Reconstruction de la passerelle très dangereuse reliant N’Ghadior à Djirnda

par VOILES SANS FRONTIERES

Reconstruction de la passerelle très dangereuse reliant N’Ghadior à Djirnda

par VOILES SANS FRONTIERES

Aider la population à sécuriser la seule voie d’accès vers le village de Djirndja où se trouvent le collège, le poste de santé, le marché…

Présentation du projet

Il s’agit de reconstruire intégralement la passerelle qui relie N’Ghadior à Djirnda, où se  trouvent toutes les infrastructures de la vie locale : collège, poste de santé, marché, transport vers les autres îles… Celle-ci comprendra un pont en bois de 110 mètres au-dessus du fleuve et deux remblais en coquillages de 100 mètres chacun,  de part et d’autre du pont menant aux villages. 
 

 

Origine du projet

La passerelle actuelle est très délabrée et très dangereuse. Pour y accéder, les habitants doivent marcher une centaine de mètres dans de la vase, puis ils empruntent le pont branlant, et ensuite une pirogue, quand celle-ci n’a pas coulé… Les collégiens, qui traversent tous les jours le fleuve, risquent de tomber, de se blesser, voire de se noyer, et arrivent souvent salis et boueux au collège ; on se moque d'eux, ce qui ne les encourage pas à aller à l'école. Pour les urgences médicales, c'est aussi très problématique et l'absence de passerelle freine considérablement l'économie locale.

La nécessité de reconstruire cette passerelle a été clairement reconnue par tout le monde.

La communauté de communes de Djirnda s'est engagée à prendre en charge le financement de la rénovation de la passerelle au-dessus du fleuve à hauteur de 30 000 euros (20 millions  CFA), les travaux ont déjà commencé.

Il reste maintenant à financer les remblais des deux côtés de la passerelle. Cette partie est à la charge des villageois. Mais le coût, 13 513 euros, est au-dessus de leurs moyens. 

Sans ces remblais, la passerelle ne sera pas utilisée. C’est un peu comme créer un pont au-dessus d’une voie ferrée sans les escaliers pour y accéder.

 

Voiles sans frontières, qui intervient dans cette région depuis plus de quinze ans, a été sollicité pour être partenaire de ce projet.

 

A quoi servira l'argent collecté? 

Voiles sans frontières propose aux donateurs de prendre en charge la réalisation des deux remblais. Les villageois proposent de mettre à disposition leur main-d'œuvre (valorisée à 3 000 euros). 

Le remblais viendra remplacer la vase, partie du chemin indispensable pour accéder au pont. Il est parfois nécessaire de marcher dans la vase jusqu'aux genoux! 

 

EDF s'engage à verser l'équivalent de la somme qui aura été versée au 31 octobre…  

Notre équipe

Voiles sans frontières, créée en 1997, est une association de solidarité internationale, reconnue d’intérêt général par l’administration française. Elle intervient au Sénégal, principalement dans les îles du Siné-Saloum, une région très isolée, dans les domaines de la santé, l'éducation et le développement. VSF est reconnue et déclarée au Sénégal.

 

Donner 100 euros

Ce don vous permet de bénéficier d'une déduction fiscale de 66,00 €

Donner 10 euros

Ce don vous permet de bénéficier d'une déduction fiscale de 6,60 €

Donner 15 euros

Ce don vous permet de bénéficier d'une déduction fiscale de 9,90 €

Donner 20 euros

Ce don vous permet de bénéficier d'une déduction fiscale de 13,20 €

Donner 25 euros

Ce don vous permet de bénéficier d'une déduction fiscale de 16,50 €

Donner 30 euros

Ce don vous permet de bénéficier d'une déduction fiscale de 19,80 €

Donner 50 euros

Ce don vous permet de bénéficier d'une déduction fiscale de 33,00 €

Association VOILES SANS FRONTIERES

VOILES SANS FRONTIERES

Organisation de solidarité internationale

Nathalie Cabanis
28/12/2015
Anonyme
22/12/2015
sylvie mx
22/12/2015
encourager une vie qui nous devient si 'normale' que l'on ne sait peut-être plus sa valeur, chacun y a pourtant droit...