un-toit-c-est-un-droit-35-adhesion

par Un toit c'est un droit

Adhésion valable du 01/01/2018 au 31/12/2018

un-toit-c-est-un-droit-35-adhesion

par Un toit c'est un droit

Choix de l'adhésion

Adhérents

Récapitulatif

Finalisation

Montant Minimum

5,00 €

Adhésion

20,00 €

Adhésion de soutien

40,00 €

adhésion et soutien financier

votre adhésion nous est indispensable. Votre soutien nous permet de fonctionner. Pour un véritable accueil des migrants quelque soit leur statut administratif.

Montant à payer pour la durée de l'adhésion :

0 €

un-toit-c-est-un-droit-35-adhesion - Un toit c'est un droit

un-toit-c-est-un-droit-35-adhesion

Inscrit dans la loi, le droit à l’hébergement et au logement n’est à ce jour pas respecté: seule une mise à l'abri est parfois assuré. Parfois....

Des migrants, soutenus par l'association « Un toit, c'est un droit » ont officialisé le 14 juin 2016 la réquisition d'une maison de retraite désaffectée depuis plus de 2 ans  "Les Jardins de la Poterie". Le juge avait accordé,au mois d'août, un délai jusqu'à la fin de la période hivernale, soit le 31 mars 2017. Après d'interminables discussions, et avec l'aide d'associations amies, nous avons finalement signé 3 documents: un commodat (prêt à usage) avec le groupe Lamotte constructeur pour une mise à disposition du bâtiment jusqu'au 17 juillet 2017, une convention financière avec la fondation Abbé Pierre (8000 € d'apport) Rennes métropole, le CCAS de la Ville de Rennes et un protocole de partenariat entre le CCAS de la ville de Rennes, le Secours Catholique, la Fondation Abbé Pierre, CCFD-Terre Solidaire pour demander à l'État d'anticiper l'évacuation. Le 17 juillet, sous les yeux de la presse, nous avons quitté les lieux à 10 h comme prévu:
75 personnes ont été relogées par la préfecture,
6 familles soit 21 personnes dans 4 logements mis à leur disposition par la mairie de Rennes,
4 célibataires et 8 familles chez des familles françaises solidaires pour l'été,
4 familles partaient s'installer dans des maisons mises à disposition par des mairies d'Ille-et-Vilaine,
12 personnes sans enfants s'installaient pour deux mois dans 2 appartements prêtés par une école privée,
et  pour les quelques personnes sans solution, la mairie ouvrait un gymnase pour quelques nuits.
Personne n'est restée sans solution.

Fin août, il fallait trouver une solution pour le relogement de ceux dont l'hébergement provisoire se terminait. Les personnes de la Poterie avaient été rejointes par de nouvelles personnes, demandeurs d'asile, en majorité albanais, arrivés en France au cours de l'été.

Avec un groupe chaque soir plus important, nous avons alors commencé une période d'errance au cours de laquelle nous avons occupé (ou avons été accueillis par) pour quelques heures ou quelques jours la MJC Bréquigny, la DDCSPP, l'espace social de Villejean, la MIR, le syndicat Solidaires et la maison Verte à Villejean.  Nous avons alors sollicité la mairie de Rennes pour l'ouverture d'un gymnase, Sans réponse. 
Nous avons décidé d'occuper un gymnase. Notre choix s'est porté sur le gymnase Echange. La Mairie de Rennes en a pris acte et a facilité les choses (passage des techniciens, ouverture des vestiaires et des douches, mise en route du chauffage...).Une nouvelle revendication a vu le jour: OUVERTURE d'un CENTRE D'ACCUEIL INCONDITIONNEL, ouvert TOUTE L’ANNÉE ET 24h/24. Nous avons été reçu trois fois en préfecture: au total, une centaine de demandeurs d'asile ont obtenu une place... aussitôt remplacés par de nouveaux arrivants.
L'association Habitat et Humanisme nous a alors prêté une maison à Rennes pour 3 familles, dont nous payons les fluides grâce à une subvention de la Fédération Abbé Pierre.
Et nouveauté de la rentrée, un promoteur qui ne souhaite pas être nommé, nous a confié pour un an 3 maisons destinées à être détruites. Elles accueillent aujourd'hui 36 personnes, majoritairement des anciens de la Poterie remis à la rue.
Nous avons décidé de nous retirer de la gestion du gymnase après avoir largement communiqué sur cette décision. Lors du rassemblement du 31 octobre, nous avons appris avec inquiétude que l'ouverture de l'Accueil de nuit, que nous pensions prévue au 1er novembre était reportée au 1er décembre.
 les propositions d'hébergement en hôtel de la préfecture sont arrivées, et il a fallu gérer le départ des familles.
Nous gérons toujours un squat ouvert depuis l'été 2013, et une maison sous convention avec la mairie Betton. Nous avons des conventions avec des mairies dans lesquelles nous accompagnons les familles mais que la mairie prend totalement en charge financièrement ( 4 maisons à Rennes, 1 à St Malo, 1 à Bruz....) et des maisons mises à disposition par des particuliers. Mais depuis cet été, nous avons 4 maisons dans des communes parfois éloignées ( Laillé, Melesse, Pléchatel, Andouillé-Neuville) pour lesquelles nous devons financer l'assurance et le paiement des fluides.
Tout ceci n'aurait pas été possible sans vos adhésions et dons et soutien.

Signaler la page