Cette campagne est terminée, rendez-vous sur la page de We are not weapons of war pour découvrir les projets en cours.

Voir la page

Avec les survivantes #StandSpeakRiseUp

par We are not weapons of war

Avec les survivantes #StandSpeakRiseUp - We are not weapons of war

Solidarité avec Mildred et son combat !

Les 26 et 27 mars 2019 a eu lieu le Forum Stand Speak Rise Up au Luxembourg. Initié par S.A.R La Grande Duchesse du Luxembourg, ce forum est co-organisé par deux partenaires stratégiques - le Docteur Denis Mukwege et la Fondation Mukwege, et Céline Bardet, Fondatrice et Directrice de We Are NOT Weapons Of War (WWoW).

La Fondation Mukwege et WWoW estiment que les survivantes doivent être au centre de la réponse apportée aux violences sexuelles dans les zones sensibles. Actrices les plus légitimes, elles savent ce qui fera la différence pour elles et pour les autres victimes. Cependant, trop souvent, leur voix n’est pas entendue et leurs priorités ne sont pas prises en compte par les décideurs politiques. S.A.R La Grande Duchesse du Luxembourg partage ce constat.

C’est pourquoi ces deux journées seront l’occasion pour les survivantes d’être parts actives du Forum et d’être présentes au sein de toutes les discussions et sessions de travail.

C’est dans ce cadre que WWoW accueille en France et au Luxembourg, Mildred MAPINGURE, survivante du Zimbabwe et sa fille, issue du viol. Pour la première fois, Mildred a pris la parole lors d'un forum international. Mildred a été la première bénéficiaire du programme Foster a Survivor développé par WWoW, qui vise à accompagner la réhabilitation des survivant.e.s de viol de guerre dans le monde entier, par la réinsertion sociale et économique.

SAR La Grande Duchesse du Luxembourg, Docteur Denis Mukwege Prix Nobel de la Paix et Céline Bardet, Conférence de presse annonçant le Forum Stand Speak Rise Up  Crédit @SophieMargues 

undefined

L'histoire de Mildred 

Zimbabwe, mars 2005, les élections parlementaires sont contestées par l’opposition qui dénoncent les fraudes du Parti majoritaire du Président Mugabe. Juin 2005. L’opération Murambatsiva ou opération « nettoyage de la saleté » laisse derrière elle entre 300 000 et 1 million de déplacés internes, sans emplois et conduit à une situation économique et sécuritaire désastreuse. S’en suivent les élections sénatoriales de novembre qui ne font que conforter l’opposition dans la violence et conduit le pays dans un état d’instabilité croissante. Aujourd’hui encore, des affrontements sanglants ont lieu, alors que la population tente de survivre à l’inflation d’un pays endetté depuis des décennies.  

Devenu Premier Ministre en 1980 puis Président en 1987, Robert Mugabe a mis en place un véritable régime autoritaire. Durant les campagnes électorales, des viols sont commis à large échelle et de façon systématique pour terroriser l’opposition et la population tout simplement ! 

Mildred sera l’une des nombreuses victimes des vagues de viols.  A la suite de ce viol, elle tombe enceinte. Voulant avorter, elle décide d’aller déposer une plainte. En effet au Zimbabwe, l’avortement n’est autorisé qu’en cas de viol, le dépôt de plainte doit donc obligatoirement être apporté à l’hôpital pour que la victime soit prise en charge et bénéficie de soins. La plainte de Mildred est refusée par les autorités de police, en conséquence de quoi elle ne peut avorter.

Mildred travaillait alors comme secrétaire à Harare et elle même mariée avec un officier de police, avec qui elle avait eu un petit garçon. Lorsque son mari découvre qu'elle a voulu porter plainte  et que de plus, elle est enceinte suite à ce viol, il décide de partir en emmenant avec lui leur fils. Elle se retrouve seule. Elle ne revoit pas son fils ...  Le départ de son mari représentant une trop grande honte, sa famille la rejette et coupe tous liens et crée une pression pour que Mildred cesse d'essayer de retrouver son fils. Livrée à elle-même, ayant perdu son emploi, Mildred doit aller au bout de sa grossesse, et décide qu’elle va donner cet enfant à l’adoption.

Mais au moment de l’accouchement, impossible de se séparer de sonenfant : « Je m’attendais à voir un monstre, j’ai vu ma fille ».

Sa fille  est aujourd’hui âgée de 12 ans.

Suite à son accouchement, Mildred continue de se battre pour dénoncer le viol dont elle a été victime. Avec l’aide de l’association ZWLA (Zimbabwe Women Lawyers Association), elle entame des poursuites devant les tribunaux, sans succès en première et deuxième instances. C’est avec l’aide de Céline BARDET qu’elle va porter son affaire devant la Cour Suprême du Zimbabwe avec un objectif clair : démontrer que l’État a failli à ses fonctions. En effet, Mildred avait suivi toutes les procédures pour avoir accès à des soins médicaux et avoir la possibilité d’avorter. Elle avait notamment voulu déposer plainte, ce qui lui a été refusé. En refusant ce dépôt de plainte, l’État a manqué à ses obligations.

Le manquement est reconnu par la Cour Suprême. Grâce à sa persévérance et avec l’aide de l’association ZWLA et de Céline Bardet, Mildred gagne son procès !

Depuis, elle a repris ses études de Business/Management à Harare et a obtenu son diplôme en 2016. Cela lui a permis de regagner une confiance professionnelle et d’avoir plusieurs entretiens d’embauche. Elle aimerait à présent acheter une petite maison pour que Vimbai puisse grandir dans un quartier plus sûr.

Comme toutes les petites filles, et avec le soutien de WWoW, Vimbai va à l’école, où elle mène une scolarité brillante. Comme toutes les petites filles, la petite fille de Mildred a des rêves.  à l'occasion du Forum, et pour la première fois de leur vie, Mildred et sa fille ont pu visiter Paris, Mildred a pu s'exprimer en public pour la première fois grâce au Forum #StandSpeakRiseUp et a participé à la retraite du réseau mondial des survivantes organisé par la Fondation Mukwege. MERCI à eux ! 

Aujourd’hui, elle souhaite donner à sa communauté, à toutes ces autres femmes qui comme elle, ont vécu les viols mais n'ont pas aller en justice. WWoW développe avec Mildred un projet pour mettre en place un réseau, centraliser toute la documentation et les témoignages et amener ces femmes à avoir justice. cela est d'autant plus possible aujourd'hui avec la transition aux Zimbabwe et le départ de Robert Mugabe.  Mildred œuvre aussi pour trouver des sponsors et réaliser les rêves de sa fille pour que celle-ci croit en la vie et qu’elle soit une petite fille comme les autres. Nous voulons aussi aider Mildred à le réaliser pour elle à travers le projet "Foster a Survivor" . 



undefined

A quoi servira l'argent collecté ?

Les fonds collectés visent à offrir à Mildred et sa fille la possibilité d'un séjour inoubliable, de leur redonner une dignité et leur fournir ce dont elles ont besoin. 

Ils serviront à :

1. Financer 5 jours de visites à Paris.

2. Financer 5 jours de repos à l'ile d'Yeu pour que Mildred et sa fille découvre enfin l'océan. Et pour ce faire, quoi de mieux que d’être au centre de celui-ci, sur une île ! Cet argent pourrait offrir à Vimbai la possibilité de faire du cheval à l'île d'Yeu, son rêve. 

3. Acheter des vêtements chauds et offrir une robe pour le Gala du Forum Stand Speak Rise Up. Mildred et Vimbai vont être reçues en privé par SAR La Grande Duchesse du Luxembourg, nous souhaitons qu'elles se sentent bien, qu'elles puissent choisir leurs tenues et se sentir belles ! Nous souhaitons aussi offrir à Mildred un soin esthétique, du maquillage, etc.

4. Acheter un ordinateur portable pour Mildred et une tablette pour sa fille pour qu'elles puissent travailler, étudier et avoir un accès internet.

5. Acheter des fournitures scolaires, des produits d'hygiènes (très chers aux Zimbabwe), des livres pour qu'elles rentrent toutes les deux avec des fournitures et ce dont elles ont besoin pour être tranquille quelques temps. Assurer le paiement de son loyer pour les 6 prochains mois. 

6. Si plus de fonds sont levés, WWoW souhaite donner cet argent à Mildred qui va le redistribuer à des survivantes dans les villages autour d'Harare. Cela permettra de payer des soins, notamment pour les enfants issus du viol, des besoins médicaux, alimentaires, etc.

A propos de We Are NOT Weapons of War (WWoW)

 We Are NOT Weapons of War (WWoW) est une start-up à but non lucratif basée à Paris, en France, qui se consacre à la lutte contre les violences sexuelles dans les conflits au niveau mondial. Depuis presque 20 ans, Céline Bardet, juriste spécialisée dans les crimes de guerre et enquêtrice criminelle internationale a travaillé dans plus de 40 pays. Elle a été témoin de l’usage systématique du viol comme arme de guerre dans la plupart des zones de conflit, post-conflit, et autres zones fragiles dans le monde. Elle a fondé WWoW afin de proposer une réponse globale, holistique et efficace à l’usage endémique du viol dans les environnements fragiles. 

Parce que le fléau des violences sexuelles est utilisé comme un outil avec un but précis dans de très nombreux pays en conflit et dans tous les environnements fragiles, ciblant les femmes, les filles et parfois les hommes. WWoW croit fermement qu’il est urgent de mieux comprendre ses causes, sa portée et son modus operandi, et de développer des solutions efficaces et judicieusement conçues. WWoW s’intéresse particulièrement à l’utilisation de nouvelles technologies. L’organisation a développé un outil appelé ‘Back Up’ qui permet aux survivant e s de viol de guerre dans le monde de s'identifier et d'avoir accès aux services là où elles se trouvent grâce à la mise en place de réseaux locaux dans chaque zone. Le Back Up permet aussi de transmettre en toute sécurité tout élément d'information, ensuite analysé et utilisé y compris les témoignages des victimes, pour entamer des procédures judiciaires au niveau international régional et national.

 

Foster A Survivor est un projet d’accompagnement et d’empowerement des survivant.e.s de violences sexuelles mis en place par WWoW.
En effet, la plupart du temps les victimes de violences sexuelles dans les conflits n’utilisent pas le terme de « victimes » ou ne s’y reconnaissent que dans le sens juridique de reconnaissance par l’Etat. Elles refusent cette étiquette et se considèrent d’avantage comme des survivant.e.s.  Car si les violences sexuelles dans les conflits sont dévastatrices, il existe aussi et surtout, une vie après, parce qu’il y a aussi eu une vie avant.

S’il est évident que les activités de soutien et/ou d’aide humanitaire sont importantes, WWoW veut bousculer ces politiques communément mises en place en encourageant ces hommes et ces femmes à (re)devenir acteurs/actrices de leur vie, et moteurs de la société.
Malgré la violence inouïe de ces crimes barbares, le trauma singulier, les stigmates profonds ; il est primordial de ne plus réduire ces personnes à leur statut de victime. Il faut bien au contraire mettre en avant leur combativité, résilience et leurs capacités à se reconstruire et consolider la paix dans un pays en post-conflit.  A cet effet, la reconstruction micro-économique à travers l’accompagnement d’un projet permet cette transition. En moyenne, il faut entre deux à trois ans à un survivant pour reprendre une vie socio-économique complète et autonome.

Parfois il ne manque pas grand-chose pour changer de vie. Quelques centaines ou milliers d'euros permettant l’achat d’un vélo ou d’une voiture pour pouvoir aller sur son lieu de travail. Le financement d’une formation professionnelle, l’achat d’un taxi pour lancer son affaire… Un « petit coup de pouce » qui fait basculer la vie d’une personne, qui permet aux survivant(e)s de se projeter positivement dans le futur, de reprendre leur vie en main.
Ce programme s’adresse aux survivant.e.s de viols de guerre ainsi qu’aux enfants issus de ces viols. WWoW les considèrent comme des victimes directes au même titre que la mère. Le programme leur permettra de réaliser leur rêve, d’aller à l’école, d’accompagner leurs projets culturels ou éducatifs.

Donner 10 euros

Donner 20 euros

Donner 50 euros

Donner 100 euros

Donner 150 euros

Plateforme de paiement 100% sécurisée

Toutes les informations bancaires pour traiter ce paiement sont totalement sécurisées. Grâce au cryptage SSL de vos données bancaires, vous êtes assurés de la fiabilité de vos transactions sur HelloAsso.

Carte bleue VISA Mastercard SEPA PCI-DSS
i
isabelle Niang
06/04/2019
L
Lorraine Boris
03/04/2019
F
Fanette Lopez
02/04/2019
Je pense fort à Mildred et sa fille, et je leur souhaite un magnifique séjour en France :)Encore bravo à toute l'équipe WWoW
Signaler la page