Boîtes à rêves : Les Odysséens

par Transbordement

Faire un don

Boîtes à rêves : Les Odysséens

par Transbordement

Faire un don
Boîtes à rêves :  Les Odysséens - Transbordement

A partir du récit d'Odysséens, nous scénographirons en images projetées et imprimées leurs rêves de vie, le tout exposé dans un écrin.


Présentation du projet

Nous souhaitons ici approcher puis rencontrer des « migrants », récolter à partir d’entretiens une parole, des rêves de vie et les transformer en images. Des images produites, glanées composeront un ensemble scénographié dans une structure en bois de quelques mètres, construite in situ.Des vidéos, des sons, des images projetées et imprimées raconteront ainsi une histoire tournée vers un futur. Ce seront deux boîtes ainsi construites en groupe dans lesquelles les rêves individuels et collectifs tenteront de composer en harmonie. Le tout sera exposé lors de la biennale "les Rencontres photographiques" à Lorient en octobre 2021.


En bref

Les boîtes à rêves ce sont :

  • une œuvre construite à partir de rêves d'Odysséens avec les Odysséens
  • une installation de photographies, de vidéos et de sons
  • une exposition programmée pour les Rencontres Photographiques dans les deux plus belles galeries de Lorient
  • une rencontre avec des publics scolaires et grand public
  • un hors les murs avec encore d'autres publics loin des pratiques culturelles
  • des associations locales sollicitées
  • votre don défiscalisé pour un budget presque bouclé

et puis

  • des rêves qui demandent à s'échapper


Quoi ?

Collecter les images d'un rêve, celui des "Odysséens", ces arrivants venus chercher dans l'incertain une part de possible.

Qui ?

Ce seront 16 "odysséens" appellation qui nous est chère car «mineurs isolés, réfugiés, sans papiers, exilés, demandeurs d’asile, étrangers...» sont autant de notions plombées devenues floues et surtout incomplètes. Ils sont souvent jeunes, viennent pour la plupart d'Europe et d'Afrique.

Un photographe, un graphiste et une plasticienne qui se mettront au service d’une transposition artistique de ces récits.

Les premiers contacts se feront en lien avec des associations impliquées localement.

Où ?

A Lorient, en Bretagne, avec le soutien des galeries le Lieu et du Faouëdic, actrices essentielles de la culture dans le pays de Lorient.

Quand ?

La phase d'approche débute au printemps. La production s'étale jusqu'à l'été. Et l'installation débute en septembre pour être prêt le 6 octobre 2021 pour le vernissage des Rencontres photographiques où les deux boîtes à rêves seront exposées. 

Pourquoi cette campagne de financement participatif ?

Cette campagne a pour objet de compléter notre budget en vue de produire un travail plastique d'envergure autour des rêves de vie des "migrants".


Origine du projet

L'origine de ces "Boîtes à Rêves"est en partie née dans une dynamique inspirante de Benjamin Stora qui souhaitait faire entrer les migrants dans les musées non pas en simples visiteurs mais pour en devenir les protagonistes, et de créer une rencontre entre «les» publics.

Avec Les boîtes à Rêves, il s’agira de recueillir et valoriser la parole, l’histoire, les rêves de vie des Odysséens.

Le premier défi est de se prémunir du rêve écran et d’aller plus loin, de se projeter avec résolution sur les possibilités encore inexplorées que l’on n’ose penser.

Nous tenterons de poser ensemble un regard doux sur les projections intimes à venir. Nous travaillerons les imaginaires en ouvrant au maximum les fenêtres que ce soit les leurs ou les nôtres. Nous nous appuierons également sur l’histoire de chacun car avant d’être celui qui arrive (immigre), il y a celui qui part (émigre) et toute cette notion floue entre les deux qu’on appelle l’exil. Une boîte collective servira d’écrin à leurs aspirations.

Les artistes ont déjà travaillé à partir des rêves de vie auprès de détenus, de jeunes ruraux isolés ou de jeunes de quartiers urbains dit sensibles : des publics qui pour des raisons biographiques ne s’autorisent pas à rêver, ou moins. Mais ici avec Les Odysséens,l’idée est de pousser le curseur plus haut et encore plus loin.


Bénéficiaires

Nous avons tendance à penser que les populations migrantes et odysséennes proviennent majoritairement de loin, c’est en partie vrai pour l’Afghanistan mais c’est aussi, bien plus proche de nos frontières, au sein de l’Europe que les flux et les histoires débutent. Ce sont des Géorgiens, des Albanais, des Ukrainiens...Et puis ce sont le plus souvent des jeunes, parfois mineurs qui viennent tenter leur chance et confronter leurs rêves avec les réalités.

L’objectif de cette résidence est de toucher une population qui côtoie trop peu les pratiques artistiques pour des raisons d’habitus ou tout simplement parce que l’urgence semble ailleurs.
L’objectif est de redonner confiance à ces personnes via un projet travaillant autant sur l’intime que le collectif.

Concrètement, le projet bénéficiera directement à environ 16 odysséens. Il bénéficiera également à un public de visiteur et de scolaires estimé à environ 4 000 personnes avec le soutien actif des galeries. Les expositions font parties intégrantes du processus créatif, c’est un aboutissement en soi, le vecteur même d’une rencontre et d’un dialogue.



Le projet 6 étapes


Etape 1 : les entretiens entre intimité et débat collectif





Le partage de soi
Il s’agira d’écouter les parcours de chacun.e, en respectant ce qu’ils voudront bien nous faire partager à chaque fois. D’où viennent-ils ? Qu’espèrent-ils ? Quel personnage réel ou fictionné, lointain ou familier voudraient-ils voir, rencontrer ? Où voudraient-ils vivre, voyager ? Dans quel type de maison souhaiteraient-ils habiter ? Des questions simples et même anecdotiques (sur la couleur d’une façade par exemple) mais qui en convoquant le passé, le présent et le futur fabriquent du sens.
Ces discussions nous permettront de faire émerger le rêve de chacun.e. Les cadres formels comme ceux-ci sont rares, nous travaillerons à ce qu’ils soient le moins inhibant possible pour une parole libérée. La formation anthropologique d’Antoine Vincens de Tapol et de Marion Chombart de Lauwe sera un atout.

La dynamique collective au service du rêve individuel
Un deuxième temps sera consacré aux discussions pour prendre le temps d’échanger sur ce qui peut constituer un rêve en commun. Les thématiques seront diverses et aussi nombreuses que ce qui voudra bien être abordé mais nous aimerions traiter de notions telles que le rapport à l’identité multiple (émigré, immigré, identité relative à une nation, à une région, à une communauté, à l’identité sexuelle, genrée...). Et comment cet ensemble peut-il s’inscrire dans ce nouvel espace proposé par leur terre «d’accueil» ? Comment les rêves peuvent-ils cohabiter avec les représentations perçues de ce nouveau territoire ? Comment rêves, identités et nouveau territoire pourront trouver ensemble une cohérence de fond et de forme ?

Sublimer l’ordinaire
Comment pourrions-nous sublimer ce qu’ils perçoivent et ressentent ? Comment habiter l’espace de la boîte à rêves à leur image ? Ce sont deux questions qui tenteront d’être résolues à travers les œuvres proposées.


Etape 2 : la recherche d’images et de sons





La boîte collective
Parmi les réflexions dégagées lors des échanges, nous extrairons des mots-clés. Chaque Odysséens posera une image à partir des mots et dressera une liste d’image qui constituera la matrice de la future boîte collective.
Cette étape marque le temps de la production d'images par le photographe Antoine Vincens de Tapol. En plus, on récoltera des images sur internet et sur papier et des images personnelles pourront aussi être scannées et incorporées à l’ensemble.

Les images de chacun deviendront celles de tout le monde, car une fois réunies, elles constitueront la boîte commune.
Cependant d’autres images, plus personnalisée peuvent accompagner le corpus d’images. Celles-ci seront non pas imprimées mais projetées afin de créer des boucles d’images mappées (de la technique du mapping) qui apparaîtront puis disparaîtront au même rythme que le portrait.

Les images invisibles
Dans le parcours de chacun, les rêves projetés sont souvent chargés d’une histoire douloureuse. Si un participant souhaite faire apparaître une image ou un objet mais qu’il désire, pour une question de pudeur, de superstition ou par crainte, cacher cette image, on la cachera dans un endroit non visible du public. Ainsi, en existant, sa présence physique et symbolique complète la boîte qui, avec humilité, devient une sorte d’outil thérapeutique.  

Des enregistrements sonores seront par ailleurs ajoutés. Ils devront s’accorder avec l’univers commun envisagé par le groupe.


Etape 3 : le portrait photographique personnalisé





Un portrait mis en scène sera réalisé. Il s’agit ici de se réapproprier son espace intime et ce, au cœur même de ses identités combinées. Mais chacun apparaîtra tel qu’il le souhaite avec un regard résolument tourné vers l’avenir.
Une fois le portrait réalisé, les silhouettes seront mises à échelle puis montées et intégrées à l’édifice final.
Pour cela, nous ferons également appel à la vidéo. L’idée est de projeter son image en mouvement. Durant une quinzaine de secondes, il/elle apparaît debout, plus ou moins immobile, fixant l’objectif de la caméra. Durant ce temps, il/elle aura le temps de nous donner ce qu’il/elle possède en soi au moment m et ce qu’il/elle voudra bien nous offrir. Nous savons que plus qu’un portrait photographique classique, l’image animée créera plus encore une relation intime avec le spectateur.


Etape 4 : la scénographie du rêve, le photomontage de la boîte collective





Vient ensuite la phase de photomontage en 2D via l’utilisation de Photoshop. Les Odysséens vont une nouvelle fois aborder leurs images en travaillant à leur spatialisation dans la boîte : quelles sont les images qui se situeront au premier, second, troisième plan ? Quelle taille ? Le tout en tentant de trouver une harmonie dans l’ensemble du corpus glané et en intégrant les rêves de chacun au sein d’un rêve commun, ou comment faire coexister ses rêves avec ceux des autres ? C’est aussi l’allégorie de trouver sa place intime dans cette confluence des sens et des êtres pour ces enfants/femmes/hommes «en concurrence» avec les autres.  


Etape 5 : la construction de la maquette





Là encore les Odysséens vont pleinement participer au processus de cette étape. A partir du photomontage 2D, nous imprimerons sur papier, calque après calque, les différents éléments de la scénographie. Ensuite chaque image est découpée puis fixée dans la boîte en différents plans de manière à créer de la profondeur.

Jusqu’à maintenant nous avions travaillé sur des petites échelles, dans des boîtes à chaussures. Bouchons de liège, glue étaient alors les outils aussi rudimentaires qu’essentiels. Mais pour ce projet, l’ambition est plus grande et nous travaillerons à l’échelle 1, c’est-à-dire que les portraits seront à taille réelle. Cela pour que les personnages puissent incarner au mieux leur présence allégorique.

Nous allons construire une grande boîte. Menuiserie, installation sonore et vidéo, éclairage led, collage d’images, objets personnels et signifiants composeront l’édifice.



La présence projetée d’un personnage puis d’un autre viendra révéler le chapitre d’une nouvelle histoire. Une nappe sonore composée d’une langue, d’une musique et de sons glanés illustrant un passé, un présent et un futur accompagnera le portrait projeté.
Cette projection rappellera à chacun que ce portrait rêvé bien qu’inscrit dans le réel reste pour autant un idéal encore virtuel. La forme fantomatique de cette image glace l’atmosphère pourtant chaleureuse du restant de  l’édifice composé d’un décor ordonné, cartonné et coloré.  
Lorsque le projecteur sera éteint, il ne restera que ce décor pensé en collectif. Il manquera les protagonistes. Leur absence remarquée sera symbolisée par un espace blanc et vide qui ne cessera de crier que l’équilibre des lieux est rompu et que leur présence s’avère essentielle.

Le temps passé à fabriquer cette boîte et son contenu permet aux rêveurs odysséens de s’investir manuellement. En passant quelques heures à projeter mentalement et produire physiquement, le rêve s’incarne littéralement dans cet objet.


Etape 6 : Une double exposition pour Les Rencontres Photographiques de Lorient


Benjamin Stora voulait inscrire les Odysséens au cœur même du musée. Non seulement ils racontent leur histoire et leur rêve mais ils deviennent eux-mêmes une œuvre pour un public venu les voir afin d’y poser un autre regard.

C'est donc dans la galerie du Faouëdic et la Galerie Le Lieu, dans le cadre de la biennale photographique lorientaise, que seront disposées les grandes structures une fois achevées. A celles-ci s’ajoute de grands tirages photos des protagonistes le long des murs des galeries.

Nous aimerions encore une fois que les Odysséens, s’ils le souhaitent, puissent jouer les médiateurs culturels et faire visiter aux publics leurs œuvres en les commentant. Une façon pour eux de s’emparer d’une production photographique de son commencement à sa fin.

De plus, afin que chacun des Odysséens puissent garder une trace physique de ces ateliers, nous imprimerons des cartes postales anaglyphées. Il faudra pour les apprécier revêtir de petites lunettes 3D bleues-rouges qui rendront les perspectives. Ainsi seront données à chacun des Odysséens une dizaine de cartes postales personnalisées et autant de paires de lunettes. Les Odysséens pourront ainsi disposer à l’envie du résultat de cette résidence : leur portrait au centre d’un monde rêvé, coexistant avec les autres.

Si la situation financière et sanitaire le permet, nous développons également un « hors les murs » des galeries, à la rencontre des publics pour les faire interagir avec le projet de boîtes à Rêves.

L’objectif est simple : faire venir les populations qui n’ont pas l’habitude de franchir les portes des galeries et elles sont nombreuses.

Durant une dizaine de jours,  une camionnette déambulera dans l’agglomération de Lorient à la rencontre des publics, sur les marchés, les supermarchés, terrains de sports, zones périphériques et rue piétonne de l’hyper-centre (...)

L'occcasion : la participation au questionnement « Imaginez l’agglomération de vos rêves! ». Il s’agira de questionner toutes et tous sur un récit collectif concernant l’environnement qui les entoure au quotidien.
Les pouvoirs insoupçonnés de l’imagination créatrice des habitants trouveront une résonance auprès de l’équipe de La Fabrique des Rêves qui saura collecter cette matière.

Dans ce véhicule, nous trouverons :
- un aperçu du projet des boîtes à Rêves.
- une présence pour recueillir les désirs et rêves de chacun sur le sujet du vivre ensemble dans l’agglomération ;
- un studio photo éphémère tenu par le photographe Antoine Vincens de Tapol pour prendre les portraits des participants.

Une fois l’idée discutée et réfléchie, elle se verra inscrite et remise au participant. Puis ensemble, le participant sera sollicité pour chercher une image sur internet correspondant à son idée.  Puis il sera invité à être pris en photo ainsi qu’à venir se rendre à l’une des 2 galeries pour participer à la construction de la boîte collective de l’agglomération de ses Rêves. Il y apposera sa photo miniaturisée à l’échelle de la boîte ainsi que la ou les images choisies.

Évidemment c'est aussi l'occasion pour que le public touché lors de ce "hors les murs"vienne sur place et franchisse la portes des galeries à la rencontre des Odysséens. Pour beaucoup cela sera aussi la première fois qu’ils entreront au Lieu et au Faouëdic.


A quoi servira l'argent collecté ?

Le projet des boîtes à Rêves est de loin le plus ambitieux que nous cherchons à mettre en place, tant d'un point de vue artistique que d'un point de vue financier. Sur un total de 30 600€, nous avons obtenu 24000€. Reste à trouver 6600€.

En plus de l'appel à participation de ce crowdfunding, nous sollicitons la Fondation Hippocrène pour un montant de 3100€. L'issue de cette dernière demande étant très hypothétique, nous sollicitons 6000€ en tout. Dans le cas où la fondation nous allouerait effectivement la somme demandée, alors deux possibilités s'offrent à nous : soit arrêter la campagne de recherche de fond au montant initial, soit imaginer une boîte et une exposition encore plus travaillées.


Budgets prévisionnels

Artistique

Ce projet ne ressemble pas à beaucoup de projet, et il s'inscrit sur un temps long. Il y a d'abord la phase de recherche auprès des associations des Odysséens volontaires. dans un second temps, nous avons les entretiens individuels et collectifs. Il y a ensuite la production d'images des rêves, de leur recherche sur support physiques et web. Viennent après les portraits, les prises vidéo, la recherche de sons. Puis démarre la scénographie sur ordinateur, et celles in situ dans les deux galeries. Le temps de la biennale, Il y aura une médiation culturelle ainsi que si les moyens financiers et sanitaires nous le permettent, un travail hors les murs pour aller communiquer dans toute l'agglomération les publics divers et variés. Enfin, les expositions donnent aux artistes un droit de monstration, plus communément dénommé droits d'auteurs. Cette période débute en mai 2021 et s'achève en décembre 2021.

- entretiens individuels et collectifs : 2520€

- recherche d'images : 2400€

- réalisation d'images réelles : 2400€

- conception sons et vidéo : 3200€

- Prise de vue et retouches portraits : 1600€

- scénographie assisté par ordinateur : 600€

- sensibilisation, rencontre, médiation : 350€

- ateliers itinérants "hors les murs" : 980€

- droits d'auteurs : 1500€

Total artistique : 13030€


Régie technique

La régie technique concerne tout ce qui nous permettra de servir physiquement l'œuvre en elle même. Il y a d'abord la structure en bois des deux boîtes, qui sera fabriquée par l'association lorientaise Idées Détournées, une association locale qui travaille à la fois sur la récupération de matière et d'objet usagés mais aussi se mobilise pour la réinsertion de personnes en difficultés.
La régie technique concerne aussi l'achat ou la location de projecteurs numériques, de strip led, d'un zoom audio et d'une caméra.
Enfin, cela concerne également les tirages papiers, jet d'encre, cartes anaglyphées...

- Montage des structures en bois (matière première et main d'œuvre) : 3500€

- Impressions tirages, photos structures, cartes : 2270€

- régie son, vidéo et lumière :  3360€

Total régie : 9430€


Frais de missions

Les frais de missions concernent l'hébergement, et les per diem des artistes qui ne sont pas lorientais. Le transport comprend également la location de véhicules pour arpenter l'agglomération pendant la phase de rencontre, de production et de monstration ainsi qu'une aide transport pour toucher des publics scolaires éloignés de la ville de Lorient, on pense par exemple au Pays du Roi Morvan dans le Kreiz Breizh. Les frais servent également aux frais de communications des expositions, la com est vraiment le nerf de la guerre si on veut toucher ceux qui n'ont pas l'habitude d'entrer dans un musée ou une galerie. Enfin, la coordination proposée par la galerie le Lieu est un plus indéniable pour le projet.

- Hébergements artistes : 2000€

- Per diem  : 1500€

- Transports artistes : 1500€

- Transport public scolaire : 500€

- frais de communication exposition : 1440€

- Coordination projet Galerie le Lieu : 1200€

Total frais de mission : 8140€


Les dons

Dons défiscalisables

La loi du 1er août 2003 relative au mécénat accorde une réduction d’impôt très incitative pour les personnes physiques et morales effectuant des dons à des projets d’intérêt général.

Notre équipe

LES ARTISTES

Antoine VINCENS de TAPOL compile une approche anthropologique avec la force artistique et subjective de la photographie. Son premier thème de prédilection prend pour objet la vie des adolescents avec cette question sous-jacente : quelle empreinte le territoire a-t-elle sur eux ? Il fut finaliste du prix HSBC pour la photographie, du prix de l’Audace Culturelle et Artistique et de la Bourse du Talent. Il est né à Cognac en 1978 et vit à Paris.

Baptiste CHAULOUX développe ses compétences de direction artistique et de graphisme dans diverses productions artistiques pluridisciplinaires. Co-créateur du collectif L’Outre Prod,  il y réalise de nombreuses installations scénographiques. Ses outils et ses techniques sont variés : menuiserie, sculpture, projection vidéo et technologies LED. Il expérimente de nouvelles formes liant arts numériques et techniques artistiques traditionnelles. Né à Lorient en 1992, il vit à Nantes.

Marion CHOMBART de LAUWE a développé son parcours artistique entre le spectacle vivant et les arts visuels. C’est en 2010 à Paris, qu’elle débute sa pratique de la gravure en taille-douce, et développe le transfert d’un support à un autre. Intégrant le monde des FabLabs, elle s’approprie également les outils numériques et se consacre à un projet artistique d’envergure autour de l’architecture et de la mémoire des paysages urbains métamorphosés. Née aux Lilas en 1978 elle vit à Paris.


LES PARTENAIRES

Il y a d'abord nos partenaires artistiques que sont la Galerie Le Lieu et la Galerie du Faouëdic à Lorient.

La Galerie LE LIEU (membre du Réseau Diagonal) qui depuis 2014 occupe le prestigieux site de l’Hôtel Gabriel à Lorient. Elle organise Les Rencontres Photographiques tout en développant une politique en faveur de la création photographique, à Lorient et en Région Bretagne. Le Lieu produit des expositions originales qui pousse à la réflexion sur des questions posées à, et par, la photographie, et plus largement, par les pratiques de l’image (multimédia et vidéo). La galerie accompagne les jeunes auteurs, accueille régulièrement des artistes en résidence, achète des œuvres, diffuse, hors ses murs, des expositions en location, gère sa collection photographique, développe et prête sa documentation artistique (livres, catalogues …)
Le Lieu s’est donné comme objectif de sensibiliser les publics et faciliter l’accès à la création photographique contemporaine. Pour se faire des médiations culturelles sont mises en place.

La Galerie du FAOUEDIC est gérée dans le cadre d’une régie municipale par la direction de la culture de la ville de Lorient. Elle dispose d’un espace d’exposition de 375 m² dédié aux arts plastiques et accueille des artistes contemporains professionnels, émergents ou confirmés, en exposition individuelle ou, dans le cadre d’événements spécifiques (Itinéraires graphiques, Rencontres Photographiques), en exposition collective. L’espace est ouvert à toutes les formes d’écriture, des plus traditionnelles aux plus contemporaines. La galerie affirme sur le territoire son rôle d’éducation artistique et d’éveil aux arts plastiques, notamment en direction des établissements scolaires. 


L'association Transbordement qui soutient la campagne de financement participatif. Transbordement est une association à but non lucratif. Elle a pour objet la création et la diffusion d’œuvres permettant une présence de l’art dans des lieux ouverts au plus grand nombre pour un accès élargie à la culture ; la mise en relation des acteurs et des milieux qui cohabitent mais ne se fréquentent pas forcément ; le développement, la promotion et la pratique de toutes formes de création atypiques et périphériques ; enfin elle met en place des dispositifs encourageant le lien social et l’émancipation par l’art, la poésie et la connaissance. Elle a soutenu sa première campagne de financement avec succès en 2018 pour le projet « Rhodia : Dernières heures des bâtiments »mené par Marion Chombart de Lauwe.


Il y a aussi nos partenaires financiers et artistiques comme la DRAC Bretagne (ministère de la Culture), la ville de Lorient et le Réseau Diagonal (un réseau de galeries photographiques à travers la France) qui nous soutiennent.


Enfin, les derniers voir les premiers partenaires, c'est vous à la fois en tant que contributeurs mais aussi en tant que visiteurs lors des expositions entre le 7 octobre et le 20 décembre 2021.


En bref

Les boîtes à rêves ce sont :

  • une œuvre construite à partir de rêves d'Odysséens avec les Odysséens
  • une installation de photographies, de vidéos et de sons
  • une exposition programmée pour les Rencontres Photographiques dans les deux plus belles galeries de Lorient
  • une rencontre avec des publics scolaires et grand public
  • un hors les murs avec encore d'autres publics loin des pratiques culturelles
  • des associations locales sollicitées
  • votre don défiscalisé pour un budget presque bouclé
et puis
  • des rêves qui demandent à s'échapper


Donner 10 euros

Rêveur

Votre nom associé au projet comme honorable contributeur de rêves. Une fois le don défiscalisé celui-ci revient à 3,4€

Donner 20 euros

Doux rêveur

Une carte postale anaglyphée d'une des boîtes à Rêves des Odysséens + votre nom associé au projet comme honorable contributeur de rêves. Une fois le don défiscalisé celui-ci revient à 6,8€

Donner 50 euros

Grand rêveur

Une affiche sérigraphiée numérotée et signée de l'exposition + une carte postale anaglyphée d'une des boîtes à Rêves des Odysséens + votre nom associé au projet comme honorable contributeur de rêves. Une fois le don défiscalisé celui-ci revient à 17€

Donner 100 euros

Rêveur lunaire

Une visite privée de l'exposition avec un des artistes + une affiche sérigraphiée numérotée et signée de l'exposition + une carte postale anaglyphée d'une des boîtes à Rêves des Odysséens + votre nom associé au projet comme honorable contributeur de rêves. Une fois le don défiscalisé celui-ci revient à 34€

Donner 200 euros

Rêveur intergalactique

Un lot de 5 cartes anaglyphées issue des rêves des détenus de Plomœur + une visite privée de l'exposition avec un des artistes + une affiche sérigraphiée numérotée et signée de l'exposition + une carte postale anaglyphée d'une des boîtes à Rêves des Odysséens + Votre nom associé au projet comme honorable contributeur de rêves. Une fois le don défiscalisé celui-ci revient à 68€

HelloAsso est une entreprise sociale et solidaire, qui fournit gratuitement ses technologies de paiement à l’organisme Transbordement. Une contribution au fonctionnement de HelloAsso, modifiable et facultative, vous sera proposée avant la validation de votre paiement.

Plateforme de paiement 100% sécurisée

Toutes les informations bancaires pour traiter ce paiement sont totalement sécurisées. Grâce au cryptage SSL de vos données bancaires, vous êtes assurés de la fiabilité de vos transactions sur HelloAsso.

Carte bleue VISA Mastercard PCI-DSS
Signaler la page