens tout au long de cette aventure artistique et humaine. Avec quelques un(e)s, nous avons finalement créé l'association Transbordement. Elle a pour objet la valorisation de la mémoire et des paysages en mutation (urbains, ruraux et naturels) à travers la présence d’œuvres et de propositions artistiques dans l’espace public et dans tous lieux ouverts au plus grand nombre pour un accès élargie à la culture. L'ambition de cette association est de mettre en relation des acteurs et des milieux qui cohabitent et partagent une mémoire commune mais ne se fréquentent pas forcément. Dernières heures des bâtiments est le premier projet qu'elle soutient.


Vos dons seront l'outil qui permettra à tous de parcourir un fragment de mémoire dans l'espace et dans le temps et ce pour plusieurs générations. Ces œuvres pourront se lover auprès du Doubs, là où se tenait un temps l'usine de la Rhodia et les mille vies qui l'ont traversée.



Marion Chombart de LauweUne œuvre gravée sur les plinthe du bâtiment à partir d'un dessin au trait
Une œuvre gravée sur une plinthe du bâtiment des Magasins Généraux de Pantin

Donner 10 euros

Bien entendu

Informations via la newsletter de la progression et de la réalisation du projet, adhésion à l'association "Transbordement" (avec accord du donateur), votre nom dans la liste des remerciements et bien entendu un immense merci pour votre soutien !

Donner 15 euros

Un instant (Coût réel après réduction fiscale : 5 €)

1 petite impression d'un dessin Format 12 cm sur 8,5 cm + Contrepartie "bien entendu"

Donner 25 euros

Premiers instants (Coût réel après réduction fiscale : 9 €)

3 petites impressions de dessins Format 12 cm sur 8,5 cm + Contrepartie "bien entendu"

Donner 50 euros

Les instants de la Rhodia (Coût réel après réduction fiscale : 17 €)

Un album complet auto-édité de 20 impressions des dessins de La Rhodia à Besançon et une couverture conçue et fabriquée par l'artiste. Format 8,5 cm sur 12 cm + Contrepartie "bien entendu"

Donner 65 euros

Les instants d'ailleurs (Coût réel après réduction fiscale : 22 €)

1 album auto-édité du projet Dernières heures des bâtiments avec une couverture conçue par l'artiste d'un de ces lieux : - Les Magasins généraux de Pantin - L'usine de la Villette - La fabrique à glace de Nantes - Le château de Romainville + Contrepartie "bien entendu"

Donner 300 euros

Les instants partout (Coût réel après réduction fiscale : 102 €)

5 albums auto-édités du projet Dernières heures des bâtiments avec une couverture conçue par l'artiste de : - La Rhodia à Besançon - Les Magasins généraux - L'usine de la Villette - La fabrique à glace de Nantes - Le château de Romainville + une rencontre avec l'artiste + Contrepartie "bien entendu"

Donner 500 euros

Un instant d'encre (Coût réel après réduction fiscale : 170 €)

Une gravure en taille-douce d'un dessin de la Rhodia. Format 25 sur 35 cm, imprimé sur un papier de 40 cm sur 50. Éditions limitées à trente exemplaires, signées par l'artiste. + contrepartie "Les instants Rhodia" + une rencontre avec l'artiste + contrepartie "Bien entendu"

Plateforme de paiement 100% sécurisée

Toutes les informations bancaires pour traiter ce paiement sont totalement sécurisées. Grâce au cryptage SSL de vos données bancaires, vous êtes assurés de la fiabilité de vos transactions sur HelloAsso.

Carte bleue VISA Mastercard PCI-DSS
R
Renaud de Paysac
17/06/2019
N
Nicolas Valette
10/06/2019
M
Marlène Albert Llorca
16/05/2019
Signaler la page